Bientôt un bracelet pour surveiller les employés d'Amazon ?

 |   |  693  mots
Le bracelet est configuré pour vibrer afin d'orienter les gestes du salarié lors d'une préparation de commande, par exemple.
Le bracelet est configuré pour vibrer afin d'orienter les gestes du salarié lors d'une préparation de commande, par exemple. (Crédits : Reuters)
Un brevet du géant de l'e-commerce établit un bracelet électronique permettant de déterminer les mouvements des mains de ses employés. Un système permettant d'augmenter la productivité, avance Amazon. Mais des soupçons de surveillance pèsent sur l'entreprise de Jeff Bezos, régulièrement critiquée pour ses conditions de travail.

Toujours plus de productivité. C'est l'argument avancé par Amazon pour justifier la création d'un bracelet électronique un peu spécial... Ce dernier permettrait de scruter les moindres gestes de ses employés, en déterminant les mouvements des mains dans ses entrepôts de stockage. Le gadget permet de "surveiller la réalisation des tâches assignées" à un salarié, comme l'inventaire ou les préparations de commandes, explique le brevet du titan de l'e-commerce. Déposé en 2016, il a été validé la semaine dernière par le bureau américain des brevets.

Dans les détails, le bracelet est configuré pour "émettre périodiquement des vibrations" afin d'orienter les gestes du salarié. Ainsi, il peut vibrer si l'employé replace au mauvais endroit un colis ou s'il ne prend pas le bon objet lors de la préparation d'une commande. D'après les schémas fournis avec le brevet, un salarié pourrait même porter un bracelet à chaque poignet. Un moyen d'éviter les erreurs et les oublis, et donc, d'améliorer la productivité, selon Amazon.

"Les méthodes existantes pour garder la trace des articles stockés peuvent exiger que le responsable du système d'inventaire effectue des tâches fastidieuses au-delà du placement de l'article dans une corbeille d'inventaire et de sa récupération en stock - par exemple, appuyer sur un bouton associé ou scanner un code-barres, détaille le brevet.

amazon brevet

Légende : Le bracelet est configuré pour vibrer lorsque le salarié fait une erreur. Crédit : Amazon / Upsto.

Une spéculation "erronée" selon Amazon

Pour l'instant, ce projet est uniquement au stade de brevet - rien n'indique si Amazon compte effectivement produire ce bracelet. Mais il renforce l'image d'une société peu soucieuse des conditions de travail. La médiatisation de ce nouveau bracelet a provoqué un tollé, notamment en Italie. "La spéculation sur ce brevet est erronée", s'est défendu Amazon dans un communiqué auprès de The Verge.

"Chaque jour, dans le monde entier, des employés utilisent des scanners portables pour vérifier les stocks et remplir les commandes. Cette idée, si elle est mise en œuvre dans le futur, améliorerait le processus pour nos associés. En déplaçant l'équipement aux poignets des associés, nous pourrions libérer leurs mains des scanners et leurs yeux des écrans d'ordinateur."

Et de poursuivre : "Comme la plupart des entreprises, nous avons des attentes de performance pour chaque employé et nous mesurons les performances réelles par rapport à ces attentes. Elles ne sont pas conçues pour suivre les employés ou limiter leurs capacités à prendre des pauses."

Culture d'entreprise anxiogène

En effet, le titan du commerce en ligne est régulièrement critiqué pour la pression et les objectifs infligés à ses employés.

"Je dois ranger chaque article en 15 secondes ou moins, et passer en revue 250 objets par heure, sinon un gestionnaire me donnera un avertissement, racontait un salarié de 24 ans au Guardian la semaine dernière. S'éloigner de mon poste pour boire un verre d'eau peut avoir un grand impact sur ma performance."

Pour dénoncer cet environnement de travail, un mouvement de grève a été lancé en Italie et en Allemagne cette année pendant le Black Friday, journée de super-promotion en novembre. "Amazon joue avec la santé de ses employés. La pression pour faire plus en un minimum de temps, les évaluations de performance et la surveillance sont permanentes" alors que les temps de récupération sont "insuffisants", dénonçait Verdi, le principal syndicat allemand des services.

Ce n'est pas tout. Amazon est aussi pointé du doigt pour sa culture d'entreprise anxiogène. L'entreprise de Jeff Bezos a provoqué un "bad buzz" en novembre dernier, accusé d'encourager la délation. L'enseigne avait mis en place un "concours" entre tous les salariés de son entrepôt de Lille. Ces derniers étaient encouragés à signaler les manquements aux règles de sécurité de leurs collègues en remplissant un bulletin "Faux pas". En échange, ils pouvaient obtenir un bon point avec une récompense à la clé.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/02/2018 à 6:20 :
La spéculation à propos de ce brevet est erronée », a réagi une porte-parole d'Amazon. « Chaque jour, dans n'importe quelle entreprise dans le monde, les employés se servent de scanners à main pour faire l'inventaire et préparer les commandes..
see : https://www.9apps.ooo/ 
https://www.vidmate.vip/ 
https://www.getmobdro.com/
a écrit le 05/02/2018 à 18:52 :
Bonne nouvelle pour les salariés ( es) d’Amazon
Demandez vite une «  augmentation « 
Car les salariés sont testés pour l’evolution De l’IA

Même quand vous testez un médicament pour un laboratoire , vous êtes payés : c’est le même principe.
a écrit le 05/02/2018 à 17:58 :
Oh mon Dieu. Qu'on passe vite aux robots car cette periode transitoire qu'est l'"humain augmenté" nous renvoie trop à ce qu'on a été.
@Amazon : on a besoin de l'argent de vos impôts pour notre pays. Merci d'y réfléchir.
a écrit le 05/02/2018 à 17:38 :
on se croirait en urss ( oui je sais, c'est de la nostalgie pour certains)
ca ne va rien ameliorer et ca ne va pas faire passer les oublis a 0
pour ca y ad'autres methodes dont personne ne doute un seul instant qu'ils sont au courant
maitenant il existe des entrepots entierement automatises, alors on a du mal a comprendre la demarche....
a écrit le 05/02/2018 à 17:11 :
Horrible perspective, les citoyens vont devoir être vigilants vis à vis des employeurs mais aussi vis à vis des états. Nous sommes fliqués partout, portables, caméras , internet.
Sans compter les administrations, le fisc , la SS, les assurances etc... le monde à venir ne sera pas marrant , on appelle cela le progrès.
Réponse de le 05/02/2018 à 17:44 :
le plus drole de votre exemple, c'est que votre ingenieur s'est certainement rendu compte que finalement l'ouvrier produisait moins de pieces ( bien qu'ayant gagne 3 mn), qu'il y a avit des pbs sur la qualite des pieces sorties, des retards sur chaine ( pour l'ingenieur responsable de la deuxieme partie de la chaine de production, etc etc)
c'est vraiment un secret de polichinnelle de savoir que ' les temps modernes', ca allait dans les annees 30, dans des modeles tayloro fordiens, avec des produits standardises et pas trop complexes........
de nos jours, y a autre chose...
Réponse de le 05/02/2018 à 17:46 :
et donc on a vire l'ouvrier car il n'etait plus productif, ce qui faisait une personne en moins, donc l'ingenieur a ete promu......... son successeur s'est rendu compte que l'ouvrier suivant ne savait pas faire la piece correctement, l'usine a ete arretee 1 mois, avec de gros retours qualites, et les pauvres types ' responsables de tant de negligence' ont ete vires, quand d'autres etaient promus....
je ne me souviens plus de cette loi qui dit que dans une organisation, on monte en general en grade jusqu'a son degre d'incompetence maximal.....
a écrit le 05/02/2018 à 17:11 :
Perso je vais complètement arrêter d'acheter chez amazon. Mais aller vers des concurrents qui déjà ne se cache pas derrière des paradis fiscaux comme amazon.
Ces derniers utilisent nos services mais s'esquive des qu'il faut payer.
et quand on voit comme il traite leurs salariés.
Donc hop poubelle amazon.
Réponse de le 05/02/2018 à 21:34 :
Combien de pèlerins vont vous suivre... ?!
Je suis de ceux qui n'achètent plus chez Amazon depuis au moins 10 ans, qui n'utilise jamais AirBnB et encore moins cette infâme idiotie qu'est Uber... où les chauffeurs savent à peine conduire, sait à peine parler un langage terrestre et que la voiture est sale et vétuste... Que les Français arrêtent de se tartiner de fausses modernités et qu'ils utilisent un instrument qui a fait ses preuves ces derniers millénaires... leur cerveau... et ce qui a dedans !
a écrit le 05/02/2018 à 17:02 :
C''est l'esclavage moderne. Avant c'était des chaînes, contre-maître et des fouets. Maintenant c'est électronique. Qui dit mieux?
a écrit le 05/02/2018 à 16:59 :
Et le boulet au pied, c'est pour quand ?
Bof ! Dans dix ans, les employés seront tous remplacés par des robots, qui vendront à des robots; parce qu'un chômeur cela n'achète pas.
a écrit le 05/02/2018 à 16:30 :
A la cheville pour les délinquants ,au poignet pour les salariés d'Amazon.
a écrit le 05/02/2018 à 16:19 :
Il existe aussi des bracelets pour ceux qui jouent avec le fisc.
a écrit le 05/02/2018 à 16:18 :
Un bracelet est bien plus pratique qu'un implant lors d'une mise a la porte!
a écrit le 05/02/2018 à 16:09 :
Il y a 30 ans déjà, j'ai côtoyé un employé de l'industrie qui me racontait comment l'ingénieur Méthodes avait analysé les gestes des salariés et écrivait des process qui stipulait de quelle main l'employé devait prendre telle pièce car il gagnait 150 milli-secondes et qu'à la fin de la journée, cela faisait 3 minutes de gagnées.
Quelques semaines plus tard, cet employé s'est tiré un balle dans la tête, mais l'ingénieur Méthodes n'a pas été inquiété.
A suivre le taux de suicides chez Amazon. Personnellement, je n'achète plus chez eux. Je me renseigne chez eux et je vais acheter ailleurs.
a écrit le 05/02/2018 à 15:23 :
Heu... ça fait aussi parti des nouveaux emplois liés au numérique ?

Hum, ça donne envie...

Ca fait penser à ce supermarché discount qui lui fait encore pire, il impose aux salarié d'obéir à un logiciel parlant, quand la réalité dépasse la fiction.

"Lune l'envers" http://www.dargaud.com/bd/Lune-l-envers

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :