5G : Orange écarte Huawei et choisit Nokia et Ericsson

 |   |  806  mots
Stéphane Richard, le PDG d'Orange.
Stéphane Richard, le PDG d'Orange. (Crédits : REUTERS/Charles Platiau.)
L’opérateur historique a décidé de déployer la prochaine génération de communication mobile en France avec les équipementiers Nokia et Ericsson, avec qui il travaillait déjà pour la 2G, la 3G et la 4G. Orange n’a pas retenu l’option Huawei, dans un contexte d’inquiétude et d’incertitude à l’égard du groupe chinois.

Le leader français des télécoms a tranché. Ce vendredi, Orange a indiqué qu'il utilisera les équipements de Nokia et d'Ericsson pour déployer la 5G, la prochaine génération de communication mobile, dans l'Hexagone. L'opérateur historique a choisi la continuité, puisqu'il recourrait déjà aux services des équipementiers finlandais et suédois pour la 2G, la 3G et la 4G. Il a aussi fait le choix d'une solution européenne, car il a, in fine, écarté les propositions du géant chinois Huawei, tout comme l'option du sud-coréen Samsung.

Dans un communiqué, Orange rappelle que Nokia et Ericsson sont des « partenaires de longue date » du groupe. Ils « fourniront un ensemble de produits et services permettant le déploiement du réseau 5G sur l'ensemble du territoire », poursuit l'opérateur, précisant que « l'accord inclut les antennes ainsi que des services professionnels associés ».

« Nokia et Ericsson ont fait les meilleurs offres »

Dans le détail, Nokia déploiera ses infrastructures dans les régions Ouest et Sud-Est du pays. Ericsson s'occupera de l'Ile-de-France, du Nord-Est et du Sud-Ouest. Chez Orange, Nokia et Ericsson conservent donc les territoires qu'ils ont déjà équipés en 2G, 3G et surtout 4G. L'opérateur argue que ce choix constituait la solution la plus simple - et sans doute la moins coûteuse. De fait, la 5G qui doit arriver dans l'Hexagone cette année, s'appuiera dans un premier temps sur l'infrastructure 4G existante. Comme les équipements des différentes marques sont difficilement compatibles entre eux, le choix de Huawei pour la 5G, par exemple, aurait obligé Orange à remplacer une grande partie de ses infrastructures Nokia et Ericsson actuelles par celles du groupe chinois. Un chantier aussi long, complexe que cher à mettre en place.

« Orange a pris cette décision en tenant en compte de multiples critères techniques et économiques, et avec l'ambition de pouvoir construire les meilleurs réseaux au moindre coût, indique un porte-parole de l'opérateur. Dans ce cadre, Nokia et Ericsson ont fait les meilleurs offres. A noter aussi que ce choix s'est fait dans la continuité des solutions techniques existantes. La technologie 5G ayant été conçue comme une évolution de la technologie 4G, il est plus simple de construire avec les fournisseurs existants. Ericsson et Nokia sont déjà partenaires d'Orange sur les réseaux 4G en métropole et les zones géographiques sur lesquelles chaque partenaire va intervenir pour la 5G reste à l'identique. »

Huawei : le lobby des télécoms hausse le ton

Ce choix de Nokia et d'Ericsson par Orange intervient aussi dans un climat d'incertitude à l'égard de Huawei. Plusieurs pays européens, dont la France, redoutent que les équipements du groupe chinois soient détournés de leur fonction par Pékin pour espionner ou interrompre les communications. Ce que Huawei a toujours démenti. Aujourd'hui, les opérateurs affirment que le gouvernement ne leur a toujours pas dit, précisément, s'ils ont le droit de choisir l'équipementier chinois pour déployer la 5G. Jeudi, dans un entretien aux Echos, Arthur Dreyfuss, le président de la Fédération française des télécoms (FFT), et secrétaire général de SFR, a une nouvelle fois râlé contre l'exécutif. « L'Etat ne nous a toujours pas dit clairement, à ce stade, si les opérateurs télécoms ont le droit d'utiliser Huawei pour la 5G, a-t-il pesté. La France se contente de dire : on va faire du cas par cas. Dans ces conditions, il est impossible pour les opérateurs télécoms d'établir des plans d'affaires pérennes. » Et ce, alors que les enchères pour les fréquences 5G, dont l'Etat veut retirer un minimum de 2,17 milliards d'euros, doivent débuter au mois d'avril.

En outre, Arthur Dreyfuss estime que si le gouvernement balayait Huawei, il serait normal que l'Etat devra indemnise les opérateurs. Aujourd'hui, deux acteurs sont particulièrement à cran concernant une éventuelle interdiction de Huawei. Il s'agit de SFR et de Bouygues Telecom, qui selon nos informations, recourent aux produits du groupe chinois sur respectivement 47% et 52% de leurs réseaux mobiles. Free, pour sa part, a déjà indiqué, en septembre dernier, qu'il restait chez Nokia pour déployer la 5G en France. Le groupe de Xavier Niel a même fait du choix de l'équipementier finlandais un atout. Dans un communiqué, il a jugé qu'« en retenant Nokia, le groupe [faisait] le choix de la technologie européenne et de l'indépendance stratégique ». Une sortie qui, à n'en point douter, a du faire grincer des dents chez SFR et Bouygues Telecom.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/02/2020 à 16:12 :
Orange a raison de réagir, même si il a déjà installé pas mal de Huawei. L'Europe doit être privilégier si elle veut se donner les moyens de la recherche et compter demain. Si l'état, l'UE et ses administrations de ploucs de fonctionnaires ne s'en mêlent pas, ça devrait marcher
Réponse de le 06/02/2020 à 20:39 :
Ce choix de fournisseurs profitera essentiellement aux américains (NOKIA = MICROSOFT) au lieu des chinois.
Pour les "Européens" (à la suédoise …) ca laissera des miettes, et pour les francais : tout sera plus cher et en retard (voire jamais).
Avec Orange on voit rouge !
a écrit le 01/02/2020 à 16:00 :
Si on a des fournisseurs européens alors il faut choisir l'Europe d'abord !
Réponse de le 01/02/2020 à 18:34 :
Ce choix de fournisseurs profitera essentiellement aux américains (Nokia = Microsoft) au lieu des chinois.
Pour les "Européens" (à la suédoise …) ca laissera des miettes, et pour les francais : tout sera plus cher et en retard (voire jamais).
Avec Orange on voit rouge !
a écrit le 01/02/2020 à 8:56 :
Rappel : capital d'Orange détenu à 63 % par Etat français dont 23 % Bpi France.
Pourquoi Orange écarte Huawei dans les équipements 5G.....et qu'il a équipé des millions de logements de particuliers de matériels Huawei (décodeurs HD insuffisants, et boîtiers fibre optique) dans la mise en place du réseau fibre optique ?

Ce choix ne s'explique pas, il a du cependant être validé par l'Arcep et l'état français en tant qu'actionnaire principal ? Ou alors les contrôles de l'état sont une fois de plus .....déficients.

J'espère que mon commentaire sera retenu et non pas effacé comme les précédents.
Des éléments de réponse sont souhaités de la part du journaliste qui a rédigé ces lignes.
Merci
Réponse de le 01/02/2020 à 13:15 :
Bouy* m'a installé une prise fibre, avec le matériel dont vous parlez.
Vous pensez que l'interface optique/Ethernet haut débit a un firmware qui permet d'espionner tout ce qui passe (voire couper ma ligne si besoin supérieur du PC chinois) ? Le matériel télécom est devenu de l'informatique, moins les périphériques de bout de chaine (je regarderais si c'est scellé sinon l'ouvrirais voir, l'ai déjà fait avec une vieille interface optique/éthernet du boulot (recherche)(truc mis à la benne), y a un circuit intégré spécialisé qui "transcode", c'est tout (en apparence)).
Un microondes avec puce Huwaei est-elle susceptible de provoquer des ennuis au cas où ? La NSA doit bien être capable d'espionner tout ça mais ne peuvent le dire (ni oui ni non).
Y a déjà eu des ennuis télécom avec des défauts de mise à jour sur du matériel, ça bloque tout vu que tout passe par ces serveurs, point critique du système.
a écrit le 01/02/2020 à 8:28 :
Excellente décision d'ORANGE !!! Développons le savoir faire EUROPÉEN !!! assurons une certaine indépendance stratégique de notre continenta
a écrit le 31/01/2020 à 16:19 :
Vive la concurrence ... surtout quand la clientèle finale est captive des accords politiques.
a écrit le 31/01/2020 à 16:18 :
Vive la concurrence ... surtout quand la clientèle finale est captive des accords politiques.
a écrit le 31/01/2020 à 16:16 :
Vive la concurrence ... surtout quand la clientèle finale est captive des accords politiques.
a écrit le 31/01/2020 à 16:16 :
Vive la concurrence ... surtout quand la clientèle finale est captive des accords politiques.
a écrit le 31/01/2020 à 15:28 :
"Orange veut construire le meilleur réseau au meilleur prix". Les millions de français qui attendent toujours la fibre promise au plus tard en 2020, ou qui ne captent pas la 4G alors qu'ils habitent dans une zone déclarée couverte par Orange, savent ce que cela veut dire...
De "technologie d'avenir" et de "minimum vital républicain", le haut débit est devenu l'exemple criant de la mauvaise foi de nos dirigeants et de leur incapacité à faire respecter les engagements des opérateurs.
a écrit le 31/01/2020 à 15:28 :
"Orange veut construire le meilleur réseau au meilleur". Les millions de français qui attendent toujours la fibre promise au plus tard en 2020, ou qui ne captent pas la 4G alors qu'ils habitent dans une zone déclarée couverte par Orange, savent ce que cela veut dire...
De "technologie d'avenir" et de "minimum vital républicain", le haut débit est devenu l'exemple criant de la mauvaise foi de nos dirigeants et de leur incapacité à faire respecter les engagements des opérateurs.
a écrit le 31/01/2020 à 14:59 :
La 5G est une priorité pour les nouveaux réseaux, pour le streaming haute definition, pour le "nouvel internet" : j'ai un smartphone Huawei depuis 5 mois, j'ai pas l'impression que la "chine tente de pirater mes données personnelles". Huawei c'est un peu l'image du geant qui veut s'implanter partout. Trump n'en veut pas car il est certain que la technologie electronique est plus puissante que la technologie chinoise de Huawei, voilàpourquoi il prenne l'entreprise Huawei pour une "belle bande d'espions". La guerre commerciale entre USa et chinois bat son plein. Mais personellement je pense que l'on aura besoin des chinois pour le developpement de la G.L'Allemagne est plutôt du côté US car il semble qu'il ai trouvé des preuves que Hauwei travaille avec les services secrets chinois. Le Royaume Uni semble plutôt dubitatif. Oui dans cette concurrence mondiale effrénée pour un contrôle des telecoms mondiale, celà me fait penser à l'attitude il ya 25 ans quand je travaillais chez Lucent : l'Asie prenait dejà un rôle capital dans le développement des serveurs informatiques pour les télécoms ( 2G/3G) à l'époque et les USA s'en méfiait déjà comme de la peste ! Rien à vraiment changer depuis 25 ans. N'en déplaise à Trump : qui maîtrise le marché chinois et sud asiatique maitrise une très grosse partie de la mondialisation et du monde futur.!!! Quid de l'ordinateur quantique ? Quid des matériaux nouveaux ? des terres rares ? des batteries pour voitures électriques ? etc..
La 5G est capitale pour notre avenir technologique et il faut intégrer tout le monde à l'équation globale. La guerre entre USA et la Chine peut être dévastatrice.
a écrit le 31/01/2020 à 14:47 :
Bonne nouvelle pour les équipementiers européens, pour la recherche et les emplois en France !
a écrit le 31/01/2020 à 14:35 :
Une très bonne nouvelle pour nos équipementiers et pour ce secteur stratégique.
a écrit le 31/01/2020 à 14:26 :
Bravo Orange !!!
Bravo Free !!!

HOUHOU pour les autres opérateurs !
Faire du fric au détriment de leur pays.

Aux armes les citoyens
Changez d'opérateur .....
Moralité privilégions le Made in Europe même si tout les pays de l'UE ne jouent pas le jeu (Rafale, hélicoptère)
a écrit le 31/01/2020 à 14:18 :
Bravo Orange !!!
Pas confiance aux Chinois !
Le jour où ils nous piquent Airbus ce sera le début de la fin .....
a écrit le 31/01/2020 à 14:02 :
Excellente décision.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :