Frais bancaires : Hervé Novelli partisan de "propositions fortes"

 |   |  206  mots
Dénoncés par la direction de la concurrence (DGCCRF) et fustigés par les associations, les tarifs bancaires doivent faire l'objet d'une réflexion du Gouvernement fin juin.

Mardi, le secrétaire d?Etat Hervé Novelli s'est exprimé sur la polémique qui enfle au sujet des tarifs bancaires en France. Il a déclaré : "Je vous le dis tout net, la situation n?est pas satisfaisante". Et a promis que le gouvernement ferait des "propositions fortes".

Afin d'élaborer ces propositions, Christine Lagarde et Hervé Novelli s'appuieront sur un rapport qui leur sera rendu fin juin. Les associations de consommateurs, consultées à cette occasion, ont déjà mis la pression et proposé leurs propres solutions.

Suite à ce lobbying intensif de la part de l'UFC Que Choisir et l'Afub, des banques comme BNP Paribas ont décidé de ne pas attendre la publication du rapport pour ajuster le tir sur leurs tarifs. La transparence et la dénomination des grilles tarifaires est au coeur des préconisations des deux associations. "Il reste une complexité, une difficulté pour chaque Français de comprendre comment sont tarifés ces fameux frais bancaires" a admis Hervé Novelli.

Les tarifs restent très disparates en France : on note des écarts de prix de 1 à 10 entre les banques les moins chères et les plus chères. Pour savoir où se situe votre propre établissement bancaire, consultez notre palmarès 2010.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :