Uber veut des voitures volantes d'ici 2026... mais sans les construire

 |   |  622  mots
Uber évalue à 15 minutes un vol entre San Francisco et San José (70 km), contre 1h40 par la route en UberX (90 km).
Uber évalue à 15 minutes un vol entre San Francisco et San José (70 km), contre 1h40 par la route en UberX (90 km). (Crédits : © Uber)
L'application de VTC a dévoilé jeudi son plan pour développer Uber Elevate, un service "d'aviation à la demande".

Le service de voitures autonomes n'en est qu'à ses balbutiement, qu'Uber veut déjà conquérir les airs. Dans un document de 97 pages publié jeudi, l'application de VTC a dévoilé ses plans pour développer un service d'"aviation à la demande" baptisé Uber Elevate.

En passant par les airs, le service permettrait d'éviter les embouteillages terrestres et de tracer un itinéraire plus court. Résultat, un gain de temps phénoménal, Uber évaluant à 15 minutes un vol entre San Francisco et San José (70 km), contre 1h40 par la route en UberX (90 km). Pour les clients, le trajet reviendrait à 129 dollars lors du lancement et pourrait chuter à 20 dollars à termes, contre 111 dollars actuellement avec UberX.

Des pilotes salariés ?

Concrètement, le voyage se passerait à bord d'un ADAV (Aéronef à décollage et atterrissage verticaux, VTOL en anglais), pouvant atteindre une vitesse de 250 km/h avec une autonomie de 160 km. Les engins seraient commandés par des personnes physiques.

Aujourd'hui, la formation des pilotes requiert près de 1.700 heures de vol, rendant plus difficile la formation d'une armée de chauffeurs des airs. "En théorie", l'amélioration de la technologie des ADAV d'ici la mise en place du service devrait demander moins de compétences pour les manier, espère Uber.

Entre ces contraintes et le coût de l'appareil, les pilotes ne risquent pas de se bousculer pour travailler sous le modèle actuel de l'application de VTC. C'est pourquoi dans son document l'américain laisse penser qu'il pourrait les embaucher, ce qui modifie complètement son business plan par rapport à son service traditionnel. À l'image des véhicules terrestres, Uber envisage quoi qu'il en soit de passer à des modèles autonomes à termes.

D'ici 2026, la technologie sera prête...

Ce monde du futur décrit par Uber, "nous espérons l'atteindre dans la décennie qui vient", indique son CPO (Chief product officer) Jeff Holden dans un post sur Medium. L'entreprise prend des précautions pour une raison simple : le développement des véhicules volants ne dépend pas d'elle.

Comme avec Ford pour la voiture autonome, Uber se repose sur les constructeurs pour développer la technologie. L'application se cantonne à son service de transport à la demande. Elle ne possède aucune usine et ne compte pas en avoir. Dévoiler Uber Elevate est avant tout une opération de communication, visant à jouer les lobbies auprès des autorités. Jeff Holden ne s'en cache pas.

"Notre intention ici est de contribuer au naissant mais grandissant écosystème des ADAV et de commencer à y jouer un rôle qui soit le plus efficace pour aider à accélérer le développement de cette industrie", confie-t-il.

> LIRE AUSSI : Etats-Unis : Uber lance ses voitures autonomes dans les rues de Pittsburgh

Reste que le calendrier qu'il s'est fixé est loin d'être irréaliste sur le plan technique. La NASA et le Pentagon ont déjà mis au point des appareils, quand plusieurs entreprises devraient proposer des ADAV opérationnels d'ici 2020 selon le site d'information Wired, à l'image du Volocopter de l'Allemand eVolo.

...mais quid de la réglementation ?

Si les échéances peuvent être tenues sur le plan technique, il en est tout autre sur le plan réglementaire. Aux États-Unis, l'autorité de régulation la FAA n'a pour l'instant établi aucune règle en la matière. Elle n'aurait même pas réfléchi à l'ombre d'une trame pour la certification des aéronefs à usage commercial, selon Wired.

En revanche, l'engin ne nécessite pas d'infrastructures lourdes à la différence du projet "Hyperloop" par exemple. Il faut cependant disposer d'héliports pour pouvoir décoller puis atterrir, et surtout qu'ils soient équipés pour la recharge des batteries. Tout reste à construire.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :