Souveraineté numérique : les nuages noirs s’amoncellent (4/11)

 |   |  1748  mots
Les autorités françaises travaillent sur une solution de cloud de confiance afin de contrer la mainmise américaine sur les données.
Les autorités françaises travaillent sur une solution de "cloud de confiance" afin de contrer la mainmise américaine sur les données. (Crédits : Reuters)
Non seulement l’Europe est tributaire des services internet des géants américains du Net, qui siphonnent les données des citoyens et des entreprises, mais ses réseaux télécoms suscitent désormais la convoitise des Chinois.

C'est un fait : le Vieux Continent est devenu une colonie numérique des géants américains du Net. Ces dernières années, les particuliers sont devenus accros au réseau social Facebook et à Google pour les mails et la recherche en ligne. Les entreprises affichent la même addiction. Elles sont devenues dépendantes d'Amazon Web Services, le service cloud de référence du mastodonte de Jeff Bezos, ou d'Azure, celui de Microsoft. Comme le décrit Pierre Bellanger, le PDG de Skyrock, l'Europe s'est muée en "garde-manger" numérique des États-Unis. Et les Gafa n'en restent pas là : ils capitalisent sur leur puissance et sur leur incroyable force financière pour développer des services qui relevaient jusqu'alors du monopole exclusif des États. Le plus emblématique d'entre eux est sans nul doute le projet de monnaie numérique de Facebook, le fameux Libra.

L'épouvantail du Cloud Act américain

Dans un rapport publié en octobre 2019, le Sénat tirait la sonnette d'alarme concernant cette perte importante de souveraineté pour la France, laquelle a désormais des conséquences très concrètes. Son rapporteur, Gérard Longuet, prend en exemple la récente taxe française sur les services numériques. "En décidant de faire cavalier seul sur la taxation des géants du numérique, pour répondre à un objectif qu'on ne peut lui reprocher, celui de rétablir l'équité fiscale entre les entreprises, la France s'expose aux représailles américaines, constate le sénateur. Cette menace est d'ailleurs l'une des illustrations les plus frappantes des limites de la souveraineté française vis-à-vis des acteurs du numérique".

Outre l'aspect fiscal, c'est surtout le siphonnage d'un grand nombre de données des citoyens et des entreprises par les géants américains qui affole les pouvoirs publics. "Nous sommes confrontés à une loi américaine, le Cloud Act, qui inquiète les entreprises européennes, constate Thomas Courbe, le patron de la Direction générale des entreprises (DGE). La réalité, c'est que cette loi est problématique parce qu'elle permet [pour des motifs de sécurité nationale, ndlr] un accès direct aux données, y compris celles des entreprises, quelle que soit leur localisation, sans possibilité de contrôle par un juge européen. Cet accès aux données est sans limite, notamment d'un point de vue quantitatif, et il est effectué à l'insu de l'entreprise concernée comme de l'État".

En réponse au Cloud Act, avec le souci de reprendre au moins le contrôle des données les plus importantes, la France soutient une solution de "cloud de confiance". "Il y a une pertinence à soutenir une offre européenne, explique Thomas Courbe. À la demande du ministre de l'Économie et des Finances, Bruno Le Maire, nous y travaillons avec les industriels. L'idée est d'apporter des solutions qui ne seraient pas généralistes, mais concerneraient les données sensibles des entreprises". Il n'empêche que, pour beaucoup, l'Europe a pris trop de retard dans le cloud, et disposer d'une vraie solution souveraine relève de l'utopie. Certains industriels, comme Thales, misent plutôt sur le chiffrement afin de protéger les données stockées hors du territoire national.

Des inquiétudes sur l'essor de Huawei

Reste que, pour avoir la main sur les données, un cloud souverain ne suffit pas. Il convient d'avoir également la maîtrise des réseaux, vitaux pour la circulation des données. Sur ce front, l'essor de Huawei, devenu numéro un des équipements télécoms devant les européens Ericsson et Nokia, préoccupe le Vieux Continent. Le groupe de Shenzhen, qui s'est taillé une grosse part des réseaux 4G en Europe, veut se renforcer avec l'arrivée de la 5G. Mais certains États, dont la France, le Royaume-Uni et l'Allemagne, redoutent d'être trop dépendants d'une technologie chinoise, et craignent que celle-ci ne soit utilisée comme un cheval de Troie par Pékin pour écouter les communications.

Dans un domaine tout aussi stratégique, la France s'efforce de préserver son avantage dans le secteur des câbles sous-marins, essentiels pour les communications intercontinentales. L'exécutif veut impérativement conserver dans son giron l'activité du champion Alcatel Submarine Networks, que Nokia a récupéré en 2015 lors du rachat d'Alcatel. Pourquoi ces câbles sous-marins sont-ils aussi importants ? Notamment parce qu'"en France 80% du trafic national part aux États-Unis, relevait Pierre Bellanger lors d'une intervention à l'Institut national des hautes études de la sécurité et de la justice (INHESJ), en novembre 2019. Une coupure de trafic, à ce niveau de dépendance, à ce niveau d'optimisation des processus par les données, est une interruption de nation. C'est le bouton off du pays".

Le démantèlement des GAFA en question

À l'instar de la France, plusieurs États européens appellent Bruxelles à prendre enfin en compte les enjeux de souveraineté numérique. L'idée est d'abord de réviser l'antitrust, et de "n'avoir aucun tabou sur la question du démantèlement des grands acteurs d'Internet", comme le souhaitait Sébastien Soriano, le président de l'Arcep, le régulateur français des télécoms, dans nos colonnes en septembre dernier. "Le fait qu'un acteur comme Google ait pu racheter la régie publicitaire DoubleClick, le système d'exploitation Android, qui lui donne une position prépondérante dans le mobile, ou YouTube, est absolument incroyable quand on y réfléchit a posteriori", renchérissait-il.

En outre, beaucoup plaident pour une régulation forte des géants du numérique. "Pour ces acteurs, il faut, au-delà des règles de la concurrence, prévoir des éléments de régulation permettant d'assurer le bon fonctionnement des marchés, souligne Thomas Courbe. Il y a des situations où certains sont très dominants, et bénéficient des effets de réseaux propres à Internet. C'est un champ important de la souveraineté numérique puisqu'il y a des enjeux de captation de la valeur économique. Il faut remettre de l'équité sur ces marchés". Ce qui ne sera pas, c'est peu dire, chose facile.

____

ENCADRÉ

CÂBLES SOUS-MARINS: ASN, CETTE PEPITE QUE NOKIA NE VEUT PLUS LÂCHER

Le géant finlandais des télécoms ne veut plus se défaire d'Alcatel Submarine Networks, entré en sa possession lors du rachat d'Alcatel en 2015. Cette situation préoccupe le gouvernement, qui tient à conserver cette activité dans le giron français.

C'est un serpent de mer. Au sens propre et au sens figuré. Aujourd'hui, Nokia ne veut plus se séparer d'Alcatel Submarine Networks (ASN), le champion français des câbles sous-marins, qu'il a récupéré en 2015 lors de son rachat d'Alcatel. À l'époque, le géant finlandais des télécoms n'avait que peu de considération pour cette activité. Il voulait la vendre, l'estimant trop éloignée de son cœur de métier. Mais la donne a changé. L'appétit des Gafa pour les câbles sous-marins, conjugué à l'expertise d'ASN dans les équipements de pointe (les équipements optiques), a convaincu Nokia de garder l'industriel sous sa coupe. L'ennui, c'est que le champion français des câbles sous marins est éminemment stratégique aux yeux de l'État, qui dispose d'un droit de regard sur une vente d'ASN depuis le rachat d'Alcatel.

À Bercy, les troupes sont mobilisées. Hors de question de laisser filer cette activité hors du giron français. Les câbles sous-marins sont considérés comme essentiels pour la souveraineté du pays. Il faut dire que ces infrastructures, souvent méconnues du grand public, sont cruciales pour le bon fonctionnement d'Internet et de l'économie. 99% des communications intercontinentales transitent par ces artères qui reposent au fond des mers. Ce qui explique qu'elles soient dans le collimateur des militaires et des espions.

Diversifier l'actionnariat

Ces dernières années, l'exécutif a élaboré de nombreux montages destinés à racheter ASN. Toutes les tentatives ont échoué. Le gouvernement mène à présent des discussions visant à diversifier l'actionnariat du groupe. Celles-ci pourraient déboucher sur un tour de table entre Nokia, Bpifrance et Orange. Mais rien ne dit que ces négociations aboutiront. Interrogé à ce sujet début décembre, Stéphane Richard, le PDG d'Orange, a déclaré "que le cadre a été posé avec BPI pour être l'actionnaire français d'ASN"Toutefois, poursuit le dirigeant, il reste une "grande inconnue": "Je ne sais toujours pas ce que Nokia veut faire d'ASN..."

Pour la France, disposer d'une autonomie dans les câbles sous-marins est crucial. Avec ASN, elle veut garder une capacité industrielle à fabriquer, à déployer et à réparer des câbles. Il s'agit d'un atout important si le pays a tout simplement besoin de davantage de capacité. Ou si jamais, lors d'un conflit, une puissance étrangère décidait de couper l'une de ces artères pour grandement perturber les communications. "ASN nous permet de ne pas être dépendants d'une technologie étrangère pour construire les câbles qui vont écouler nos données"résume Jean-Luc Vuillemin, président d'Orange Marine, mais aussi chargé de la division Réseaux et services internationaux d'Orange, la division chargée de la stratégie et des participations dans les consortiums et achat de capacité des câbles sous-marins pour le groupe.

En ayant la main sur ces infrastructures, la France se prémunit aussi contre certains risques d'espionnage. "Les câbles sous­-marins constituent un élément d'un enjeu de souveraineté majeur : celui de la protection et de la défense des données générées par les entreprises et les internautes françaissouligne Jean-Luc Vuillemin. En gar­dant la maîtrise des points d'atterris­sement de nos câbles sous­-marins, nous nous prémunissons contre tout risque ou tentative d'ingérence." Le dirigeant fait notamment référence aux révélations d'Edward Snowden. En 2013, l'ex-consultant de la NSA a indiqué que la collecte massive de données par le gouvernement américain, via les programmes Upstream et Tempora, a été effectuée à partir des câbles sous-marins, notamment transatlantiques. La France, d'ailleurs, a aussi développé des outils pour capter une partie des communications internationales pour sauvegarder ses intérêts. En 2015, L'Obs a révélé l'existence d'un décret secret qui aurait autorisé, depuis 2008, la DGSE à écouter les communications des câbles sous-marins.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/01/2020 à 17:09 :
ha ben si les gens commencent a comprendre ce qu'est le cloud, la ' neutralite bienveillante americaine' ( qui est la meme que la neutralite journalistique apolitique de mediapart), et l'importance des donnees d'entreprises!
c'est sur la bonne voie!
bientot on va decouvrir le chiffrage, les vpn, etc ( oui ca resoud pas tout, c'est sur, mais c'est bcp plus long a observer)
personne ne dit qu'une entreprise europeenne n'a pas le droit de chiffrer ses documents avec des cles bcp plus longues que celles autorisees aux etats unis sous peine de 46879541231 annees de prison
a écrit le 14/01/2020 à 13:09 :
Le jour la Russie changera de président, ce qui ne saurait tarder, on sera bien obligés de se la jouer européens comme d'habitude. Difficile de considérer les USA comme n'étant pas une néodictature dangereuse.
a écrit le 14/01/2020 à 10:50 :
Développer les fonds de pension français ou européen pour avoir la masse financière suffisante pour développer une filière capable de rivaliser avec les chinois ou les américains dans les nouvelles technologies de la communication. Que l'UE puisse
enfin réagir en réagissant devant cette incompréhensible loi américaine d'extraterritorialité qui permet aux américains de pénaliser les entreprises européennes qui payent en dollars les transactions commerciales. L'importance de renforcer l'euro comme moyen de paiement international. L'UE , cette belle endormie doit se réveiller avant qu'il ne soit trop tard.
Réponse de le 14/01/2020 à 14:49 :
Il fallait d'abord construire une Europe sociale et culturelle. Promouvoir les sciences et non La finance. Nos cerveaux partent et l'éducation tombe toujours de plus bas, le nivellement quoi. Plus facile ainsi de diriger et exploiter une masse ignare. Pauvre Europe.
Albert.
a écrit le 14/01/2020 à 10:38 :
Si les pays européens subissent cette colonisation numérique et peinent donc à s'en défaire, quid de l'Afrique?
a écrit le 14/01/2020 à 9:44 :
Sans frontière point de souveraineté, tout le reste n'est que pipi de chat!
a écrit le 14/01/2020 à 9:12 :
"Le plus emblématique d'entre eux est sans nul doute le projet de monnaie numérique de Facebook, le fameux Libra"

Monnaie que nous attendons tous avec impatience vu que nos dirigeants européens ne mettent l’euro qu'au service des grandes fortunes européennes et donc forcément inutiles voir nuisibles pour nous autres.

"Ces dernières années, l'exécutif a élaboré de nombreux montages destinés à racheter ASN"

Faiblesse dramatique de nos riches qui utilisent sournoisement leurs politiciens afin de saboter la concurrence étrangère, parce que trop faibles, trop apeurés, il est quand même incroyable que personne n'en conclue la déplorable faiblesse et de ce fait légitimité de nos propriétaires (de plus en plus) de capitaux et (de moins en moins) d’outils de production.

Vite un frexit, cet europe là n'ayant fait que nous tirer vers le fond n'est plus qu'un tas de ruines dont ne peuvent que se repaître de véritables investisseurs forcément étrangers vu que nous n'avons plus que des aliénés.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :