France Télécom passe à l'Orange, certains syndicats voient rouge !

L'assemblée générale des actionnaires de l'opérateur historique votera ce mardi le changement de nom définitif en Orange. Si les esprits ont été largement préparés, certains en interne s'émeuvent (un peu) de ce cap symbolique.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Un symbole. Mardi, l'assemblée générale des actionnaires de France Télécom est appelée à voter sur le changement de dénomination sociale de l'opérateur historique en Orange, à compter du 1er juillet. « Effaçant définitivement le mot France jusque dans les listings de cotations boursières», s'émeuvent Sébastien Crozier et Hélène Marcy, du syndicat CFE-CGC Unsa, dans un message adressé aux actionnaires salariés. Au syndicat Sud PTT, on prépare déjà des animations qui accueilleront les actionnaires sur le parvis du Palais des Congrès de Paris mardi après-midi : un « die-in », une roue de l'infortune, un stand de chamboule-tout. Dans un tract, le syndicat considéré comme « le dernier repaire des opposants farouches au changement de nom », s'interroge : « la direction espère-t-elle ainsi faire oublier la crise sociale qui a secoué l'opérateur historique au moment où Didier Lombard revient sous les projecteurs des médias ?... Veut-elle redonner du lustre au cours de l'action dans un secteur secoué par un modèle économique en évolution ? »

Dimension de service public
Le syndicat CFE-CGC Unsa n'est « pas particulièrement favorable » au changement de dénomination et a même essayé de proposer deux résolutions proposant un autre nom ! Rien de très original ni révolutionnaire : « France Télécom Orange » ou « Orange France Télécom », afin de maintenir la dimension de service public, d'entreprise française, d'acteur engagé dans l'aménagement numérique du territoire... Une proposition discutée au sein du fonds des actionnaires salariés (qui détient 4,6% du capital) mais qui n'a pas pu aboutir. « La direction a refusé : elle ne voulait pas d'émotion sur le changement de nom à l'assemblée générale » confie Sébastien Crozier, qui reconnaît qu'à titre personnel, à la direction de la nouvelle filiale Horizons, il travaille uniquement avec la marque Orange.

Prétexte, indifférence et « rebranding »
Même chez Sud, Christian Pigeon concède que « l'on a apaisé nos craintes sur les statuts » et le changement de nom est « un peu un prétexte » pour parler des vrais enjeux que sont l'emploi, l'investissement et le dividende, des préoccupations partagées par toutes les organisations syndicales, plus d'un après l'arrivée tonitruante de Free Mobile. « On ne voit pas forcément l'intérêt de changer, puisque la marque c'est déjà Orange, sauf si l'employeur veut se soustraire à certaines obligations ou se déresponsabiliser dans le procès pour harcèlement moral » observe le délégué Sud. Marque initialement étrangère, créée en 1994 et rachetée au moment de l'acquisition à l'été 2000 de l'opérateur mobile britannique pour 39 milliards d'euros, Orange symbolisait encore il y a quelques années la période des folles années de croissance externe à tout crin qui avait précipité France Télécom au bord du gouffre. Depuis, la politique de « rebranding » et le temps ont fait leur ?uvre. La direction de l'opérateur s'appuie sur un sondage interne réalisé par l'institut CSA auprès de 4.000 salariés en décembre dernier qui a conclu que « 83% des salariés ont un avis favorable ou indifférent au changement de marque.» En début d'année, la direction des ressources humaines « a fait comprendre aux partenaires sociaux qu'elle allait lancer les hostilités, si l'on peut dire, consciente qu'il y avait une fenêtre de tir » explique un représentant syndical. La transformation symbolique avait été envisagée plus tôt par Stéphane Richard, le PDG, qui avait cependant senti qu'il valait mieux reporter.

Le maintien de l'Etat actionnaire, sujet plus sensible
« Le nom n'est plus un sujet de clivage » affirme Laurent Riche, délégué syndical central de la CFDT. « La plupart des salariés ont compris qu'il y avait une stratégie industrielle, une mobilisation globale autour de la marque, dans un contexte économique difficile. » Pour Sébastien Crozier, dans une entreprise où 60% des salariés actifs ont le statut de fonctionnaire (sur un effectif d'environ 100.000 dans l'Hexagone), un certain clivage demeure sur le nom mais « il ne tient pas tant au statut qu'au métier, entre ceux qui sont face aux clients, et les "lignards", les employés des réseaux, des infrastructures, et à l'âge. » Le maintien de l'Etat au capital (premier actionnaire avec 27% dont la moitié via le Fonds stratégique d'investissement) est un sujet hautement plus sensible aujourd'hui aux yeux des syndicats. La CFE-CGC Unsa ne cache pas sa crainte d'une sortie partielle du FSI, par exemple la cession d'un bloc de 5% du capital, qui pourrait rapporter 1 milliard d'euros.

La "marque" France Télécom n'aura duré que 25 ans
Mais il observe que « la marque France Télécom n'existe en réalité que depuis 1988 et n'aura pas duré très longtemps. » 25 ans. C'est en effet pour répondre à une directive européenne sur l'ouverture à la concurrence du secteur que la Direction générale des télécommunications a été rebaptisée ainsi le 1er janvier 1988 et ce n'est qu'en 1991 que l'entreprise est devenue exploitant autonome de droit public, avant d'être transformée en S.A en 1996, un an avant l'ouverture du capital.  «Aujourd'hui notre marque est classée à la 50e position des marques mondiales avec une valeur de 15,4 milliards de dollars selon le classement Millward Brown 2012 » fait valoir sur son site Internet l'opérateur aux 230 millions de clients dans 32 pays.
 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 42
à écrit le 31/07/2013 à 14:16
Signaler
Non, la raison est plus simple, France Telecom est devenu Orange au moment de l'explosion des ventes et surtout des abonnements de téléphone mobile, or pour ne pas perdre de clients "français" mais issues de l'immigration et qui déteste la France (cf...

à écrit le 29/05/2013 à 11:18
Signaler
Qu'il change de nom , jechangerai de FAI . Merci les incapables

à écrit le 29/05/2013 à 11:18
Signaler
Qu'il change de nom , jechangerai de FAI . Merci les incapables

à écrit le 29/05/2013 à 8:20
Signaler
moi aussi je vois rouge car orange pratique la censure et ne respêcte pas le code de deontologie qu'il demande a ceux qui envoient des reactions de respecter si on emet une reaction qui deplait au censeur il ne la publie pas, nous devons lutter contr...

le 29/05/2013 à 21:26
Signaler
A force d'avoir des points rouges je vais bientôt attraper la varicelle! Orange censure même le rappel de faits historiques ou diffusés dans la presse!

à écrit le 28/05/2013 à 16:46
Signaler
Nostalgie ou sont notre bonne poste télégraphe téléphone PTT et la on pouvait parler de service publique telecom ou orange foutaise il y a que le fric qui compte pour engraisser les actionnaires les employés et les clients c'est du superflu on s'en f...

à écrit le 28/05/2013 à 16:24
Signaler
Au Franklin institut, célèbre musée de sciences de Philadelphie, il existe des rouges pastels électriques!

à écrit le 28/05/2013 à 16:12
Signaler
Service publique ? Elle est bien bonne, ça fait deja bien longtemps que orange/france telecom ce comporte comme la pire des boite privé. Infrastructure d'un autre age, ligne datant des années 70, on privilégie les zones dense au détriment des zones n...

à écrit le 28/05/2013 à 15:14
Signaler
En 20 ans les fonctionnaires des télécom excellents techniciens et ingénieurs ont amené la France au premier rang de ce domaine dans les années 80-90. Depuis le gâteau a été livré aux commerciaux, aux financiers et aux règles communautaires. Actuelle...

le 28/05/2013 à 15:41
Signaler
Qu'il est beau le mythe de l'excellence aux frais du contribuable... depuis les créanciers sont passés et réclament le remboursement de la dette.

le 28/05/2013 à 16:32
Signaler
Disons plutôt que les exploitants privés incompétents ont rempli leurs poches au lieu d'amortir les investissements de l'état.

à écrit le 28/05/2013 à 15:04
Signaler
Et il y a encore des adresses Wanadoo. Pourquoi pas PTT ?

à écrit le 28/05/2013 à 14:35
Signaler
Lorsque il y a eu le référendum pour Maastricht certains de droite, le PC étaient contre. On a d'ailleurs taxé le PC de "collusion avec la droite" (dixit le PS à l'époque). Mais je vois qu'encore une fois nous étions dans le vrai car ce qui se passe ...

à écrit le 28/05/2013 à 12:19
Signaler
Dans le pays d' Hollande , l'Orange est tendance !!

le 28/05/2013 à 12:45
Signaler
+1, votez Modem en masse !!!

à écrit le 28/05/2013 à 12:13
Signaler
Ouvrez les yeux c'est la casse de la France tout court, l'Europe n'a été mise en place que pour cela, notamment au détriment des Français qui avaient des services publics certes perfectibles mais efficaces et rentables pour la nation. le scénario co...

le 28/05/2013 à 12:25
Signaler
La casse que vous décrivez n'est que la fin d'un monopole d'état dont l'utilité n'était que d'amasser des armées de fonctionnaires en rackettant les utilisateurs. GRACE A L'EUROPE, la concurrence fait rage aujourd'hui en France dans les Telecom, pour...

le 28/05/2013 à 12:39
Signaler
Après avoir lu "des services publics certes perfectibles mais efficaces et rentables" vous avez perdu toute crédibilité. Quand un service public est subventionné par les impôts (directs et indirects) c'est qu'il n'est pas rentable indépendamment de s...

le 28/05/2013 à 17:20
Signaler
@Racket: je ne partage pas complètement votre analyse. S'il est vrai que la concurrence a favorisé une chute des tarifs (en France effectivement, la téléphonie mobile est l'une des moins chères au monde, surtout comparée aux USA et Canada), en revanc...

le 02/06/2013 à 11:52
Signaler
Malheureusement, ce débat est avant tout idéologique. Personne ici n'a étudié sérieusement et objectivement la différence de gestion et d'efficacité entre entreprises privées et entreprises publiques. Chacun ne relèvera que ce qui va dans le sens de ...

à écrit le 28/05/2013 à 10:57
Signaler
A PRIVATISER DÉFINITIVEMENT ET LA CASTE DE NABABS DE FONCTIONNAIRES EN CONTRAT DE DROIT PRIVE EN URGENCE L?ÉTAT FRANÇAIS EST EN FAILLITE !!!

le 28/05/2013 à 14:08
Signaler
tout a fait d accord ...il faut sortir au plus vite du mall FRANCAIS absolument debordee

à écrit le 28/05/2013 à 10:55
Signaler
Une fois encore, si on avait pas privatisé de manière illégale un service propriété du peuple, ce problème ne se poserait pas. Il est encore temps de couper ce paquebot en deux parties : France Telecom (Infrastructures) et Oranges (Services). On vers...

à écrit le 28/05/2013 à 10:47
Signaler
les syndicats français vivent toujours dans le passé. Les évolutions du monde, si elles ne sont pas comme ils veulent, ils les rejettent comme si une entreprise peut se permettre de rejeter le monde dans lequel elle vit et qui évolue.

à écrit le 28/05/2013 à 10:00
Signaler
Y'a un syndicat qui utilise encore PTT??

à écrit le 28/05/2013 à 9:58
Signaler
eh oui il y a encore des fonctionnaires chez france télécom et ils sont durs à virer

le 28/05/2013 à 10:59
Signaler
Ils seraient faciles a virer si l'Etat voulait les reprendre. Mais tant que l'Etat s'arrogera le droit de nommer le PDG, il sera hors de question de dégager les fonx de FT, qui sont donc payés par le privé. C'est toujours ca de collé sous le tapis...

à écrit le 28/05/2013 à 9:55
Signaler
Heureusement ce n'est plus un monopole ! Ouf !!!!!!!!!!!!!!!!! Autant aller voir ailleurs!

à écrit le 28/05/2013 à 8:54
Signaler
que ce soit public ou privé , on s'en moque; ce qui nous intéresse c'est que l'on s'occupe des clients. or ce qui intéresse orange, ce n'est pas le client car il est systématiquement rabroué en boutique quand il ose demandé de l'aide soit pour faire ...

le 28/05/2013 à 9:20
Signaler
C'est un peu partout pareil en ce moment, surtout en France. Ça fait très : après nous le déluge. Orange, rachetée 39 milliards sans compter le filaire et tout le restant du capital de ft pour désormais valoir 15,4 milliards, avec un service à la hau...

le 28/05/2013 à 9:42
Signaler
vous avez pas du avoir du bol j ai eu a affaire deux fois à des gens en boutique ils ont été charmants et patients (autant je maitrise à peu pres l' ordinateur et internet autant le téléphone mobile c est vraiment pas mon truc) Il m ont bien conseill...

le 28/05/2013 à 10:03
Signaler
@Citoyen, KOI? N'importe quoi. France Telecom a effectivement racheté très cher Orange( env 40 maillards d'euros). Mais le gros problème de France Telecom c'est sa dette. 32 milliards de euros. De plus, grâce a nos très chers politiques, France Telec...

le 28/05/2013 à 11:28
Signaler
Alex, l'Etat ne possède que 27% de FT... donc seulement 27% des dividendes engrangés... Qui a pris les 3 autres quarts ? HHmmm ?? ;-)

le 28/05/2013 à 17:14
Signaler
En 2001, L?État avait encore 57% du capital. depuis il a vendu petit a petit...

à écrit le 28/05/2013 à 8:07
Signaler
Feraient mieux de s'occuper de trouver les fonds pour tirer des câbles dans les secteurs dont l'équipement date de 1946...

le 28/05/2013 à 10:07
Signaler
C'est ce qu'ils font, ils déploient de la fibre et de la 4G. Vous voulez que FT investisse et des prix pas chers. On ne peut pas avoir le beurre et l'argent du beurre. Pourquoi FT investirait 20 milliards de euros pour la fibre pour que vous vous abo...

le 28/05/2013 à 11:29
Signaler
Alex, Free peut parfaitement déployer de la Fibre, et FT est en droit de l'utiliser, au même titre que SFR passe par les fibres d'Orange, que Free passe par les fibres de Free etc... Les règles existent, et son utilisées...

le 28/05/2013 à 16:20
Signaler
Si déjà le filaire aérien de la boucle locale était entretenu, rappelons que pour chaque abonné en dégroupage total les FAI reversent plusieurs ? par mois/abonné. La soupe doit être très bonne puisque le travail est bien souvent confié à des sous tra...

le 28/05/2013 à 17:15
Signaler
Pour un dégroupage total c'est 8 euros....

à écrit le 28/05/2013 à 8:01
Signaler
espérons de EDF GDF ...pour avoir la meme baisse sur les tarif ..imaginer le retour au tarif de 5 années en arrière de FT impossible la concurrence a du bon pour l'usage fin des monopoles d etat privatison

à écrit le 28/05/2013 à 7:22
Signaler
On peut donc quitter Fran.. heu.. orange, sans plus aucun soucis moral( de quitter quelque chose qui a le nom "France"), vu que cela devient une simple firme privée comme les autres, cela va faciliter les comparaisons de prix. Remarquez que Deutchba...

le 28/05/2013 à 8:19
Signaler
Dans notre pays, le mot 'France' n'a jamais fait recette autant qu'en Allemagne. Qu'est devenue notre France (le paquebot) ? Note: la Fed n'est pas une institution privée, mais plutôt un organisme à but non lucratif indépendant au sein du gouverneme...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.