Free Mobile : les syndicats saisissent le Conseil d'Etat sur la couverture

Les syndicats CFE-CGC et UNSA des principaux opérateurs mobiles ont saisi le Conseil d'Etat sur la question des obligations de couverture de Free Mobile. Ils estiment que le régulateur, l'Arcep, a manqué à ses obligations.
Couverture de l'opérateur Free Mobile simulée à partir des stations constatées en fonctionnement (rapport de l'ANFR 2 mai 2012 DR.
Couverture de l'opérateur Free Mobile simulée à partir des stations constatées en fonctionnement (rapport de l'ANFR 2 mai 2012 DR. (Crédits : ANFR)

Après avoir saisi le Conseil d'Etat sur l'attribution des licences 4G l'an dernier, les syndicats CFE-CGC et UNSA des principaux opérateurs mobiles ont à nouveau déposé une requête devant la plus haute juridiction cette fois-ci sur la question des obligations de couverture de Free Mobile. Dans un communiqué publié jeudi soir, ils expliquent considérer que le régulateur des télécoms, l'Arcep, a « manqué à ses obligations » en « refusant d'instruire une enquête » et donc de « sanctionner éventuellement les différentes infractions commises par la société Free Mobile. » Le syndicat CFE-CGC de France Télécom et le Syndicat national des télécoms SNT-CGC ont adressé une « requête sommaire » au service contentieux du Conseil d'Etat, datée du 29 mai, contre « la décision implicite » de l'Arcep, le « silence gardé » sur la demande d'ouverture d'une procédure. »


L'agence des fréquences avait confirmé la couverture de 30%
Les syndicats avaient en effet envoyé à l'Autorité deux courriers, le 24 janvier et le 2 février, lui demandant d'ouvrir une procédure contre Free Mobile. Après avoir vérifié le respect par Free de ses obligations de déploiement en décembre dernier (au moins 27% de la population au 12 janvier), l'Arcep avait finalement décidé fin janvier de vérifier de nouveau que le quatrième opérateur tenait bien celles-ci, face à la montée d'une polémique chez ses concurrents. Dans leurs courriers, les syndicats font valoir que les obligations de couverture de Free impliquent tant pour les services de voix que de données service une effectivité « à toute heure de la journée, notamment les heures chargées » et « un taux de disponibilité à l'extérieur des bâtiments d'au moins 95% dans la zone de couverture. » Or « tout porte à croire que Free a dégradé son réseau et éteint ses équipements » affirment les syndicats des salariés de concurrents. SFR et Bouygues Telecom aussi avaient accusé l'Autorité d'avoir procédé à des mesures « non fiables. » L'ex-ministre de l'industrie, Eric Besson, avait demandé à l'Agence nationale des fréquences (ANFR) de procéder à un contre-audit, qui a finalement conclu début mai que le réseau de Free Mobile « présente le potentiel de couvrir 30,8% de la population. » Pour autant, l'essentiel du trafic (plus de 90%) continue de passer sur le réseau d'Orange, avec lequel Free a signé un accord commercial d'itinérance.
 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 18
à écrit le 08/06/2012 à 14:30
Signaler
on ferai bien de regarder les autres fournisseurs et leur convertures dans certaines zones difficiles, dans lesquelles il devai y avoir des couvertures réciproques. exemples : SFR dans la région de Fabreges ( station de ski) absent, mais les 2 autres...

à écrit le 08/06/2012 à 12:28
Signaler
il n'y a pas une chose que je deteste plus que les syndicats et les syndicalistes. Des parasites de la societe.

le 08/06/2012 à 12:50
Signaler
+1

le 08/06/2012 à 13:37
Signaler
en effet, cela me trouble, un syndicat qui fait le boulot d'une entreprises, faudrait pas qu'ils en fassent trop, on pourrait leur demander de se mettre au travail après...

le 08/06/2012 à 14:46
Signaler
Je vous aime ;)

le 08/06/2012 à 14:46
Signaler
Je vous aime ;)

le 08/06/2012 à 14:52
Signaler
Les syndicats ont apporté des choses par le passé, mais ils sont désormais au service de micro intérêts particuliers ...

le 08/06/2012 à 16:03
Signaler
merci de ne pas parler des syndicats en général mais seulement de la CFE-CGC/UNSA qui est le seul syndicat à porter cette revendication, trop facile de mettre tout le monde dans le même sac! De plus, ceux qui trouvent que les syndicats ne font rien ...

le 09/06/2012 à 1:07
Signaler
Derrière CFE-CGC au sein d'Orange se cache une personne activiste qui peut avoir des intérêts contradictoires. Prudence...

à écrit le 08/06/2012 à 11:32
Signaler
La panique pour tout ces escrocs qui ont été condamné pour des accords sur les tarifs ! Tiens ça on en parle pas, "la couverture" Free ne risque pas d'être concerné c'est une agence indépendante qui a vérifié et DEUX FOIS ! Il va falloir qu'ils s'y f...

le 08/06/2012 à 12:03
Signaler
bien d'accord avec vous !

le 08/06/2012 à 12:27
Signaler
Il ne faut pas oublier que sans le réseau orange Free n'existerait pas...

le 08/06/2012 à 12:51
Signaler
ok avec opinion

le 08/06/2012 à 12:55
Signaler
En effet et ils PAYENT pour ça, je crois avoir entendu dans les 1 milliards ! Donc il n'y a rien d'illégal ou autres reprochent, c'est juste bien ce qu'ils font.

le 08/06/2012 à 13:07
Signaler
ben quand orange va leur coincer le kiki sans etre oblige de mettre gracieusement leur reseau a dispo pour un milliard ( sur 6 ans, ce qui ft 150 millions par an), il vont devoir faire des vrais investissements, avec du vrai materiel et des vrais tec...

le 08/06/2012 à 13:34
Signaler
en effet et trouver des endroit ou implanter leurs antennes, et je vois d'ici les pressions des autres opérateurs qui vont tout faire pour les empêcher, et ainsi, au bout de six ans, faire chuter free, parce que évidement orange ne signera pas à nouv...

le 08/06/2012 à 14:00
Signaler
De koi parlons nous, je ne comprends pas de kels bénéfices gargantuesques parlés vous. Il faut arrêter la démagogie, je ne vous vois pas aller devant le APP Stores d'APPLE vous plaindre des bénéfices d'APPLE. Ni aller devant le siége d' ILIAD pour pl...

le 08/06/2012 à 14:46
Signaler
De plus???

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.