La crise du coronavirus repousse le début des enchères 5G

 |   |  350  mots
La vente des fréquences 5G aux opérateurs rapportera un minimum de 2,17 milliards d'euros à l'Etat.
La vente des fréquences 5G aux opérateurs rapportera un minimum de 2,17 milliards d'euros à l'Etat. (Crédits : Sergio Perez)
Le coup d'envoi des enchères pour les fréquences dédiées à la prochaine génération de communication mobile n’aura pas lieu le 21 avril, comme prévu initialement.

L'épidémie de coronavirus vient chambouler le calendrier de la 5G. Le début des enchères visant à attribuer les fréquences dédiées à cette nouvelle technologie de communication mobile était prévu le 21 avril. L'Arcep, le régulateur des télécoms, devait le notifier mardi dernier aux opérateurs. Il ne l'a pas fait. Ce qui rend de facto la date du 21 avril impossible à tenir, en raison de l'existence d'un délai de prévenance vis-à-vis des Orange, SFR, Bouygues Telecom et Free. Le sujet du début des enchères et de leur report a été discuté ce jeudi matin, lors d'une réunion du collège de l'Arcep. Interrogé à ce sujet, l'institution botte en touche. « L'Arcep communiquera en temps utile, nous dit-on. Pas avant la semaine prochaine. »

Les opérateurs, eux, ont déjà intégré la possibilité d'un report. C'est le cas d'Iliad, la maison-mère de Free. Ce mardi, lors d'un point presse de présentation des résultats 2019 du groupe, Thomas Reynaud, son DG, n'en faisait pas mystère. « Nous avons intégré le probable report de l'appel d'offres », a-t-il déclaré.

Des enchères cruciales pour l'Etat et les opérateurs

Si le report était important, alors les fréquences ne seront pas attribuées, comme prévu, au mois de juin. Ce qui ne permettra pas aux opérateurs de déployer la 5G début juillet, comme l'envisageait jusqu'alors l'Arcep. Pas sûr, dès lors, que les opérateurs soient en mesure de proposer une offre 5G dans au moins deux villes d'ici la fin de l'année, comme le souhaitait le gouvernement.

Si, pour les opérateurs, les enchères pour les fréquences 5G sont cruciales pour leur compétitivité dans les années à venir, elles le sont tout autant pour l'Etat. De fait, le prix plancher pour l'intégralité du spectre a été fixé à 2,17 milliards d'euros. Une manne bienvenue pour les finances publiques en ces temps de disette budgétaire.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/03/2020 à 20:11 :
Tiens une idée... Si on se passait de la 5G???

Va t elle guérir qui que ce soit en cas d'épidémie ?
Cela va t il aller plus vite quand on regarde netflix ?
Ou vaut il mieux mettre ces milliards dans la santé ?
Réponse de le 24/03/2020 à 16:44 :
C'est sur que le gouvernement n' a pas besoin d'argent.
Je rappelle que ce sont les privés qui payent à l'etat l'utilisation de la 5g soit 3 a 5 milliards ca payerait quelques masques.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :