Les APL maintenues pour les jeunes précaires

 |   |  356  mots
Les associations ont réussi à infléchir la position du gouvernement.
Les associations ont réussi à infléchir la position du gouvernement. (Crédits : Reuters)
Le gouvernement a renoncé à modifier les règles de calcul de l'APL pour les moins de 25 ans aux bas revenus.

Le gouvernement a finalement renoncé à modifier les règles du calcul des aides personnalisées au logement (APL) pour les jeunes. L'exécutif portait un projet de décret prévoyant de calculer le montant de l'APL pour les moins de 25 ans ayant un emploi précaire ou de bas revenus en se basant sur la situation financière du jeune au moment où il constitue son dossier, et non plus en regardant la situation fiscale deux ans auparavant. Mais ce projet de décret a finalement été abandonné, pour tenir compte des difficultés financières auxquelles sont confrontés les jeunes qui rentrent sur le marché du travail, selon la source proche du dossier.

200.000 jeunes auraient pu être touchés

Contacté par l'AFP, le ministère du Logement n'avait pas donné suite jeudi matin. Le premier syndicat étudiant (l'Unef) et la principale fédération d'associations (la Fage) avaient dénoncé mi-décembre cette proposition qui revenait, selon eux, à une "attaque en catimini" contre les APL.

Selon les deux organisations étudiantes, entre 150.000 et 200.000 jeunes auraient pu être touchés par une telle mesure. Dans un communiqué, la Fage s'est félicité jeudi "du retour à la raison du gouvernement" et "appelle à plus d'efforts envers les jeunes afin de donner de la lisibilité à la priorité jeunesse".

 Eviter le désastre social

 "Supprimer par voie de décret la dérogation existante qui permet aux jeunes salariés précaires une meilleure prise en compte de leur situation fragile aurait été un désastre social comme politique", a-t-elle ajouté, estimant que "ces attaques à répétition sur les APL, malgré les engagements publiques de plusieurs ministres et de François Hollande, détériorent, s'il le fallait encore, notre capacité à croire aux promesses du gouvernement". En novembre, lors de l'examen du projet de loi de finances, le gouvernement avait reculé sur un amendement déposé par les parlementaires socialistes qui prévoyait le versement sous condition de ressources des APL aux étudiants.

L'amendement, qui ciblait alors l'ensemble des étudiants, aurait pu toucher "jusqu'à 500.000 jeunes" qui auraient perdu de "100 à 200 euros par mois", selon les organisations étudiantes.

 (Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/12/2015 à 17:14 :
Jeunes, ne travaillez pas trop, juste au noir et l'état vous offre le logement, les resto du cœur la nourriture, de l'argent de poche avec le RSA et pour plus tard une retraite minimum mais qui elle augmentera...Cet état providence n'en peux plus et les classes moyennes n'en veulent plus et dès quelles le peuvent fichent le camp pour Londre, New York ou Australie, Canada et autres...La droite comme la gauche sont responsables de cette dérive socialo-communiste et la famille Le Pen va prendre le pouvoir. La France coule. Nous ferions mieux de valoriser le travail et d'aider les vrais pauvres, les personnes touchées par des malheurs ou des accidents.
a écrit le 28/12/2015 à 11:00 :
Les APL sont une subvention cachée, payée avec nos impôts, aux propriétaires qui peuvent augmenter d'autant leurs demande de loyers. Les pauvres étudiants n'y gagnent rien: sans APL, les loyers diminueraient d'autant.

En tout cas, les promoteurs et agents immobiliers vous remercient de subventionner la bulle immobilière avec vos impôts, surtout en temps de crise, votre effort était inattendu. Merci, contribuables.
a écrit le 27/12/2015 à 12:07 :
La vraie réforme serait en réalité de supprimer toutes les aides au logement pour les transférer vers les aides à la pierre (secteur privé) et la construction de logements sociaux. C'est en développant l'offre que nous parviendrons à faire baisser les prix du logement (à l'achat comme à la location). Les APL, qui partent d'un principe tout à fait louable, sont en réalité largement captées par les propriétaires bailleurs, donc les ménages les plus aisés (via la hausse des loyers). On solvabilise artificiellement des ménages pour nourrir la bulle immobilière (cf. le tunnel de Friggit). Mais quel homme politique serait élu avec cette mesure de bon sens, même instaurée de manière progressive, dans son programme ?
a écrit le 26/12/2015 à 20:24 :
D'accord avec vous sauf la fin ... On ne parle pas de préférence nationale mais faire la guerre et supprimer les aides aux plus jeunes c'est vraiment n'importe quoi . Plutôt supprimer l'AME , ça servirait nos intérêts budgétaires !
a écrit le 26/12/2015 à 17:34 :
Supprimer les APL pour les jeunes, autant dire aux parents que leurs impôts servent à accueillir la misère du monde, les guerres de notre président, la gabegie de l'états et de nos politiques, mais sur tous pas aux Français.
a écrit le 26/12/2015 à 13:01 :
ca serait plus simple de dire sur quoi ce gouvernement ne renonce pas et ne recule pas...
a écrit le 26/12/2015 à 12:54 :
bonjour , concernant le commentaire de la Dame en bas est pour lamentable car , il y a des choses sur les réseaux sociaux que l'on ne dit pas a ce moment la , dans le monde entier il y ce trouve de l'abus partout , il ne faux pas exagérer merci !!!
a écrit le 26/12/2015 à 12:01 :
faire des declarationts et les retirez devient courant sous le mandat hollande, y a t il un pilote dans l avion , C EST DE L INCONPETANCE???
Réponse de le 27/12/2015 à 12:00 :
quand on fait soi-même autant de fautes d'orthographe en 1 ligne et demi, c'est sûrement qu'on ne doit pas lire beaucoup. Le plus drôle étant de se tromper sur le mot "incompétence"...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :