Agnès Saal, ex-patronne de l'INA, va plaider coupable pour ses frais de taxi

Agnès Saal va plaider coupable de détournement de fonds publics pour ses notes de taxi lorsqu'elle était à la tête de l'INA, selon des sources proches du dossier. Elle a également accepté de reconnaître sa culpabilité pour les frais payés par le Centre national d'art et de culture Georges Pompidou.

1 mn

Un an après sa nomination à la tête de l'INA en avril 2014, Agnès Saal a été poussée à la démission fin avril après la révélation de ses dépenses en taxis.
Un an après sa nomination à la tête de l'INA en avril 2014, Agnès Saal a été poussée à la démission fin avril après la révélation de ses dépenses en taxis. (Crédits : DR)

Agnès Saal, ex-dirigeante de l'Institut national de l'audiovisuel (INA) et du Centre Pompidou, a décidé de plaider coupable de détournement de fonds publics pour ses notes de taxi, selon Reuters, qui se base sur des sources proches du dossier, mardi 29 mars.

Pour rappel, un an après sa nomination à la tête de l'INA en avril 2014, Agnès Saal a été poussée à la démission fin avril après la révélation de ses dépenses en taxis, évaluées à plus de 40.000 euros en dix mois, dont 6.700 euros pour son fils. La présidente disposait pourtant d'une voiture avec chauffeur.

Des audiences le 11 et le 15 avril

Agnès Saal a également accepté de reconnaître sa culpabilité devant le tribunal de grande instance de Créteil, qui traite le volet Ina, et à Paris, pour les frais payés par le Centre national d'art et de culture Georges Pompidou. Pour rappel, cette dernière était à la tête du Centre national d'art et de culture Georges Pompidou entre 2007 et 2014.

Les audiences auront lieu respectivement le 11 et le 15 avril, dit-on de source judiciaire, afin de confirmer les peines. Aucune précision n'a été donnée sur celles-ci.

1 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 01/04/2016 à 14:49
Signaler
et la déchéance de la fonction publique ? elle s'applique ?

à écrit le 30/03/2016 à 13:37
Signaler
"Un gouvernement irréprochable" nous avait dit "Moi Je". Avec Cahuzac, Saal &co. ça va être dur à l'heure du bilan. Le minimum devrait être pour ces indélicats une interdiction à vie de travailler dans la fonction publique et de postuler à des fonct...

à écrit le 30/03/2016 à 13:15
Signaler
Plus courageuse que Valerie Trierweiler!

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.