Avec son « innovation inclusive », Orange fait un gros tacle à Free

 |   |  631  mots
Stéphane Richard, le PDG d'Orange.
Stéphane Richard, le PDG d'Orange. (Crédits : Reuters)
En réponse à la nouvelle box de Free, bardée de technologies mais chère et pas à la portée de tous, Orange estime, pour sa part, mettre le problème de l’exclusion numérique « au cœur de son métier » et œuvrer pour une innovation « accessible à tous ».

Ce mercredi, Stéphane Richard s'est montré particulièrement critique envers Free. Au début du show « Hello », organisé chaque année par l'opérateur historique pour présenter ses nouveautés, son PDG a joyeusement dézingué la nouvelle box présentée la semaine dernière par son rival. Bardée de technologies (elle comprend notamment une enceinte Devialet, un système pour contrôler ses objets connectés, ou encore un pack pour sécuriser son logement), celle-ci n'est toutefois pas donnée, puisqu'accessible à près de 60 euros par mois. Dans une vidéo diffusée au début du show « Hello », Stéphane Richard s'est moqué de la box de son concurrent. Il a affirmé, en résumé, qu'Orange proposait des services similaires, mais par l'intermédiaire d'options, sans les imposer au consommateur.

Surtout, il a critiqué, de manière indirecte, la nouvelle incursion de Free dans le haut-de-gamme. En contre-pied, il a affirmé qu'Orange mettait pour sa part le problème de l'exclusion numérique « au cœur de son métier », à travers une philosophie d'« innovation inclusive »Car selon lui, l'exclusion numérique prive de nombreux Français - ceux qui n'ont pas de smartphones par exemple - « d'un formidable levier de développement ».

« Nous ne construisons pas une société numérique fondée sur l'argent ou l'élitisme, a lancé Stéphane Richard. Au risque d'exclusion numérique, aux gadgets high tech, réservés à quelques-uns, Orange répond par l'innovation inclusive. Nous pensons nativement cette inclusion. Que ce soit en matière d'Internet des objets, d'intelligence artificielle, ou même de réseaux. »

« La technologie ne vaut que si elle est accessible à tous »

Cette communication d'Orange est d'autant plus piquante qu'elle s'attaque, finalement, à l'ADN de Free. Ces dernières années, l'opérateur de Xavier Niel a bâti son succès en se positionnant comme un acteur inclusif. Comment ? En pratiquant longtemps des offres à prix cassés et donc à la portée de toutes les bourses, là où ses rivaux prenaient, selon ses mots, les consommateurs pour « des pigeons ». « La technologie ne vaut que si elle est accessible à tous », a d'ailleurs clamé Xavier Niel, en 2012, lors de la conférence de presse de lancement de ses premières offres de téléphonie mobile.

Pour illustrer ses propos, le propriétaire de Free avait, à l'époque, commercialisé son célèbre forfait à 2 euros (comprenant une heure de communication et 60 SMS). Pour justifier cette offre, Xavier Niel s'était dit outré par le prix de 10 euros des forfaits dits « RSA », destinés aux allocataires du Revenu de solidarité active, pratiqué par les Orange, SFR et Bouygues Telecom. « Ça nous a vraiment scandalisé, a-t-il affirmé. On a décidé de répondre à ça en faisant des forfaits qui répondent vraiment aux personnes qui n'ont pas de moyens, qu'elles soient au RSA ou pas, ou qui ont des petits usages. » Avant d'assurer qu'avec cette offre à 2 euros, « on ne fait pas de perte, on fait de la marge ». « C'est vous dire à quel point vous vous êtes fait avoir, et à quel point les plus pauvres et les plus démunis d'entre nous, on leur a tapé dans la tête de manière scandaleuse », a-t-il enchaîné.

Six ans plus tard, voir Orange critiquer une box haut-de-gamme de Free tout en estimant faire de l'inclusion numérique une priorité montre que le marché a, décidément, bien changé. Aujourd'hui, dans un contexte d'ultra-concurrence et de guerre des prix, Free perd des clients dans le mobile comme dans l'Internet fixe, et est la principale victime de l'agressivité tarifaire de SFR et de Bouygues Telecom. Tandis qu'Orange, pour sa part, continue d'engranger des abonnés.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/12/2018 à 14:59 :
"Innovation inclusive" Encore la rhétorique de l'ENArchie qui masque par des paroles dénuées de sens son impuissance à s'adapter à l'innovation réelle. Tout le monde sait que l'innovation doit être testée et financée par la demande des riches. Il n'y que l'Etat tout puissant qui taxe les pauvres pour l'illusion d'une innovation environnementale. Le roi Jean le Bon n'était pas pire.
a écrit le 19/12/2018 à 22:42 :
« Innovation inclusive », c’est sensé faire vendre des abonnements Orange ça ou c’est juste pour la carrière politique perso du Mossieur ?
a écrit le 17/12/2018 à 13:47 :
Toujours il faut aider EDF c'est pourtant cette sale boite qui en nous installant que du nucléaire et en imposant uniquement cela pendant au moins 40 ans et avec l'accord de tous les soit disant Présidants et Premiers ministres et tout y quanti ont ensembles conduit à l'impasse actuelle et la pub ressente de edf pour le renouvelable quand les caisses sont videsest de la pure démagogie !!!
a écrit le 16/12/2018 à 18:46 :
Je vous livre un témoignage édifiant. Nous sommes une entreprise et sommes depuis 12 jours (!) sans ligne téléphonique. Nous n'arrivions pas à rentrer en contact avec l'assistance technique d'Orange Entreprise jusqu'à aujourd'hui (!)....Non seulement le problème n'est pas résolu mais Orange Entreprise nous explique que l'intervention pourrait nous être facturée!....Pas d'excuses ou de geste commercial alors que le mois de décembre est important pour nous....Je crois qu'Orange a du chemin à faire pour sortir de cette arrogance du monopole.....
a écrit le 15/12/2018 à 1:24 :
Il n'y a pas si longtemps France Télécom pouvait justifier de tarifs élevés de part son expérience et de son utilité publique. Depuis qu'Orange utilise les mêmes méthodes que n'importe quelle société privée, on pourrait se demander pourquoi leurs tarifs sont restés aussi chers. On a aujourd'hui un tarif comparable avec une technologie haut de gamme chez Free. Ce qui prouve, s'il fallait le démontrer, que ce n'ai pas toujours la stratégie d'un dirigeant qui fait la réussite d'une entreprise. C'est plutôt le travail des salariés dans la durée, l'harmonie et le respect des différentes équipes de travail qui devrait-être mis en avant. Enfin, quelque-soit les différentes gammes de prix, c'est le client qui décide au final.
a écrit le 14/12/2018 à 15:10 :
Un bel article qui mérite un débat contradictoire ! Premièrement, la segmentation de la gamme de Free couvre 100% des besoins en matière de tarif tout en proposant des performances inégalées mais surtout, intégrant des innovations 100% Free. Du côté téléphonie mobile, Free déploie la 5G sur le marché italien ce qui lui confère une avance sans précédent... à suivre ! Enfin, Free a toujours rendu ses innovations technologiques accessibles au plus grand nombre. J'invite les ingénieurs d'Orange à se mettre au travail pour nourrir une saine concurrence !
a écrit le 14/12/2018 à 14:01 :
Dans son show, Stéphane Richard se garde bien de parler tarif. On peut le comprendre, les offres d'Orange ne sont pas un modèle de clarté.
Passé 12 mois, je me retrouve à plus de 50 € + location de la livebox hors option et hors abonnement Netflix
Technologiquement (performance, débits, équipements intégrés, ergonomie) , il n'y a pas photo la FreeBox Delta de Free est sans concurrence et probablement pour longtemps puisque Orange a jeté l'éponge.. (SFR et Bouygues ne sont pas dans la course)
Djingoo, l'enceinte connectée d'Orange me laisse dubitatif, elle arrivera sur le marché (printemps 2019) lorsque presque tout le monde sera equipé
Réponse de le 14/12/2018 à 18:49 :
Mais, qu'attendez-vous pour aller au paradis de M. Niel ?
Il vous attend bras ouverts pour remonter sa base clients qui se dégonfle de jour en jour !!
a écrit le 13/12/2018 à 22:55 :
Qu'il commence par nous rendre le cloud M. Richard. On paie pour ce service et maintenant on nous le retire sans contrepartie. Je trouve cela scandaleux. Et je ne dois pas être le seul...?
Réponse de le 14/12/2018 à 14:45 :
idem pour les disques dur qu'il ne sont utilisablrs que depuis la play sur laquelle ils sont connectés.
2 plat chez moi mais 1 seul dd que je dois déplacer d'une play à l'autre. En 2018. C'est juste une honte, et il annonce avoir une solution meilleure que Free et bien non, j'ai étais client Free pendant 8 ans et je peux dire que j'avais bien plus que ce que j'ai chez Orange alors que cela me coûte plus de 30 euros par mois de plus que chez Free !
a écrit le 13/12/2018 à 22:20 :
Il se moque du monde n’oublie t’il pas de préciser que Djingo a la base c’est déjà Watson d’ibm. Du coup on se retrouve avec une enceinte connectée un mix d’Amazon et IBM inside, et zéro Orange inside. Pas sympathique du tout pour la protection des donnés contrairement au Pipo des dirigeants Orange
a écrit le 13/12/2018 à 22:11 :
C'est les meme, orange ex france telecom qui a preferé reprendre le nom d'une filliale récemment acquise en angleterre c'est gavé avec le minitel, les tarifs étaient invraisemblables quand on y repense et xavier niel a fait fortune grace à cette "technologie vectrex" et le minitel rose. ILs sont culs et chemises je suis sur qu'ils s'entendent sur bien des points mais que les regulateurs n'y connaissant rien y voit que du feu comme dans tous les domaines...
a écrit le 13/12/2018 à 20:05 :
on attend la box dentiste pour auder deux millions de français
a écrit le 13/12/2018 à 18:13 :
Pas plus arrogant que ce Mr, à l'endroit de ses concurrents. Il est temps qu'il dégage.
L'on a oublié, et " il a oublié " l'hécatombe impressionnante de suicides, parmi son personnel : c'est récent
Environ 10 ans avant internet, le téléphone a été ouvert à la concurrence.
Immédiatement des concurrents sont apparus, et France-Télécom-Orange croyait à sa suprématie invincible. C'est contraint par la concurrence et l'hemmoragie de ceux qu'il ne considérait que ! usagers et sujets, qu'il a du divisé à retardement ses tarifs. Jusque 2009, il sous-estimait encore ses " usagers " mobile puis internet, et a du lacher du mou. QUEL MAUVAIS JOUEUR ! qu'il se fasse embaucher par le bébé obèse de République Démocratique de Corée, ou par Maduro-Chavez Dictateur du Vénézuela, ou par L'autre Dictature Démocratique d'Iran. Ils l'achèteraient à plus de 100 Millions d'eur/an + Avantages extraordinaires. ET IL AURA LE MONOPOLE
Réponse de le 13/12/2018 à 21:18 :
c'était pas sous Didier Lombard les suicides ? Il a pris sa suite, 2 ans plus tôt que prévu à cause de ça, me semble (et Wikipédia à l'aide :-) ).
Réponse de le 14/12/2018 à 1:17 :
Didier lombaire il en avait plein l'dos.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :