Nokia se prépare (encore) à tailler dans ses effectifs en France

 |   |  269  mots
1.200 collaborateurs de Nokia France ont déjà été poussés vers la sortie, au terme de trois PSE successifs, depuis 2016.
1.200 collaborateurs de Nokia France ont déjà été poussés vers la sortie, au terme de trois PSE successifs, depuis 2016. (Crédits : YVES HERMAN)
Il s’agira, selon nos informations, de la quatrième vague de suppressions de postes au sein de l’antenne française de l’équipementier télécoms finlandais depuis quatre ans.

Nokia va une nouvelle fois réduire ses effectifs dans l'Hexagone. Selon nos information, l'antenne française de l'équipementier télécoms finlandais (ex-Alcatel-Lucent) va de nouveau être confrontée à une vague de suppressions de postes. Selon nos informations, la semaine dernière, la direction de Nokia a convoqué les syndicats à une réunion extraordinaire du Comité social et économique (CSE), le 22 juin prochain. Il vise à présenter aux représentants des personnels un « plan de transformation » en France, qui comprend des réductions d'effectifs. Interrogé par La Tribune, Nokia se refuse à tout commentaire. Reste que « quand on parle de plan de transformation, il est vrai qu'il y a aussi fréquemment des réductions de personnels », nous indique une source proche du dossier.

Il s'agira du quatrième plan suppressions de postes en France depuis le rachat d'Alcatel-Lucent par Nokia en 2016. En 2015, Nokia France comptait environ 5.500 collaborateurs. Depuis, 1.200 personnes ont été poussées vers la sortie au terme de trois PSE successifs. Sachant qu'en parallèle, Nokia France a embauché environ 500 personnes en R&D.

Malgré l'arrivée de la 5G, Nokia essuie toujours des difficultés. En témoigne un exercice 2019 tumultueux et marqué, le 24 octobre dernier, par une baisse de ses prévisions jusqu'en 2020. Le groupe pâtit notamment d'un niveau de coût élevé pour ses produits 5G. Il souffre, sur ce front, de la concurrence du suédois Ericsson et du chinois Huawei. Dans ce contexte tendu, le PDG de Nokia, Rajeev Suri, a rendu son tablier en mars dernier.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/06/2020 à 22:55 :
il y a quelque chose qui ne tourne pas rond, Nokia licencie et du fait de l'éjection de huawei d'un peu partout les commandes pleuvent,
a écrit le 16/06/2020 à 11:54 :
La perte de souveraineté, c'est aussi ça...
Aucun constructeur de mobile européen crédible (à l'exclusion de Gigaset qui recommence à produire en allemagne... en assemblant des composants chinois).
Nokia, Alcatel, Eriksson... morts ou bien diminués.
Pas d'OS mobile européen... (eelo comme seule alternative à Apple et Google?)
Et la concurrence déjà perdue dans les équipements réseau.
a écrit le 15/06/2020 à 16:45 :
Qd on voit les chiffres d'activité entre le géant chinois Huawei et les outsiders européens Nokia et Ericsson, ça vous donne le tournis.
Huawei, c'est 111 mds€ de CA avec 190 000 collaborateurs, qd les 2 autres très voisins en niveau d'activité font 5 fois moins de CA avec moitié moins de personnel.
De plus, H. dt l'activité smartphone est très puissante (3 ème fabricant mondial) avec un marché domestique gigantesque, peut casser les prix ss pb ds les matériels télécoms.
A terme, les 2 frères siamois européens st condamnés et la souveraineté stratégique Telecom de l'Europe avec.
Comme l'industrie des Télécoms US, c'est pas mieux, mais en pire, c'est tte la souveraineté Telecom des pays de l'OCDE qui est menacée...A moins que...
Ericsson et Nokia fusionnent au prix de milliers de suppression de poste, mais surtout que l'Europe fixe à ses frontières, une taxe carbone ou anti dumping dissuasive sur l'importation de ces matériels stratégiques.
a écrit le 15/06/2020 à 14:45 :
C'est la fin d'une société qui n'a pas su évoluer vers le smartphone malgré certaines qualités de réception, pourtant bien avant Apple à éxisté Blackberry 8700 un must, des micro pc évoluables en smartphones, certains véritables smartphones tactiles déjà en vente d'une société espagnole inconnue en France pour environ 200€, bien 2 ans avant Apple, pour une fois notre pays était en retard sur tout le monde, dommage.
Comme d'habitude Apple n'a rien inventé mais piqué comme pour la souris le concept et lissé un système informatique autour très intelligent.
Réponse de le 15/06/2020 à 15:32 :
Tu ne fais pas la difference entre l'equipement de telecomunication et des telephones mobiles.
Réponse de le 17/06/2020 à 10:40 :
Ce que vous dites est faux. Quand Apple a lancé l'Iphone, tous les concurrents ont dit qu'une interface graphique ne marcherait jamais et qu'ils allaient à la catastrophe.
Loin d'avoir piqué, ils ont pris un risque industriel important à contre-courant de tous les autres.
Réponse de le 17/06/2020 à 13:55 :
Erreur de ma part, sagem avait déjà vendu un smartphone tactile en 2001 le WA3050, Airis (boite espagnole disparue c'est vers 2005 2 ans avant Apple, tactile et les fonctions habituelles des smartphones, c'est à dire un pda qui téléphone, on pouvait aussi sur un ipaq de chez hp, rajouter un dos modem et antenne pour en faire un gsm avant apple.
Donc le premier smartphone à écran tactile était français!
Le génie d'apple c'est pas l'outil c'est le logiciel,
a écrit le 15/06/2020 à 11:43 :
Premierement pk vous les francais ont donne des technologies critiques aux chinois avant ca l'Alcatel etait le leader des technologies dans ce secteur technologique.Apres pk vous avez vendu cette entreprise aux finlandais.Et troisiemement pk vous en France et en Europe et en EU en general vous achetez des equipements 5G de chnois Huawei?
Réponse de le 16/06/2020 à 14:25 :
entierement d'accord avec vous.C'est comme Alsthom vendu à GE par Macron

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :