Les fonds étrangers à l'assaut de l'immobilier espagnol

 |   |  565  mots
Les investissements dans l'immobilier en Espagne ont doublé pour atteindre 4 milliards d'euros en 2013.
Les investissements dans l'immobilier en Espagne ont doublé pour atteindre 4 milliards d'euros en 2013. (Crédits : reuters.com)
Le regain d'intérêt des fonds d'investissements étrangers pour l'immobilier espagnol masque en réalité la crise immobilière profonde qui ronge toute une partie de la péninsule ibérique.

Après avoir fui l'explosion de la bulle immobilière en 2008 qui a précipité la crise, les fonds étrangers sont de nouveau attirés par l'immobilier espagnol, que ce soit par des édifices prestigieux, des magasins, des bureaux ou des appartements.

"Depuis l'été, il y a une fièvre des investissements en Espagne", affirme Jose Luis Ruiz, un consultant indépendant de vente immobilière. "Il y a des dizaines de fonds d'investissement de tous les grands pays, États-Unis, Allemagne et Grande-Bretagne, qui se concentrent sur l'Espagne".

4 milliards d'euros d'investissements en 2013

Les investissements dans l'immobilier en Espagne sont revenus aux niveaux d'avant-crise. En 2013, ils ont doublé pour atteindre quatre milliards d'euros, grâce aux investisseurs étrangers, selon un rapport de la société immobilière CBRE.
L'État espagnol n'y est pas étranger. Il a publié cette année une liste des 15.000 biens publics (27% de son patrimoine immobilier) qu'il compte vendre avant 2015 pour desserrer l'étreinte budgétaire. Grâce à ces cessions, Madrid espère ainsi engranger entre deux et trois milliards d'euros. Certaines collectivités locales (régions Catalogne, Madrid et Valence) lui ont même emboité le pas. Résultat, des fonds provenant principalement des États-Unis, du Royaume-Uni, de France, ainsi que de riches investisseurs privés d'Amérique latine, se frottent les mains.

Les classes moyennes marocaines acquièrent des maisons à Malaga

Du côté du secteur résidentiel, "il y a un grande nombre d'étrangers -- Français, Belges, Hollandais, Anglais, Allemands et dernièrement des Russes -- qui souhaitent posséder une maison ici pour leur retraite ou pour avoir une résidence secondaire", explique Mikel Marco-Gardoqui, directeur chargé des investissements étrangers de CBRE.

Les classes moyennes marocaines acquièrent elles des maisons à Malaga et "les Français achètent comme des fous sur la Costa Brava", renchérit Fernando Encinar, l'un des fondateurs d'Idealista, un site internet d'annonces immobilières en Espagne. Autre profil type, la "veuve russe" qui s'installe avec ses enfants pendant que le mari continue de travailler en Russie, ajoute-t-il.

Un redressement des ventes en trompe l'œil

Selon les chiffres du gouvernement, le nombre de maisons vendues en Espagne entre octobre 2012 et septembre 2013 a ainsi augmenté de 1,4%. Ce redressement est brandi par ceux qui veulent voir une reprise en Espagne, sortie timidement de deux ans de récession au troisième trimestre.
Mais les professionnels du secteur restent prudents, car la situation financière des banques du pays reste très préoccupante, et les stocks de logements invendus sont toujours très élevés (635.000 unités fin 2012).
Malgré tout, les prix sur la période juillet-septembre se sont temporairement stabilisés.

"Les gens se demandent comment c'est possible" alors qu'on "a parallèlement des informations qui nous disent le contraire, comme le temps que va mettre le secteur bancaire pour se défaire de ses stocks", explique Carlos Ferrer-Bonsoms, le directeur à Madrid du groupe international Jones Lang LaSalle.

Les prix en baisse de 8% sur l'année

Globalement en 2013, les prix devraient tout de même chuter de 8%, selon l'agence de notation Standard & Poor's, après la dégringolade de 10,5% de 2012.

"Vu l'état de l'Espagne, les investissements étrangers sont notre seul salut. Car il semble très difficile que nous puissions nous en sortir par nous-même", estime Jose Luis Ruiz.

 L'Espagne n'a semble-t-il pas fini de purger sa peine.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/12/2013 à 6:20 :
donc les banquiers américains rendent les espagnols misérables et ensuite viennent acheter leurs immeubles pour une bouchée de pain ??? ça sent l'arnaque.
a écrit le 27/12/2013 à 16:33 :
il faut avoir envie de vivre en espagne ,comme en tunisie ou au maroc ....!
Réponse de le 31/01/2014 à 10:52 :
J'ai une résidence à PENISCOLA en Espagne, je suis très bien en France mais la vie là-bas est toute aussi agréable sinon meilleure. Ce n'est pas l'Afrique. L'Espagne est aujourd'hui un pays aussi avancé que la France, il n'y a qu'à voir les constructions à partir des années 2000 qui en termes de qualité sont globalement meilleures que celle de la France.
a écrit le 27/12/2013 à 15:50 :
La question à poser c'est quel est le vrai prix de l'immobilier ! pour de l'économique EUR 500 le m2, du standing EUR 1'000 le m2, du luxe EUR 2'000 le m2 ???
Remarque : une villa de 150 m2 qui était vendue il y a peu pour EUR 1'500'000 alors que son coût de construction était de EUR 300'000 doit encore baisser jusqu'à ce prix ! au-dessus, l'acheteur se fait tout simplement arnaqué ! et c'est aussi valable pour l'immobilier en France !!!
Réponse de le 27/12/2013 à 16:54 :
Quel raisonnement primaire...avec ces arguments il n'y aurait plus de métier de l'immobilier. Ah quoi bon construire si c'est pour revendre au prix "de revient".
Même si je suis d'accord la spéculation à outrance ça n'est pas bon.
Réponse de le 28/12/2013 à 7:56 :
Non il a raison, ça s'appelle un juste prix, sinon c'est de la spéculation, et il reste plus d'un million de logements invendus en espagne, c'est parti pour 10 ans de baisse....minimum!
a écrit le 27/12/2013 à 11:32 :
Les charognards viennent acheter à prix bradés des constructions payées au prix fort par les citoyens espagnols. La curée, c'est maintenant.
a écrit le 26/12/2013 à 21:20 :
-40% aux Etats Unis, il y a encore de la marge, fin 2014/2015 devrait etre le point bas ...
Réponse de le 27/12/2013 à 10:47 :
m^me chose en Espagne, l'article ne parle que des baisses 2012/2013... hors ça s'est écroulé avant d'au moins 30%

je connais même un fond fermé allemand qui a acheté des villas d'exception à 30% de leur valeur en 2009/2010
Réponse de le 28/12/2013 à 15:29 :
Bientôt la chute en France? En 2014?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :