Taxis de l'INA : Agnès Saal avait déjà fait le coup dans un précédent poste

 |  | 258 mots
Le site BuzzFeed a par ailleurs révélé mercredi 3 juin que le contrat passé avec la compagnie de taxis parisiens G7 était illégal puisque aucun appel d'offres ou mises en concurrences n'ont eu lieu, contrairement à ce qui est prévu par la procédure.
Le site BuzzFeed a par ailleurs révélé mercredi 3 juin que le contrat passé avec la compagnie de taxis parisiens G7 était illégal puisque aucun appel d'offres ou mises en concurrences n'ont eu lieu, contrairement à ce qui est prévu par la procédure. (Crédits : DR)
À la tête du Centre national d'art et de culture Georges Pompidou entre 2007 et 2014, Agnès Saal aurait fait usage de taxis pour des motifs "non exclusivement professionnels", selon le parquet de Créteil.

Ce n'était pas sa première fois. L'ex-présidente de l'Institut national de l'audiovisuel (I'INA), Agnès Saal, poussée à la démission fin avril après avoir été épinglée pour ses plus de 40.000 euros de frais de taxi, est également suspectée d'avoir fait usage de taxis pour des motifs "non exclusivement professionnels" sur un précédent poste, a indiqué jeudi 4 juin le parquet de Créteil.

D'après des pièces transmises à la justice par le ministère de la Culture, les faits remontent à l'époque où Agnès Saal où était directrice générale du Centre national d'art et de culture Georges Pompidou (CNAC), entre 2007 et 2014, souligne le parquet dans un communiqué. "Ce volet fera l'objet d'une transmission au parquet de Paris, compétent territorialement", ajoute-t-il, sans autres précisions.

Enquête préliminaire ouverte

Le ministère de la Culture a également apporté au parquet des "pièces nouvelles" concernant des "frais de taxis indus" engagés par Mme Saal lorsqu'elle était à la tête de l'INA, entre mai 2014 et avril 2015.

Ces éléments "viennent compléter" une enquête préliminaire ouverte le 20 mai pour "détournements de fonds publics aggravés", a-t-il précisé.

Le site BuzzFeed a par ailleurs révélé mercredi 3 juin que le contrat passé avec la compagnie de taxis parisiens G7 était illégal puisque aucun appel d'offres ou mises en concurrences n'ont eu lieu, contrairement à ce qui est prévu par la procédure de passation des marchés publics.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/06/2015 à 12:54 :
Quelle délicieuse énarque socialiste ! Cette grande bourgeoise de gauche, profiteuse de l'argent des pauvres contribuables est typique. Je l'adore, elle me prouve que mon analyse est juste. Ils sont combien de milliers de bons solidaires de cet acabit?
a écrit le 05/06/2015 à 9:17 :
Chacun sa drogue les uns la cocaïne, les autres les taxis...
Réponse de le 05/07/2015 à 12:07 :
Et pour d'autres le Barca...
a écrit le 04/06/2015 à 23:43 :
cela ne devait pas s'arrêter aux notes de taxis....les restaurants, les petits voyages !
Si cette personne est hautement condamnable sur le plan de la moralité on peut par contre s'étonner que personne ne s'en soit aperçu plus tôt et donc se poser la question sur le laxisme qui règne partout dans les administrations publiques qui ne contrôlent rien et en conclure que des Madame Saal il doit y en avoir des dizaines de milliers voir plus !
a écrit le 04/06/2015 à 22:47 :
Ohhh
Ca vaudrait une promotion !!
Réponse de le 05/06/2015 à 16:08 :
oui.... une petite légion d'honneur bis!!!!
a écrit le 04/06/2015 à 22:43 :
Pourquoi s'acharner sur cette pauvre femme? Elle n'a fait que suivre l'exemple de nos élus . Sarkozy s'est bien assis sur la limitation des dépenses de campagnes électorales, et hollande entretient ses maîtresses aux frais des contribuables......
a écrit le 04/06/2015 à 22:10 :
Combien les seigneurs méritent le meilleur.
Aux vilains les transports en commun : sales avec ses mares d'urines, ses tags, ses déjections dans les ascenseurs, ses grèves, ses augmentations de tarifs..
Aux seigneurs les limousines, les taxis, les hélicoptères...
Agnés Saal goûtera bientôt au Concorde. Parce qu'elle le vaut bien.
a écrit le 04/06/2015 à 21:10 :
Cette dame me semble bien déconnectée de la réalité. Donnons lui du temps pour reflechir en l'envoyant quelques mois à l'ombre et elle arretera de vouloir passer pour une victime.
Et pour reperer les autres membres de la haute administration qui abusent du systeme, je demande à ce qu'une commission etudie les note de frais de toutes les agences plus ou moins publiques (agence de l'eau, Halde, SACEM, ...) avec bien entendu des personnes de la société civile dans cette commission.
Sans cela, le contribuable continuera de se faire voler par cette nomenklatura mafieuse. Le gouvernement semble par ailleurs complice de cette dame vu son absence de réaction (dingue qu'elle ait été recasée aussi rapidement compte tenu des faits qui lui sont reprochés)
a écrit le 04/06/2015 à 20:05 :
@tous les naifs: on ne fait pas de politique ou de copinage de politiques pour les beaux yeux de la princesse, mais bien pour se régaler aux frais du contribuable :-)
Réponse de le 05/06/2015 à 9:02 :
J'aimerais vous dire que vous avez tord,mais je serais de mauvaise foi....
a écrit le 04/06/2015 à 19:57 :
Légion d'honneur : chevalier (14 juillet 2005), officier (1er janvier 2015) !
Réponse de le 05/06/2015 à 13:35 :
Josephine n'a qu'à bien se tenir. Elle n'arrive pas au niveau d'Agnès.
a écrit le 04/06/2015 à 18:31 :
Certains ont été révoqués de la Fonction Publique pour beaucoup moins que çà !!!
Ne défendons pas l'indéfendable !!!
a écrit le 04/06/2015 à 17:01 :
Allez en prison, directement en prison, ne passez pas par la case départ, ne recevez pas 20.000 francs...Et encore là on ne parle que des taxis, quid des frais de bouche, hotels, voyages, vêtements, séminaires bidons surfacturés etc...Un gouffre sur notre pied...En taule et vite !
Réponse de le 04/06/2015 à 17:20 :
On pourrait éventuelle ajouter sur supposition un mot de foulards Hermès... Mme Dati c'était son péché mignon....
a écrit le 04/06/2015 à 16:45 :
Je suis prêt à parier qu'elle doit s'offusquer de l'acharnement des méchants médias tout en ayant été recasée dans une sinécure sans perte de salaires. Quand je pense qu'une caissière de supermarché payé 10 fois moins (au moins) doit rembourser les erreurs de caisse de sa poche
Elle est belle notre nomenklatura du 7ème.
Cette dame rejoint la cohorte de ceux qui ont largement abusé de la République. Citons sans ordre préférentiel Cahuzac, Estrosi et ses 130000€ pour aller boire un pot, Aquilino Morelle le cireur de pompe conseiller de Hollande, le fumeur de cigare de Sarkozy (dont je ne me rappelle plus le nom), Thévenoud, Gaymard etc....
a écrit le 04/06/2015 à 16:38 :
Outre les suites judiciaires, pourquoi cette dame n'a toujours pas été licenciée pour faute ?
Je ne me fais pas trop de soucis pour son avenir, mais au moins ça lui remettra les pieds sur terre.
Réponse de le 05/06/2015 à 15:18 :
pas '' licenciee'' mais a tout le moins '' suspendue de fonction''
a écrit le 04/06/2015 à 15:41 :
Non le contrat avec G7 n'est pas illégal, ne pas confondre illégalité et mauvaise gestion...

Maintenant l'usage qui a été fait des taxis est non seulement illégal mais scandaleux...
a écrit le 04/06/2015 à 14:46 :
dehors!dehors!dehors!dehors!!
a écrit le 04/06/2015 à 14:33 :
Et pourquoi cette brave dame n'utilise-t-elle pas les TRANSPORTS EN COMMUN comme tout le monde est censé pouvoir le faire ???
Un pass Navigo 5 zones, que voilà un outil utile en toutes circonstances.

En France, les politiques et les hommes / femmes nommés à certains postes se comportent comme autrefois les aristocrates, aux frais du peuple.
Ils devraient tous - énarques, fonctionnaires, politiques et tutti quanti - aller faire un stage en Suède par exemple ... pour apprendre les bonnes manières.
a écrit le 04/06/2015 à 14:05 :
Un chauffeur par heure me semble suffisant.
Mais pour recevoir les courtisans, elle ne peut point se satisfaire de cette situation. A quand une flotte de limousines ?
a écrit le 04/06/2015 à 13:46 :
C'est exactement comme à la loterie: tant qu'on gagne, on joue.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :