Comment Google aurait passé sous silence plusieurs cas de harcèlement sexuel

 |   |  433  mots
Le géant américain de l'Internet traverse une passe délicate en cette fin d'année.
Le géant américain de l'Internet traverse une passe délicate en cette fin d'année. (Crédits : Chris Helgren)
Google fait face à une controverse autour d'affaires de harcèlement sexuel que, selon une enquête du New York Time, le groupe aurait couverts à coups de millions de dollars. Plusieurs hauts dirigeants, dont le père d'Android, sont impliqués. Google annonce avoir licencié 48 salariés dont 13 hauts responsables dans le cadre de cette affaire.

Google à nouveau dans l'oeil du cyclone. Le directeur général du groupe américain Sundar Pichai a indiqué, sans donner de noms, que le groupe avait renvoyé 48 salariés, dont 13 hauts responsables, pour harcèlement sexuel au cours des deux dernières années, dans un document interne adressé aux salariés. Il répondait à une enquête du New York Times affirmant que le groupe a étouffé plusieurs cas de harcèlement concernant de hauts responsables, dont Andy Rubin, créateur du système d'exploitation mobile Android, qui dément fermement. L'ingénieur avait pris la tête de la division robotique de Google en 2013, avant de la quitter moins d'un an plus tard pour fonder un fonds d'investissement et un incubateur de start-up, Playground.

Après une accusation de relations sexuelle forcée formulée par une employée qui entretenait une liaison avec M. Rubin, le groupe aurait contraint ce dernier à démissionner en 2014 mais, sujet de controverse, lui aurait quand même versé des indemnités de départ de 90 millions de dollars, selon le quotidien. Au total, le New York Time affirme que trois cadres de haut rang accusés de "comportements sexuels déplacés" auraient ainsi été "protégés" par le groupe mais deux sur trois, dont M. Rubin, ont été payés des millions de dollars pour atténuer le choc de leur départ alors que la loi ne l'imposait pas. En revanche, aucun des 48 salariés licenciés n'ont reçu d'indemnités de départ.

Rubin reconnaît "une liaison consentie" en 2012

Ces dernières années, Google a "effectué beaucoup de changements, y compris adopté une ligne dure sur des comportements inappropriés de personnes en position d'autorité", a défendu M. Pichai, assurant que Google enquêtera sur toute plainte d'un salarié et prendra des mesures adaptées si besoin. L'enquête du New York Times est "difficile à lire", a-t-il reconnu. Pour sa part, Andy Rubin a affirmé via un mail à l'AFP envoyé par son porte-parole, avoir "quitté Google de son plein gré en 2014" et n'avoir "jamais eu de comportement inapproprié chez Google ou ailleurs". Il reconnaît une "liaison consentie" en 2012 mais ajoute que la personne n'était pas directement sous ses ordres.

Google fait face à plusieurs difficultés en cette fin d'année. Le 25 octobre, la maison mère de l'entreprise annonçait des résultats financier en deça des attentes du marché. La société américaine a également été condamné par l'Union européenne, en juillet dernier, pour entrave à la concurrence.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/10/2018 à 23:51 :
La vieille devise ligérienne a toujours sa valeur.
"Jamais au boulot et jamais dans le diocèse"
a écrit le 29/10/2018 à 8:14 :
Sensibiliser sur l’harcèlement au travail et les mécanismes ( obligations ds toutes les entreprises)
Rééducation des populations.

Ensuite il va de soi qu’un règlement devrait «  sanctionner «  des relations «  proches » dans le cadre du travail

Le travail c’est le travail
Pas de relation proche ( sexuel ou autre)entre salariés d’une même entreprise , ça va de soi...
a écrit le 28/10/2018 à 20:48 :
"Passé sous silence" mais on a la nouvelle quand même, bon pas tellement efficace "le silence" hahahahaha !
C'est sûre qu'avec 90 millions on passe d'une relation "consentie" à "forcée" ! Sinon ou est le procès ?
a écrit le 27/10/2018 à 10:51 :
Ah tout ces geeks qui ont passé leur vie derrière leur pc sans avoir développer leurs rapports sociaux du coup... -_-

http://www.culturewok.com/krazykatlib/book/object/73226

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :