L'Etat veut en finir avec la redevance télé : trois milliards d'euros à trouver pour financer l'audiovisuel public

Cette suppression, qui était une promesse de campagne d’Emmanuel Macron, doit être entérinée après les élections législatives. L’exécutif n’a pas, à ce jour, précisé la manière dont sera alors financé l'audiovisuel public, alors que la taxe rapportait trois milliards d'euros à l'Etat.
Pierre Manière

3 mn

La redevance rapporte plus de 3 milliards d'euros par an.
La redevance rapporte plus de 3 milliards d'euros par an. (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

La redevance audiovisuelle va disparaître. C'est du moins ce qu'a indiqué le gouvernement ce mercredi. « La contribution à l'audiovisuel public sera supprimée de manière pérenne dès cette année, et le financement de l'audiovisuel public sera assuré dans le respect de l'objectif à valeur constitutionnelle de pluralisme et d'indépendance des médias », indique l'exécutif dans la retranscription d'une communication de Bruno Le Maire, le ministre de l'Economie, lors du conseil des ministres.

Concrètement, Bercy souhaite entériner cette suppression via le projet de loi de finances rectificative (PLFR), qui sera présenté courant juin, après les élections législatives. C'en sera alors terminé de cette vieille taxe de 138 euros, qui a vu le jour en 1933, et qui est payée par tous les ménages disposant d'un téléviseur. Ce n'est pas une surprise : Emmanuel Macron avait prévenu qu'il comptait torpiller la redevance pendant la campagne présidentielle.

Flou sur le financement de l'audiovisuel public

Il n'empêche que, pour le moment, l'exécutif ne précise pas par quel dispositif cette taxe, qui rapporte plus de 3 milliards d'euros par an, sera remplacée. Or cette manne est indispensable pour l'audiovisuel public. C'est elle qui finance une grande partie du budget de France Télévisions, de Radio France, de l'INA, d'Arte France, de TV5 Monde et de France Médias Monde. Pendant la campagne présidentielle, Emmanuel Macron avait toutefois émis la possibilité de remplacer la redevance par « un budget avec de la visibilité pluriannuelle », lequel « ne donne pas lieu à la régulation budgétaire dans l'année par le gouvernement ».

Cette dernière remarque a son importance. La suppression de la redevance suscite aujourd'hui des craintes quant à la perte d'indépendance des médias publics vis-à-vis de l'Etat. Cette inquiétude avait, déjà, été balayée par Emmanuel Macron pendant la campagne. Il jugeait, à ce propos, que la redevance ne garantissait de toute façon pas l'indépendance des médias publics, puisque l'Etat complétait toujours leur budget à hauteur de « plusieurs centaines de millions d'euros par an ».

« Une atteinte à l'indépendance des médias »

L'argumentaire ne fait, cependant, guère l'unanimité. L'économiste Julia Cagé, spécialiste des médias, ne cache pas tout le mal qu'elle pense de la suppression de la redevance. Cette initiative n'est, à ses yeux, « qu'une soi-disant mesure de pouvoir d'achat », fusillait-elle sur Twitter en mars dernier. Selon l'économiste, il s'agit plutôt « d'une attaque contre le service public de l'information ». C'est, renchérit-elle, « une atteinte directe à l'indépendance des médias, alors même que l'audiovisuel privé devient plus concentré que jamais avec la fusion TF1/M6 soutenue par l'Elysée ». Les débats concernant cette décision promettent d'être électriques.

Pierre Manière

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 19
à écrit le 16/05/2022 à 14:17
Signaler
La vraie question, au-delà des billevesées de LeMaire (qui nous prend vraiment pour des perdreaux de l'année avec son très soudain souci opportuniste du pluralisme et de l'indépendance des médias et un esprit constitutionnel fort soudain et bien sûr ...

à écrit le 16/05/2022 à 12:40
Signaler
La télévision devrait être payée par ceux qui la consomment et plus ils l'a consomment plus ils devraient payer cher, avec les télévisions numériques ce serait très facile à identifier. Maintenant franchement on se demande pourquoi on nous demande de...

à écrit le 13/05/2022 à 18:26
Signaler
Rien de plus simple pour résoudre tout problème: Interdisez la pub! Cela nous permettra de sortir de cette "politique de l'offre" qui nous construit un monde artificiel au dépend de notre planète!

à écrit le 13/05/2022 à 14:19
Signaler
une seule chaine suffit, le reste vendu au privé . . .

à écrit le 13/05/2022 à 14:18
Signaler
il faut d'abord dégraisser la baleine ! et rééquilibrer les sensibilités (gauche/droite)

à écrit le 13/05/2022 à 9:50
Signaler
Ras le bol de cette obsession idéologiste de baisser ou supprimer les impôts. Flatter les égoismes des Français nous conduit tout droit à l'effondrement , à l'explosion des inégalités et à la sélection financière.

le 14/05/2022 à 9:46
Signaler
Ce n’est pas tant une obsession de baisser les impôts, bien que ce soit nécessaire. L’idée est que les impôts servent l’intérêt général plutôt qu’à nourrir des promoteurs victimaires qui ne veulent rien en commun avec le reste du pays. Cela ne sert n...

à écrit le 13/05/2022 à 9:27
Signaler
La solution est de conserver une chaine nationale, une régionale et de brader le reste..

le 13/05/2022 à 14:06
Signaler
Ce serait en effet une décision louable mais il y aurait sans doute beaucoup trop de copains à recaser. Commençons par ne pas remplacer les départs à la retraite; le manque de moyens fera le reste.

à écrit le 13/05/2022 à 8:10
Signaler
gérons deja mieux l'audio visuel ex combien nous coute UN DRUKER par exemple

à écrit le 13/05/2022 à 6:44
Signaler
La suppression de cette redevance.est politiquement juste. Radio France et France Télévision se sont montrés extrêmement polarisant ces dernières années avec une promotion du communautarisme, du wokisme, de l’islamisme et de progressisme assez surpre...

le 13/05/2022 à 14:09
Signaler
Que dire de la réécriture "woke" de classiques de la littérature française ? Le service public est dévoyé au profit de groupes qui ne représentent rien mais qui savent mettre en scène leur victimisation.

à écrit le 13/05/2022 à 0:59
Signaler
Et si on se contentait de l'AFP? Il est nullement nécessaire de multiplier les organes de presse pour que la propagande présidentielle passe bien auprès du "bon" peuple.

à écrit le 12/05/2022 à 23:00
Signaler
Je ne vois aucun inconvénient à un organisme radio ou télévisuel qui pourrait être assimilé au Journal Officiel et à qui pourrait être confié une mission d'échange avec le public. Comme d'habitude en France, l'Information Publique s'est accompagnée d...

à écrit le 12/05/2022 à 21:28
Signaler
L'économiste Julia Cagé, spécialiste des médias.... sur Twitter... quelqu'un connaît ? Moi j'me présente au poste d'expertologue spécialiste de la page 3, paragraphe 2... les médias sont à la botte faut arrêter l'alcool.

à écrit le 12/05/2022 à 21:21
Signaler
Bonne idée,...de toute façon les programmes qui commencent le à 21h15 c'est bon pour les retraités....ceux qui bossent et se lèvent tôt n'ont pas le temps de regarder la télé.

à écrit le 12/05/2022 à 19:54
Signaler
Pourquoi chercher 3 milliards ? Il faut privatiser

à écrit le 12/05/2022 à 19:11
Signaler
Si l'état ne supprime pas l'audiovisuel public, cette suppression de la taxe n'aura servi à rien

à écrit le 12/05/2022 à 19:02
Signaler
Voilà une décision, qui comme les impôts locaux, va nous coûter bien plus cher par la centralisation financière! On se fait duper!

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.