Libra, Facebook Pay : le géant des réseaux sociaux veut s'imposer dans les paiements

 |  | 464 mots
Facebook a présenté un projet de devise numérique, baptisé Libra, en juin 2019 pour la première fois.
Facebook a présenté un projet de devise numérique, baptisé Libra, en juin 2019 pour la première fois. (Crédits : Dado Ruvic)
Le géant des réseaux sociaux a annoncé lundi avoir créé une division, "Facebook Financial", dédiée au déploiement de ses services de paiement et financiers. Parmi eux, Facebook Pay, qui permet d'acheter directement sur la plateforme, ou encore son projet de cryptomonnaie "Libra", toujours en cours de développement.

Facebook peaufine les contours de son attaque pour proposer des services de paiement, essentiels à ses clients, les annonceurs. Le géant des réseaux sociaux compte désormais une nouvelle division, baptisé "F2" pour "Facebook Financial", a-t-il indiqué à l'AFP lundi. Elle est dirigée par David Marcus, le co-créateur du projet de cryptomonnaie Libra, qui a aussi été à la tête de l'application de messagerie instantanée Messenger.

Son équipe est chargée de la stratégie et de la gestion de tous les services financiers ou de paiements développés par l'entreprise, comme Facebook Pay, qui permet d'acheter des produits sur le réseau ou de faire des dons, par exemple. David Marcus est épaulé par Stéphane Kasriel, un ancien de PayPal.

Lire aussi : Où en est Libra, le projet de cryptomonnaie de Facebook ?

F2 s'occupe aussi de Novi, ex-Calibra, le futur portefeuille virtuel qui permettra d'utiliser la devise numérique Libra. Novi doit prendre la forme d'une application autonome et aussi d'une fonctionnalité dans Messenger et WhatsApp, mais sa date de sortie n'est pas connue.

Le projet de devise numérique Libra, présenté en juin 2019, a suscité une levée de boucliers de la part des autorités, aussi bien européennes qu'américaines, inquiètes pour leur souveraineté sur la monnaie. Ce projet est géré depuis le printemps par une association indépendante, basée à Genève, qui l'a revu à la baisse.

Lire aussi : Libra, nouvelle arme de Facebook pour renforcer sa domination sur le Net

Faciliter les achats depuis Facebook

Facebook assure de son côté continuer de travailler sur une infrastructure des paiements et transferts d'argent dans le monde qui soit plus simple et plus efficace que les méthodes actuelles, tout en sachant qu'il ne peut pas se passer de partenaires approuvés par les régulateurs.

Avec la pandémie, et avec pour objectif de compléter son écosystème, la plateforme investit aussi beaucoup sur les outils qui facilitent la consommation en ligne. La société a vu le nombre d'utilisateurs augmenter et leur usage exploser à la faveur du confinement. Mais la récession liée à la crise économique pèse sur ses revenus publicitaires, qui proviennent notamment des PME.

Depuis mai, Facebook teste donc par exemple un bouton "checkout" (paiement), qui existe déjà sur Instagram et permet de régler ses achats sans être redirigé vers le site marchand. Le but : retirer un maximum de barrières qui se dresse sur le chemin du consommateur une fois qu'il a repéré un produit, comme de devoir rentrer son numéro de carte bleue ou de se retrouver sur un site web mal conçu. Facebook entend aussi faciliter les paiements via WhatsApp, à commencer par l'Inde et le Brésil.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/08/2020 à 15:18 :
Vu le nombre de fois que Facebook se fait pirater dans l'année ou que ses employés vendent des données de clients , ce n'est certainement pas moi qui lui confierais mes données bancaires.
a écrit le 11/08/2020 à 20:09 :
Je prédis que les GAFA vont se prendre une rouste ... L'UE va réguler ... et faire son propre standard de paiements avec PEPSI.... Quant à facebook , une boite qui collabore avec la NSA et a des failles de sécurité énormes , très peu pour moi ... Je mise sur autre chose ... Les GAFA sont des boites aux pieds d'argile qui ont su profiter de la faiblesse des états pour faire leur beurre ... Ils emploient bien trop peu de personnes par rapport à l'ancien monde pour avoir un poids en cas de crise significative et comme la monnaie , c'est l'état ... ni le bitcoin , ni le libra ou autres utopies ne passera ... Attendez vous à de la régulation de l'UE tout azimut ...
a écrit le 11/08/2020 à 14:18 :
Devant une économie prise en otage par les évadés fiscaux nous attendons tous la Libra avec impatience et il est bien évident que tous les services que proposera FB avec cette monnaie auront du succès.

Tandis que l'UE n'est plus qu'une énorme banque, tandis que l'oligarchie européenne a tout fait pour renforcer le consortium européen financier sur le dos des citoyens européens, même là, même pour leur pognon chéri, leurs paradis fiscaux adorés ils vont se faire ramasser.

Le déclin c'est peut-être bientôt la fin.
a écrit le 11/08/2020 à 14:05 :
Ouf...Une raison de plus d'avoir supprimé mon compte Facebook.
Ça ne sert à rien, c'est dangereux et le simple fait que ce soit Américain me donnes de boutons.
a écrit le 11/08/2020 à 11:19 :
Sinon il y a Wirecard qui pourrait être mise en vente

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :