Maxime Saada (Canal +) : "Netflix ? Ils sont dans mon camp ! "

 |   |  678  mots
Le président de Canal +, Maxime Saada, se réjouit que progresse l'habitude de payer pour du contenu. Mais si les prix augmentent, les téléspectateurs feront des choix...
Le président de Canal +, Maxime Saada, se réjouit que progresse l'habitude de payer pour du contenu. Mais si les prix augmentent, les téléspectateurs feront des choix... (Crédits : Sipa)
Loin de considérer Netflix comme le fossoyeur de Canal +, Maxime Saada, le président du directoire du groupe de télévision payante, estime que le géant de la vidéo sur Internet contribue à développer son marché. Mais redoute une hausse des prix.

Ces dernières années, le champion français de la "pay TV", né sous Mitterrand, a broyé du noir. Confrontée à d'importantes pertes d'abonnés dans l'Hexagone, la filiale de Vivendi a fait l'objet d'une sévère reprise en main par sa maison mère. Un traitement de cheval, puisque Canal + s'est vu imposer un plan d'économies de 460 millions d'euros sur trois ans.

Aujourd'hui, Maxime Saada, le président du directoire du groupe, juge que le groupe va mieux, qu'il est « compétitif ». Et, de manière surprenante, affirme que Netflix ne lui fait pas peur. « Netflix a un modèle qui encourage les consommateurs à payer pour du contenu, affirme-t-il. Il contribue à développer notre marché. Ils sont dans mon camp. » Le dirigeant affirme, en outre, perdre peu d'abonnés au profit du groupe de Reed Hastings.

« Beaucoup de nos clients souscrivent aussi à Netflix, parce que c'est relativement peu onéreux, constate-t-il. D'autres sont uniquement sur Netflix et refusent de s'abonner à Canal. Mais ces clients-là, je ne les avais déjà pas avant [l'arrivée du géant de la vidéo à la demande]... »

En revanche, Maxime Saada souligne qu'il aura « potentiellement un souci » si le groupe américain décidait d'augmenter ses prix. Si cela arrivait, le chef de file de Canal + craint qu'il y ait, chez ses clients, « beaucoup plus d'arbitrage qu'aujourd'hui ». C'est-à-dire, en clair, qu'ils résilient, pour des questions financières, leur abonnement Canal pour aller chez son rival. Maxime Saada prend ce risque très au sérieux.

« J'ai vu cette tendance arriver, dit-il. C'est quand même une technique assez classique des géants du Net. Ils arrivent avec des prix très compétitifs pour prendre des parts de marché, avant de les augmenter pour rentabiliser leurs investissements... »

L'agonie de CanalPlay

D'après Maxime Saada, les chaînes et groupes qui produisent des séries se méfient de plus en plus de Netflix. Et ce, depuis que le géant de la vidéo à la demande marche sur leurs plates-bandes, et investit massivement dans ses propres contenus. Pour préserver leurs talents et leur savoir-faire, certains, comme Disney, décident de quitter Netflix pour lancer directement leurs propres offres. D'autres préfèrent dorénavant, selon Maxime Saada, signer avec des diffuseurs traditionnels, comme Canal +, plutôt que d'alimenter la plateforme de Reed Hastings.

« Récemment, on a signé deux contrats de long terme avec des studios et chaînes hollywoodiennes qui produisent des séries haut de gamme : Showtime [qui a notamment produit "Dexter", "The Affair"] et FX ["The Americans", "Sons of Anarchy"...], souligne Maxime Saada. Nous aurons toutes leurs séries en exclusivité sur Canal +, alors qu'auparavant, lorsque Netflix n'était pas là, nous devions les acheter à l'unité... »

De nombreux analystes ne partagent pas cet optimisme, et craignent que Canal + n'ait pas la partie facile face à Netflix. La chaîne payante a perdu des droits importants dans le football (le championnat anglais et la Ligue des champions au profit de SFR, et ceux de la Ligue 1 à partir de 2020 au profit de l'espagnol Mediapro), qui constituaient, pour ses abonnés, un important levier de différenciation.

En outre, CanalPlay, la plateforme de vidéo à la demande du groupe, est à l'agonie. En juin dernier, Maxime Saada a indiqué que ce service a été « rayé de la carte », après être passé, en quatre ans, « de 800.000 à 200.000 abonnés ».

Pour le dirigeant, Netflix ne serait pas le principal responsable de cette hécatombe. Celle-ci serait, à ses yeux, principalement due au fait que l'Autorité de la concurrence a mis trop de temps à lever une interdiction, qui empêchait CanalPlay de proposer des exclusivités. Quoi qu'il en soit, s'il est vrai que le groupe Canal, très présent à l'international (en Afrique, en Pologne ou au Vietnam), gagne globalement des abonnés, il en a perdu près de 200.000 en France sur un an (hors partenariats avec les opérateurs télécoms), à 4,8 millions de fidèles. La chaîne payante résiste encore, mais pour combien de temps ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/11/2018 à 13:30 :
A coté du contenu, il y a aussi eu pendant longtemps (je n'ai pas testé récemment) l'ineptie technique et économique qu'était CanalPlay : mauvaise qualité de streaming (beaucoup d'interruption, pas de continuité sur une série...) et plein d'option plutôt que des tarifs simples donnant accès à tout.
a écrit le 09/11/2018 à 19:15 :
effectivement,trop cher en rapport avec leur offre de base qui oblige(impose?)des options si l'on veut visionner ce qui peut nous intéresser.Leurs offres sont une usine à gaz:rien n'est très clair même en appelant la hotline.
a écrit le 09/11/2018 à 11:51 :
Netflix, c'est plus de contenu que C+ pour un tarif 5 fois inférieur...
Et Maxime Saada, si vos spectateurs se désabonnent d'année en année, c'est uniquement car d'années en années, votre contenu se détériore. De moins en moins de bonnes émissions, de moins en moins de bonnes séries, et de moins en moins de sports. Par contre, les tarifs sont toujours aussi élevés...
Si vous continuez ainsi, d'ici 5 ans, C+ revendra son canal 4 à Patrick Drahi...
a écrit le 09/11/2018 à 9:41 :
Canal+ sans ligue 1, aucune raison de payer aussi cher.
a écrit le 09/11/2018 à 9:12 :
C'est un bel exemple d'asservissement volontaire.
Ce monsieur prépare t-il la suite de sa carrière chez Netflix ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :