Immobilier  : vers une vraie reprise de la construction  ?

Les chiffres des mises en chantier et des permis de construire sont en forte hausse ces derniers mois, selon le ministère du logement. Signe d’une reprise pérenne du secteur de la construction?
Mathias Thépot

4 mn

Le nombre de permis de construire est en forte hausse.
Le nombre de permis de construire est en forte hausse. (Crédits : © Regis Duvignau / Reuters)

De plus en plus d'autorisations pour construire des logements sont délivrées. C'est une excellente nouvelle pour le secteur de la construction qui souffre depuis le premier semestre 2012, période à laquelle les mises en chantier de logements ont commencé à chuter.

Ainsi entre novembre et janvier, les permis de construire accordés pour des logements neufs - qui représentent en théorie les mises en chantier de demain - ont bondi de 16,6 % sur un an à 100.100 unités, indique le ministère du Logement. Et sur la période de douze mois achevée fin janvier, les permis de construire ont progressé de 3,7 % par rapport aux douze mois précédents mois, à 386.200 unités.

Bonne nouvelle pour les promoteurs

Parmi les branches du secteur, c'est celle des logements collectifs qui bénéficie le plus de cette reprise. Cumulé sur douze mois, le nombre de logements collectifs autorisés augmente en effet de 6,3 % à 197.200 unités. Ce rebond est donc une excellente nouvelle pour les promoteurs immobiliers, spécialistes du logement collectif, à une période où ils s'inquiètent du fait que la croissance de leurs mises en vente (+6,3 % en 2015) ne suive pas celle de leurs ventes (+13,6 %). Ce qui concrètement signifie que leur offre commerciale est en train de se réduire, au risque à terme de provoquer une situation de pénurie d'offres, et donc une hausse des prix du neuf.

Des problèmes de délais

Or, selon la profession, ce décalage entre la production et les ventes de logements neufs est la résultante de la lenteur du processus de production. Celui-ci souffrirait des délais trop longs d'instruction de permis de construire, et des recours abusifs de riverains qui bloqueraient aujourd'hui le lancement d'environ 30.000 mises en chantier de logements. En ce début d'année, la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI) a donc demandé au gouvernement de légiférer sur ces délais de traitement des recours, en imposant à la justice un délai de 4 mois en première instance et de 6 mois en appel, soit au total 10 mois. Une durée suffisante, selon la FPI, pour que les opérations soient encore commercialisables une fois le recours purgé. Dans ce contexte, les chiffres très positifs concernant les permis de construire tombent à point nommé.

Les voyants sont au vert

Car pour le reste, tous les voyants sont au vert. Effectivement, le très bas niveau des taux d'intérêt des crédits immobiliers, la stabilité des prix (+0,8% en 2015), la légère amélioration du contexte économique (+1,1% de croissance en 2015 en France), et le très attractif dispositif d'aide fiscale à l'investissement locatif, nommé Pinel, participent au net regain d'activité de la profession.

Certes, les effets de la crise des trois dernières années n'ont pas été encore purgés, ce qui tempère la hausse récente des mises en chantier de logements : entre novembre et janvier, elles sont en hausse de « seulement » 0,9% sur un an à 95.100 unités, et de 2% sur les douze mois achevés à 349.400 unités. Mais au regard de l'environnement positif qui entoure le secteur, une hausse supérieure de ces chiffres semble inéluctable.

L'accession, le sujet majeur

Ce sera en fait le secteur de l'accession qui déterminera l'ampleur de la reprise. Et si les prix de l'immobilier restent encore trop élevés pour une partie de la demande, il est à prévoir une forte hausse des ventes en accession lors de ce premier trimestre, puisque le nouveau PTZ élargi dans le neuf s'applique depuis le 1er janvier. Cette mesure prise en fin d'année dernière est d'ailleurs le symbole du virage opéré par le président de la République, qui axe désormais sa politique du logement sur l'accession à la propriété et non plus sur l'accès au logement pour tous, comme c'était le cas lors de la première partie de son mandat.

Encore loin des 500.000 logements construits par an

Il a, il faut dire, beaucoup de retard sur son engagement symbolique de construire 500.000 logements par an. L'année passée, un peu plus de 350.000 logements ont été mis en chantier. L'exécutif met donc les bouchées doubles pour faire construire plus et créer de l'emploi dans le secteur du bâtiment avant mi 2017.

Toutefois, au regard du chemin qui reste à parcourir pour atteindre 500.000 logements mis en chantier, il faudrait désormais plus qu'un miracle pour que la promesse de campagne du chef de l'État soit in fine tenue.

Mathias Thépot

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 27
à écrit le 29/02/2016 à 11:32
Signaler
Les prix ont fortement augmenté dans le passé, notamment entre 2000 et 2007. Lorsque les banques ont doublé leur nombre de crédits et (EN PLUS) ont doublé les sommes prêtées. Les prix immobilier ont triplé dans cette période, sortant du couloir de Fr...

le 29/02/2016 à 17:03
Signaler
@batman : parfait de vous référer aux courbes de friggit mais les lire sans désinformer : les prix ont augmenté de 70 % maximum en province et 250 % à paris qui est n est pas représentatif de la France et qui comme beaucoup de métropoles du monde vo...

le 03/03/2016 à 8:33
Signaler
1/ les prix dans les années 2000 étaient déjà élevés. Le crach immobilier a eu lieu au début des années 90 et n'avait rien à voir avec un problème de solvabilité des ménages (arrêtez avec iti et Friggit car cela n'influe pas sur le marché). 2/ les pr...

à écrit le 29/02/2016 à 2:02
Signaler
"Celui-ci souffrirait [...], et des recours abusifs de riverains", on aimerait bien déjà que les recours légitimes contre la violation de la législation et des PLU soient pris en compte. Si les permis de construire n'étaient pas accordés selon les re...

à écrit le 28/02/2016 à 21:12
Signaler
Seule Devise Valable sur le Littoral de la Côte Azur : "toujours plus de Bétonnage". Bientôt on ira plus vite à pieds pour se rendre d'une ville à une autre plutôt que d'utiliser sa voiture.

à écrit le 28/02/2016 à 20:44
Signaler
Le pouvoir d'achat en berne, j'ai du mal à le constater sur la Côte Azur. Ici nous allons disposer de Centre Commerciaux Grandioses... C'est quoi un riche pour vous ? Obtenir un prêt c'est facile sur la côte vous savez. Chez nous les maisons q...

le 29/02/2016 à 2:03
Signaler
pas de soucis en IDF non plus, nous allons bientôt avoir une magnifique piste de ski à la place de terres agricoles.

le 29/02/2016 à 9:19
Signaler
sous chaque commentaire il y a une option "répondre" qui permet donc de répondre au commentaire qui vous sied, ne faites pas le timide je ne vous mangerais pas vous savez, je suis pacifiste depuis longtemps maintenant. "Le pouvoir d'achat en bern...

à écrit le 28/02/2016 à 18:54
Signaler
Avec un pouvoir d'achat des ménages en berne en permanence on voit mal comment ils vont pouvoir obliger les gens qui n'ont pas d'argent à acheter des maisons c'est un fait sachant qu'en plus les banquiers ne prêtent qu'aux riches cela relève de la ch...

à écrit le 28/02/2016 à 14:19
Signaler
Argenteuil!!!! Voila une ville éligible au Grand Paris,ex T5 Boucle nord de seine,qui a une énorme disponibilité en terrains constructibles,et qui se refuse dixit la municipalité à bétonner.. Et pourtant,des primo accédants avec un prix m2 de 3500 ...

à écrit le 28/02/2016 à 12:20
Signaler
À Churchill : Tout à fait emphase avec vos commentaires ! On verra le marché immobilier lorsqu il y a une bulle artificielle et la lévitation du prix au m2 On va bien rire ce jour là

le 28/02/2016 à 13:07
Signaler
Veuillez excuser Churchill, il est "pragmatique"...

à écrit le 28/02/2016 à 11:11
Signaler
Une question Qui acheté avec 5 millions de chômeurs ?

le 28/02/2016 à 12:02
Signaler
Réponse: de jeunes trentenaires qui s'endettent sur 30 ans, certes pour des crédits à taux bas mais pour un marché qui pourra difficilement monter plus haut en globalité. Avec la propagande du lobby immo francais (achetez c'est le moment!!!) en toil...

le 28/02/2016 à 12:04
Signaler
la classe moyenne de notre pays qui a quelques économies à placer et qui loue soit à leur entourage familial, soit espère des rendements locatifs juteux malgré la surprotection des locataires de très mauvaise foi. Si ceux qui nous gouvernent, ne perm...

le 28/02/2016 à 13:03
Signaler
"locataires de très mauvaise foi" ... Sauf qu'il est facile de CONSTATER qu'il y a bien plus de loueurs de très mauvaise foi. Qui arnaque qui, onseldemande...

le 28/02/2016 à 19:06
Signaler
@yvan OUI les locataires de mauvaise foi ne nous donne pas envie de mettre nos appartements en location, nous préférons les garder vides ( ou les louer via air b&b) et les revendre plus tard avec profit!

le 29/02/2016 à 9:47
Signaler
@ppdesabusé "Si ceux qui nous gouvernent, ne permettaient pas aux locataires de ce type - env. 5 à 7 pour cent des locataires - de trainer les procédures d'expulsion sur de nombreuses années, nous aurions plus de bailleurs prêts à louer à des locata...

le 02/03/2016 à 10:34
Signaler
@Yvan et Alatar On peut fustiger les investisseurs de l'immobilier comme cela arrange chacun, mais il y a des faits incontournables sur le marché de l'immobilier : 1. les HLM ne détiennent que 16% des surfaces locatives, les institutionnels env. 18...

le 02/03/2016 à 10:37
Signaler
@alatar: une fois pour toute cessez de jouer le bobo coco antibailleur quand vous même louez à un ami ! Oui le nombre d impayés qui entraînent procédures est très faible mais quand vous aurez expérience de vrais locataires vous apprendrez que raremen...

le 02/03/2016 à 13:11
Signaler
@malcomprenant "une fois pour toute cessez de jouer le bobo coco antibailleur quand vous même louez à un ami !" Je ne suis pas un bobo coco antibailleur puisque je suis moi-même bailleur. Mais on peut être, même en tant que bailleur, favorable à l'...

le 02/03/2016 à 13:17
Signaler
@malcomprenant Sinon, n'hésitez pas si vous souhaitez répondre sur le fond. Je ne faisais que souligner que si on souhaite que l'immobilier présente le même niveau de risque que le Livret A (garanti par l'Etat), il est tout à fait logique que son ni...

à écrit le 28/02/2016 à 10:56
Signaler
on va rappeler qu'afin d'avoir des chiffres ' qui plaisent au gouvernement', on est passe de chiffres issus des notaires a ceux d'un modele econometrique qui rajoute70.000 logements ' dans sa prevision' ( que l'on peut tranquillement revisiter quand ...

le 28/02/2016 à 17:38
Signaler
@churchill : dans cette article on parle du logement neuf ..expliquez moi une fois pour toute comment vous faites baisser les prix de 30 % ( sachant que les terrains "nus" non viabilisés non aménagés représentent à peine 30% du prix par logement ) . ...

le 28/02/2016 à 21:52
Signaler
Les prix ayant double en 10 ans alors que les couts (hors celui du terrain) sont quasiment identique (salaire ou prix du beton), le potentiel de baisse est donc de 50% Sur le long terme les prix vont forcement baisser car les jeunes generations so...

le 29/02/2016 à 9:37
Signaler
@malcomprenant Ceux qui parlent de "blah blah blah il faut construire 500 000 logements par an (mais surtout pas à côté de chez moi et surtout pas construire sur la hauteur dans les bassins d'emploi déjà denses et surtout pas d'immeubles à proximi...

le 29/02/2016 à 9:46
Signaler
Les prix du neuf ont augmenté de 73 % entre 2002 et 2012 ( source bpi) . Dans les grandes villes le prix d un logement en collectif est reparti de la façon suivante : 1 coût de la construction 43% 2 le terrain 15 % 3 les taxes 17% 4 intermédiaires ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.