"Retour aux origines" pour Europe 1

 |   |  392  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
La station du groupe Lagardère vise 10% d'audience cumulée. Un objectif ambitieux, qui n'a pour l'instant pas d'échéance. Elle compte sur ses nouvelles stars, Bruce Toussaint et Nikos Aliagas.

C'est dans les vieilles marmites qu'on fait les meilleures soupes. Pour redresser des audiences moroses, Denis Olivennes a décidé d'opter pour une recette de grand-mère. La nouvelle grille de rentrée est allée chercher dans « les racines profondes de la station », a déclaré le PDG de la station. Maniant l'antithèse, Denis Olivennes prône une station conjuguant « information » et « bonne humeur ». « Une radio intelligente mais qui ne se prend pas la tête ». « Il fallait que nous retournions à nos origines ». Mais pas question de jeter l'opprobre sur son prédécesseur, parti diriger la Fnac. « Vous ne m'entendrez jamais dire du mal d'Alexandre Bompard. J'ai beaucoup d'estime pour lui. C'est un ami ».

Denis Olivennes mise notamment Bruce Toussaint, transfuge de Canal Plus ou Nikos Aliagas (qui présentait l'an dernier la matinale de NRJ) pour faire repartir les audiences. Comme Alexandre Bompard qui avait confié la matinale à Marc-Olivier Fogiel, Denis Olivennes croît donc aux vertus des stars de la télé. Il s'est défendu d'avoir dragué Stéphane Bern, passé de France Inter à RTL. « J'ai bu des verres avec Stéphane Bern que je connais depuis longtemps, ce qui lui sûrement permis d'améliorer ses négociations avec la rue Bayard », a plaisanté Olivennes.

Reste que l'objectif que s'est fixé la station du groupe Lagardère est ambitieux. Europe 1, qui ne se donne pas d'échéance, vise à terme « 10% d'audience cumulée ». « C'est un marathon, pas un sprint », a expliqué Denis Olivennes. Sur la période avril-juin, la station a affiché une audience de 8,7%, soit 4,5 millions d'auditeurs quotidiens, en baisse par rapport aux trois premiers mois de l'année (9,1%).

En attendant, pas question de trop dépenser. Malgré les nouvelles têtes, le coût de grille est en légère baisse par rapport à l'an passé, a expliqué Denis Olivennes, sans préciser. « Il est prudent de ne pas tabler sur une explosion des recettes publicitaires compte tenu de la conjoncture économique ». Il faut dire que le premier semestre a été « légèrement en baisse », a fait savoir Constance Benqué, à la tête de Lagardère Publicité, qui a assuré que les « annonceurs [leur]avaient fait confiance sur septembre ».

A long terme, Denis Olivennes espère « une hausse des recettes de la publicité et des diversifications, ainsi qu'une augmentation des résultats ».
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/09/2011 à 9:25 :
Une des causes qui me fait abandonner de plus en plus Europe 1 pour l'écoute de ses concurrents : l'abâtardissement, pour ne pas dire le massacre, des formes interrogatives pratiqué systématiquement par un certain Elkabbach. Curieusement, le jargon de ce débiteur de questions (et interrupteur de réponses...) n'est jamais rectifié par ses invités, apparemment intimidés! Paradoxalement, il s'occupe d'émissions littéraires et préside la TV Public Sénat. Il ne faut s'étonner de rien!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :