Comment transformer des bureaux en logements à Paris ?

 |   |  678  mots
Copyright Reuters
Entre 1000 et 2000 bureaux par an seront transformables en habitations dans la capitale à horizon 2030, même si plusieurs obstacles subsistent. Une solution parmi d'autres pour résoudre la crise du logement à Paris.

Alors que les prix de l?immobilier à Paris ont récemment atteint des records à 8500 euros le mètre carré, d?aucuns tentent de trouver des solutions pour faire baisser ce prix qui rogne sérieusement le pouvoir d?achat des ménages de la capitale. Parmi elles, la transformation de bureaux en logements est régulièrement évoquée. L?Observatoire régional de l?immobilier d?entreprise de la région Île-de-France (Orie) a publié un rapport qui dresse un état des lieux en la matière.

Les rapporteurs estiment le potentiel de bureaux transformables en habitations à Paris à horizon 2030 à entre 1000 et 2000 par an, contre entre 300 et 400 par an sur les 20 dernières années. L?élaboration de cette prévision part "d?hypothèses sur les cycles de travaux, des données sur les mises en chantier de bureaux entre 1981 et 2000, et des données sur l?offre de bureaux immédiatement disponible depuis 4 ans et plus". En termes de surfaces, le rapport indique "qu?entre 140 000 et 240 000 m² utiles de bureaux pourraient par an être définitivement inadaptés à la demande à horizon 2030 en Île-de-France", et deviendraient donc transformables en habitations. Aujourd?hui, entre 3,6 et 4 millions de m² de bureaux sont vacants en Île-de-France selon Philippe Lemoine, directeur général de la Silic et directeur du rapport avec Olivier de la Roussière, le président de Vinci Immobilier. 18% de ces bureaux sont même vacants depuis plus de 4 ans et 29% d'entre eux depuis entre 2 et 4 ans.

Des freins à la transformation subsistent

Si la transformation de tous ces bureaux en habitations constituerait une grosse goutte d?eau pour libérer des logements à Paris, cet état de faits est loin d?être assuré.  En effet, le rapport de l?Orie souligne un certain nombre de freins qui subsistent à la transformation de l?immobilier d?entreprise. D?abord "l?inoccupation des immeubles constitue un préalable quasi indispensable au lancement d?une transformation de bureaux en d?autres locaux", indique l?Orie. Du coup, "dans un immeuble avec de multiples occupants, dont les échéances des baux arrivent rarement à terme de façon simultanée, les propriétaires sont parfois confrontés à des problèmes d?éviction des utilisateurs. Les délais de libération des immeubles sont souvent longs et coûteux", constate l?Observatoire.

Fluidifier les permis de construire

Ce dernier place également les pouvoirs publics en face de leurs responsabilités. Les auteurs du rapport notent ainsi que "la plupart des transformations sont soumises à l?obtention du permis de construire, délivré au cas par cas par les communes". Or "l?obtention du permis de construire reste l?un des principaux freins". En plus des contraintes réglementaires dans le plan local d?urbanisme (PLU) et plan d?occupation des sols (POS) en vigueur, l?Orie estime que "les maîtres d?ouvrages sont presque systématiquement confrontés à des recours". "Ces contentieux accroissent les délais d?obtention des permis de construire, ce qui in fine augmente le coût des opérations", ajoute le rapport.

Car ceux qui financeront les transformations de bureaux en d'autres locaux regarderont en premier lieu le paramètre économique. La règle des 25 % de logements locatifs sociaux peut dans ce cadre être un frein à la transformation selon le rapport de l?Orie. Car des logements sociaux identiques aux logements classiques ne se vendent pas à plus de 3 640 euros par m², contre en moyenne 8 000 à 15 000 euros par m² habitable pour des logements neufs vendus en libre.

Des éléments techniques contraignants

Enfin des éléments techniques peuvent brider totalement les transformations, comme les problèmes de morphologie architecturale qui peuvent par exemple donner lieu à des changements de façade, ou les problèmes de surface inadaptées (sous-sol, hauteur sous plafond, ect?).

Ces paramètres techniques ont un impact sur la balance financière. Du coup dans beaucoup de cas, il est préférable de "privilégier la démolition et la reconstruction", indique Olivier de la Roussière, pour in fine "livrer un produit meilleur à un coût inférieur".
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/03/2014 à 16:11 :
http://management-immobilier-tertiaire.over-blog.com/

Cette étude complète porte sur sujet
a écrit le 20/02/2013 à 23:42 :
Les prix au m2 ont reculé de 1,8% à Paris en 3 mois, passant de 8.460 ? en août à 8.300 ? en novembre
a écrit le 17/02/2013 à 23:57 :
Selon les notaires les prix des logements ont récemment baissé à 8300 euros; veuillez corriger SVP : http://www.notaires.paris-idf.fr/chiffres-du-marche/infos-sur-la-conjoncture
Je suis surpris que vous ne parlez que des hausses de prix mais jamais des baisses... Parti pris ou manipulation ?
Réponse de le 18/02/2013 à 2:19 :
En variation saisonnière corrigée, les prix se sont maintenus. L'évaluation à 8500 euro est correcte. Y a pas de manipulation.
a écrit le 17/02/2013 à 20:08 :
Bah, tout simplement en délocalisant les bureaux et les logements de fonction des ministres, sénateur(s) sous-ministres et élus divers EELV en province !! (profitons en aussi pour leur supprimer les véhicules de fonction ou de service avec ou sans chauffeur.
a écrit le 17/02/2013 à 11:37 :
C'est pas baisser les prix qu'il faut, c'est les impôts. On cours à la catastrophe, avec l'exode fiscal des riches et des jeunes (75 % d'impôts) ça fait rêver personne, le cout du travail et autre fait fuir les investisseurs. et après on se plaint que les jeunes s'en vont et que la France manque de compétitivité. Franchement c'est dommage on avait un si beau pays.
Réponse de le 18/02/2013 à 6:46 :
Vous avez bien raison. Le gouvernement se gave de gros frais, et avec cette imposition mais qui veut rester en France...
Réponse de le 04/03/2013 à 9:33 :
Poufffff, vous ne pouvez pas penser un peu par vous même au lieu de répéter ce genre de trcu. Même les suisses se sont lassés ...
a écrit le 17/02/2013 à 10:28 :
faire de lourds travaux puis louer a des gens inexpulsables avec une rentabilite nulle, et sous les vomiss... de qui ont sait, ca n'interesse plus personne... sinon les collectivites locales peuvent acheter de luxueux bureaux dans le 16eme et les transformer en habitat social pour faire de la mixion sociale, comme on dit ( c'est pas une faute de francais...)
a écrit le 16/02/2013 à 19:08 :
Ben comme d'hab, on les taxe violemment et ensuite on y met des politiciens et fonctionnaires (c'est pareil) avec des loyers "modérés". Surtout on continue de dire, d'écrire, de chanter que les banlieues c'est un problème grave. Faire un tour de la plus belle ville du monde (carrément) en DS5 de fonction, l'extase !
a écrit le 16/02/2013 à 19:07 :
Une bonne idée en théorie. Mais qu'on n'invente pas un nouvel impôt pour payer ce genre de choses.
a écrit le 16/02/2013 à 17:26 :
Dans ma commune, (municipalité rouge avec l'endettement qui correspond !) il faut payer une taxe de 15000 ? prétendument pour construire des parkings pour avoir le droit de transformer un bureau en logement...Soit près de 4 ans de loyer ! Cherchez l'erreur !
a écrit le 16/02/2013 à 15:43 :
C'est très simple pour transformer les bureaux en logement, il suffi de prendre les bonnes entreprises
a écrit le 16/02/2013 à 13:56 :
en travaillant ...plus à domicile....
a écrit le 16/02/2013 à 12:58 :
Pour écouter la chronique intitulée : " Si j'étais promoteur constructeur aujourd'hui" sur la webradio indépendante AWI, il suffit d'utiliser le lien suivant http://www.awi1.com/?p=2922
a écrit le 16/02/2013 à 12:08 :
En 1997, une étude sur la transformation des bureaux vacants et obsolètes en logement avait été réalisée par Patrick Gorgeon, journaliste. Cette étude avait entraîné la création de la plateforme IRIS Immobilier Réseau Info Service qui visait à rassembler les acteurs du secteur de la construction pour promouvoir ce type d'opérations. On constate donc aujourd'hui un retour à la case départ qui nécessiterait de s'intéresser à un nouveau concept de bureau-logement décrit dans une chronique proposée en 2011 par Patrick Gorgeon sur la webradio indépendante AWI sous le titre " Si j'étais promoteur constructeur aujourd'hui" qui demeure consultable
Réponse de le 17/02/2013 à 11:26 :
OK on transforme les bureaux en logement, mais tts cela à 1 coup et ça ne fera pas baisser le prix des loyers
Je pense qu'il y aura encore beaucoup de travailleurs à dormir dans leur voiture, mais ça je l'ai déjà dit.
a écrit le 16/02/2013 à 11:59 :
Voir cette étude de 2011 sur la crise du logement et l'immobilier d'entreprise. Il y a plus de 1.2 millions de m2 de bureaux vacants rien qu'à Paris et la moitié des bureaux construits ces dernières années n'ont pas trouvé preneur. Chaque année, malgré l'énorme stock de bureaux inoccupés, entre 350.000 et 500.000 m2 de bureaux supplémentaires sont construits en région parisienne.
http://www.immogroupconsulting.fr/images/criselogimmo.pdf
Réponse de le 16/02/2013 à 12:18 :
Encore une fois, on est pas obligé de loger toute la France dans Paris. Y a plein de place et de beaux coins autour et ailleurs. Alors pourquoi chercher à toute force des solutions coûteuses de récupération, conversion, entassement, compression ? De l'air !
Réponse de le 16/02/2013 à 12:47 :
Bonjour,

Le problème est que le travail se trouve beaucoup à Paris, donc il faut bien habiter dans la région. Ensuite il y a le problème des transports qui sont saturés. Une solution est bien de travailler à Paris et d'habiter en province, ce qui se fait de plus en plus : le Mans doit être à 40 minutes en TGV, ce qui n'est pas beaucoup si on considère que le temps moyen de transport en region parisienne doit être de 1h pour l'aller simple domicile->travail. J'ai connu une collègue qui habitait à Lille et faisait le trajet en TGV tous les jours. Mais si vous avez du travail à proposer en region, dans l'informatique de gestion, je suis interessé pour quitter Paris (et je ne serais surement pas le seul, croyez le).
Réponse de le 16/02/2013 à 14:33 :
Les bureaux, c'est comme les logements, les gens préfèrent le neuf à des trucs pourris des années 70. Donc il faut bien construire du neuf, mais la question est: que faire de ceux qui sont vacants. Je ne vois aucune "bonne" méthode de transformation, vu le truc pourri que c'est généralement à la base (passoire thermique, matériaux douteux voire toxiques, etc).
Réponse de le 16/02/2013 à 15:14 :
OK, mais même la région parisienne, c'est large. Mettons que l'on travaille à la Défense, il est tout à fait possible d'habiter à Cergy le haut au pied du RER : coût d"un 70m2 : 220.000 euro - c'est à la portée d'un ingénieur informatique et trois fois moins cher que Paris à 600.000.
Réponse de le 16/02/2013 à 19:59 :
@Respiration : quelques éléments de réflexion par rapport à votre message.
Tout le monde ne travaille pas la Défense. Les gens ont toujours envie d'avoir le mieux pour moins cher et Cergy n'est pas (malheureusement) la référence. 220 k? c'est encore cher pour un 70m² en banlieue ! Pour un couple avec 2 enfants c'est plutôt 90m² voire 110 m² qu'il faudrait. Le vrai problème est l'hyper-centralisation en France. L'ile de France compte 12M habitants ! C'est 20% de la population !
Réponse de le 17/02/2013 à 13:18 :
@Krok. "Les gens ont toujours envie d'avoir le mieux pour moins cher" : je trouve que vous résumez parfaitement le problème. La question de l'habitat en Ile de France hors Paris intra-muros n'est pas celle de l'espace ou du prix, on peut y vivre et s'y loger tout à fait correctement avec un revenu moyen. Elle est pour beaucoup une question de prétention et de jalousie. "Et pourquoi donc que Moi j'ai pas 100m2 avec vue sur Seine dans Paris avec son garage et une Ferrari eu-ddans ? Passque des Ferrari j'en ai vu sur l'autoroute, donc Moi je le vaux bien. Donc je vais demander à l'Etat d'augmenter les prestations sociales qu'on me verse déjà pour réparer cette intolérable injusstice". Bien sûr, je force le trait, mais je suis atterré par ces constantes jérémiades poussant à ce que l'argent des contribuables soit en général gâché à des projets insensé, ici dans la conversion de bureau pour loger à Paris toute la France. L'argent des contribuables c'est pour les hôpitaux, les écoles, et il y en a dans toute la banlieue. C'est encore pour le développement d'investissements d'avenir - dont les transports - et puis le secours aux situations sociales dramatiques. Le fait d'habiter en banlieue (et de ne pas avoir de Ferrari) n'est absolument ni invalidant ni une disgrâce. Il est urgent d'arrêter avec cela.
Réponse de le 17/02/2013 à 13:33 :
Un avis sur Cergy, à titre d'exemple : L'avis de Stéphane Napolitano (cergy) sur la ville de Cergy cergy Côté Immobilier et Etudiants "Côté immobilier, il faut bien loger les personnes, qu'elles aient les moyens d'être propriétaire ou qu'elles ne puissent être que locataires ! Côté propriétaires, il y a de magnifiques maisons du côté de l'avenue des essarts, dans le quartier de la coulée verte, du golf de cergy, au port de cergy, au village pour les amoureux de l'ancien, ainsi que de superbes maisons d'architectes sedaf avec vue imprenable sur les étangs et d'autres aux clairières vers le bois de cergy, et encore j'en oublie ! Côté appartements, les programmes neufs à la place de la croix petit sont superbes, les appartements du port malgré qu'ils aient déjà 20 ans sont magnifiques (conçu avec le concours de spoerry architecte de port grimaud) ceux de cergy le haut sont sympa notamment du côté de l'orangerie, et du côté de la médiathèque, cergy st christophe n'est pas en reste avec l'oeuvre de ricardo bofill, et du côté de l'esplanade de paris, et vers les vergers de pommiers également, sans compter le projet icade dans le parc st christophe. L'esprit de la préfecture années 70 est sympa également, du côté de l'essec. Pourquoi donc insulter le maire de mégalomane alors qu'il fait évoluer la ville ? Enfin côté pôle universitaire, entre l'essec, les différentes facs, écoles scientifiques, technologiques, etc. Je ne vois pas pourquoi autant d'animosité pour cergy, et je le répète j'aime cergy et que ceux qui ne l'aiment pas prennent leur destin en mains." Ce que j'aime à Cergy "Tout." Ce que je n'aime pas à Cergy "Rien." (août 2012)
Réponse de le 17/02/2013 à 15:38 :
@Krok : tant mieux tant mieux :) Cela fera toujours un heureux de plus.
a écrit le 16/02/2013 à 11:34 :
Hausse des familles monoparentales + le 4eme age reste de plus en plus longtemps dans leur logement grace a l'aide medicalisee + 200.000 nouveaux entrants par an en France.
1999 : 58 millions d?habitants en metropole
2012 : 63 millions d?habitants en metropole

Voila l'equation a resoudre, le nombre de logements construits ne suit pas la courbe demographique qui augmente fortement. C'est une impasse, et c'est pas Madame Duflot avec ses raisonnements irrationnels qui traitent les proprietaires et investisseurs comme des escrocs, qui va resoudre le probleme du logement en France
Réponse de le 16/02/2013 à 12:16 :
J'ai quand même pas l'impression que ce que vous décrivez soit son point de vue, à Madame Duflot. Au contraire, il me semble qu'elle a compris que l?encouragement à la mise en location passe par une assurance, pour le propriétaire, de toucher les loyers, et qu'elle recherche la mise en place de mécanisme d'assurance en ce sens. Cela me semble plutôt constructif, non ?
Réponse de le 16/02/2013 à 13:12 :
Un assurance payee par le proprietaire pour se garantir contre les negligences du locataire qui ne paie pas son loyer et qui est ainsi encourage pour ne pas payer son loyer car le loueur sait que le proprietaire doit assumer le risque ... Ah oui, un peu comme si loue une voiture et c'est le loueur qui paie et m'offre l'assurance tout risque. La logique du PS en somme.
Réponse de le 16/02/2013 à 14:56 :
Euh non, il n'est pas dit que l'assurance encouragera le locataire à ne pas payer son loyer. En revanche, oui, elle garantira le propriétaire.
Réponse de le 16/02/2013 à 18:04 :
Que risque le locataire qui ne paie pas son loyer en France ? Pas d'eviction avant 9-18 mois, pas de liste rouge des locataires mauvais payeurs, pas de hausse de prime car c'est pas le locataire qui paie l'assurance mais le proprio qui paie cette prime d'assurance. Bref grace a Duflot, on va normaliser les comportements des traine patins, carte blanche pour les mauvais payeurs, gift from Hollanderie
Réponse de le 17/02/2013 à 13:26 :
Le jour où justement le non paiement du loyer ne sera plus la ruine du propriétaire individuel - dont tout le monde se fout - mais deviendra une charge pour une assurance collective, avec ses annonces médiatiques de déficits chroniques, etc., alors là rassurez-vous, les procédures d'éviction contre les abus seront bien plus efficaces.
Réponse de le 17/02/2013 à 13:45 :
Pas d'eviction en France, les mauvais payeurs sont tous de pauvres victimes selon les socialistes naifs et béats.
Réponse de le 17/02/2013 à 14:15 :
"Pas d'éviction en France" : justement parce qu'actuellement la perte de revenue n'affecte (et parfois très gravement) que le petit propriétaire individuel dont tout le monde se balance. Mais faites-en une affaire de banque-assurance portée au bilan et là, cela deviendra bien bien plus sérieux. Voilà pourquoi cette réforme irait dans le bon sens contre les abus, si elle est bien conçue.
Réponse de le 17/02/2013 à 20:32 :
Oui mais jamais en France socialiste vous n'aurez une reforme qui responsabilisera les loueurs. En Suede, pays au combien socialiste, les mauvais payeurs sont listes de meme que ceux qui partent en degradant le logement. Mais en France, il ne faut pas stigmatiser ces gens la ... D'ou un marche immobilier bloque et schlerose
a écrit le 16/02/2013 à 11:07 :
Le frein à ces changements de destination : la mise aux normes de beaucoup de bureaux à Paris, ce qui représente un coût énorme. Cependant le propriétaire peut financer tout ou partie des travaux par une cession de commercialité (vente des m² dont on change l'affectation).
a écrit le 16/02/2013 à 10:06 :
faut pas réver ça ne baissera jamais ! même en faillite , c'est le placement préféré des politiques et des autres qui ont pignon sur rue et pognon en poche ! sorte de chateau fort ouvert à la circulation .
a écrit le 16/02/2013 à 10:05 :
Le problème c'est cette folie de vouloir obstinément loger toute la France dans Paris intra muros ! Pourquoi cette obsession ? Paris est tout petit, inférieur en taille au seul quartier de Manhattan de NY. Londres, New York, Berlin sont équivalents en surface à Paris et sa moyenne banlieue. Dès lors que l'on considère l'Ile de France en général, les prix immobiliers deviennent tout à fait raisonnables pour des conditions d'habitation parfaitement agréables.
Réponse de le 16/02/2013 à 10:27 :
Oui, ou l'autre solution, c'est de construire une tour verticale de 150 km de hauteur sur l'ile de la cité afin de pouvoir y loger les 60 millions d'individus qu'on veut à toute force y fourrer...
Réponse de le 16/02/2013 à 10:38 :
Tout à fait mais il faut travailler sur les transports qui sont saturés de partout. Que ce soit les bus, métro ou RER/TER.
Le véritable problème reste l'ultra concentration des centres économiques, culturels etc. à Paris.
Réponse de le 16/02/2013 à 10:51 :
Oui pour le financement par une bonne grosse taxe urbaine sur les diesels et essences, taxe reversée intégralement vers les transports en commun au bénéfice de la banlieue qui circulera mieux, et des parisiens qui pourront enfin respirer.
Réponse de le 17/02/2013 à 12:19 :
Mais ai fait, personne n'a pensé à mettre les usines à la campagne? Vous ne pouvez-pas vous imaginer la qualité de vie que gagnerai les travailleurs au lieu de vouloir à tts prix s'entasser au pieds de la tour- Eiffel .
Réponse de le 17/02/2013 à 13:22 :
Des usines à Paris ?? Vous en connaissez ? En fait, y a nul *besoin* d'habiter Paris intra muros - c'est juste une affaire de mode, de coquetterie et une jalousie.
Réponse de le 17/02/2013 à 14:53 :
Mon cher @Claudius vous remarquerai que je n'ai pas employer le mot intra muros pour les habitants de PARIS car ce mot ne s'emploie plus dans la langue Française. Ce mot ne s'emploie que pour les habitants d'une citée entourée de remparts comme St-MALO ou CONCARNEAU ( Je ne site que ces 2 la je suis BIGOUDEN et très peu chauvin) Chez nous dans le Finistère à la pointe de PENMARC'H (29) ne dit on pas " NI DIEU NI MAITRE SIMPLEMENT BIGOUDEN "
Réponse de le 17/02/2013 à 15:52 :
Mon cher Claudius : admirable. Ni Dieu ni Maître et vive les bigouden !
a écrit le 16/02/2013 à 9:34 :
A quand le "game over" ? 200.000 étrangers réguliers viennent en France chaque année dont un tiers en IDF. Cela fait 66.000 personnes en plus à loger sur la région par an. Quel est l'objectif ? L'explosion ?
Réponse de le 16/02/2013 à 11:04 :
Non, l'objectif est le maintien de la gauche au pouvoir : ils votent à 93% pour le PS.
Réponse de le 16/02/2013 à 11:25 :
et avec le vote des étrangers aux élection locales, la gauche peut conserver les mairies encore longtemps , la ruine n'est pas loin :-)
Réponse de le 16/02/2013 à 11:57 :
Le clientelisme de caste dans toute sa splendeur avec ce PS qui trahit les valeurs de la Republique
Réponse de le 16/02/2013 à 12:23 :
Jean Sarkozy à la tête de l'Epad, c'était une valeur de la République ?
Réponse de le 16/02/2013 à 13:13 :
UMP = PS, des politiciens par opportunisme pour leurs interets personnels. Rien d'autre en France depuis 35 ans
Réponse de le 16/02/2013 à 17:14 :
" Les étrangers votent a 93% pour la gauche ", "le PS fait du clientélisme" ...sauf que ...les étrangers ne votent pas ! On voit qui fait de la manipulation grossière sur ce forum !!
Réponse de le 16/02/2013 à 17:21 :
Le FN a Toulon a magouillé aussi !! Des que des personnes peu scrupuleuses arrivent au pouvoir, il faut mieux compter sur des contre pouvoirs indépendants que sur la prétendue moralité. Nous manquons d'enquêteurs.
Réponse de le 16/02/2013 à 17:53 :
@ Curieux

Il faudrait revoir tes classiques, les étrangers européens ont déjà le droit de vote aux élections locales. Le projet du PS vise le reste du globe à faire voter (pour eux ). Par ailleurs, le chiffres ne sont pas de moi, tu pourras vérifier, 93 % des français d'origine étrangère ont voté à gauche aux présidentielles. Tu crois que sinon, le PS se battrait pour leur accorder les droit de vote à toutes les élections par seule bonté d'âme ? Non, UMP et PS savent très bien que sans ce réservoir, ils auraient été balayés depuis longtemps. Ils sont prêts à vendre le pays la découpe pour un mandat.
Réponse de le 16/02/2013 à 18:06 :
Le PS veut faire voter les etrangers il me semble et reformer ainsi le droit de vote, et oui, avec Hollande si tu es blanc, hetero, employe de la classe moyenne alors tu es sa cible privilegiee ...
Réponse de le 16/02/2013 à 18:08 :
que vient faire Jean Sarkozy dans ce débat ???
Réponse de le 16/02/2013 à 18:12 :
@letroll: et quand ils détiendront la mairie, je te conseille de te tirer rapidos parce que décret n° 1 poule au pot remplacée par couscous merguez, n° 2 burqa pour toutes, etc. mais cela personne ne le voit venir et pourtant, il suffit de regarder ce qui se passe en Tunisie, en Égypte, en Libye, etc. Bon, c'est vrai que pour le PS, c'est la certitude de rester au pouvoir le plus longtemps possible :-)
Réponse de le 16/02/2013 à 22:00 :
Les français d'origine étrangère sont des étrangers !
Donc tous les français sont des étrangers. Informez vous
Réponse de le 17/02/2013 à 9:31 :
Dans certaines régions rurales, ils restent encore beaucoup de "français de souche" depuis des générations. Renseignez vous un peu !
Réponse de le 17/02/2013 à 21:57 :
@joanina : des francais qui mangent de la charcuterie, can you understand ?
Réponse de le 16/05/2013 à 17:14 :
Le problème pour moi n?est pas le prix ni la quantité de logement mais la location. La location enrichit le propriétaire et appauvrit le locataire. L?égalité sociale est impossible dans ce schéma. Ce schéma est la source de l?inégalité sociale illégitime. Il faut taxer progressivement la propriété secondaire tout en bloquant la hausse des loyers pour éviter que la taxe se répercute sur le locataire. Il ne sert à rien d?attendre la chute immobilière est inévitable. Plus tôt elle le sera, mieux ce sera pour tous. La société (l?état) devra aider les gens qui ne peuvent plus vivre du fait de cette chute. Les gens qui auront vu leur appartement descendre d?une valeur d?un million à cinq cent milles euros auront tout de même cinq cent milles euros. La propriété secondaire c?est du vol !
Réponse de le 25/08/2013 à 16:27 :
Le problème c'est que vous ne pensez pas que derrière chaque propriétaire, même bailleur, qui a investi des économies ou emprunté. Nous ne sommes pas tous des héritiers... Mon locataire paie un loyer relativement cher, aligné sur les prix du quartier, mais l'appartement je le rembourse en 30 ans et c'est mon seul bien... Je n'y vis pas car j'occupe un logement de fonction. Une fois le prêt payé, je pourrais me préparer une fin de vie décente, je l'espère en maison de retraite pour ne pas trop être à la charge de la collectivité. Il faut arrêter avec le mythe des bailleurs aisés qui fument le cigare et vivent sur un yacht de la Côte d'Azur...Mais sur le reste vous avez raison, la location appauvrit et la propriété enrichit, c'est pourquoi j'ai vite choisi la seconde option et je vous encourage à faire de même.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :