Free : la concurrence vue par le patron de la Concurrence

 |   |  648  mots
Bruno Lasserre, président de l'Autorité de la concurrence Copyright Rea
Bruno Lasserre, le président de l'Autorité de la concurrence, décrypte l'impact de la concurrence sur l'économie en période de crise. Revenant sur les destructions d'emplois dans les télécoms, il suggère d'en analyser les effets long terme.

Faut-il privilégier l?entreprise ou le consommateur ? Tout en prenant soin de ne pas citer les actuels protagonistes, Bruno Lasserre, le président de l'Autorité de la concurrence, a dit ce qu?il pensait de la polémique actuelle qui fait rage dans les télécoms opposant Free aux opérateurs traditionnels. Ces derniers, qui ont trouvé dans le ministre du redressement productif Arnaud Montebourg un soutien inattendu, n?ont eu de cesse de dénoncer l?arrivée du nouvel opérateur sur le marché de la téléphonie mobile, l?accusant de les condamner à détruire de l?emploi.

Le revirement de Montebourg est "humain"

« Avant l?élection, Arnaud Montebourg avait eu l?occasion de me dire que l?Autorité n?était pas assez virulente. Puis lors d?un dîner, lui, qui est un excellent avocat, avait défendu avec brio le bilan de l?Autorité, mieux que je ne l?aurais fait moi-même. Depuis le discours a changé. L?opposition est toujours sensible aux consommateurs, car ce sont les futurs électeurs. Après, quand on est élu, on est confronté aux entreprises, qui rencontrent des difficultés, qui licencient. C?est humain. », a indiqué Bruno Lasserre, expliquant le revirement d?Arnaud Montebourg sur le sujet Free.

Le chapeau trop grand de la concurrence
Quelles conclusions faut-il tirer des plans de suppressions de postes menés par les opérateurs télécoms ? Bruno Lasserre a considéré que « l?on faisait porter un chapeau trop grand à concurrence ». Plus généralement, « la crise nécessite que l?on protège les plus faibles, comme les petites entreprises ou les consommateurs, qui n?ont pas de pouvoir de négociation. Si nous relâchons la pression, ce sont eux qui risquent d?être impactés. On oppose souvent producteur et consommateur, en se demandant si l?on n?a pas trop privilégié le pouvoir d?achat. Il ne faut pas regarder les cycles courts mais mesurer sur le long terme les effets des mesures limitant la concurrence. Les lois Royer/Raffarin limitant la concurrence dans la distribution ont détruit 10% d?emplois. Aux Etats-Unis, une étude de 2003 a fait le bilan de mesures de protection prises par Bush père destinées à protéger les grands conglomérats de la sidérurgie. L?étude a montré que ces mesures avaient protégé entre 3 et 4.000 emplois dans ces groupes sur la période. Mais qu?entre 12.000 et 43.000 emplois dans l?économie avaient été détruit dans le reste de l?économie du fait par exemple des hausses de prix ».

Sans faire de "génuflexion", la concurrence a favorisé l?innovation
Bruno Lasserre, historiquement favorable à l?arrivée d?un nouvel opérateur mobile, qui avait aussi préparé à la fin des années 90 la loi sur l?ouverture des télécoms à la concurrence est revenu sur l?évolution du secteur. « Sur le long terme, la concurrence dans les télécoms a favorisé l?innovation. Quand on voit que la panne d?Orange a mobilisé deux ministres, on réalise bien que le secteur est crucial avec un enjeu national. Le gâteau a crû, et s?est réparti différemment », a indiqué le président, qui a aussi demandé de ne pas oublier que « la concurrence ne peut pas tout. Ce n?est pas un veau d?or, devant lequel il faut faire des génuflexions. C?est un levier, qui à l?avantage de ne rien coûter par rapport à d?autres leviers comme la fiscalité, mais ce n'est pas l?alpha et l?omega de l?économie ». En 2005, l?Autorité avait infligé aux trois opérateurs mobiles une amende de 534 millions d?euros pour entente. Jusqu?à l?arrivée de Free, même si les pratiques ont changé, les positions de chacun sont restées figées.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/07/2012 à 7:50 :
L'arrivée de Free dans les téléphones portables a fait perdre beaucoup de clients à ses concurrents dont les cours de Bourse ont chuté. En conséquence de plus en plus d'investisseurs particuliers quittent la Bourse écoeurés par les mouvements erratiques des valeurs françaises et européennes.
a écrit le 12/07/2012 à 8:49 :
Quand les tondeurs institutionnels veulent prélever trop de laine sur un troupeau de moutons, ils finissent par attaquer la viande dans l'opération. Résultat, le troupeau a mal, commence a sérieusement paniquer, se rebelle, et finit par mordre les tondeurs. Cela s'appelle la crise.
a écrit le 11/07/2012 à 9:51 :
Il y avait un pays ou par principe tout le monde touchait de l'argent pour vivre grâce à des emplois inutiles ou fictifs. Mais est ce vraiment le passé? Alors si l'on critique Free il faut accepter et comprendre que le tarif de Free peut être pratiqué par tous les opérateurs et qu'en supplément nous payons un "impôt" pour payer le personnel excédentaire de ces opérateurs. Cela a des relents de collectivisme qui entraîne la stagnation. La révolution Free a déjà fait bouger les situation de rente des trois boutiques qui ronronnaient tranquillement. Si Free peut le faire les autres aussi attendons maintenant une saine concurrence sans "entente". Souhaitons simplement que notre gouvernement laisse cette concurrence possible.
a écrit le 10/07/2012 à 17:26 :
Dans toutes les démocraties occidentales le client est roi. Àux producteurs de se battre pour être concurrentiels et fidéliser ainsi leur clientèle. L'emploi est hors sujet !
a écrit le 10/07/2012 à 13:09 :
il faut protéger les plus faibles et détruire les plus gros, c'est bien l'idéologie française. Ne subsisteront que ceux qui ont une dimension internationale, et affaiblir ceux qui sont compétitifs en leur demandant de subventionner les petits qui se mettent dans la position de profiteurs ne fait que plomber globalement le secteur. Le splus gros vont faire leur marché, ggogle, microsoft, apple, ...et nos centaines de petits opérateurs européens vont disparaitre, et ont va payer des impôts pour aider les chômeurs, à partir d'un peu plus de dette puisqu'on aura détruit un peu plus la création de richesse. la france est encore dans la mentalité de la russie du siècle dernier, les entreprises subissent l'administration de régulation qui ne connait rien de la vie économique, le régulateur donne des parts de marchés à qui il veut sans se rendre compte qu'il détruit globalement les entreprises, un anachronisme de plus !
a écrit le 10/07/2012 à 13:03 :
qu'on arréte de vouloir nous faire prendre le millardaire du minitel rose pour l'abbé pierre de l'internet. Il est le copain de sarko et a obtenu des conditions très avantageuses sur le dos de France telecom et des autres opérateurs. Il augmentera ses tarifs ou trouvera d'autres ficelles pour se faire encore plus de business. Et il a plus d'un million d'euro rien que de dividendes par mois !!! il vit sur le dos des autres, il y aurait d'autres équilibres si les rdés n'étaient pas pipées !
Réponse de le 10/07/2012 à 17:16 :
Je ne suis que de très loin ces affaires, cependant il ne m'a pas semblé que Xavier Niel ait bénéficié de tant d'aide que ça. Au contraire, il semble qu'on ait tout fait pour lui faire renoncer à la direction et possession de son groupe, et qu'il a dû se battre sur le terrain de la provocation du prix essentiellement pour opposer la force de la notoriété à celles qui le combattait. Pas sûr donc qu'il soit le plus grand copain de Sarkho comme vous dites... ou alors sur ces dossiers, ce dernier ne pesait pas bien lourd.
Réponse de le 10/07/2012 à 23:27 :
vir la réponse de Hervé, "licence moins chère, surtarification es terminaisons d'appel qui fait que les autres opérateurs subventionnent 10e sur un forfait à 19e.." c'est une sacrée aide totalement contraire au droit du commerce et trés différent de tout ce qu'on nous dit ! copain de sarko, c'était dans les médias. quand à "ses difficultés", il a fait sa fortune avec le minitel rose, et le régulateur l'aide au quotidien, et les agents de France Telecom travaille pour lui à prix coûtant, imposé par le régulateur, ce qui lui évite de recruter....donc c'est bien l'inverse de tout ce quon nous rabache pour faire avaler la pilule de la distorsion concurrentielle
a écrit le 10/07/2012 à 12:58 :
la concurrence n'existe pas puisque les règles sont dissymétriques, le jeu des concurrents est de demander au régulateur de leur donner toujours plus de conditions favorables pour utiliser les réseaux de FT. les agents de FT travaillent à prix coutant pour les autres opérateurs, obligation de poser plus de fibres pour les louer, ....sans compter ds conditions d'introduction de Free contraires au droit du commerce, licence moins chère, surtarification es terminaisons d'appel qui fait que les autres opérateurs subventionnent 10e sur un forfait à 19e..
si on veut une vraie concurrence, il suffit de mettre en place des règles symétriques et on aura une vraie concurrence. ce n'est pas l'intérêt du régulateur qui continue à recruter, il justifie la présence de ses services en inventant de nouvelles règles au quotidien et qui vont contre l'intérêt des client set surtout des contribuables.et sin on ne symétrise pas les ouvertures de réseaux, c'est pour uniquement pour maintenir des avantages particuliers ! dans aucun autre secteur économique il n'y a une administration qui dicte les règles techniques, politique d'équipement, interfère au niveau des réseaux, diste des tarifs à une entreprise du secteur....étrange et bien français, et surtout contreproductif
a écrit le 10/07/2012 à 12:36 :
Effectivement, la concurrence ne couvre qu'une partie de l'économie, celle qui consiste à accélérer les délais et à baisser les prix.
Il y a différents moyens d'arriver à ces objectifs, et d'autres objectifs importants ne sont pas couverts : par exemple, la stabilité de la société, la prise en compte des contraintes de long terme et de l'intérêt général, l'encouragement de motivations autres que financières (celle des chercheurs, par exemple) qui sont elles aussi utiles.
On ne peut donc que conseiller aux technocrates de toutes chapelles d'en user avec modération...
http://www.asmp.fr/fiches_academiciens/textacad/boiteux/10_4_trim_regulations.pdf
a écrit le 10/07/2012 à 11:18 :
Allez savoir si l'arrivée de Free n'arrange pas certains protagonistes, qui vont pouvoir ainsi justifier des licenciements, en tout cas les dividendes pour certains qui "hurlent" le plus n'ont pas été revus à la baisse.
L'Europe à tout fait pour casser les monopoles d'état, au grand bonheur d'opportunistes qui ont senti le bon filon très lucratif, il ne faudrait pas que maintenant la concurrence ne leur est plus favorable ces messieurs remettent en cause ce principe même de la concurrence.
a écrit le 10/07/2012 à 8:58 :
On ne peut pas vraiment parler de concurrence parfaite dans un marché avec 4 producteurs dont l'un domine largement avec 45% de part de marché. Orange a permis l'émergence d'une segmentation avec Free. Free fournit un service d'assistance minimum, et un service opérationnel dans l'état de l'art. En conséquence, le chiffre d'affaires des clients qui subventionnaient les services d'assistance sans jamais les utiliser est en train de sdisparaître. De plus Orange se donne la possibilité de renforcer sa position de leader en développant son réseau dont Free loue les surcapacités.C'est enfin l'émergence d'une vrai différentiation qui secoue un marché mûr et cartélisé, et la voie d'une meilleure efficacité.
a écrit le 09/07/2012 à 21:59 :
faut pas déconner les opérateur nous ont vole pendant des décennies si ils perdent des emploie free en gagnent c'est un vrai discourt de conservateur que nous tiens montebourg la concurrences il n'avaient qu' a la préparer au lieu de se gaver avec nos sous avec leurs tarifs prohibitif c'est a celui qui va le plus arroger montebourg pour l'aidé a changer sont discoure au sujet de free met de l'huile comme dirait l'autre !
Réponse de le 10/07/2012 à 11:37 :
Free ne vend pas a perte, mis a part sur le forfait a 0?. Ils ne vendent pas a perte non plus sr l'ADSL.
Réponse de le 10/07/2012 à 11:38 :
Free ne vend pas a perte, mis a part sur le forfait a 0?. Ils ne vendent pas a perte non plus sr l'ADSL.
Réponse de le 10/07/2012 à 12:25 :
alors batman ??? argumente ta reflexion, cher freenaute puisque 0 = abonné free, oui free fait plutot ses marges sur les surfacturations n'est ce pas ?
je connais plein de personnes abonnés free adsl en alsace qui en ont ras le bol de l'assistance inexistante de free via meme un abonnement supplementaire de 9 euros en plus pour ne pas payer la hotline.....
Réponse de le 10/07/2012 à 22:31 :
C'est bien de connaître des personnes qui ci ou ça mais le mieux est d'être client pour se faire une idée...
J'ai été client de tout les opérateurs en mobile et en Adsl et je suis aujourd'hui chez Free pour tout.
Hotline impecc et gratuite, aucune surfacturation nulle part, aucune coupure....
Je devrais peu être faire un loto avec la chance que j'ai on dirait !
L'assistance inexistante ? Heu Free ne vient pas de rafler cette année le trophée de la meilleure relation client à bouygues dernièrement ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :