Iliad : les ventes rebondissent malgré des pertes d’abonnés en France

 |   |  480  mots
Xavier Niel, le fondateur et propriétaire d'Iliad (Free).
Xavier Niel, le fondateur et propriétaire d'Iliad (Free). (Crédits : CHARLES PLATIAU)
Le groupe de Xavier Niel, maison-mère de Free dans l’Hexagone, a publié un chiffre d’affaires en hausse de 7,7% à près de 1,3 milliard d’euros au premier trimestre. Toutefois, l’opérateur continue de perdre des abonnés en France. En outre, l’industriel a annoncé la cession de tours télécoms en France et en Italie pour se désendetter et accélérer ses investissements dans le très haut débit.

Iliad semble aller mieux, même si ses problèmes de pertes d'abonnés en France ne sont pas réglés. Ce mardi, le groupe de Xavier Niel, maison-mère de l'opérateur Free dans l'Hexagone, a publié un chiffre d'affaires en net rebond. Au titre du premier trimestre, les ventes du groupe ont progressé de 7,7% à près de 1,3 milliard d'euros par rapport à la même période l'an dernier. En France toutefois, le chiffre d'affaires ne progresse que de 1%, à 1,2 milliard d'euros. Si l'on met de côté l'activité de Jaguar Network, un opérateur dédié aux entreprises qu'Iliad a racheté récemment, la hausse n'est plus, dans l'Hexagone, que de 0,2%.

En France, dans un climat ultra-concurrentiel et toujours marqué par la guerre des promotions, Free continue de perdre des abonnés. Sur la période, il a perdu 50.000 clients dans le mobile, et 16.000 dans l'Internet fixe. Même si l'opérateur continue de conquérir des fidèles dans la fibre, un créneau plus rémunérateur que l'ADSL traditionnel. Ici, Free affirme avoir recruté 150.000 nouveaux clients, et en revendique, au total, 1,1 million.

En Italie, Iliad continue de croître. « Le groupe compte plus de 3,3 millions d'abonnés à la fin mars, soit 472.000 recrutements nets sur le trimestre », se félicite l'opérateur dans son communiqué.

« Iliad est désormais un acteur majeur et reconnu dans le paysage des télécommunications en Italie, poursuit-il. La marque est aujourd'hui connue de la quasi-totalité de la population italienne : 90% des Italiens connaissent désormais Iliad, contre à peine 12% au moment du lancement en mai dernier. »

Vente de pylônes

À l'instar de Bouygues Telecom et de SFR, Iliad a également annoncé qu'il allait vendre une grosse part de ses tours télécoms pour se renflouer. Il a indiqué la signature d'un accord avec l'espagnol Cellnex pour lui céder des actifs en France et en Italie. Concrètement, Iliad va vendre, pour 2 milliards d'euros, 70% d'une société qui regroupe ses pylônes en France, et 100% de la société qui regroupe ses infrastructures italiennes. Au total, 5.700 sites sont concernés dans l'Hexagone, et 2.200 dans la Botte. Iliad compte utiliser cette manne pour se désendetter. Mais aussi pour doper ses investissements dans la 4G, et demain la 5G.

Thomas Reynaud, qui avait évoqué une telle opération en mars dernier, estime qu'elle va permettre au groupe de « démultiplier [ses] capacités d'investissements ».

« Cette opération accompagne le nouveau cycle de croissance et d'innovation du groupe, affirme-t-il dans un communiqué.  Elle permettra un déploiement efficace des infrastructures de demain au bénéfice de tous les opérateurs et vise également à mieux répondre aux enjeux de couverture des territoires. »

En Bourse, les investisseurs ont salué ces résultats et le deal avec Cellnex. En fin de matinée, le titre d'Iliad progressait de 5,30% à la Bourse de Paris, à 99,34 euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :