Immobilier : les prix augmentent-ils en 2015 ?

 |   |  442  mots
Les taux d'intérêt bas favorisent la hausse des prix de l'immobilier en France.
Les taux d'intérêt bas favorisent la hausse des prix de l'immobilier en France. (Crédits : Flickr/Images Money. CC License by.)
Les notaires prévoient un hausse des prix de l'immobilier dans l'ancien en 2015, pour la première fois depuis 2011.

Il se pourrait que les prix du marché de l'immobilier ancien français terminent l'année en légère hausse. En effet, les notaires de France prévoient que de janvier 2015 à janvier 2016, les prix augmentent de 0,2 % pour les appartements, et de 1,1 % pour les maisons.

Cette évolution est intéressante car les prix de l'immobilier ancien étaient en baisse ces dernières années. Alors qu'ils avaient atteint des niveaux records en 2011, ils ont ensuite amorcé une correction durant trois ans. Certes toujours à des niveaux très élevés par rapport aux revenus des ménages dans les zones tendues, ils ont globalement baissé de 2,2 % en 2014, après des reculs d'1,7 % en 2013 et en 2012, d'après le baromètre Notaire-Insee.

Les prix devraient pourtant baisser

En théorie, ces baisses de prix auraient pourtant dû se poursuivre en 2015, tant la hausse des prix durant les années 2000 fut déconnectée des revenus des ménages.Plusieurs économistes estimaient qu'à ce rythme de baisse, il faudrait encore attendre quelques années, jusqu'à 2017 ou 2018, pour que la capacité d'achat immobilière des ménages revienne au même niveau qu'en 1998, date du début de la folle croissance des prix de l'immobilier en France.

Baisse des taux de crédits

Mais la baisse imprévue des taux d'intérêt des crédits immobiliers, qui ont atteint en mai 2,01 % en moyenne, conjuguée à la baisse des prix et à un regain de confiance sur le marché de l'immobilier, a permis de doper à nouveau le marché.

Selon les notaires, les transactions dans l'ancien seront ainsi en hausse de 4,2 % en 2015 par rapport à l'année précédente. Or, sans une augmentation significative de l'offre, les prix ne peuvent que reprendre leur hausse. Ces trois derniers mois notamment, les prix ont augmenté de 0,4 % dans l'ancien en France.

La part des acheteurs de moins de 30 ans reste stable

Et ce sont les ménages âgés d'entre 30 et 60 ans qui semblent tirer les transactions immobilières à la hausse. Ils constituent, du reste, la classe d'âge la plus plus aisée en France. Beaucoup d'entre eux avaient reporté leur projet d'achat et considèrent désormais que la conjoncture est à nouveau porteuse. A l'inverse, à en croire les notaires, la part des acquéreurs qui ont moins 30 ans reste stable, tout comme celle des plus de 60 ans.

Pas de quoi, donc, amorcer un reprise significative du marché de l'immobilier ancien. A moins que les mesures récentes annoncées par François Hollande pour l'immobilier -élargissement du PTZ dans le neuf, et dans l'ancien sous conditions de travaux- créent un choc positif sur les transactions immobilières.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/12/2015 à 13:03 :
Ce que ne dit pas l'article -afin de mieux manipuler- c'est que l'offre explose (les mises en vente), face à un nombre d'acheteurs en diminution. Alors c'est présenté comme si tout allait bien, mais la dure réalité est la suivante: lorsque il y a moins de [2 à 3] acheteurs par vendeur, les prix diminuent. Or en France, il y a 0,4 acheteurs par vendeur.

Le mythe des Quataris qui viendraient à Paris acheter tous les studios et F2 pour maintenir les prix est ridicule - même si j'en ai entendu, des agents immo, tenter cet argumentaire à la con.

Non, la réalité est toute simple. La bulle immobilière n'est plus soutenue et va éclater. Toutes les presses du monde s'accordent à dire que les prix immo français sont énormément surévalués (de 30 à 65% selon les sources) - sauf la presse française, cela va sans dire.
a écrit le 09/12/2015 à 9:47 :
Sur Nantes par exemple, c'est inabordable pour les primo accédants, une baisse ne suffirai pas, il faudrait un effondrement radical des prix
a écrit le 09/12/2015 à 8:26 :
Il ne s'agit pas ici de donner un avis, il s'agit de chiffres notariaux, pas de l'agence Immo du coin. Quoi qu'en disent certains, les transactions dans l'ancien vont approcher les 800 000 cette année et le rebond est bien là (on ne parle pas de renégociation de crédits mais de biens qui ont changé de main). Quoi qu'en disent certains les français sont les champions de l'épargne et la demande solvable est bien là (rien que l'épargne sur l'assurance vie représente la totalité de la dette française soit 1700 milliards d'euros). Les chiffres, seulement les chiffres!
a écrit le 09/12/2015 à 2:07 :
Ca doit être une blague... En agence à Paris, les prix tombent - location ET vente. Rien ne se vend ni se loue sans trouver un client forcé - travail/mutation/naissance... On organise les visites dans une plage de temps très restreinte pour faire croire qu'il y a du monde et entretenir l'illusion que les prix ne sont pas négociables mais je vous assure qu'on ne voit pas votre augmentation dans la vie réelle...
a écrit le 08/12/2015 à 20:34 :
retrouver le pouvoir d'achat de 1998 alors qu'entre temps les prix ont fait *2.5 ou *3 !!!!!
les salaires ont pris 60%, ca vient d'ou le reste? les taux?
arretez de prendre les gens pour des jambons! oui, le banquier va preter a 2% a qqun qui fait un apport de 60% ( des fois que ca derouille quand meme) ou a suffisamment d'apparts a mettre en caution ( bonjour la gestion des hypotheques!!) , qui est tres solvable par son salaire et la qualite de son boulot, etc....
bref, ca se compte sur les doigts de la main
pour le vulgus pecus, le marche est surevalue de 30%, alors sauf a avoir 2 baisses entre 10 et 15% en 2016 et 2017, on ne voit pas comment en 2018 les gens auront un pouvoir d'achat de 1998!
Réponse de le 10/12/2015 à 7:58 :
@churchill: il n empêche qu il y a eu 753 000 transactions dans l ancien entre octobre 2014 et octobre 2015 + environ 350 000 achats dans le neuf .Il n empêche qu il n y a aucune baisse significative des prix depuis déjà 7 ans en province voir augmentation importante dans des villes comme bordeaux ou lille . Il n empêche qu il n y a plus d aide fiscale aux investisseurs : 30 000 duflot ou pinel ce sont des queues de cerise ( 3% des transations) . La seule chose qui baisse est le nombre de gens comme vous qui prévoyaient une explosion de la bulle immobilière : Vous même avez divisé votre chiffre par 2 ( vous écriviez qu il fallait une baisse de 60 % il y a quelques annees, aujourd hui 30%). Comme vous je souhaite une correction des prix alors continuez à le faire rêver : un studio à paris a 3500e/m2 ! . La france est le paradis social du monde (source OCDE) , l immobilier est le plus taxé du monde : 33 taxes et hasard la CAF distribue 33 aides diverses pour plus de la moitié des français et tant mieux .. La france est championne du monde des normes , le pays des 1000 lois comme nous surnomment les chinois , pensez vous sérieusement me trouver un studio à 100 000 euros de 30 m2 dans paris dans 2 ans ? J ai un doute .
a écrit le 08/12/2015 à 18:39 :
"Il se pourrait que les prix de l'immobilier ancien français terminent l'année en légère hausse" de l'ordre de 0.2%. Il s'agit donc de 2015.
a écrit le 08/12/2015 à 17:00 :
Rhâ, pitié : corrigez vite cette faute dans ce titre !
a écrit le 08/12/2015 à 16:19 :
On doit parler de 2016... les prix vont baisser de 3% en moyenne.
Réponse de le 08/12/2015 à 19:57 :
Et comme vous lisez dans le marc de café, vous pouvez me faire une consultation astrologique ;-)
Réponse de le 09/12/2015 à 8:19 :
Pas besoin d être Mme soleil pour prévoir une baisse de l'immo.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :