À Barcelone, la 5G dans tous ses états

 |   |  637  mots
La 5G va notamment permettre de développer des usages nouveaux dans les jeux vidéo.
La 5G va notamment permettre de développer des usages nouveaux dans les jeux vidéo. (Crédits : DR)
Au Mobile World Congress de Barcelone, les industriels du mobile rivalisent d’expérimentations et de cas d’usages pour vanter la prochaine génération de communication mobile, sur laquelle ils misent pour assurer leur croissance ces prochaines années.

C'est la star du Mobile World Congress. Au salon du mobile de Barcelone, cette année, les observateurs et professionnels n'ont d'yeux que pour la 5G. La prochaine génération de communication mobile doit voir le jour en France à partir de 2020. Et déjà, opérateurs mobiles, équipementiers télécoms et industriels de tous les secteurs planchent sur les applications nouvelles que permettra cette technologie ultra-rapide, à très faible latence (la réactivité du réseau lorsqu'on le sollicite) et perçue comme un catalyseur de l'Internet des objets.

Aux dires des professionnels, les réseaux 5G permettront de transformer en profondeur l'industrie. Beaucoup de tâches pourront, sur le papier, être automatisées, grâce à des machines capables de communiquer en temps quasi-réel avec des serveurs distants. Ce qui n'est pas possible aujourd'hui avec la 4G. C'est ce qu'a voulu démontrer SK Telecom. Sur son stand, l'opérateur sud-coréen présente une machine étrange. Ici, des petits palets sont envoyés sur un tapis roulant. Ceux-ci sont photographiés en un éclair, avec des éclairages changeants, par une caméra mouvante. Ce procédé permet de contrôler l'état des pièces, et, par exemple, d'écarter automatiquement celles qui sont défectueuses.

--

SKTELECOM1

SKTELECOM2

(Crédits: DR)

--

La très faible latence de la 5G est considérée comme essentiel pour développer la voiture autonome. Chez SK Telecom, sur un écran, l'opérateur montre une automobile s'insérer dans la circulation, anticiper les freinages, détecter les piétons, les feux, les accidents et autres événements soudains. Outre la réactivité du réseau, celui-ci permet d'absorber les gros échanges de données nécessaires au bon fonctionnement de la voiture.

Toujours sur le front de la latence, les industriels ont présenté de nombreux cas d'usages pour montrer la différence avec la 4G. Les américains Dell Technologies et VMWare se sont voulus ludiques en présentant un jeu vidéo maison. Face un immense écran, un joueur avec un casque à réalité virtuelle tente, avec ses mains, d'attraper des dizaines de drones qui arrivent à toute vitesse. Dans la version 4G du jeu, il peine à arriver à ses fins. Les images lui arrivent avec un peu de retard, et ses gestes font rarement mouche. En 5G, évidemment, il explose le score.

--

DELL ET VMWARE

(Crédits: DR)

--

Dans la même veine, l'équipementier Nokia proposait à des joueurs de tennis de table, là encore munis de casques à réalité virtuelle, de s'essayer à quelques échanges.

--

NOKIA PING PONG

(Crédits: DR)

--

Et là encore, sans surprise, la version 5G du jeu permet des échanges plus fluides et longs, sa petite sœur en 4G.

Une ambulance connectée en 5G

Dans le domaine de la santé, le gouvernement catalan a présenté une ambulance connectée en 5G. Grâce à une caméra transmettant ses images en haute définition en temps réel, un médecin spécialisé peut, à distance, établir un diagnostic et délivrer des ordres de soins. Cela permet une prise en charge ultra-rapide des patients, sans attendre qu'ils arrivent à l'hôpital.

--

AMBULANCE 5G

(Crédits: DR)

--

Enfin, l'opérateur sud-coréen KT s'est illustré avec son « skyhip ». Il s'agit d'un dirigeable d'environ 10 mètres de long, et doté d'une caméra à très haute définition. Cette solution, développée avec Ericsson et Samsung, a été utilisée l'an dernier aux Jeux Olympiques d'hiver de PyeongChang.

Pilotable depuis le sol, l'engin a été utilisé pour des missions de surveillance. La 5G, qui a été déployée lors des JO à des fins d'expérimentation, est nécessaire le bon fonctionnement du « skyship », qui génère des myriades d'images et de données à traiter en temps réel.

--

AIRSHIP

AIRSHIP2

(Crédits: DR)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/02/2019 à 19:53 :
Et aucune information sur les risques sanitaires.... Insectes, oiseaux, ce bombardement continu d'ondes va tuer le vivant. Personne n'enquete sur ce sujet explosif, il faut continuer à aller de l'avant...
Aucune non plus sur le changement de société : l'ouvrier de contrôle, survivant des réductions d'effectifs disparaît, le médecin de campagne aussi, l'instituteur a l'école aussi...

Les décisions qui engagent l'avenir de toute une planète continuent d être prises par les industriels. Ça nous a bien réussi, non ?
a écrit le 27/02/2019 à 13:40 :
Bloomberg vient de faire un article sur les opérateurs télécoms qui veulent partager le coût de l'investissement dans la 5G :
Phone companies decide they can't face 5G spending burden alone, Bloomberg, 25/02/2019.
probablement parce-que cela ne va pas apporter énormément par rapport à l'existant.
en décembre 2017 déjà, Bloomberg faisait un article sur le fait que l'investissement dans la 5G pourrait ne pas valoir le coup :
Upgrade to 5G costs $200 billion a year, may not be worth it, Bloomberg, 18/12/2017.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :