Télécoms : 15,5 millions de foyers ont déjà adopté la fibre optique

Les Français sont de plus en plus nombreux à troquer l’ADSL pour la fibre, qui garantit une connexion Internet bien plus performante. Ils représentent désormais la moitié des abonnés.
Pierre Manière

2 mn

Au premier trimestre 2022, 1,1 millions de locaux supplémentaires ont été rendus raccordables à la fibre.
Au premier trimestre 2022, 1,1 millions de locaux supplémentaires ont été rendus raccordables à la fibre. (Crédits : Alessandro Bianchi)

L'appétence des Français pour la fibre optique ne se dément pas. C'est ce que révèle le dernier observatoire de l'Arcep, le régulateur des télécoms, publié ce jeudi. D'après le gendarme du secteur, 1 million de foyers ont souscrit à un abonnement à la fibre au cours du premier semestre. En un an, cette technologie a séduit 4 millions de clients. La fibre totalise désormais 15,5 millions d'abonnés. « Elle représente ainsi 49% des accès à haut et très haut débit », relève l'administration indépendante. En parallèle, et fort logiquement, le nombre d'abonnés à l'ADSL, sur le vieux réseau cuivre, continue de plonger. Le nombre d'abonnés s'élève à 12,3 millions. Il baisse de 2,8 millions en un an.

Cet appétit des Français pour l'Internet fixe à très haut débit découle directement de la bonne couverture du pays en fibre. Aujourd'hui, c'est pas moins de 72% des locaux qui sont éligibles à cette technologie. Les opérateurs ont mis les bouchées doubles sur le déploiement ces dernières années. L'objectif gouvernemental des 80% de locaux éligibles à la fibre d'ici à la fin 2022 devrait, d'ailleurs, être largement dépassé. Aujourd'hui, les professionnels estiment qu'on sera plutôt proche des 85%.

Le déploiement de la fibre ralentit

Après avoir fortement accéléré en 2020 et en 2021, le déploiement de la fibre ralentit. Au premier trimestre 2022, 1,1 millions de locaux supplémentaires ont été rendus raccordables. C'est « environ 20% de moins que sur la même période de l'année précédente », souligne l'Arcep. Après s'être concentrés sur les grandes villes, puis les villes moyennes et les périphéries des agglomérations, les opérateurs déploient majoritairement la fibre dans les zones rurales, les moins rentables en raison de leur faible densité de population. Au premier semestre, 700.000 locaux y ont été rendus raccordables, « soit 6% de plus que sur la même période un an auparavant », constate le régulateur.

En revanche, l'Arcep déplore un ralentissement des déploiements dans les villes moyennes et périphéries des grandes agglomérations. Ici, ce sont Orange et SFR qui ont cette responsabilité. Le régulateur constate que « moins de 300.000 locaux » ont été rendus raccordables. C'est-à-dire « un rythme comparable à celui observé au cours de l'année 2016 »... En outre, l'Arcep fustige le « rythme insuffisant constaté dans les zones très denses », à savoir les grandes villes. « La production de nouvelles lignes a même diminué d'un tiers par rapport à la même période de l'année dernière », regrette le régulateur. Il y a, en clair, encore du pain sur la planche.

Pierre Manière

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.