Londres aura bien du Wifi dans le métro pour les JO

 |   |  624  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : DR)
A une centaine de jours des Jeux olympiques, le métro de Londres a enfin signé un contrat pour équiper ses stations du Wifi, avec le câblo-opérateur Virgin Media. Mais il ne sera toujours pas possible de téléphoner dans le "Tube."

Les usagers du métro londonien pourront finalement bien se connecter à Internet pendant les Jeux Olympiques. Après plusieurs mois de discussion, la mairie de Londres a annoncé l'attribution du contrat à Virgin Media. Le câblo-opérateur devra fournir du Wifi dans 80 des 270 stations du "Tube" avant l'été et 40 supplémentaires avant la fin de l'année. « Nous ne dévoilons pas le montant du contrat et ses modalités financières mais les travaux sont à notre charge, » a expliqué à La Tribune un porte-parole de l'entreprise. « Le budget est compris dans nos dépenses en infrastructures, qui se situent entre 15% et 17% de notre chiffre d'affaires par an » (soit environ 755 millions d'euros). Le coût de l'installation était estimé à 58 millions d'euros par l'équipementier télécoms chinois Huawei, qui avait proposé l'an dernier de l'offrir aux autorités locales.

Gratuit pendant les JO puis seulement pour les clients Virgin Mobile

Si pendant l'été, et jusqu'à la fin des Jeux paralympiques le 9 septembre, l'accès au Wifi « à une vitesse équivalente à la 4G », selon la compagnie, sera gratuit pour tous les voyageurs du London Underground, la donne changera ensuite : seuls les abonnés à Virgin Mobile, filiale de Virgin Media, pourront surfer sans surcoût tandis que les autres devront payer leur accès au Wifi, sauf pour consulter les informations trafic sur un portail dédié. « Le paiement se fera à l'usage (en prépayé) mais nous étudions d'autres moyens, que nous dévoilerons plus tard » précise le porte-parole. Aucun tarif n'a encore été annoncé. Technologiquement, cette grande « première pour le numérique » selon le maire de Londres reste pourtant limitée. Les utilisateurs ne pourront se connecter à Internet que sur les plateformes des stations et au niveau des guichets mais pas dans les tunnels du métro. L'organisme en charge des transports publics de la ville, Transport for London, avait éliminé cette option en raison de l'étendue des travaux nécessaires, alors que, déjà, la plupart des lignes sont fermées le week-end depuis des années afin d'achever les chantiers de mise à niveau. Surtout, les utilisateurs pourront accéder à Internet mais pas au réseau téléphonique et ne pourront donc toujours pas passer ni recevoir d'appel.

Un moyen pour Virgin Media de grandir dans le mobile

Néanmoins, pour Virgin Media, qui verse des royalties à son actionnaire Richard Branson pour utiliser la marque Virgin, cette victoire est importante et pourrait lui faire gagner de nouveaux abonnés à son offre mobile. MVNO utilisant le réseau d'Everything Everywhere, la joint-venture de France Télécom Orange et Deutsche Telekom, Virgin Mobile compte 3,03 millions d'utilisateurs (à part égale sous contrat et en cartes prépayées) et sa part de marché n'est que de 6,5%. Issu de la fusion de NTL avec Telewest puis avec Virgin Mobile, ce câblo-opérateur passé à la fibre optique, qui propose des services en quadruple-play (Internet, téléphonie, télévision et mobile), est le numéro deux britannique de l'Internet haut débit avec 21,5% de part de marché, derrière BT (27,5%), et de la téléphonie fixe avec 14,7%, loin derrière BT (48,2%). Mais sa victoire est surprenante : BT avait réalisé pendant plusieurs mois de l'année 2011 des essais réussis de connexion au Wifi à la station Charing Cross et semblait donc bien parti pour l'emporter. Transport for London n'a pas été très loquace sur les raisons de son choix : « Virgin Media a été choisi en raison du niveau d'expérience clients qu'ils pouvaient apporter, de la fiabilité de leur service et de leur offre commerciale. » Le contrat porte sur une durée de cinq ans, à l'issue de la période un appel d'offres sera ouvert aux différents opérateurs.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/06/2012 à 14:41 :
Ni téléphone, ni internet, ni SMS dans le métro londonien. Rien ne passe.
a écrit le 19/03/2012 à 17:10 :
Pas de téléphone dans le Métro Londonien ?
Nous devrions en prendre de la graine. Il est assez concevable de limiter les communications dans le réseau du métro aux SMS, à l'Internet et aux appels d'urgence. Cela éviterait les incivilités permanentes dans cet univers déjà assez oppressant. On attend quoi ? :-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :