SFR "en sureffectif" selon Patrick Drahi

Mardi soir à New-York, le propriétaire de l'opérateur télécoms SFR Patrick Drahi a expliqué que l'entreprise était en "sureffectif", et a critiqué la garantie sur l'emploi valable jusqu'en 2017.

1 mn

Patrick Drahi a vertement critiqué la garantie sur l'emploi de SFR.
Patrick Drahi a vertement critiqué la garantie sur l'emploi de SFR. (Crédits : © Benoit Tessier / Reuters)

Patrick Drahi n'est pas un patron qui manie la langue de bois. Mardi soir, il se trouvait à New-York, face à des journalistes. Le magnat français des télécoms s'est lâché sur la situation de SFR, en critiquant notamment la garantie sur l'emploi, c'est à dire la promesse de ne licencier aucun salarié jusqu'en 2017.

"On a donné (depuis le rachat en 2014 de SFR par Numéricable) une garantie sur l'emploi de trois ans donc il reste encore un an" a constaté Patrick Drahi devant son auditoire, avant d'enfoncer le clou : "Aujourd'hui on est dans une situation où les gens savent que la garantie s'arrête dans un an. C'est un peu comme chez Darty quand vous avez une garantie de trois ans. Au bout de trois ans la machine à laver tombe en panne on fait comment ? On paie. Ils savent qu'on est en sureffectif".

Menace sur l'emploi ?

La charge est donc suffisamment claire, Patrick Drahi expliquant même qu' "on est (...) dans une situation en France où tous nos concurrents ont licencié à tour de bras". Le propriétaire de SFR n'a cependant pas dit explicitement si un plan de suppressions d'emplois était prévu en 2017.

Pour les syndicats, la réduction des coûts au sein de l'opérateur ont dégradé l'ambiance de travail aussi bien dans l'entreprise que chez les fournisseurs. Une critique sur son management à laquelle Patrick Drahi a répondu en jugeant que "les gens ont horreur des chefs d'entreprise qui font de la politique, qui ne disent pas ce qu'ils vont faire, qui font semblant. Quand on parle à quelqu'un, si on lui dit les choses dès le début ça se passe très bien".

(Avec AFP)

1 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 7
à écrit le 22/06/2016 à 23:25
Signaler
On appréciera également le grand courage de ce petit monsieur qui fait ce genre de déclaration... loin de la France!

à écrit le 22/06/2016 à 23:23
Signaler
Après l'échec de tous ses procédés de voyou, il s'attaque à la dernière variable d'ajustement des incompétents: les salariés. Mais combien ont été versés à lui et sa clique?? Combien de clients sont-ils partis depuis qu'il a pris le contrôle de N...

à écrit le 22/06/2016 à 22:37
Signaler
Drahi utilise la cavalerie financière pour s'enrichir. SFR va probablement mourir sous le poids des dettes. Son but est de tenir le plus longtemps possible pour donner des gages aux banquiers.

à écrit le 22/06/2016 à 19:26
Signaler
Nomination de M Combe comme DG chez SFR ... Tout est dit. Le nettoyage va être violent, comme chez FT et comme chez Alcatel. De toute façon les Telecom c'est fini en Europe, aucun opérateur n'a plus la surface suffisante pour luter contre Verizon et...

à écrit le 22/06/2016 à 16:37
Signaler
Depuis 1 an 1/2, ses clients se sont rendus compte qu'ils étaient en sur effectif chez lui : 1 million sont partis. Maintenant il dégraisse en attendant la fuite des prochains clients !!! SFR, l’opérateur qui rapetisse.....

à écrit le 22/06/2016 à 11:35
Signaler
Conseil Régional, Conseil général, Mairie, enfin toute la fonction Territoriales est en sur-effectif. Il faut supprimer tous les doublons entre les différents services administratifs. Faire réaliser par une autorité indépendante, l'analyse de chaque...

le 22/06/2016 à 12:07
Signaler
Vous avez raison, mais ne nous arrêtons pas là : supprimons tous les improductifs. Les retraités, les rentiers, les malades, les handicapés, les chômeurs, les femmes au foyer, les artistes, les élus, les politiciens, les paresseux, les amoureux etc...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.