La grande disparité de l’adoption de la 5G à travers le monde

Enthousiasme, méfiance ou indifférence… Aujourd’hui, la nouvelle génération de communication mobile suscite des intérêts très divers auprès des consommateurs autour du globe.
Pierre Manière

4 mn

Dans l’Hexagone, où les débats sur l’empreinte carbone de la 5G se sont multipliés depuis plus d’un an, ce nouveau réseau ne suscite pas, pour l’heure, beaucoup d’enthousiasme.
Dans l’Hexagone, où les débats sur l’empreinte carbone de la 5G se sont multipliés depuis plus d’un an, ce nouveau réseau ne suscite pas, pour l’heure, beaucoup d’enthousiasme. (Crédits : Tingshu Wang)

En parallèle des certitudes des opérateurs, qui vendent la 5G comme le réseau du futur qui finira bien par s'imposer, les particuliers, eux, se montrent pour le moins partagés. C'est ce que révèle une étude de Yougov publiée ce mardi. L'institut a réalisé une enquête sur l'adoption de la 5G dans 17 pays - dont la Chine, les États-Unis, l'Inde, le Royaume-Uni, la France ou l'Allemagne - auprès de près 19.000 répondants.

De manière générale, la conversion des particuliers à la 5G s'avère plutôt lente. Cela s'explique d'une part parce que tous ne disposent pas d'un terminal compatible avec cette technologie. Selon l'étude de Yougov, « seuls 26% des consommateurs déclarent posséder un smartphone 5G ». Surtout, beaucoup ne voient pas l'utilité de ce nouveau réseau, et estiment, en somme, que la 4G suffit amplement à leurs usages actuels.

«23% des consommateurs ne savent pas si la 5G va changer la façon dont les gens ont accès à Internet », précise l'institut.

Ainsi, parmi les personnes qui disposent d'un smartphone 5G, seules 11% déclarent disposer d'un forfait permettant d'accéder à cet ultra-haut débit mobile. Cela dit, 51% des consommateurs disposant d'un terminal 5G se disent aujourd'hui prêts à payer plus cher pour la 5G.

La Chine, leader incontesté

L'étude montre toutefois qu'il existe de fortes disparités entre les pays développés et les pays émergents. « La richesse n'est pas synonyme d'un engagement élevé pour la 5G, soulignent les auteurs. Dans les pays développés, 10% des personnes interrogées paient actuellement un forfait 5G, contre 21% dans les pays émergents. » Sur ce point, un fossé s'est déjà creusé entre différents marchés.

« Environ trois personnes sur dix interrogées en Chine (32%) et aux Émirats arabes unis (29%) déclarent payer actuellement des forfaits 5G, détaille l'étude. Ce taux est près de cinq fois supérieur à celui des personnes interrogées en France (6%), en Italie (6%) et aux États-Unis (8%). »

L'engouement pour la 5G est plus prononcé dans les pays dont les gouvernements misent gros sur cette technologie pour booster leur développement économique. C'est bien sûr le cas de la Chine, qui cherche à être leader dans ce domaine et à chaparder aux États-Unis leur place de leader technologique. C'est aussi le cas des Émirats arabes unis. « Ils ont inscrit la 5G dans le cadre d'un effort plus vaste visant à transformer leur économie pétrolière en une économie de services fondée sur la connaissance », relève Yougov. Les consommateurs des pays développés, eux, « semblent penser que leurs réseaux actuels sont suffisants ».

« Les Américains ont encore beaucoup de doutes »

Alors que le gouvernement américain met les bouchées doubles pour se doter d'infrastructures 5G au plus vite, il ressort que la population du pays de l'Oncle Sam reste dubitative vis-à-vis de cette technologie. « Les Américains ont encore beaucoup de doutes et d'incertitudes quant à l'utilité de la 5G, affirme l'étude. Plus d'un sur quatre (27%) ne sait pas à quoi la 5G serait utile. 15% supplémentaires pensent qu'elle ne sera pas du tout utile. »

Dans l'Hexagone, où les débats sur l'empreinte carbone de la 5G se sont multipliés depuis plus d'un an, ce nouveau réseau ne suscite pas, pour l'heure, beaucoup d'enthousiasme. « Les personnes interrogées y sont beaucoup moins susceptibles d'exprimer une quelconque intention de disposer de la 5G à l'avenir (31% contre 52% au global, dans tous les pays sondés), et nettement moins disposées à payer pour cela (9% contre 31%), précise l'enquête de Yougov. Les Français sont beaucoup moins susceptibles qu'ailleurs d'avoir un forfait 5G (6% contre 14%) ou un appareil compatible avec la 5G (16% contre 26%). »

Il faudra, sans doute, attendre que certaines innovations, applications ou usages, spécifiques à la 5G se démocratisent pour que l'adoption de ce nouveau réseau devienne massive. Pour les opérateurs, l'enjeu est de taille, au regard des milliards d'euros dépensés pour déployer tambour battant de nouvelles antennes à travers le globe.

Pierre Manière

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 01/09/2021 à 17:27
Signaler
La 5G, c'est le variant Delta des communications. Une étape vers un nouveau variant 6G... 7G. En gros la perspective de futurs "emmerdements".

à écrit le 01/09/2021 à 14:19
Signaler
Ne manquez pas de lire "Oxymore" de Jean Tuan chez C.L.C. Edition. L'auteur observateur attentif de la Chine, le pays de son père, nous dévoile les desseins secrets de la Chine avec l'installation de la 5G en France. Vous découvrirez un très "crousti...

à écrit le 31/08/2021 à 20:54
Signaler
"Surtout, beaucoup ne voient pas l'utilité de ce nouveau réseau, et estiment, en somme, que la 4G suffit amplement à leurs usages actuels" Totalement en phase ,on cherche plutôt à se désintoxiquer ,trop chronophage et arrêter cette connexion de plus...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.