Télécoms : la guerre des prix se poursuit

 |  | 680 mots
Lecture 4 min.
SFR, l'opérateur de Patrick Drahi, reconquiert des abonnés dans le mobile et dans l'Internet fixe grâce à d'importantes promotions.
SFR, l'opérateur de Patrick Drahi, reconquiert des abonnés dans le mobile et dans l'Internet fixe grâce à d'importantes promotions. (Crédits : Philippe Wojazer)
Au terme du troisième trimestre, SFR et Bouygues Telecom poursuivent leur conquête d'abonnés grâce à leurs promotions. Ces dernières pèsent en revanche sur les résultats d'Iiad (Free), qui continue de perdre des fidèles tant dans l'Internet fixe que dans le mobile.

La concurrence fait toujours rage sur le marché français des télécoms. Le 21 novembre, Altice Europe a fermé le bal des publications des résultats du troisième trimestre. Ce sont surtout les résultats de SFR, son principal actif sur le Vieux Continent, qui ont été scrutés à la loupe. Après un exercice 2017 difficile, marqué par de grosses pertes d'abonnés et une gifle boursière, l'opérateur au carré rouge est de retour sur le plan commercial. Au troisième trimestre, il a poursuivi sur sa lancée des mois précédent et a gagné des abonnés. Il en a, au total, recruté 166.000 dans l'Internet fixe (contre une perte de 75.000 fidèles à la même période l'an dernier), et 378.000 dans le mobile.

Propriétaire d'Altice et de SFR, Patrick Drahi s'est félicité de ces résultats dans un communiqué :

"En France, nous avons regagné plus d'un million d'abonnés depuis le début de l'année, soit le nombre d'abonnés perdus durant les trois années précédentes."

Reste que ces bons recrutements, SFR les doit surtout à d'intenses promotions. Celles-ci se sont, logiquement, répercutées sur le revenu moyen par abonné. Ce qui explique notamment l'importante baisse de 7,5% du chiffre d'affaires en France, à 2,46 milliards d'euros.

Free, le grand perdant

Comme SFR, Bouygues Telecom ne lésine pas sur les promotions pour étoffer son parc d'abonnés. Au troisième trimestre, il a gagné 199.000 clients dans le mobile (hors cartes SIM vendues pour les objets connectés) et 71.000 dans l'Internet fixe.

"Dans un marché qui a été profondément intense d'un point de vue concurrentiel, nous réussissons à maintenir stable notre ARPU (revenu moyen par abonné, Ndlr)", s'est félicité Philippe Marien, le directeur général délégué du groupe, rapporte l'AFP.

Sur les neuf premier mois de l'année, l'opérateur de Martin Bouygues a vu son bénéfice s'envoler, à 311 millions d'euros. Le chiffre d'affaires est lui aussi en hausse de 6,5%, à près de 4 milliards d'euros.

Le grand perdant des campagnes promotionnelles de SFR et de Bouygues Telecom est Iliad. Le groupe de Xavier Niel a affiché des résultats trimestriels en trompe-l'œil. Si son chiffre d'affaires est en hausse sur la période de 1,7% à 1,24 milliard d'euros, c'est parce que son lancement en Italie, où il a amorcé une guerre des prix, se déroule pour le mieux. Ce n'est pas le cas en France.

Dans l'Hexagone, l'opérateur est à la peine, avec des baisses respectives de 90.000 et 14.000 abonnés dans le mobile et l'Internet fixe. En outre, son revenu moyen par abonné continue de s'effriter. Au total, son chiffre d'affaires en France recule de 0,8% depuis le début de l'année, à 3,58 milliards d'euros.

En route vers la consolidation?

Numéro un des télécoms en France, Orange continue de conquérir des clients. Au troisième trimestre, l'opérateur historique a vu sa base d'abonnés mobile progresser de 2,6% à 19,12 millions d'euros. Dans l'Internet fixe, son nombre de clients est aussi en hausse, de 2,2%, à 11,4 millions de clients. Le groupe dirigé par Stéphane Richard profite notamment de son avance dans la fibre pour ferrer de plus en plus d'abonnés au très haut débit.

La publication de ces résultats donne, quoi qu'il en soit, une idée des forces et faiblesses des grands opérateurs nationaux. Et ce, alors que le sujet de la consolidation des télécoms va bientôt revenir sur la table. Mercredi, dans Les Echos, Stéphane Richard a indiqué que les discussions concernant un retour à trois opérateurs dans l'Hexagone pourraient intervenir au premier semestre 2019. Celles-ci seraient la conséquence, selon lui, de la guerre des prix.

"On a atteint des pratiques de marché sans équivalence en Europe, avec désormais deux opérateurs [SFR et Bouygues Telecom, Ndlr] qui pratiquent des promotions à vie", a affirmé le PDG d'Orange.

Lequel perçoit une consolidation comme un moyen de stabiliser le marché.

Lire aussi : Consolidation des télécoms : les opérateurs dans les starting-blocks

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/11/2018 à 13:05 :
Le seul qui perd du Chiffre Le seul qui perd du chiffre d’affaires c’est Orange, 10 milliards de moins en 10 ans. Comme quoi supprimer des milliers d’emplois, 60 000 sur la même période, et engraisser les dirigeants ne semble pas la panacée
a écrit le 22/11/2018 à 20:13 :
Complètement dépassé ce pauvre Stéphane Richard; ça fait pitié à voir, il est grand temps qu'il songe à la retraite !
a écrit le 22/11/2018 à 20:00 :
Après avoir casser l'opérateur de service public pendant 30 ans la droite (PS, LR, RN, UDF, MOdem, etc..) veut taxer Orange parce qu'il ne resecterait pas le service universel.
L'Etat mafieux macronien rackete Orange.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :