Fibre optique : le plan d'investissements de France Télécom Orange

 |   |  564  mots
L'opérateur téléphonique français veut frapper un grand coup dans la fibre optique et se dit prêt à investir deux milliards d'euros d'ici à 2015.

France Télécom veut frapper un grand coup dans la fibre optique. Après avoir "boudé" dans son coin plus de six mois contre un réglement qu'il jugeait insatisfaisant, l'opérateur se dit maintenant prêt à investir deux milliards d'euros d'ici à 2015 pour déployer ce nouveau réseau fixe à très haut débit dans les grandes villes françaises. L'investissement augmentera progressivement à partir de 2011, plus de la moitié de la dépense devant intervenir entre 2012 et 2015.

"L'Arcep, l'autorité des télécoms, a arrêté le cadre réglementaire en début d'année. Ensuite, les opérateurs publieront la semaine prochaine leurs offres dites de référence, ce qui permettra de connaître les coûts de déploiement de la fibre optique à l'intérieur des immeubles que nous aurons à nous partager", indique Yves Parfait, le responsable du projet fibre optique chez France Télécom, pour expliquer le changement d'état d'esprit de l'opérateur. Un revirement de taille puisque jusqu'à présent le groupe n'avait consacré que quelques centaines de millions d'euros en deux ans pour apporter la fibre optique dans les foyers.

France Télécom avait-il d'autres choix ? Didier Lombard, le futur-ex PDG de l'opérateur, s'était fait "grondé" l'été dernier par le président de la République pour son manque d'entrain dans la fibre optique alors que celui-ci promet le très haut débit à tous les français. De plus, la crise sociale de l'automne avait mis en évidence l'absence de projet industriel du groupe. Enfin, depuis quelques trimestres, France Télécom se fait laminer par ses concurrents, principalement SFR, dans la conquête de nouveaux clients dans l'accès à Internet par ADSL. En lançant la commercialisation de la fibre optique, à partir de 44,9 euros par mois, l'opérateur espère renverser la vapeur mais se garde de donner tout objectif chiffré. Le plan pourrait néanmoins permettre de toucher un parc de plus de 6 millions de foyers.

"A fin septembre 2009, nous comptions 33.000 clients fibre optique", rappelle Yves Parfait. Un portefeuille d'abonnés encore fin mais suffisant "pour vérifier qu'il existe une vraie demande et pour connaître les souhaits des utilisateurs", assure le monsieur fibre de France Télécom. A ce prix là, l'abonné disposera d'un accès Internet à très haut débit (100 méga, contre 20 méga environ pour le meilleur ADSL), d'un bouquet d'une centaine de chaînes de télévision (dont 8 en haute définition), d'une ligne téléphonique avec 1 heure de communication vers les mobiles. "L'offre sera progressivement enrichie de nouveaux services dans le courtant de 2010", assure Yves Parfait. Avec l'objectif évident d'augmenter la dépense moyenne de l'abonné alors que le retour sur investissement de la fibre optique reste encore incertain.

Encouragé par le gouvernement, et comme l'espérait l'autorité des télécoms lorsqu'elle avait décidé l'an dernier de faire jouer la carte de la concurrence entre opérateurs pour faire démarrer le chantier, le plan fibre de France Télécom devrait inciter Free et SFR à rouvrir eux aussi les vannes de l'investissement dans ce nouveau réseau. Free avait annoncé en 2006 son intention d'investir un milliard d'euro d'ici à 2012 mais a dépensé à la mi-2009, selon ses documents financiers, un peu plus de 160 millions d'euros. SFR indique pour sa part avoir investi 300 millions d'euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :