En quête d'argent, l'Etat accélère la cession de son patrimoine immobilier

 |   |  449  mots
Pour faire rentrer de l'argent dans les caisses, l'Etat devrait céder une partie de son patrimoine immobilier
Pour faire rentrer de l'argent dans les caisses, l'Etat devrait céder une partie de son patrimoine immobilier (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Pour converger vers l’équilibre budgétaire, l’Etat mise notamment sur la cession accélérée de son patrimoine immobilier. Tout en privilégiant les projets de reprise incluant des logements sociaux.

Pour faire rentrer de l'argent dans ses caisses, l'État s'active sur tous les fronts. Il s'affaire notamment à accélérer la cession de son patrimoine immobilier, estimé à plus de 53 milliards d'euros, selon les Échos.

Cette année, Bercy espère ainsi récupérer 530 millions d'euros grâce à ces ventes et "maintenir le rythme des cessions à plus de 500 millions d'euros par an pendant les trois prochaines années", expliquait en mai le ministre du Budget Bernard Cazeneuve.
L'État utilise le produit des cessions en priorité pour se désendetter : de 15% en 2011, la part affectée obligatoirement au désendettement passera à 30% en 2014, indiquent les Échos.

>> Lire aussi : L'Etat veut réformer sa politique immobilière

Soutenir la production de logements sociaux

En plus de renflouer les caisses de l'État, ces cessions de foncier public permettront d'accroître l'offre de logement en France, alors qu'il y manque, selon les experts, entre 800.000 et 1 million d'habitations. Le gouvernement de Jean-Marc Ayrault souhaite dans ce cadre mettre l'accent sur les logements sociaux. La loi sur la mobilisation du foncier public en faveur du logement, promulguée le 18 janvier 2013, permet ainsi une décote pour les opérations contenant des logements sociaux. Elle a été actionnée lors de deux opérations récentes, dont une dans la Capitale. La caserne militaire de Reuilly dans le douzième arrondissement y a été cédée à la ville de Paris. Cet accord revêt un caractère symbolique puisque le foncier disponible dans la Capitale est quasi-inexistant, et la demande de logement y est très forte.  

Un rabais de 24,5 millions d'euros accordé par l'Etat

Concrètement, l'opération prévoit de réhabiliter la caserne par l'aménagement de 35.000 mètres carrés, soit 400 à 500 logements, dont la moitié seront consacrés au logement social. La livraison des logements est prévue pour le second semestre de l'année 2017.
Pour s'être engagée à y construire la moitié de logements sociaux, la ville de Paris bénéficie, conformément à la loi du 18 janvier, d'un rabais de 24,5 millions d'euros. Elle paie au final 40 millions d'euros à l'Etat pour acquérir ce bien.

"Construire sur des terrains jusque-là inaccessibles"

Le gouvernement devrait à l'avenir être en mesure de maintenir un rythme important de cessions de foncier public, notamment grâce à France Domaine, le service de la direction générale des finances publiques qui est en charge de la mise en place de la politique immobilière de l'Etat. "Nous allons pouvoir aller bien plus vite, sur des terrains jusque-là inaccessibles", indiquait ainsi la ministre du logement Cécile Duflot, lors de l'annonce de la cession de la caserne militaire parisienne le mois dernier.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/08/2013 à 22:41 :
La vente du château de Versailles aux humanistes démocrates du Qatar ... c'est pour bientôt ????
Il restera la Tour Eiffel à leur vendre en dernier ressort .....
Réponse de le 27/08/2013 à 16:19 :
Mais non, ca rapporte...
a écrit le 14/08/2013 à 16:51 :
ha ca pour vendre le patrimoine francais gagné année apres année, c'est fait vite et onrempli les caisse pour vite dépensé. Par contre quand il s'agit de dégraisser les dépenses courantes, ya plus personne. consternant il continue la politique sarko sur ce point. Je trouve cela scandaleux de vendre notre bien publique. Arretez le massacre, reduisez votre train de vie l'etat, nous on se sert bien la ceinture quand on a moins d'argent on vie pas a credit.
a écrit le 14/08/2013 à 12:07 :
Ma foi, si c'est pour vendre tous les hôtels particuliers aménagés en logements de fonction pour hauts fonctionnaires dans le cadre de "nécessités de service" très discutables, pourquoi pas. A voir cependant à ne pas les vendre à n'importe quel quidam qui, sous couvert de travaux de "modernisation", mettraient le feu à des boiseries ou plafonds peints du XVème siècle...
a écrit le 14/08/2013 à 10:15 :
Moscovici et Hollande n'ont qu'à vendre les batiments de l'Assemblée Nationale et du Sénat ... pour en faire des hotels de tourisme ... les Parlementaires peuvent être réduits des 2 tiers et se réunirons dans une salle des fêtes comme le Crazy Orse ou le Moulin Rouge ... ça leur ira très bien à n'en pas douter.
Réponse de le 14/08/2013 à 12:18 :
encore d'autres propositions aussi pertinentes ?
a écrit le 14/08/2013 à 9:12 :
cette affaire va suivre le schéma habituel : l'état offre des terrains à des groupes BTP qui réalisent des marges importantes pour vendre des logements à des investisseurs. Les usagers, eux, n'auront pas les moyens d'acheter ces biens et seront contraints de rester locataires à des prix élevés. L'état les soutiendra avec des allocations logement qui iront rembourser les emprunts des investisseurs. Dans le même temps, le gouvernement continue à confondre investissement et exploitation: il vend du patrimoine pour financer de l'exploitation... une entreprise ou un particulier qui adopte ce comportement ne va pas très loin.
a écrit le 14/08/2013 à 7:11 :
Moi President je vendrai Bercy ;)
a écrit le 13/08/2013 à 22:52 :
A quand la vente de son patrimoine intellectuel : "S'il y avait un impôt sur la connerie, l'état s'autofinancerait"
Réponse de le 14/08/2013 à 8:09 :
Hollande et sa clique finiraient sous les ponts !
a écrit le 13/08/2013 à 21:33 :
Suggestion de saison : vendre Bregancon et la Lanterne !!
a écrit le 13/08/2013 à 18:43 :
C'est malheureusement une braderie du patrimoine des Français : exemple, rabais à la Ville de Paris. Tout cet inventaire de biens superflus doit etre méthodiquement et strictement vendu au prix du marché, voir du mieux disant dans certains cas. Consternant aussi de constater que seulement 30% de ces rentrées, "qui ne rentreront pas deux fois", ne sont affectées au désendettement : la nature de ces recettes, devrait les destiner à 100% au désendettement. Mais le plus gros gisement de désendettement est oublié, pour des raisons strictement politiques et électorales : "Moi Président, Je", n'a Absolument aucun souci de La France et des Français, ni meme d'une chomeuse désespérée qui tente d'interpeller son indifférence ostentatoire. Il a une seule et unique obsession, et un seul objectif : sa réélection dans moins de 4ans. Le plus Gros et Sérieux gisement de désendettement, d'assainissement, sera donc Ignoré. c'est l'énorme supplément Français de Dépenses Publiques en pourcentage du P.I.B Annuel, par rapport, à la moyenne de l'O.C.D.E, par rapport à l'Europe, par rapport à l'Allemagne +10 points : à hauteur du P.I.B Français annuel, il s'agit d'un gaspillage de 200 milliards d'euros par an, à rendre pour moitié, aux entreprises en choc de compétitivité (baisse des charges et impots) relançant ainsi l'exportation, l'emploi, l'investissement, et par voie de conséquence l'économie globale, et donc ainsi les recettes fiscales émanant d'une telle et saine relance. L'autre moitié, de ces 200milliards de gaspillage rendue ménages, par baisse de la C.S.G et de tous les impots et taxes(excepté le taux de T.V.A à 19.6% qui taxe Aussi, les importations) en privilégiant la baisse des impots et taxes qui favorisent les investissements des ménages, et l'emploi de personnel ou d'aide à domicile. Un retour de La France à un taux de dépenses publiques, se situant dans la moyenne : à 200 milliards d'euros de moins par an, relancera la confiance de tous les investisseurs en La France : Etrangers, Entreprises, Particuliers, et donc produira un cercle vertueux créateur lui meme, ainsi, de richesses, donc de désendettement et de charges et d'impots en moins, grace à des recettes fiscales en plus découlant de cet assainissement : moins de dépenses publiques, c'est moins d'impots et charges, c'est donc plus de dynamisme économique, et donc beaucoup plus d'impots à rentrer dans les caisses, et donc des impots à baisser qui dynamisent l'investissement et l'emploi. Des signaux forts d'exemplarité doivent dans le meme temps etre donnés aux Français : Réduire de moitié le nombre de Parlementaires : 289 députés, et 175 sénateurs seraient largement suffisant pour représenter les territoires, et pour légiférer, ne pas baisser leur rémunération : le travail en Commission ou en circonscription est Intense et très important, pendant que l'hémicycle est presque vide. Mais aligner la retraite, et la sécu des parlementaires, sur le régime général. Réduire à 4ans (comme au U.S.A et en Allemagne) le Mandat du Président, et de meme pour les Parlementaires. Supprimer les Conseillers Régionaux, élus impersonnellement sur liste, siègeant à l'Hotel de Région, et remplacés par les Conseillers Généraux actuels élus sur leur nom, leurs mérites, leur compétence, par leur Canton : donc proches de leurs concitoyens et du réel. Siègeant à l'Hotel de Région, l'Hotel de Département est supprimé, et son budget fusionne avec celui de la Région : moins de gaspillages, de doublons, moins d'impots, plus d'efficacité. Le Département subsiste avec ses préfectures, et les sous-préfectures supprimées. Le Conseil Economique et Social, Parlement de copains et de copines, nommés par copains et copines du pouvoir, et comptant 233membres, supprimé. Le Président Premier Ministre, et Ministres, Doivent Enfin comme tout Français, Payer leurs Frais de Bouche et ceux de leur Famille et Invités Privés, en déduction de leur salaire. Recevant leur Propre Parti ou Coalition au pouvoir : Déjeuners Hebdomadaires facturés à leur Parti. Leurs vêtements, Blanchisserie, Pressing, Coiffure doivent également etre payés par eux memes, comme tout Français doit le payer avec son salaire. La concubine du Président Valérie Massonnneau (non divorcée de Monsieur Trierveller) est habillée par un grand couturier de son choix, aux frais de l'Elysée : qu'il s'agisse de concubine, d'épouse, ou de Président lui meme, ou de Ministre : Tous les Vêtements, Coiffure, Pressing, Frais de Bouche, doivent etre ENFIN déduits du Salaire. De meme que s'agissant des déplacements Privés : le cout Kilométrique fiscal de la catégorie de véhicule occupé, doit etre déduit du salaire. Le contribuable payant évidemment les charges liées à la Sécurité.
Le Français se prive pour ses vacances, quand il peut s'en Payer Lui-Même : Le Président doit payer une Participation Locative, pour La Lanterne à Versailles, ou Brégançon, et y payer l'intégralité de ses Frais de Bouche et ceux de ses Invités privés,et frais de Blanchisserie. Le logement de Fonction du Président, 1er Ministre, et Ministres doivent etre Fiscalisés. Le Président, le 1er Ministre, et Ministres, doivent payer eux-memes leurs frais privés, et etre fiscalisés sur tous les avantages en nature, comme Tout Français "Normal" : puisque ce mot est de rigueur, qu'il soit aussi de pratique réelle et concrète. Enfin, les retraites étant d'actualité : en 10 ans, l'alignement Public-Privé doit etre réalisé progressivement : à raison d'un effort de 2ans et Demi par an, tous verront leur retraite non pas pour certains calculés sur les six derniers mois de salaire, gonflés, par une montée fictive d'échelon la dernière année, mais sur les 25 meilleures années.
Réponse de le 14/08/2013 à 12:20 :
et un président de la république francaise doit aller en vacances au camping du grau du roi c'est ca ?? mais qu 'est ce qu'on peut lire comme âneries ....consternant
a écrit le 13/08/2013 à 18:42 :
C'est malheureusement une braderie du patrimoine des Français : exemple, rabais à la Ville de Paris. Tout cet inventaire de biens superflus doit etre méthodiquement et strictement vendu au prix du marché, voir du mieux disant dans certains cas. Consternant aussi de constater que seulement 30% de ces rentrées, "qui ne rentreront pas deux fois", ne sont affectées au désendettement : la nature de ces recettes, devrait les destiner à 100% au désendettement. Mais le plus gros gisement de désendettement est oublié, pour des raisons strictement politiques et électorales : "Moi Président, Je", n'a Absolument aucun souci de La France et des Français, ni meme d'une chomeuse désespérée qui tente d'interpeller son indifférence ostentatoire. Il a une seule et unique obsession, et un seul objectif : sa réélection dans moins de 4ans. Le plus Gros et Sérieux gisement de désendettement, d'assainissement, sera donc Ignoré. c'est l'énorme supplément Français de Dépenses Publiques en pourcentage du P.I.B Annuel, par rapport, à la moyenne de l'O.C.D.E, par rapport à l'Europe, par rapport à l'Allemagne +10 points : à hauteur du P.I.B Français annuel, il s'agit d'un gaspillage de 200 milliards d'euros par an, à rendre pour moitié, aux entreprises en choc de compétitivité (baisse des charges et impots) relançant ainsi l'exportation, l'emploi, l'investissement, et par voie de conséquence l'économie globale, et donc ainsi les recettes fiscales émanant d'une telle et saine relance. L'autre moitié, de ces 200milliards de gaspillage rendue ménages, par baisse de la C.S.G et de tous les impots et taxes(excepté le taux de T.V.A à 19.6% qui taxe Aussi, les importations) en privilégiant la baisse des impots et taxes qui favorisent les investissements des ménages, et l'emploi de personnel ou d'aide à domicile. Un retour de La France à un taux de dépenses publiques, se situant dans la moyenne : à 200 milliards d'euros de moins par an, relancera la confiance de tous les investisseurs en La France : Etrangers, Entreprises, Particuliers, et donc produira un cercle vertueux créateur lui meme, ainsi, de richesses, donc de désendettement et de charges et d'impots en moins, grace à des recettes fiscales en plus découlant de cet assainissement : moins de dépenses publiques, c'est moins d'impots et charges, c'est donc plus de dynamisme économique, et donc beaucoup plus d'impots à rentrer dans les caisses, et donc des impots à baisser qui dynamisent l'investissement et l'emploi. Des signaux forts d'exemplarité doivent dans le meme temps etre donnés aux Français : Réduire de moitié le nombre de Parlementaires : 289 députés, et 175 sénateurs seraient largement suffisant pour représenter les territoires, et pour légiférer, ne pas baisser leur rémunération : le travail en Commission ou en circonscription est Intense et très important, pendant que l'hémicycle est presque vide. Mais aligner la retraite, et la sécu des parlementaires, sur le régime général. Réduire à 4ans (comme au U.S.A et en Allemagne) le Mandat du Président, et de meme pour les Parlementaires. Supprimer les Conseillers Régionaux, élus impersonnellement sur liste, siègeant à l'Hotel de Région, et remplacés par les Conseillers Généraux actuels élus sur leur nom, leurs mérites, leur compétence, par leur Canton : donc proches de leurs concitoyens et du réel. Siègeant à l'Hotel de Région, l'Hotel de Département est supprimé, et son budget fusionne avec celui de la Région : moins de gaspillages, de doublons, moins d'impots, plus d'efficacité. Le Département subsiste avec ses préfectures, et les sous-préfectures supprimées. Le Conseil Economique et Social, Parlement de copains et de copines, nommés par copains et copines du pouvoir, et comptant 233membres, supprimé. Le Président Premier Ministre, et Ministres, Doivent Enfin comme tout Français, Payer leurs Frais de Bouche et ceux de leur Famille et Invités Privés, en déduction de leur salaire. Recevant leur Propre Parti ou Coalition au pouvoir : Déjeuners Hebdomadaires facturés à leur Parti. Leurs vêtements, Blanchisserie, Pressing, Coiffure doivent également etre payés par eux memes, comme tout Français doit le payer avec son salaire. La concubine du Président Valérie Massonnneau (non divorcée de Monsieur Trierveller) est habillée par un grand couturier de son choix, aux frais de l'Elysée : qu'il s'agisse de concubine, d'épouse, ou de Président lui meme, ou de Ministre : Tous les Vêtements, Coiffure, Pressing, Frais de Bouche, doivent etre ENFIN déduits du Salaire. De meme que s'agissant des déplacements Privés : le cout Kilométrique fiscal de la catégorie de
a écrit le 13/08/2013 à 18:41 :
C'est malheureusement une braderie du patrimoine des Français : exemple, rabais à la Ville de Paris. Tout cet inventaire de biens superflus doit etre méthodiquement et strictement vendu au prix du marché, voir du mieux disant dans certains cas. Consternant aussi de constater que seulement 30% de ces rentrées, "qui ne rentreront pas deux fois", ne sont affectées au désendettement : la nature de ces recettes, devrait les destiner à 100% au désendettement. Mais le plus gros gisement de désendettement est oublié, pour des raisons strictement politiques et électorales : "Moi Président, Je", n'a Absolument aucun souci de La France et des Français, ni meme d'une chomeuse désespérée qui tente d'interpeller son indifférence ostentatoire. Il a une seule et unique obsession, et un seul objectif : sa réélection dans moins de 4ans. Le plus Gros et Sérieux gisement de désendettement, d'assainissement, sera donc Ignoré. c'est l'énorme supplément Français de Dépenses Publiques en pourcentage du P.I.B Annuel, par rapport, à la moyenne de l'O.C.D.E, par rapport à l'Europe, par rapport à l'Allemagne +10 points : à hauteur du P.I.B Français annuel, il s'agit d'un gaspillage de 200 milliards d'euros par an, à rendre pour moitié, aux entreprises en choc de compétitivité (baisse des charges et impots) relançant ainsi l'exportation, l'emploi, l'investissement, et par voie de conséquence l'économie globale, et donc ainsi les recettes fiscales émanant d'une telle et saine relance. L'autre moitié, de ces 200milliards de gaspillage rendue ménages, par baisse de la C.S.G et de tous les impots et taxes(excepté le taux de T.V.A à 19.6% qui taxe Aussi, les importations) en privilégiant la baisse des impots et taxes qui favorisent les investissements des ménages, et l'emploi de personnel ou d'aide à domicile. Un retour de La France à un taux de dépenses publiques, se situant dans la moyenne : à 200 milliards d'euros de moins par an, relancera la confiance de tous les investisseurs en La France : Etrangers, Entreprises, Particuliers, et donc produira un cercle vertueux créateur lui meme, ainsi, de richesses, donc de désendettement et de charges et d'impots en moins, grace à des recettes fiscales en plus découlant de cet assainissement : moins de dépenses publiques, c'est moins d'impots et charges, c'est donc plus de dynamisme économique, et donc beaucoup plus d'impots à rentrer dans les caisses, et donc des impots à baisser qui dynamisent l'investissement et l'emploi. Des signaux forts d'exemplarité doivent dans le meme temps etre donnés aux Français : Réduire de moitié le nombre de Parlementaires : 289 députés, et 175 sénateurs seraient largement suffisant pour représenter les territoires, et pour légiférer, ne pas baisser leur rémunération : le travail en Commission ou en circonscription est Intense et très important, pendant que l'hémicycle est presque vide. Mais aligner la retraite, et la sécu des parlementaires, sur le régime général. Réduire à 4ans (comme au U.S.A et en Allemagne) le Mandat du Président, et de meme pour les Parlementaires. Supprimer les Conseillers Régionaux, élus impersonnellement sur liste, siègeant à l'Hotel de Région, et remplacés par les Conseillers Généraux actuels élus sur leur nom, leurs mérites, leur compétence, par leur Canton : donc proches de leurs concitoyens et du réel. Siègeant à l'Hotel de Région, l'Hotel de Département est supprimé, et son budget fusionne avec celui de la Région : moins de gaspillages, de doublons, moins d'impots, plus d'efficacité. Le Département subsiste avec ses préfectures, et les sous-préfectures supprimées. Le Conseil Economique et Social, Parlement de copains et de copines, nommés par copains et copines du pouvoir, et comptant 233membres, supprimé. Le Président Premier Ministre, et Ministres, Doivent Enfin comme tout Français, Payer leurs Frais de Bouche et ceux de leur Famille et Invités Privés, en déduction de leur salaire. Recevant leur Propre Parti ou Coalition au pouvoir : Déjeuners Hebdomadaires facturés à leur Parti. Leurs vêtements, Blanchisserie, Pressing, Coiffure doivent également etre payés par eux memes, comme tout Français doit le payer avec son salaire. La concubine du Président Valérie Massonnneau (non divorcée de Monsieur Trierveller) est habillée par un grand couturier de son choix, aux frais de l'Elysée : qu'il s'agisse de concubine, d'épouse, ou de Président lui meme, ou de Ministre : Tous les Vêtements, Coiffure, Pressing, Frais de Bouche, doivent etre ENFIN déduits du Salaire. De meme que s'agissant des déplacements Privés : le cout Kilométrique fiscal de la catégorie de
a écrit le 13/08/2013 à 18:08 :
Comme le dit si bien une expression auvergnate : "Qui mange son capital Prend le chemin de l'hôpital". Moscovici devrait la méditer....
a écrit le 13/08/2013 à 17:53 :
A quand la vente de ce gigantesque building du ministère des finances? On se demande pourquoi ils ont besoin d'autant d'espace, qui plus est dans Paris. Réduisons les fonctions attribuées à l'état, cela réduira automatiquement le nombre de fonctionnaires et par voie de conséquence le besoin de bureaux administratifs.
a écrit le 13/08/2013 à 17:33 :
Depuis la loi n°73-7 du 3 janvier 1973, l?Etat ne peut présenter ses effets a la Banque de France, en d?autres termes de lui faire financer sa dette. Cette loi, renforcée ensuite par les traites européens, oblige l'Etat a souscrire ses emprunts auprès des banques privées qui empochent le différentiel de taux avec leurs propres emprunts auprès de la BCE. C'est véritablement un cadeau fait aux banques privées qui ont ainsi obtenu le monopole de l?endettement de l?Etat.

La France a en 2011 une dette de plus 1 800 milliards d?euros. La France a déjà payé plus de 1 400 milliards d?euros d'intérêts à ses créanciers depuis quarante ans. Ses créanciers sont à 65 % étrangers et en grande partie des banques privées et des marchés financiers.

Et comme par hasard la France d'avant 2013 n'était pas endettée.
Réponse de le 13/08/2013 à 17:58 :
Et comme par hasard, le champ d'intervention de l'Etat était beaucoup moindre. Mais ceci vous a manifestement échappé ?
Réponse de le 13/08/2013 à 18:09 :
@Seee
Ca n'a pas grand-chose à voir avec le sujet, mais c'est une réalité qu'il est bon de rappeler.
La dette n'existe pas, les intérêts empochés par les banquiers depuis 40 ans en sont le fondement.Un grand merci à la famille Pompidou/Rotschild. Notons que les 4OO milliards de différentiel sont l'héritage de $arkozy de Nagy Bocsa...
Réponse de le 13/08/2013 à 18:50 :
Ah bon ? Mais ne vous leurrez pas, la Banque de France prêtait déjà avec des intérêts avant la loi de 1973 à l'Etat. Le reste n'est que pur délire gauchiste et gauchisant.
a écrit le 13/08/2013 à 17:23 :
C'est la débacle. La fuite en avant mais que va t'on trouver.....
a écrit le 13/08/2013 à 16:21 :
A vendre, magnifique résidence présidentielle à proximité du Lavandou, vue sur la mer...
a écrit le 13/08/2013 à 16:14 :
Un titre plus exact serait : "NOUS accélérons la cession d'un patrimoine immobilier devenu obsolète et inutile".
Et tant mieux si nous pouvons trouver des acheteurs. S'il pouvait en être de même pour le parc immobilier des collectivités et des administrations, ce serait mieux encore.
Réponse de le 13/08/2013 à 18:29 :
Vous avez raison, dilapider NOTRE patrimoine pour s'endetter toujours plus, c'est une excellente idée...
Réponse de le 13/08/2013 à 19:06 :
Pourquoi NOTRE patrimoine? Tout est à MOI, et à MOI SEUL! (Par contre, si la maintenance pouvait être assumée par les autres - VOUS, par exemple -, ça me conviendrait parfaitement...). Blague à part, que de simples tas de pierre ou de béton puissent susciter une telle fierté et une telle avidité reste surprenant...
a écrit le 13/08/2013 à 16:10 :
un seul mot :gabegie
a écrit le 13/08/2013 à 16:07 :
Il faut consacrer toutes sommes au désendettement et vite
Réponse de le 13/08/2013 à 16:30 :
On en est loin ! L'argent va servir à payer les dépenses courantes, ça permettra de différer les décisions difficiles à prendre et refiler le bébé au successeur...comme d'habitude (voir Jospin et le problème des retraites). Surtout ne pas toucher aux régimes spéciaux, ni aux fonctionnaires d'une manière générale, clientèles des syndicats (de gauche naturellement), ni aux rentes des parlementaires, ni à la déstratification administrative qui fait leur beurre. Le désendettement ? On verra plus tard.
Réponse de le 13/08/2013 à 16:48 :
CQFD Vous avez raison
Réponse de le 13/08/2013 à 18:02 :
@CQFD : remettre en cause la rente des parlementaires ? Mais le pauvre Guainot vient de dire que les députés étaient mal payés..... Faut les prendre en pitié, les pauvres... En un mot, il ne faut surtout pas y compter....
a écrit le 13/08/2013 à 15:56 :
L'Exemple même de la mauvaise gestion. On vend les bijoux de famille , on creuse les dettes, on continu de dépenser n'importe comment. Pendant ce temps là, on augmente sans cesse les impôts , on taxe et taxe encore. Résultat, pas de croissance et le chômage explose malgré les emplois aidés financés par les contribuables.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :