Première année de rentabilité : Twitter récolte les bénéfices de sa lutte "anti-trolls"

 |   |  578  mots
Twitter accuse d'une baisse du nombre d'utilisateurs mensuels actifs, avec 321 millions d'usagers, contre 330 millions en 2017 (-3%).
Twitter accuse d'une baisse du nombre d'utilisateurs mensuels actifs, avec 321 millions d'usagers, contre 330 millions en 2017 (-3%). (Crédits : Dado Ruvic)
Twitter a clôturé sa première année complète de profitabilité, avec un bénéfice net de 1,20 milliard de dollars. Le réseau social est dopé par sa lutte "anti-trolls", visant à réduire les faux comptes, le harcèlement et les discours haineux sur sa plateforme. Conséquence : il enregistre une baisse du nombre de ses utilisateurs mensuels actifs, à 321 millions.

Après avoir perdu de l'argent pendant plus de dix ans, Twitter vient de boucler sa première année complète de profitabilité. Le site de micro-blogging a enregistré un chiffre d'affaires de 3,04 milliards de dollars (+25% sur un an) en 2018, selon ses résultats annuels publiés ce jeudi. Il enregistre un bénéfice net de 1,20 milliard de dollars, contre une perte de 108 millions un an plus tôt. La société américaine a été tirée par une hausse de ses revenus publicitaires, notamment la vidéo.

Twitter a également fait mieux que prévu pour le dernier trimestre, avec un chiffre d'affaires de 909 millions de dollars, là où les analystes anticipaient 869,5 millions de dollars.

"2018 est la preuve que notre stratégie à long terme fonctionne. Nos efforts pour améliorer la santé (de Twitter) ont donné des résultats importants - avec l'apparition de nouvelles fonctionnalités, comme un 'commutateur unique' permettant de remplacer les tweets les plus récents par les tweets les plus pertinents", s'est félicité dans un communiqué de presse Jack Dorsey, Pdg de Twitter.

Et de poursuivre : "Nous entamons cette année avec confiance pour continuer d'afficher de solides performances en nous concentrant sur l'objectif de faire de Twitter un service plus sain et plus conversationnel."

Depuis 2016, où le site de micro-blogging a été accusé d'avoir servi de plateforme de désinformation lors de l'élection présidentielle américaine, Twitter tente de faire le ménage sur sa plateforme. En ligne de mire : lutter contre les faux comptes (les fameux "trolls") visant à rendre la plateforme plus "saine" en réduisant, par exemple, l'usage automatisé des tweets. Le site de micro-blogging avait ainsi annoncé en juillet dernier suspendre 70 millions de comptes en deux mois. La société américaine tente également de réduire le harcèlement en ligne et les discours haineux. Twitter s'est d'ailleurs félicité "d'une baisse de 16% des signalements de personnes ayant eu une interaction avec leur agresseur présumé" sur sa plateforme.

Baisse du nombre d'utilisateurs mensuels à 321 millions

Conséquence logique de cette stratégie, le groupe a prévenu tout au long de l'année 2018 que cela aurait un impact négatif sur le nombre d'utilisateurs mensuels à court terme, mais sera "à long terme un facteur de croissance". Twitter accuse donc d'une baisse du nombre d'utilisateurs mensuels actifs - un des critères particulièrement scrutés par les analystes - avec 321 millions d'usagers, contre 330 millions en 2017 (-3%). L'entreprise a d'ailleurs annoncé qu'il allait abandonner cette métrique, au profit des "utilisateurs quotidiens monétisables", c'est-à-dire les usagers qui utilisent les applications où ils peuvent être exposés à la publicité. Au quatrième trimestre, ces internautes ont augmenté de 9%, à 126 millions sur un an.

"Les résultats du quatrième trimestre de Twitter prouvent que la société est toujours capable d'augmenter ses revenus sans augmenter sa base d'utilisateurs", commente par mail Jasmine Enberg, analyste chez eMarketer. "La baisse du nombre d'utilisateurs mensuels est due probablement à la continuation des efforts de Twitter pour supprimer les comptes douteux (...). Mais la croissance des utilisateurs actifs quotidiens est un signe positif pour les annonceurs, car cela signifie que les utilisateurs restent très engagés sur la plateforme."

Pour 2019, le réseau social anticipe des hausses de ses dépenses d'exploitation et d'investissements nettement supérieures aux prévisions des analystes. Conséquence : le titre perdait plus de 8% à deux heures de l'ouverture de la séance officielle.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/02/2019 à 15:46 :
Merci pour cet article que j'attendais avec impatience pas forcément aujourd'hui hein bien sûr... ^^

"Conséquence : il enregistre une baisse du nombre de ses utilisateurs mensuels actifs, à 321 millions"

De part sa lutte contre les comptes frauduleux le nombre officiel de ses utilisateurs baisse parce que les comptes frauduleux comptaient pour utilisateurs courants, c'est ce que l'on reprochait depuis des années et des années à Twitter de s'être laissé envahir notamment par la fachosphère mais il y en avait et encore d'ailleurs toujours mais beaucoup moins, des utilisateurs aussi débiles qu'improductifs, afin de montrer un nombre d'utilisateurs très élevé mais totalement erroné.

Or il est quand même hallucinant qu'une entreprise d'internet ne sache pas qu'à l'heure d'internet on ne ment plus aux gens !

Du coup leur modération bidon entassait les faux comptes et du coup les commentaires débiles faisant fuir les vrais comptes il fallait bien se douter qu'à un moment ça aller coincer. Yen a on se demande quand même pourquoi ils sont aussi bien payés hein...

Puis Trump est arrivé.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :