Black Lives Matter : Amazon sommé d'arrêter de vendre ses technologies de surveillance à la police

Des associations de lutte contre les inégalités raciales exhortent Amazon de cesser toute collaboration technologique avec la police américaine, alors que les manifestations continuent aux Etats-Unis contre les violences policières et le racisme.

3 mn

Amazon commercialise le logiciel de reconnaissance faciale Rekognition et des caméras de surveillance Ring à la police américaine.
Amazon commercialise le logiciel de reconnaissance faciale Rekognition et des caméras de surveillance Ring à la police américaine. (Crédits : Cyril Abad / CAPA Pictures / Safran)

Amazon entretient-t-il, à cause des technologies de reconnaissance faciale qu'il fournit à la police, le racisme systémique des forces de l'ordre à l'encontre des Afro-Américains ? C'est le point de vue d'organisations de lutte contre les inégalités raciales comme l'American Civil Liberties Union (ACLU) ou encore MediaJustice, qui ont mis en ligne mardi 9 juin une pétition en ligne exhortant l'entreprise de Jeff Bezos à cesser toute collaboration technologique avec la police américaine.

Le géant américain du commerce en ligne, du cloud (informatique à distance) et des technologies "alimente et profite de l'injustice systématique, des inégalités et des violences contre les communautés noires", accuse leur pétition. "La reconnaissance faciale n'est pas une technologie neutre, quel que soit le discours d'Amazon. Elle automatise la surveillance de masse, menace la liberté des gens de vivre leur vie privée hors du regard du gouvernement, et amplifie les préjugés et les inégalités dans le système de justice pénale", est-il écrit.

Lire aussi : Reconnaissance faciale : vers un nouveau cadre légal en 2020 ?

Le logiciel de reconnaissance faciale Rekognition et les caméras connectées Ring dans le viseur

Des organisations comme l'American Civil Liberties Union (ACLU) appellent depuis deux ans Amazon à cesser de fournir sa technologie de reconnaissance faciale à la police. "Amazon a longtemps cherché à être la colonne vertébrale technologique de la police et de l'ICE (police de l'immigration, ndlr) en promouvant activement Amazon Web Services (cloud), son logiciel de reconnaissance faciale (Rekognition) et ses caméras de surveillance (Ring)", détaille le communiqué distribué par Athena, un collectif d'associations qui soulignent les impacts négatifs du groupe, de l'environnement aux conditions de travail. Les activistes accusent Amazon de "contribuer à la criminalisation des communautés de couleur".

Il y a deux semaines, la mort de George Floyd, un Afro-Américain asphyxié sous le genou d'un policier blanc, a entraîné une vague de colère et d'indignation à travers les Etats-Unis. Dans la rue et sur les réseaux sociaux, les manifestants exigent notamment des réformes en profondeur de la police et des systèmes de surveillance dont ils estiment qu'ils ciblent les Noirs de façon disproportionnée.

Lire aussi : La reconnaissance faciale transforme déjà notre quotidien

Amazon tiraillé entre principes et business, IBM arrête la vente de logiciels de reconnaissance faciale

"Le traitement brutal et non équitable des personnes noires dans notre pays doit s'arrêter", a tweeté le groupe, le 31 mai. "Nous sommes solidaires avec la communauté noire - nos employés, nos clients et nos partenaires - dans la lutte contre le racisme systémique et l'injustice".

"Les tweets et les donations symboliques ne signifient rien de la part d'une entreprise en connivence avec les agents et institutions du racisme systémique", a réagi Myaisha Hayes, directrice de la stratégie chez MediaJustice, l'une des associations signataires de la pétition.

En octobre dernier, Amazon avait reconnu que "comme toutes les technologies, la reconnaissance faciale (...) peut être mal utilisée" et assuré que ses équipes fournissaient des indications à tous les clients du (logiciel) Rekognition, "y compris les forces de l'ordre, sur la bonne manière de s'en servir".

Mais face à l'ampleur du mouvement Black Lives Matter, d'autres entreprises ont pris les devants. Lundi, IBM a annoncé suspendre la vente de logiciels de reconnaissance faciale à des fins d'identification et s'est "opposé à l'utilisation de toute technologie à des fins de surveillance de masse, de profilage racial et de violations des droits et libertés humaines de base".

Lire aussi : IBM annonce qu'il ne vendra plus d'outils de reconnaissance faciale, sur fond de tensions raciales aux États-Unis

3 mn

Paris Air Forum

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 10/06/2020 à 15:58
Signaler
De toutes les GAFA amazone est une réelle menace, les autres étaient des jeunes qui ont fait leur fric sur une nouvelle idée tandis que Bezos lui a fait l'inverse il a prit le fonctionnement de la finance pour l’appliquer froidement à internet, aucun...

à écrit le 10/06/2020 à 14:11
Signaler
Le consommateur des services amazon, donc le "produit" amazone, a un moyen simple, à sa portée, et très efficace: ne plus acheter au travers de cette plateforme. Le boycott d'amazon par une majorité des consommateurs pourra certainement attirer l'att...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.