Jeux vidéo : ce que Fortnite reproche à Apple et Google

Epic Games a vu son célèbre jeu vidéo Fortnite, qui a attiré environ 350 millions de joueurs depuis sa sortie en 2017, subitement retiré des magasins d'applications d'Apple et de Google. L'éditeur a porté plainte jeudi contre Apple pour abus de position dominante et pratiques "anticoncurrentielles".
Anaïs Cherif

5 mn

Epic Games est l'éditeur du célèbre jeu vidéo Fortnite.
Epic Games est l'éditeur du célèbre jeu vidéo Fortnite. (Crédits : Dado Ruvic)

Epic Games part en guerre contre Apple et Google. L'éditeur de jeux vidéo reproche aux deux géants américains d'avoir subitement retiré son célèbre jeu Fortnite de leur magasin d'applications respectifs, l'App Store et Google Play Store. Les ogres de la Silicon Valley ont reproché au studio d'avoir enfreint leurs conditions d'utilisation. Ce retrait soudain empêche, de fait, le téléchargement du jeu par de nouveaux utilisateurs sur l'App Store et sur Google Play Store. En revanche, il reste possible de télécharger le jeu sur Android, système d'exploitation mobile de Google, via d'autres plateformes.

Conséquence : Epic Games a déposé plainte jeudi contre Apple auprès d'un tribunal fédéral en Californie. Pour l'instant, aucune plainte n'a été déposée contre Alphabet, maison-mère de Google. L'éditeur de jeux vidéo accuse la firme à la pomme croquée d'abus de position dominante et de pratiques "anticoncurrentielles" sur l'App Store. En cause : son système de commission imposé, similaire à celui exercé par Google. Pour pouvoir figurer parmi les applications à télécharger et distribuer du contenu payant, Apple impose le recours à son système d'achat intégré propriétaire «IAP». Si un utilisateur d'iPhone ou d'iPad souhaite accéder à du contenu payant, il doit nécessairement télécharger l'application sur l'App Store et il est obligé de payer directement via le système de paiement d'Apple.

Apple veut "étouffer l'innovation", selon Epic Games

La firme californienne prélève au passage une commission de 30% sur les transactions entre consommateurs et développeurs générés la première année du téléchargement de l'appli, puis 15% les années suivantes. Un coût souvent répercuté par les développeurs sur le consommateur final, en augmentant le prix des abonnements et des achats intégrés. Qualifiant cette taxe de "tyrannique", Epic Games estime dans sa plainte que Apple "impose des restrictions déraisonnables et illégales pour monopoliser les deux marchés", à savoir la distribution d'applications et le système de paiement.

"Apple est devenu ce contre quoi il pestait autrefois. Le monstre qui veut contrôler les marchés, bloquer la concurrence et étouffer l'innovation", peut-on lire dans la plainte. "Apple est plus gros, plus puissant, plus enraciné et plus pernicieux que les monopoles d'antan."

Considérant ce système comme "anti-compétitif", Epic Games a tenté de contourner les règles. Le studio a proposé un mode de paiement alternatif permettant aux joueurs de Fortnite d'économiser de l'argent en contournant le système de l'App Store et de Google Play Store. Ce qui lui a valu d'être retiré des plateformes des deux entreprises.

"Epic Games a pris la décision malheureuse d'enfreindre les règles de l'App Store, qui s'appliquent à tous les développeurs et sont conçues pour que le magasin soit sécurisé pour nos utilisateurs", a justifié jeudi Apple à l'AFP.

Régulièrement attaqué sur ce sujet, le géant californien explique que ce système de paiement unique sert à protéger les développeurs et les utilisateurs de potentielles arnaques. Même son de cloche chez Google, pour qui Fornite a "enfreint nos règles", mais il dit être en discussion avec l'éditeur pour que le jeu puisse revenir.

Lire aussi : "Apple peut tuer ton business en une heure" (Cyril Paglino, ex-Pdg de Tribe)

L'App Store, dans le viseur des régulateurs européens et américains

Etre présent sur les magasins d'applications est indispensable pour les développeurs, afin que leurs applications puissent rencontrer leur public. Fortnite, qui était initialement un jeu sur PC et consoles, est présent depuis 2018 sur l'App Store et depuis le début de l'année sur Google Play Store. Epic Games ne communique pas dans le détail la répartition de ses joueurs. Mais rien qu'en juillet, 2 millions de téléchargements ont été enregistrés pour le fameux jeu de tir et de survie via l'App Store et le Google Play Store, selon les données de SensorTower.

Epic Games ne demande aucune compensation financière. En revanche, il appelle la justice américaine à contraindre Apple à changer ses conditions d'utilisation pour tous les développeurs. Le studio de jeux vidéo n'est pas le premier à s'élever contre cette fameuse commission. Le leader mondial du streaming audio, Spotify, a déposé plainte en mars 2019 auprès de la Commission européenne pour les mêmes griefs. Ce qui a poussé la Commission européenne a ouvrir en juin deux enquêtes pour pratiques anticoncurrentielles visant la firme à la pomme.

Le fonctionnement de l'App Store est également dans le viseur des régulateurs américains. Une enquête antitrust a été lancée par la Chambre des représentants, la chambre basse du Congrès, il y a treize mois. Celle-ci a débouchée sur une audition du patron d'Apple, aux côtés de Facebook, Amazon et Google, devant le Congrès fin juillet.

Lire aussi : Concurrence : pourquoi Apple est dans le viseur de la Commission européenne

Anaïs Cherif

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 17/08/2020 à 8:36
Signaler
Apple verrouille tout, il va développer son propre processeur pour remplacer celui D’Intel dans les ordis, dans les cellulaires c'est déjà fait. Un moment Apple voulait même inclure la carte SIM dans le téléphone de telle manière de fermer complèteme...

à écrit le 15/08/2020 à 11:35
Signaler
#FreeFortnite Je soutiens Epic Games

à écrit le 14/08/2020 à 16:04
Signaler
Une bataille pour une seule question de gros sous, il n'y a ni bons ni mêchants.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.