OkCupid : quand un site de rencontre manipule ses utilisateurs

 |   |  504  mots
La plateforme OkCupid, très critiquée après avoir admise se servir des internautes comme cobayes. (Photo : OkCupid)
La plateforme OkCupid, très critiquée après avoir admise se servir des internautes comme cobayes. (Photo : OkCupid) (Crédits : cc)
OkCupid, l'un des sites de rencontre les plus importants aux État-Unis a réalisé comme Facebook des expériences comportementales sur les internautes à leur insu... et le revendique fièrement.

"Nous faisons des expériences sur les êtres humains". Tel était le titre du post de blog de Christian Rudder, fondateur du site américain de rencontre OkCupid, lundi, dans lequel il expliquait fièrement avoir manipulé ses utilisateurs à des fins commerciales. Trois expériences ont été conduites pour tester le comportement des internautes à leur insu.

Exagération des affinités et suppression d'éléments du profil

Le site a fait croire à des couples d'utilisateurs que leurs profils avaient un taux de compatibilité de 90% alors qu'il n'était en réalité que de 30%. Résultat: presque un couple sur 5, à qui l'on avait ainsi menti, a fini par échanger quatre messages ou plus. "Le simple mythe de la compatibilité marche tout aussi bien que la réalité", concluait Christian Rudder.

Une autre expérience a été réalisée en janvier 2013: pendant 7 heures, les photos des utilisateurs ont été supprimées des profils. Du coup, moins d'utilisateurs se sont connectés mais ceux qui l'on fait ont eu tendance à répondre plus souvent aux messages qui leur étaient adressés.

Au cours d'une troisième expérience, les textes qui complètent les profils ont été supprimés pour ne laisser que les photos. Cela n'a pourtant pas changé la manière dont les profils ont étés notés. L'apparence physique est donc ressortie comme le critère essentiel de choix d'un partenaire.

Des réactions d'indignation

Ces pratiques, clairement revendiquées par OkCupid, ont été largement critiquées sur la toile. Un informaticien de l'université de Pennsylanie, Matt Blaze, suggère ainsi sur Twitter de rajouter des clauses au contrat de licence pour les utilisateurs de OkCupid: "Nous nous réservons le droit de provoquer du désespoir" ou encore "Vous acceptez qu'il n'y aura pas d'amour, à part l'amour de Big Brother".

"Ils utilisent les émotions et la communication à mauvais escient", s'indigne Irina Raicu, directrice du programme d'éthique d'internet de l'université Santa Clara, citée par le quotidien britannique The Telegraph.

"Faire des expériences sur les utilisateurs sans leur consentement pourrait faire perdre (à OkCupiD) en crédibilité", présage-t-elle.

Justifications cyniques

Loin de regretter sa démarche, Christian Rudder se justifie sur son blog :

"La plupart des idées sont mauvaises. Même les bonnes idées pourraient être meilleures. Seules les expériences permettent d'avancer. (...) Nous avons remarqué récemment que les gens n'avaient pas apprécié que Facebook fasse des expériences avec leur "news feed". Mais vous savez quoi? Quand vous utilisez Internet, vous êtes le sujet de centaines d'expériences, à toute heure de la journée et sur n'importe quel site. C'est la façon dont fonctionnent les sites internet..

Malgré leur cynisme, ces propos reflètent toutefois la vérité. Facebook avait fait parler de lui fin juin lorsqu'il avait été découvert dans une revue scientifique que le réseau social de Mark Zuckerberg avait manipulé le fil d'actualité de 700.000 utilisateurs pour observer leurs réactions à des messages à caractère plus ou moins positif.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/08/2019 à 22:30 :
hi
a écrit le 18/04/2018 à 11:04 :
Si les gens vont là-dessus, qu'ils ne se plaignent pas ensuite. Trop facile de feindre l'ignorance et se plaindre après avoir utilisé des outils créés et gérés par d'autres, et qui sont gratuits de surcroît, donc forcément à vocation commerciale et sujets à études, de serait-ce que marketing... faudrait que les gens se prennent en charge, un peu. Et qu'ils lisent ce qu'ils signent, aussi, ça s'appelle être adulte et responsable ! Par ailleurs, les sites prétendant ne pas utiliser les données, mentent pour les 3/4 d'entre eux, soit par malhonnêteté, soit par ignorance. Le simple fait d'utiliser les outils Google (soit 80% du web... au moins), fait que les données qui passeront par leur site sont utilisées !! mais même les "webmasters" ignorent les conséquences de ce qu'ils font... ils copient des scripts bêtement sans se rendre compte de leur portée... ça ne programme plus, ça utilise des trucs tout faits... par Google ou d'autres, leur créant ainsi un méga-pouvoir, un monopole... ou quand la paresse et l'ignorance entraînent la dépendance à des malotrus...
a écrit le 18/07/2015 à 16:00 :
je suis noella je suis âgé de 30ans je suis célibataire sans enfants !
Je réside en australie e et je vis toute seule !
Je suis une femme sérieuse sincère et véridique aussi !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :