Free Mobile couvre plus de 30% de la population

 |   |  596  mots
Couverture de l'opérateur Free Mobile simulée à partir des stations constatées en fonctionnement (rapport de l'ANFR 2 mai 2012
Couverture de l'opérateur Free Mobile simulée à partir des stations constatées en fonctionnement (rapport de l'ANFR 2 mai 2012 (Crédits : ANFR)
L'Agence nationale des fréquences a discrètement publié vendredi soir sur son site son rapport définitif sur la couverture du réseau du nouvel entrant, moins à charge que le précédent. Elle conclut que ce dernier a le potentiel de couvrir 30% de la population.

 Avec un mois de retard, l'Agence nationale des fréquences (ANFR) vient de remettre au ministre de l'Industrie, Eric Besson, le rapport que celui-ci lui avait commandé sur la « couverture effective » du réseau de Free Mobile, que contestait certains opérateurs concurrents, SFR et Bouygues Telecom en tête. Ce rapport définitif, attendu pour le 30 mars et daté du 2 mai, a été mis en ligne très discrètement sur le site de l'ANFR. On y apprend que Free Mobile disposait à fin mars de 979 antennes-relais déclarées comme mises en service, sur 1.770 stations en projet. L'ANFR les a toutes contrôlées et près de 80% d'entre elles « ont rendu à la fois un service de voix et un service de transmission de données » conclut le rapport. Les antennes sont implantées de manière espacée mais une simulation permet d'établir que le réseau de Free Mobile « présente le potentiel de couvrir 30,8% de la population » en propre. « La couverture de ce réseau apparaît donc cohérente avec l'évaluation communiquée par l'ARCEP », le régulateur des télécoms (soit plus de 27% de la population).

Free jugeait le premier rapport attaquable juridiquement
Dans son rapport d'étape publié début mars, l'ANFR affirmait que le déploiement de Free Mobile semblait marquer le pas « depuis octobre » dernier : dans son nouveau rapport, elle observe que « les chiffres de mars 2012 font apparaître une relance du nombre de projets » d'antennes (76 en plus en un mois). Le gendarme des fréquences a également retiré ses commentaires - qui avaient fortement déplu aux dirigeants de Free et le lui avaient fait savoir - sur le mode de déploiement du réseau « qui diffère de la logique classique » : l'ANFR répète que les antennes sont implantées « de manière espacée » et certaines sont isolées mais elle relève que « ce choix peut résulter des freins au déploiement. » Autre amendement notable : quand le rapport d'étape jugeait « inhabituel » que les téléphones testés avec une carte SIM Free ne cherchent à capter le réseau que toutes les 30 minutes, l'ANFR qualifie désormais cette durée d' « intermédiaire », puisqu'elle varie « entre 18 et 60 minutes chez plusieurs opérateurs français. » Le rapport apparaît moins à charge que la version de début mars, que Free estimait juridiquement attaquable, selon nos informations. Les dirigeants de l'opérateur ont reproché à l'agence des affirmations non étayées, des « jugements de valeur » contestables et d'avoir outrepassé la mission confiée par le ministre.

« La plus grande part des appels apparaît prise en charge par Orange »
Le rapport définitif, dont on ne sait la suite qui lui saurait donnée par le futur gouvernement, répond assez peu à la question de la couverture effective du réseau de Free Mobile. « Au stade actuel du déploiement de son réseau, la plus grande part des appels des abonnés de cet opérateur apparaît prise en charge par Orange », indique-t-il, sans préciser de pourcentage du trafic : ce serait plus 95% selon les dernières estimations d'Orange qui ne semble pas avoir été auditionné. « Cette situation est susceptible de perdurer jusqu'à ce que le réseau atteigne une couverture comparable à celle de son partenaire d'itinérance dans les zones principales de séjour de ses abonnés. » Mais le prochain audit de l'Arcep aura lieu dans trois ans, pour vérifier que Free Mobile respecte son obligation de couverture de 75% de la population en janvier 2015.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/05/2012 à 18:56 :
C'est bon ça remplit les caisses de France Télécom tout ça, miam miam
a écrit le 07/05/2012 à 16:31 :
J'ai des doutes sur cette carte. La couverture de la Suisse et du Luxembourg est juste impossible car interdite.
a écrit le 07/05/2012 à 14:21 :
ne pas oublier que les autre opérateurs sont obligés de subventionner free via la surfacturation des terminaisons d'appel
a écrit le 07/05/2012 à 11:23 :
Voila un moi que j'ai fait la demande de la portabilité de mon numéro Leclerc mobile (le 1er avril 2012). J'ai bien reçu ma carte sim dans les deux jours qui suivaient ma demande mais depuis, cette carte est toujours en cours d'activation. J'ai déjà attendu quatre mois lors du déménagement de ma ligne avant que celle-ci soit activé. Free aurait-il la bouche plus grande que le ventre ?
Réponse de le 07/05/2012 à 18:38 :
Pas de chance pour vous , moi depuis Leclerc ça a pris cinq jours en tout et pour tout SIM + portabilité
Réponse de le 10/05/2012 à 15:29 :
Lilou ne vous fatiguez pas à répondre 99% des intervenants sont des suppots (sitoires) de la concurrence des 3 petits cochons, donc il ont toujours des cas de figures plus tordus les uns que les autres.
a écrit le 07/05/2012 à 10:04 :
Vivement que Free puisse utiliser la fréquence de 900Mhz "longue portée"; en attendant, il doit patienter avant que les 3 autres lui libèrent la place.... en 2013
a écrit le 07/05/2012 à 8:03 :
si free redevient un peu trop arrogant, orange pourra leur renvoyer les appels sur leur reseau, ca les remettra un peu a leur place... cela dit bizarrement, depuis un certain temps on n'entend plus personne traiter les autres de pigeons...
Réponse de le 07/05/2012 à 9:54 :
Normal. Les autres se sont alignés sur l'offre de Free.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :