Hadopi : plus d'un demi million d'internautes avertis par mail

 |   |  427  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
La Haute autorité contre le piratage des œuvres fête sa première année d'activité. Pour le moment, aucun internaute n'a vu sa ligne d'abonnement à Internet coupée.

La lutte contre le piratage des œuvres avance. C'est le message qu'a voulu délivrer Marie-Françoise Marais, présidente de la Haute autorité contre le piratage des œuvres (Hadopi). En un peu moins d'un an d'activité, 650.000 premiers mails d'avertissement ont été envoyés aux internautes. Des mises en garde visiblement suffisantes puisque 44.000 seulement ont reçu un second avertissement et une lettre, après de nouvelles infractions. Reste que ces avertissements sont une goutte d'eau, au regard des 18,4 millions d'infractions constatées par l'Autorité en juin de cette année. Actuellement, l'Autorité envoie 4.000 mails par jour aux internautes, en dessous de son objectif de 10.000 mails quotidiens qu'elle s'était fixée pour la mi-2011.

Une soixantaine de dossiers seulement font l'objet d'une instruction par la Hadopi, qui pourrait envisager un renvoi au tribunal. Mais ce nombre est amené à augmenter. Les sanctions les plus graves portent sur des amendes de 1.500 euros et sur un mois de suspension des abonnements à Internet.

Si les avertissements de l'Hadopi semblent faire effet sur les comportement, impossible de savoir si le téléchargement illégal ralentit ou pas, ni s'il a un réel effet sur les ventes de musique numérique. Le rapport de l'autorité prévient qu'il faut prendre "les résultats avec précaution" tout en assurant que de plus en plus d'internautes se tournent vers des offres légales. De fait, l'arrivée du dispositif s'est conjugué avec la percée des plateformes de musiques, comme Deezer ou Spotify, tandis qu'iTunes poursuit sur sa lancée. Sans compenser la chute du disque, le chiffre d'affaires de la musique numérique a augmenté de 23% au premier semestre à 53 millions d'euros, selon le SNEP, qui représente les producteurs.

Pour l'avenir, Marie-Françoise Marais s'est dite "confiante", donnant "rendez-vous en 2012". Une façon de répondre aux critiques du parti socialiste. Le programme du PS prévoit en effet une abrogation de cette "loi répressive", même si jusque là la Haute autorité a tenu à montrer qu'elle essayait de faire preuve de pédagogie. C'est la raison pour laquelle aucune plainte n'a été déposée devant le tribunal. Si le candidat Arnaud Montebourg ne s'est pas ouvertement déclaré défavorable à l'Hadopi, prônant la nécessité de financer les artistes, Manuel Valls, autre candidat à la primaire, a indiqué, à la Tribune ce jeudi, qu'il s'agissait d'un dispositif "perdant perdant et inefficace, qui favorisait les distributeurs, pas les artistes". Tous deux, ainsi qu'une partie de l'UMP, suggèrent une taxation des fournisseurs d'accès Internet pour financer les oeuvres.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/01/2012 à 15:42 :
il n'y a pas d'infraction moralement car chacun est libre d'échanger ses fichiers
a écrit le 28/01/2012 à 12:45 :
"Les sanctions les plus graves portent sur des amendes de 1.500 euros et sur un mois de suspension des abonnements à Internet."
Oui et pas de dessert ni de jeux video ce weekend
!! ROFL !!
a écrit le 14/10/2011 à 14:16 :
J'ai reçu le fameux courriel d'avertissement. Soit disant que cela permet aux artistes et producteurs déjà bourrés de frics de rembourser la réalisation de leur films et leur permettrent de faire du profit. Je serais curieux de savoir si les membres du gouvernement se soumettent à cette loi ou si ils téléchargent sans etre inquiété. Alors bien sur comme alternative au telechargement illégal on nous propose des sites de telechargement légaux avec des films à 5 euros pour la location entre 10 et 20 euros pour les telecharger definitivement. Qui va télécharger à ce prix là en cette période de crise, très peu de mon à mon avis, en fin de compte ça revient au meme, meme si on ne telecharge plus cela ne permettra pas aux producteurs et auteurs de faire le profit escompter. En attendant, je vais me soumettre à leur loi pour faire plaisir à nos auteurs, mais qu'ils n'oublient pas qu'aucune loi ne m'impose de télécharger légalement en payant, ni de me rendre en boutique acheter des dvd ou d'aller au cinéma. Si tout le monde en france pouvait en faire autant et se sacrifier quelques mois, on finirait peut etre par avoir le dernier mot.
Réponse de le 28/01/2012 à 12:46 :
"leur permettrent de faire du profit"
Un seul mot : CAPITALISM
a écrit le 30/09/2011 à 20:33 :
Je me pose une question:
nos évadés fiscaux artistes de la scène, et de supports sont-ils taxés à 50% sur chaque produit ou place de concert, taxe prise directement à la source????
a écrit le 30/09/2011 à 12:02 :
Je n'arrive pas à comprendre que 650 000 personnes se soient faites repérer ...
Même si elles sont totalement ignares en informatique, il faut aussi ne pas savoir lire pour passer à côté de toutes les solutions qui existent pour ne pas se faire prendre. A moins que le chiffre annoncé soit volontairement enjolivé dans un but de basse propagande ?
Réponse de le 28/01/2012 à 12:48 :
C'est du bluff , de la propagande gouvernementale corrompue par un lobbyisme capitaliste !
a écrit le 29/09/2011 à 15:48 :
500 000 ça fait 1% de la population. On nous avait dit au moins 25 ou 35% des français. Nous aurait-on menti ?
Pour justifier quelque chose, on trouve toujours de "bonnes" raisons (comme la maitrise de la consommation avec le nouveau compteur EDF communiquant, ben, pas trop, ou l'écologie pour les factures électroniques (économie de timbrage, papier, impression, massicotage/enveloppes côté débiteur !)).
a écrit le 29/09/2011 à 15:30 :
Vivement la licence globale...
Réponse de le 24/05/2012 à 10:40 :
Malheureusement c'est pas pour tout de suite. Mme Aurélie Filippetti ayant congédié Mr. Juan Branco pro licence globale qui faisait peur aux lobbyistes...
a écrit le 29/09/2011 à 15:11 :
Bon, c'est vrai que sur le fond c'est pas bien, mais dans un pays pourri par la corruption au plus haut niveau, n'est-ce pas quelque peu provocateur cette démarche de l'Hadopi ???
Réponse de le 30/09/2011 à 16:19 :
+1
a écrit le 29/09/2011 à 14:44 :
De toutes façons hadopi va etre supprimé par la gauche au pouvoir en 2012
Réponse de le 29/09/2011 à 16:00 :
vous aller pas pirater le dernier opus de ma carlita
Réponse de le 28/01/2012 à 12:50 :
Oui enfin ou bien du FN :)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :