Réseaux télécoms : les actes de vandalisme se multiplient

Depuis environ un an, les dégradations et destructions visant des antennes de téléphonie mobile ou les réseaux Internet fixe grimpent en flèche, privant à chaque fois des milliers de foyers et d’entreprises de moyens de communiquer. Les opérateurs et le gouvernement se mobilisent pour enrayer ce fléau. Décryptage.
Pierre Manière

5 mn

Depuis la fin du mois d’août, les actes de vandalisme visant des antennes de téléphonie et infrastructures Internet fixe vont crescendo en Ile-de-France. « Plusieurs dizaines de sites ont déjà subi des dégradations », relève Arthur Dreyfuss, le président de la Fédération française des télécoms (FFT).
Depuis la fin du mois d’août, les actes de vandalisme visant des antennes de téléphonie et infrastructures Internet fixe vont crescendo en Ile-de-France. « Plusieurs dizaines de sites ont déjà subi des dégradations », relève Arthur Dreyfuss, le président de la Fédération française des télécoms (FFT). (Crédits : Reuters)

C'est presque devenu monnaie courante. Pas une semaine ne se passe sans que les réseaux télécoms, mobiles et Internet fixe, essuient des sabotages, incendies volontaires, dégradations ou vols. Ce week-end, des habitants du Tarn en ont fait les frais. Dans la journée de samedi, une antenne-relais a été incendiée près d'Albi. Résultat : pas moins de 52.000 abonnés de Bouygues Telecom et de SFR se sont retrouvés, en un éclair, dépourvus de téléphonie mobile. S'il y a du mieux, « la situation n'est toujours pas totalement rétablie », explique à La Tribune ce lundi Arthur Dreyfuss, le secrétaire général de SFR et président de la Fédération française des télécoms (FFT), le lobby du secteur.

Le dirigeant précise que c'est un pylône de TDF qui a subi d'importants dégâts. « Or celui-ci irrigue des pylônes d'autres opérateurs, détaille-t-il. Au total, une soixantaine de sites mobiles ont été impactés. » Cette attaque n'a rien d'un cas isolé. Aux côtés de SFR et de Bouygues Telecom, Orange et Free voient régulièrement leurs installations vandalisées dans tout l'Hexagone. Tous sont confrontés à des dégradations d'antennes. « Chez Orange, en moyenne, environ une antenne par semaine est la cible de vandalisme, précise Cyril Luneau, le directeur des relations avec les collectivités locales de l'opérateur historique. Nous déplorons également des actes de malveillance sur le réseau fixe, dont des vols de câbles en cuivre [essentiels pour apporter la téléphonie et l'ADSL, Ndlr], à hauteur de dix actes par mois. » Il arrive aussi, chez tous les opérateurs, que les points de mutualisation, des installations critiques pour apporter l'Internet fixe à un grand nombre de foyers, soient attaqués.

Des sabotages en forte hausse en Ile-de-France

« C'est un fléau », alarme Arthur Dreyfuss. « Les réseaux télécoms sont très sensibles parce qu'ils permettent la connectivité des Français, des entreprises, mais aussi de l'ensemble des services d'urgence, rappelle-t-il. Cela fait dix à douze mois que nous constatons une multiplication des actes de vandalisme. » Le dirigeant précise que les territoires les plus touchés sont aussi, bien souvent, « ceux qui souffrent d'une couverture télécoms compliquée, ce qui est très dommageable pour les habitants et les entreprises ». Lesquels sont parfois extrêmement nombreux à en subir les conséquences. Arthur Dreyfuss se rappelle qu'en début d'année, l'incendie d'une antenne-relais près de Limoges a privé plus d'un million de personnes de télévision pendant plusieurs jours.

Toutes les régions sont touchées. Mais depuis la fin du mois d'août, les actes de vandalisme vont crescendo en Ile-de-France. « Plusieurs dizaines de sites ont déjà subi des dégradations », relève le chef de file de la FFT. Qui sont, alors, les responsables de ces attaques ? Jusqu'à présent, les enquêteurs semblaient privilégier les pistes de l'ultra-gauche, des anarchistes ou des anti-5G. L'arrivée de la nouvelle génération de téléphonie mobile a notamment suscité une forte opposition et des débats électriques. A gauche et chez les écologistes, beaucoup craignent encore que cette technologie nuise à la planète, et certains redoutent l'impact des ondes sur la santé. Des thèses complotistes ont également circulé, comme celle d'une propagation du coronavirus par la 5G. En mars dernier, le tribunal correctionnel de Valence a ainsi condamné un résident de Pierrelatte (Drôme), opposé à la nouvelle génération de téléphonie mobile, à trois ans de prison - dont un an ferme -, a rapporté France Bleu. En janvier et février, il avait incendié une antenne-relais et une chambre de télécommunications d'Orange. Cela dit, il apparaît bien difficile, aujourd'hui, de dresser des profils types.

« La question d'un renforcement du dispositif pénal se pose »

Face à ce vandalisme, les opérateurs et le gouvernement se mobilisent. Ce dimanche, Cédric O, le secrétaire d'Etat en charge du Numérique, a « [condamné] fermement » l'incendie du pylône de TDF dans le Tarn sur Twitter. « Avec Gérald Darmanin [le ministre de l'Intérieur, Ndlr], nous agissons aux côtés de l'ensemble des opérateurs pour mettre fin à ces actes inacceptables, dans le cadre de la convention nationale de lutte contre la malveillance visant les réseaux télécoms, qui met en danger des vies humaines », a-t-il insisté. Cette convention « a vocation à être déclinée localement par les préfectures », précise Arthur Dreyfuss. Elle vise à favoriser le partage d'informations entre les opérateurs, les gestionnaires de sites télécoms, la police, la gendarmerie et la justice. L'objectif est que tous puissent réagir au plus vite lorsque des installations sont vandalisées. Mais aussi d'agir de manière préventive. « Dans ce cadre, nous pouvons transmettre à la police et à la gendarmerie, à l'échelle départementale, des listes de sites sensibles, afin qu'une surveillance puisse, dans certains cas, être mise en place », explique le président de la FFT.

A ses yeux, cette convention va « dans le bon sens ». Mais « la question d'un renforcement du dispositif pénal et des sanctions se pose lorsque les auteurs de ces faits extrêmement graves sont retrouvés », poursuit-il. Même son de cloche pour Cyril Luneau : « Nous militons notamment pour une politique pénale adaptée en cas de récidive », affirme-t-il. Le message a été bien reçu par le gouvernement. La balle est désormais dans son camp.

Pierre Manière

5 mn

Sommet du Grand Paris

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 4
à écrit le 15/09/2021 à 17:44
Signaler
La caste dirigeante Orange l’a bien cherché, qui pollue la France avec sa 5g inutile, l’impunité de tout cet argent public dont elle est gavée depuis trois générations de contribuables, aucune innovation ni succès commercial depuis 10 ans, les invest...

à écrit le 14/09/2021 à 23:38
Signaler
Sabotage ou négligeance de TDF (ex-ORTF)? Où sont les preuves et les coupables?

à écrit le 14/09/2021 à 13:20
Signaler
Faites comme moi, un Iridium resoud tous ces tracas. Jamais de coupures ou d'abonnement. Vive le satellite. C'est l'ideal pour ceux qui bougent bcp.

à écrit le 14/09/2021 à 10:18
Signaler
Pas la peine d'aller chercher bien loin le fameux "terrorisme" mais il est primordial de ne pas être dépendant des innovations et de garder ce qui est un progrès!

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.