Twitter creuse ses pertes à cause du Covid-19

La pandémie de Covid-19 et la frilosité des annonceurs dans un contexte de manifestations contre le racisme ont fait chuter le chiffre d'affaires trimestriel de Twitter, mais ont attiré de nombreux nouveaux usagers, a affirmé jeudi le réseau social.
Sylvain Rolland

3 mn

Les rentrées d'argent issues de la publicité, qui représentent la principale source de revenus pour Twitter, ont dégringolé de 23% en base annuelle, dans la continuité du plongeon du premier trimestre, déjà marqué par les conséquences de la pandémie de nouveau coronavirus.
Les rentrées d'argent issues de la publicité, qui représentent la principale source de revenus pour Twitter, ont dégringolé de 23% en base annuelle, dans la continuité du plongeon du premier trimestre, déjà marqué par les conséquences de la pandémie de nouveau coronavirus. (Crédits : Brendan McDermid)

La crise du coronavirus a beau profiter aux géants du Net comme les Gafam (Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft), Twitter ne joue pas encore dans cette cour. Ses résultats du deuxième trimestre, publiés le 23 juillet, le montrent. D'un côté -c'est le verre à moitié plein-, le réseau social a gagné en popularité grâce au confinement. De l'autre, ses revenus, qui proviennent essentiellement de la publicité, ont chuté.

Lire aussi : Trump cherche à museler les réseaux sociaux avant la présidentielle, Twitter contre-attaque !

Covid-19 + mouvements sociaux aux Etats-Unis = chute des revenus publicitaires

Ainsi, le chiffre d'affaires du groupe entre avril et juin s'est établi à 683 millions de dollars (590 millions d'euros), en baisse de 19% par rapport à la même période l'an dernier et en dessous des 702 millions de dollars attendus par les analystes.

Les rentrées d'argent issues de la publicité, qui représentent la principale source de revenus pour Twitter, ont dégringolé de 23% en base annuelle, dans la continuité du plongeon du premier trimestre, déjà marqué par les conséquences de la pandémie de nouveau coronavirus.

"Nous avons observé une reprise graduelle et modérée par rapport aux niveaux de mars tout au long du 2e trimestre, à l'exception de fin mai à début juin, au moment où de nombreuses marques ont ralenti ou interrompu leurs dépenses en réaction aux troubles sociaux aux Etats-Unis", indique le groupe dans un communiqué.

Effectivement, le vaste mouvement de protestations contre le racisme et les violences policières qui a suivi la mort de George Floyd, un Afro-Américain de 46 ans asphyxié par un policier blanc à Minneapolis, a fini par éclabousser les réseaux sociaux. Accusés de laisser se propager les propos racistes, Facebook et Twitter ont été pris à parti et ont été la cible d'un mouvement de boycott de la part de nombreux annonceurs, dans le but de forcer ces plateformes à agir pour mieux modérer les contenus.

Lire aussi : Racisme sur Facebook : boycotté par de gros annonceurs, Zuckerberg réagit enfin

Une popularité au zénith

Sur le trimestre, Twitter a donc enregistré une perte nette de 1,23 milliard de dollars (1,06 milliard d'euros), un chiffre qui s'explique en grande partie par le paiement d'impôts différés pour un montant de 1,1 milliard de dollars. Ajusté des éléments exceptionnels, cela représente une perte de 1,39 dollar par action.

En revanche, le réseau social a annoncé une croissance impressionnante de 34% sur un an de son nombre d'usagers quotidiens "monétisables", qui a atteint 186 millions de personnes. Twitter considère comme "monétisables" ses utilisateurs pouvant être exposés à de la publicité sur sa plateforme ou ses applications. C'est la plus forte progression annuelle depuis que l'entreprise a établi cette mesure.

Cette hausse trimestrielle a été rendue possible par "les discussions mondiales autour de l'actualité et l'amélioration continue des produits", a affirmé le groupe.

Lire aussi : Anonymat sur les réseaux sociaux : les contre-vérités de Jean Castex et Eric Dupond-Moretti

Piratage massif

La publication des résultats de Twitter intervient une semaine après un piratage massif, qui a visé les comptes certifiés de nombreuses personnalités américaines, dont l'ancien président Barack Obama, le patron de Tesla Elon Musk ou le cofondateur de Microsoft Bill Gates.

"Nous avons réagi rapidement à ce qu'il s'était passé et avons pris des mesures supplémentaires pour renforcer notre résistance aux attaques ciblées d'ingénierie sociale, nous avons mis en place de nombreux garde-fous pour améliorer la sécurité de nos systèmes internes et nous travaillons avec les agences de maintien de l'ordre qui mènent leur enquête", a écrit le groupe, qui a promis la transparence à ce sujet.

A Wall Street, l'action de Twitter montait de près de 6% dans les échanges électroniques avant l'ouverture.

Sylvain Rolland

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 24/07/2020 à 7:52
Signaler
Twitter a mis très longtemps à démarrer, pendant plus de dix ans il perdait de l'argent soutenu seulement par les marchés financiers puis depuis son entreprise de nettoyages de trolls d'extrême droite qui en était infesté arrivant en même temps que l...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.