Dans le rouge, Telecom Italia s’allie à Vodafone dans la 5G

 |   |  409  mots
Pour relancer l’opérateur, Luigi Gubitosi, le nouveau chef de file de TIM, a initié un plan stratégique pour la période 2019-2021.
Pour relancer l’opérateur, Luigi Gubitosi, le nouveau chef de file de TIM, a initié un plan stratégique pour la période 2019-2021. (Crédits : Stefano Rellandini)
L’opérateur historique italien, qui a enregistré une lourde perte l’an dernier, a décidé de s’associer à Vodafone pour déployer la 5G. Cette alliance devrait leur permettre de baisser leurs coûts, alors qu’ils viennent de débourser une fortune dans les fréquences nécessaires à cette technologie.

Ce jeudi 21 février, Telecom Italia a publié de mauvais résultats pour son exercice 2018. L'opérateur historique italien a fait état d'une grosse perte : 1,4 milliard d'euros. Le groupe, qui avait prévenu au mois de janvier qu'il finirait 2018 dans le rouge, a justifié cette piètre performance par des dévaluations d'actifs à hauteur de 2,6 milliards d'euros, ainsi que par la forte concurrence dans le mobile depuis l'arrivée d'Iliad. L'opérateur ne s'attend, en outre, pas à une amélioration au premier semestre cette année.

Lire aussi : Vivendi et Elliott se volent encore dans les plumes

Ancien patron de Wind, Luigi Gubitosi, qui a pris les rênes de Telecom Italia en novembre dernier, a du pain sur la planche, et est contraint de travailler en terrain miné. A côté de ses déboires commerciaux, l'opérateur fait l'objet d'une lutte de pouvoir entre ses deux principaux actionnaires, le géant français des médias Vivendi, et le fonds américain Elliott.

Une alliance avec Vodafone

Pour relancer l'opérateur, Luigi Gubitosi a initié un nouveau plan stratégique pour la période 2019-2021. En parallèle d'une réduction des coûts de 8% sur la période, il table sur une amélioration de la qualité de service (en adoptant un positionnement premium à la manière d'un Orange en France), le développement des contenus, ainsi que sur un renforcement de son antenne brésilienne. Telecom Italia mise notamment gros sur la 5G, la prochaine génération de communication mobile. Pour déployer cette technologie, il a annoncé, ce jeudi, une alliance avec son rival Vodafone. Concrètement, les deux opérateurs vont partager leurs infrastructures. Telecom Italia et Vodafone réfléchissent aussi à fondre leurs 22.000 tours télécoms dans une même entité.

Ces manœuvres visent, bien sûr, à alléger leurs coûts. Sachant que, pour rappel, Telecom Italia et Vodafone ont été contraints de débourser des sommes folles (2,4 milliards d'euros chacun) lors des dernières enchères pour les fréquences 5G. En outre, Telecom Italia a lancé des discussions avec Open Fiber, la filiale d'Enel spécialisée dans la fibre optique, afin d'évaluer toutes les options possibles, dont une fusion de leurs réseaux fixes. Il a par ailleurs engagé des négociations exclusives pour céder Persidera, un opérateur de réseaux, avec un acteur dont le nom n'a pas été précisé.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :