Etudiants boursiers : comment toucher l'aide à la recherche du premier emploi (ARPE)

126.000 jeunes diplômés d'origine modeste pourraient bénéficier à la rentrée 2016 de ce ballon d'oxygène. L'objectif de cette aide est de faciliter l'arrivée des étudiants boursiers sur le marché du travail. Et c'est la première mesure de la Loi Travail à entrer en vigueur.
Hugo Baudino
Les premiers mois suivant l'obtention d'un diplôme peuvent s'apparenter à un grand saut dans le vide.
Les premiers mois suivant l'obtention d'un diplôme peuvent s'apparenter à un grand saut dans le vide. (Crédits : reuters.com)

La première mesure ne s'est pas fait attendre, alors que la loi travail vient tout juste d'être promulguée par François Hollande (hier lundi 8 août), et que le premier décret d'application était publié dans la foulée, le même jour, au Journal Officiel. Ce décret concerne l'aide à la recherche du premier emploi (ARPE), dispositif permettant aux jeunes diplômés qui bénéficiaient de bourses pendant leurs études de continuer à les toucher pendant quatre mois après l'obtention de leur diplôme.

Si vous êtes récemment lauréat, que vous n'êtes plus en formation et que vous recherchez du travail, vous pouvez donc faire votre demande sur le site du ministère de l'Education nationale dédié aux demandes d'aides (ou celui du ministère de l'Agriculture pour les étudiants de la filière agricole) à partir du 22 août 2016. Vous devrez obligatoirement effectuer ces démarches dans un délai de quatre mois "à compter de la date à laquelle les résultats de l'examen conduisant à la délivrance du diplôme ont été rendus publics", précise le décret.

Les critères pour bénéficier de l'ARPE

Le montant de l'aide sera "équivalent à celui de la bourse sur critères sociaux perçue lors de votre dernière année d'études (de 100 à 550 euros par mois)", précise le site etudiant.gouv.fr, ou de 300 euros si vous avez eu votre diplôme par la voie de l'apprentissage. Vous y avez donc droit si vous avez été diplômé en 2016 et que vous étiez boursier lors de votre dernière année scolaire, peu importe votre échelon. Les conditions de ressources pour en bénéficier sont donc logiquement les mêmes que pour toucher les bourses sur critères sociaux. Pour les apprentis, le plafond de revenus (le votre ou celui du foyer fiscal auquel vous êtes rattaché) est fixé à 33.100 euros. Enfin, dernière condition à respecter pour bénéficier de l'ARPE : il faut être âgé de moins de 28 ans.

Une aide non cumulable avec le RSA

Cette condition d'âge est significative, tant l'ARPE est surtout pertinente pour les (très) jeunes diplômés. En effet, elle n'est pas cumulable avec le revenu de solidarité active (RSA), pour sa part plutôt destiné aux personnes de plus de 25 ans (les conditions pour en bénéficier avant étant assez drastiques). Le RSA présente l'avantage d'être, à taux plein, d'un montant similaire au montant maximum de l'ARDE - 524,68 euros pour une personne seule au RSA, contre 550 euros d'ARPE pour un boursier d'échelon 7 - sans être restreint dans le temps.

En résumé, le coup de pouce octroyé par cette première mesure de la loi Travail devrait avoir une portée assez faible, sa durée et son spectre étant assez limités. L'ARPE sera tout de même une aide non négligeable pour les personnes concernées. Selon un communiqué du gouvernement, quelque 126.000 jeunes diplômés d'origine modeste pourraient bénéficier à la rentrée 2016 de ce ballon d'oxygène.

Hugo Baudino

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.