Orange pousse les industriels à se convertir à la 5G

 |   |  454  mots
Stéphane Richard, le Pdg d'Orange,pendant son discours à l'Orange Business Summit, à Paris, ce jeudi 18 avril 2019.
Stéphane Richard, le Pdg d'Orange,pendant son discours à l'Orange Business Summit, à Paris, ce jeudi 18 avril 2019. (Crédits : Reuters)
Ce jeudi, l’opérateur historique a organisé un événement à Paris pour vanter les possibilités de la prochaine génération de communication mobile auprès des professionnels.

Orange a vu les choses en grand. Pour vanter la 5G auprès du monde industriel ce jeudi, l'opérateur historique a organisé un grand événement au Palais Brongniart, place de la Bourse, à Paris. L'objectif était clair : démontrer, à grand renfort de témoignages de professionnels, que la prochaine génération de communication mobile, qui arrivera en France courant 2020, constituera une vraie « rupture ». Et non une simple évolution de l'actuelle 4G.

Derrière cette communication, Orange cherche à travailler très en amont avec les industriels de tous les secteurs d'activité pour mettre en place, dès que la 5G sera opérationnelle, des solutions et services nouveaux. Pour le géant français des télécoms, l'appétence des professionnels pour la 5G est stratégique pour lui permettre de rentabiliser cette technologie, dans laquelle il s'apprête à investir énormément d'argent.

Stéphane Richard, le PDG d'Orange, a ainsi jugé que la 5G n'est « pas une simple nouvelle étape dans les usages mobiles », mais constituera une « rupture technologique ». Ou plutôt une « triple rupture », précise le chef de file de l'opérateur. Primo, « c'est d'abord une rupture temporelle, qui va basculer l'entreprise dans l'ère de l'instantanéité, du temps réel où les données transitent et sont traitées à la milliseconde », affirme le dirigeant. Secundo, Stéphane Richard souligne que la 5G permettra pour la première fois aux opérateurs de prioriser les services qui passent sur les réseaux.

« Absorber l'explosion des données »

« Cela va nous permettre de réserver des parts du réseau aux usages prioritaires pour garantir une qualité de service absolue, explique le PDG. Cette nouvelle fonctionnalité va bouleverser l'industrie et toutes les activités où le besoin de connectivité est critique. C'est le cas, par exemple, des chaînes de fabrication industrielles ou la moindre interruption peut avoir des conséquences économiques très lourdes. Ou encore, bien sûr, du véhicule autonome. »

Tertio, la 5G sera « économe en énergie », promet le patron. « La 5G va nous permettre d'absorber l'explosion des données tout en étant exemplaire en terme d'empreinte carbone », dit-il. Pour pousser les industriels à lancer dès maintenant des projets pilotes et à se saisir, dès que possible, des opportunités de la 5G, Orange a demandé à plusieurs grands groupes de témoigner de leurs attentes en la matière.

Renault a ainsi vanté ses expérimentations dans la voiture connectée et autonome. Schneider France a présenté ses avancées et ses gains de productivité en misant sur des usines intelligentes. La SNCF, pour sa part, a argué que la 5G lui permettra d'augmenter sensiblement le nombre de trains circulant sur ses réseaux.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/04/2019 à 13:02 :
Voilà qui s’appelle courir derrière un train en marche qui s’echappe avec tout le monde sauf lui. Orange traîne des pieds dans la 5g depuis le début alors qu’elle est déjà commercialisée en Corée. La faute à avoir préféré tout miser sur la fibre pas plus puissante mais aux coûts de déploiement exhorbitants pour tous et pour quel résultat : 20 millions de foyers raccordables, moins de 2 millions d’abonnements vendus. Erreur d’orientation stratégique industrielle
Réponse de le 19/04/2019 à 15:45 :
Pouvez vous indiquer les études montrant vos dires sur les coûts de déploiement fibre vs 5G ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :