Huawei se prépare à une année 2020 « très difficile »

 |   |  424  mots
En 2019, Huawei a réalisé un chiffre d'affaires de 123 milliards de dollars, en hausse de 19,1%.
En 2019, Huawei a réalisé un chiffre d'affaires de 123 milliards de dollars, en hausse de 19,1%. (Crédits : Aly Song)
Alors qu’il souffre déjà des sanctions américaines à son égard, le géant chinois des télécoms et des smartphones redoute que le ton monte encore entre Pékin et Washington.

Au regard de l'état-major du groupe, la copie est plutôt correcte au regard des difficultés rencontrées. Huawei a publié ce mardi ses résultats au titre de l'année dernière. Malgré les sanctions américaines à son égard, le groupe a affiché un chiffre d'affaires en hausse de 19,1%, à 123 milliards de dollars, pour un bénéfice net de près de 9 milliards. Président en rotation de Huawei, Eric Xu s'en est félicité. « L'année 2019 a été extraordinaire pour Huawei, a-t-il lancé en conférence de presse. Malgré une énorme pression extérieure, nous sommes restés totalement engagés auprès de nos clients. [...] Nos activités restent stables. »

L'activité grand public, qui représente plus de la moitié des ventes du groupe, a progressé de 34%, à 67 milliards d'euros. Huawei a notamment écoulé 240 millions de smartphones l'an dernier. L'activité dédiée aux équipements télécoms, elle, n'a progressé que de 3,8%, à 42,5 milliards d'euros. Ce segment est pourtant stratégique pour Huawei, qui a énormément investi dans la 5G, la prochaine génération de communication mobile. Sur ce front, le groupe de Shenzhen est toujours confronté aux attaques des Etats-Unis. Washington, qui soupçonne le groupe d'espionnage pour le compte de Pékin, l'a banni du marché de la 5G, et mène un intense lobbying pour pousser l'Europe à faire de même.

« L'environnement ne fera que se compliquer »

Si Huawei se dit satisfait de l'exercice écoulé, il se montre particulièrement prudent pour 2020. « L'environnement extérieur ne fera que se compliquer à l'avenir », affirme Eric Xu, anticipant un exercice « très difficile ». Outre les conséquences de l'épidémie de coronavirus sur l'économie, le dirigeant craint de faire les frais de possibles nouveaux échanges de piques entre Pékin et Washington. Lors de sa conférence de presse, il a redouté une « catastrophe » pour les chaînes d'approvisionnement mondiales au cas où Pékin adopterait des mesures de rétorsion aux sanctions américaines contre le géant chinois des télécoms.

« Je pense que le gouvernement chinois ne restera pas les bras croisés pendant que Huawei se fait massacrer sur la planche à découper », a-t-il averti. L'administration Trump a interdit l'an dernier aux entreprises américaines de commercer avec lui. Selon la presse américaine, la Maison Blanche pourrait adopter d'autres mesures punitives contre le groupe chinois. Si cela devait être le cas, « je pense que le gouvernement chinois prendrait aussi des mesures de rétorsion », a estimé Eric Xu.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/04/2020 à 8:49 :
prochaine bombe à retardement.... devrait regarder à 2 fois avant de s'équiper
a écrit le 31/03/2020 à 17:57 :
Oui certes il y a les intérêts géopolitiques avant tout c'est évident entre ces deux grandes puissances maintenant Huawei aurait du copier sur la méthode apple à savoir mettre sur le marché d’abord et avant tout une technologie éprouvée et non d'avant garde, à bas prix aussi mais permettant que leurs téléphones soient plus fiables, d'un point de vue marchand tout ceux que je connais qui ont acheté des huawei, plus facile à écrire qu'à dire, s'en sont plaints avant les deux ans d'utilisation, ça ne pardonne pas.

Ensuite, j'insiste, il y avait aussi in excellent coup à jouer dans le si discret système d'exploitation, android est une véritable passoire faisant que nos téléphones ne nous appartiennent pas, même bien paramétrés ça passe abondamment dans les deux sens. S'ils avaient installé sur leurs téléphones des systèmes linux, il existe un linux pour smartphone beaucoup plus sûr par exemple mais la chine doit avoir la technologie pour le faire elle-même, elle aurait pu d'abord se faire une belle réputation celle qui vient avant une augmentation croissante des ventes.

Bref les chinois sont tombés dans le piège de la stupide pensée financière à court terme, cela ne leur ressemble pourtant pas de mettre la charrue avant les bœufs.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :