La France va-t-elle connaître une nouvelle bulle immobilière  ?

 |   |  676  mots
Le Haut conseil de stabilité financière (HCSF) craint « une correction significative » du marché de l'immobilier commercial qui serait surévalué « dans une fourchette de 15 à 20 %, avec des chiffres proches de 30 % pour certains segments tels que les bureaux parisiens ».
Le Haut conseil de stabilité financière (HCSF) craint « une correction significative » du marché de l'immobilier commercial qui serait surévalué « dans une fourchette de 15 à 20 %, avec des chiffres proches de 30 % pour certains segments tels que les bureaux parisiens ». (Crédits : Décideurs en région)
Le haut conseil de stabilité financière français, logé à Bercy, pointe du doigt le risque d'explosion d'une bulle dans l'immobilier commercial en France.

Prix surévalués, rendements à la baisse, offre abondante, fort taux de vacance... Toutes les caractéristiques sont réunies pour qu'une bulle immobilière explose dans l'immobilier commercial en France. N'en déplaise aux professionnels du secteur, qui considèrent toujours l'immobilier commercial comme un actif séduisant, cette menace est loin d'être fantaisiste. Car même le Haut conseil de stabilité financière (HCSF), une sorte d'autorité suprême de régulation en France rattachée à Bercy, s'est récemment alarmée dans une note du risque d'explosion d'une bulle dans l'immobilier commercial.

L'ancien conseil de régulation financière et du risque systémique (Corefris) n'est pourtant pas connu pour ses attaques virulentes vis-à-vis des pratiques financières. Il craint toutefois « une correction significative » du marché de l'immobilier commercial qui serait surévalué « dans une fourchette de 15 à 20 %, avec des chiffres proches de 30 % pour certains segments tels que les bureaux parisiens ».

Surchauffe

Ce marché présente en effet toutes les caractéristiques d'une surchauffe. D'abord les prix se maintiennent à un niveau élevé : après être repartis à la hausse en 2010, ils dépassent en 2015 leur niveau d'avant crise de 2007. Ensuite, et c'est une conséquence directe de la hausse des prix, les rendements locatifs se dégradent : des cinq grandes économies de la zone euro (Allemagne, Belgique, Espagne, Italie), le marché immobilier commercial en France était le plus rentable en 2005, et est devenu en 2014 le moins rentable.

Enfin, et c'est tout le paradoxe qui fait craindre le pire à Bercy, la demande pour l'immobilier commercial, et notamment les bureaux en Île-de-France, reste soutenue. Et ce pour plusieurs raisons : d'une part, la baisse des taux d'intérêt plus rapide que la baisse de la rentabilité locative en France a permis d'afficher un écart croissant entre la rentabilité locative commerciale et les taux d'intérêt à 10 ans des souverains « de référence ». Ainsi l'immobilier commercial français serait devenu « une valeur refuge », selon le HCSF.

Facteurs psychologiques

Par ailleurs, des facteurs psychologiques déconnectés de la réalité perdurent : habitués à considérer l'immobilier commercial français, et notamment francilien, comme un placement rentable, les investisseurs « n'intégreraient qu'imparfaitement la baisse de la rentabilité dans leur stratégie d'investissement », s'inquiète le HCSF. On peut dans ce cadre s'interroger sur l'entêtement de certains investisseurs à risquer gros sur le marché des bureaux, alors que le marché du logement en France souffre d'un manque criant d'investisseurs institutionnels et présente aujourd'hui de meilleurs rendements locatifs et des opportunités de plus-values à long terme...

Il faut enfin souligner certains comportements purement spéculatifs d'investisseurs qui achètent, transforment et revendent de l'immobilier commercial à court terme. Ces stratégies d'investissement maintiennent une forte demande sur ce type d'actifs, et « génèrent des prises de bénéficies déconnectées de l'érosion de la rentabilité locative », note le HCSF.

Taux de vacance élevé

Bref, la situation est inquiétante, d'autant que les taux de vacance sur ce marché sont aussi importants : en Île-de-France par exemple, l'offre immédiate de bureaux est proche de 4 millions de mètres carrés, soit un taux de vacance proche de 7,5 %. Au regard de l'attrait encore poussé des investisseurs pour l'immobilier commercial et du risque d'obsolescence rapide des bureaux face aux modifications profondes des usages, un risque de développement d'une suroffre existe, donc.

Certes, l'offre immédiate de bureaux s'est cependant réduite depuis 2015 grâce notamment au niveau stable des mises en chantier. D'où la réflexion du HCSF : « à l'heure actuelle, les données d'offre et de vacance ne confirment pas l'émergence d'un épisode de suroffre sur le marché national lié à un emballement de la construction ». Toutefois « leur évolution reste sujette à une vigilance renforcée tant les conditions actuelles en matière de demande et d'environnement financier sont favorables à un emballement  », ajoute l'institution. Et cette vigilance renforcée sera d'autant plus nécessaire car de multiples projets de bureaux sont en train d'émerger avec le Grand Paris. Ce qui devrait créer un certain emballement.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/05/2016 à 18:00 :
si vous achetez dans le neuf, notamment en vefa, pensez à vous faire parrainer !!
a écrit le 22/05/2016 à 18:57 :
Et on manque de logements !
a écrit le 22/05/2016 à 18:25 :
Le prix de l'immobilier est complètement déconnecté des salaires. Seuls les taux d'intérêt et l'intervention de l'état à travers toute sorte de plans et d'allocations APL arrivent à maintenir artificiellement un flux de transactions. Un éclatement de la bulle est plus que souhaitable pour assainir le marché. Il est par ailleurs toujours regrettable que l'état encourage l'investissement dans la pierre au détriment de l'investissement dans l'industrie qui faute d'investisseurs Français, devient de plus en plus à la merci d'investisseurs étrangers qui ensuite délocalisent les centres de décisions.Ce sont alors les mêmes qui sont contre la prise de risques qui râlent contre la prise de Lafarge, de Technip etc etc. Le CAC 40 n'est d'ailleurs plus Français...., mais on fait comme ci...
Réponse de le 22/05/2016 à 19:41 :
oui tout à fait : mais les fonds de pension français ont été interdit par mitterrand , et depuis lors , les fonds de pension américain ont vendus tout ce qui ne représentait pas à leur yeux une rentabilité .

que dire du prix immobilier déconnecté de la réalité :
du temps des "" trente glorieuses"" , les gens intéressés par l'achat de logement , mettaient le prix pour avoir l'objet de leur rêve , bien souvent ce s'était des vendeurs assez agés ou des héritiers qui vendaient afin de se constituer une trésorerie pour la fin , c'est l'offre et la demande qui it s'envoler le prix de l'immobilier , faut dire qu'à cette époque bénie tous avec un peu d'intérêt pouvait acheter une maison , mais fallait avoir une autre vision qu'ils avaient à l'époque pour certains , car certains ne voulaient pas acheter une maison et sacrifier ses vacances , ni sa belle auto dernier cri : aujourd'hui , naturellement les temps ont changés , l'état d'esprit aussi mais il est trop tard pour certains d'investir , fallait e faire pendant qu'il était encore temps .
Réponse de le 23/05/2016 à 9:15 :
C'est l'offre et la demande SOLVABLE alimentée à coups de ptz, de crédit trop bas, sur trop longtemps, du manque de nécessité de mettre un apport sur la table.
Réponse de le 23/05/2016 à 9:35 :
"aujourd'hui , naturellement les temps ont changés , l'état d'esprit aussi mais il est trop tard pour certains d'investir , fallait e faire pendant qu'il était encore temps ."

Vous savez, j'aurais bien aimé "investir tant qu'il était encore temps". Si j'avais su, j'aurais investi dans l'immobilier en 1997, avant que les prix quadruplent. Malheureusement, personne, ni la maîtresse, ni mes camarades de classe de CE2, ne m'a suggéré de le faire.
Si on en est réduit à "vous voulez de l'immobilier abordable? Il fallait naître plus tôt", c'est qu'on a un gros problème, avec une génération sacrifiée.
Réponse de le 24/05/2016 à 13:55 :
Je pousse également votre raisonnement : et si tout le monde avait investi dans la pierre avant 1997, y compris les revenus de la "petite souris" dépensés dans des sucreries, que serait il advenu? Et bien, on aurait eu une bulle de plus avant l'heure.... A travers le prix d'un bien immobilier se pose des questions de signification sociale du prix et de transfert de valeur d'une personne à une autre. Tout est si mélangé,et il serait si utile de voir autre chose que son nombril!
a écrit le 22/05/2016 à 16:11 :
Immobilier de bureaux je ne sais pas par contre il suffit de regarder le nombre d'annonce pléthorique sur le Bon coin,d'appartements à vendre et de maisons...Maintenant le pseudo rebond à l'aide de prêts à taux zéro,de taux bancaires bas et d'aides mensuelles de la CAF pour les primos accédants à la propriété ne suffira pas à mon avis à faire repartir le marché immobilier toujours trop cher et trop taxé...Concernant l'immobilier de bureaux sans carnet de commandes pleins des entreprises et des services qui peut louer des bureaux pour bailler aux corneilles...
a écrit le 22/05/2016 à 14:25 :
La bagarre boursière Gecina-Eurosic pour Foncière de Paris est éventuellement un signe de vraie correction à venir.
Une correction qui viendra quand la comédie sur les taux d'intérêts : les manipulations des banques centrales et autres QE, s'arrêtera. Ce qui n'est peut-être pas demain la veille.
Bref...: on peut gloser à l'infini, comme d'habitude.
a écrit le 22/05/2016 à 9:17 :
Une remake de la crise de 1993 : faillite d'une grosse société d'Etat pour quelques dizaines de milliards d'E, EDF par exemple, effondrement du marché immobilier commercial d'abord puis général, explosion du chômage.
a écrit le 22/05/2016 à 4:42 :
tout cela est planifié par le gouvernement : ce gouvernement fait tout le contraire de ce qui devrait être ! la casse de l'immobilier français est programmé , ce gouvernement s'emploie à casser les prix des biens immobilier s'en tenir compte du montant des emprunts des accédants ,du taux de remboursement des crédits , de la baisse du pouvoir d'achat des gens , des augmentations des taxes et impôts sur les revenus et immobilier que doivent en sus supporter les accédants , de la politique de la précarité des emplois etc..etc... Parlons niveau des locations : que ce soit des beaux commerciaux ou autres pour se loger, il créer des lois allant à l'encontre des bailleurs pour le bénéfice des mauvais payeurs multirécidivistes qui se sauvent à la cloche de bois et dont les frais de procédures sont toujours ou presque à la charge des bailleurs , alors de toutes évidences , les bailleurs préfèrent garder le bien vide de tout occupant que de se retrouver avec des notes salées pour le recouvrement qui ne se fait presque jamais , sans parler des frais de rénovations qui s'ajoute aux loyers impayés !
Réponse de le 22/05/2016 à 6:40 :
Si l'herbe n'est pas assez verte les bailleurs n'ont qu'à vendre ce qui augmentera l'offre pour ceux qui ne veulent qu'un toit sur la tête, et qui ne voulaient surtout pas que le secteur du logement soit livré en pature à la spéculation.Alors je connais le couplet , les petits retraités qui veulent arrondir leurs fins de moins, etc

Avoir de l'épargne ne donne pas droit de pouvoir saigner la nouvelle génération qui ne peut pas acheter pour cause de prix trop élevés, ce que eux n'avaient pas connu dans leur jeunesse, où tout était plus facile.Il faut mettre un bon coup dans la fourmillière.
Réponse de le 22/05/2016 à 9:46 :
D'accord avec vous et ce gouvernement est une catastrophe. Quand je lis dans les réponses "saigner la nouvelle génération" hahahaha avec l'APL ou les taux à 1.8 % ! ou les "petits retraités qui veulent arrondir leurs fins de mois" ça me fait bondir ! IL FAUDRAIT SORTIR DU BLED PARISIEN de temps en temps ! On peu parfaitement acheter dans pleins d'endroits en France pour largement moins que 100K€ mais évidement pas dans le 16ièm, Cannes, Ile de ré ... chacun ses moyens. ET EN EFFET IL S'AGIT D'ARRONDIR ses fins de mois ! Pitoyable réponse qui accuse "les méchants propriétaires sur qui il faut forcément vomir" VOUS CONFONDEZ une fois de plus BOUYGUE et M. MME X qui ont tout retapé avec un crédit et en bossant dure. Sans les taxes foncières des sales proprios on ferait comment ! Décidément pauvre France !
Réponse de le 22/05/2016 à 15:05 :
Les apl ont eu pour effet de beaucoup soutenir les prix des loyers.
Ensuite, jusqu'à preuve du contraire, les logements moins chers sont rarement dans les zones économiques très actives, par conséquent ce n'est pas là que les gens vont y vouloir habiter pour cause de frais de déplacements trop élevés entre autres.
Réponse de le 23/05/2016 à 9:31 :
@@ummite
"Quand je lis dans les réponses "saigner la nouvelle génération" hahahaha avec l'APL ou les taux à 1.8 % !"
Les taux bas n'ont pas eu pour conséquence une hausse du pouvoir d'achat mais une hausse des prix de vente, pour absorber l'augmentation artificielle de la capacité des jeunes générations à payer plus cher. Idem pour les APL : pas de hausse du "pouvoir de location", elles ont été intégralement absorbées par des hausses de loyers exigés par les bailleurs. Idem pour l'intégralité des dispositifs d'aide aux acheteurs/locataires : nos chers rentiers "ajustent" leurs prix à chaque fois pour les empocher.

"IL FAUDRAIT SORTIR DU BLED PARISIEN de temps en temps ! On peu parfaitement acheter dans pleins d'endroits en France pour largement moins que 100K€ mais évidement pas dans le 16ièm, Cannes, Ile de ré ... chacun ses moyens."
Effectivement, en s'éloignant des grandes villes (pas que Paris, c'est généralisable aux 15 plus grandes villes du pays, voire plus) pour aller habiter dans l'arrière-pays, on trouve enfin des logements abordables. Mais, le savez-vous, les jeunes ont une préoccupation qui peut vous sembler étrangère : ils ont un boulot, pour lequel ils doivent encore côtiser plusieurs décennies.
Donc non, si un ingénieur va habiter à 40km d'une ville moyenne parce que vous avez décidé que c'est le seul endroit où il peut prétendre habiter, ça aura pour conséquence qu'il perdra son emploi.
Réponse de le 24/05/2016 à 10:31 :
Réponse pour UMMITE.

Vous faites partie des gens qui ont saigné à mort la FRANCE en ne privilégiant que leur intérêt personnel à court terme.

Vous laissez aux jeunes un endettement gigantesque, une FRANCE sous-compétitive, et pour couronner le tout, vous demandez aussi aux jeunes de payer vos retraites...Tout en vous plaignant des charges.

Vous ne voyez pas la réalité, et vous ne tenez en haute estime que la médiocrité.

Et de 2002 à 2012, on a bien vu ce qui s'est passé, et le triste bilan laissé:
Déficit public FRANCE 2011 = 5.2 % du PIB
Déficit public ALLEMAGNE 2011 = 1 % du PIB.

Quel est le parti en quasi-faillite financière aujourd'hui : le PS, EELV, le FN, le PC ?... Non LR. C'est tout dire...
Réponse de le 24/05/2016 à 12:26 :
@alatar : vous finissez par m ecoeurer en fustigeant les bailleurs rentiers alors que vous même louer 900 euros par un mois pour un studio dans la couronne en bénéficiant de l avantage fiscal abattement 50% pour un meublé ! Et cessez de mentir par desinformation : si les prix ont augmenté de 272 % à paris en 16 ans ils n ont augmente que 55% en province ( source courbes de friggit que personne constete) et ne faites pas dire que c est peu . Paris ne baissera pas comme toutes les grandes métrolopoles du monde ( londres tokio NY et même munich!) . Parlez de votre village Paris mais ne s informez pas pour la province : pour le prix du loyer que vous pratiquez 900 euros pour votre studio en péripherie de grandes villes nos ingenieurs trouveront des maisons à louer et pire je vais même vous dire : ce sont des locataires heureux! Sachez que leurs proprios toucheront en gros de 400 à 500 e suivant leur niveau de fiscalité sans parler du maintien à niveau de leur investissement ( non ce n est pas qu un coup de peinture!) . @alatar , vous êtes comme beaucoup de parisiens , dans votre bulle avec des oeilleres et surout restez y .
Réponse de le 24/05/2016 à 14:39 :
"vous finissez par m ecoeurer en fustigeant les bailleurs rentiers alors que vous même louer 900 euros par un mois pour un studio dans la couronne en bénéficiant de l avantage fiscal abattement 50% pour un meublé !"
Vos attaques ad hominem pour éviter de répondre sur le fond me manquaient. Oui, je suis propriétaire (d'un studio de moins de 25m²) que j'ai mis en location pour emménager à deux, et malgré ça, je suis favorable à l'encadrement des loyers (j'en paye un) et à des mesures radicales pour faire chuter massivement les prix de l'immo (quand ça arrivera, je passerai par pertes et profits la moins-value sur la revente de mon studio, et j'irai acheter un appartement familial qui sera désormais à ma portée alors qu'à l'heure actuelle ce n'est qu'un rêve lointain malgré des revenus confortables). Tous les propriétaires ne sont pas favorables à des hausses infinies des loyers et des prix. C'est ce qui fait la différence entre un propriétaire intelligent et un rentier.

"Et cessez de mentir par desinformation : si les prix ont augmenté de 272 % à paris en 16 ans ils n ont augmente que 55% en province ( source courbes de friggit que personne constete) et ne faites pas dire que c est peu . Paris ne baissera pas comme toutes les grandes métrolopoles du monde ( londres tokio NY et même munich!) ."
Vous considérez ça comme un ordre immuable, je considère ça comme un grave problème qui va ruiner une génération (ou plusieurs : la génération Y et les Z/Millenials font déjà partie des lésés, et les suivants encore plus si on ne fait rien) et faire partir les autres à l'étranger.

"Parlez de votre village Paris mais ne s informez pas pour la province : "
Ca tombe bien : je parlais de votre cas notamment : 150 000€ un studio dans la 9ème ville de France (en population). C'est un marché malade, et ce n'est pas qu'à Paris.

"pour le prix du loyer que vous pratiquez 900 euros pour votre studio en péripherie de grandes villes nos ingenieurs trouveront des maisons à louer et pire je vais même vous dire : ce sont des locataires heureux!"
Une autre nouveauté : les jeunes s'urbanisent. Le tout-bagnole de la seconde moitié du 20è siècle, c'est fini. Maintenant, les jeunes veulent se rendre au travail en transports en commun. Et si selon votre échelle de valeurs même un couple d'ingénieurs à 6000€/mois de revenus cumulés est trop pauvre pour acheter et fonder une famille intra-muros ou à portée de métro/tram d'une des 10 principales villes du pays, les conséquences à long terme risquent d'être violentes économiquement et socialement.

"sans parler du maintien à niveau de leur investissement ( non ce n est pas qu un coup de peinture!)"
Puisque citer ma situation personnelle est votre grand dada, pourquoi croyez-vous que je peux louer pour plus de 900€/mois un studio, au delà de niveau des loyers complètement malsain dans ma région? C'est aussi parce que l'entretien est excellent, que je suis réactif en cas de problème et que je n'hésite pas à ajouter des équipements et les renouveler. Il faut croire que sur un marché majoritairement tenu par des poubelles thermiques à moitié en ruines tenues par un vieux rentier qui fait le mort en cas de souci, c'est un avantage concurrentiel qui se monnaye.

"vous êtes comme beaucoup de parisiens , dans votre bulle avec des oeilleres et surout restez y ."
Intéressant, de la part d'un conservateur qui veut que rien ne change ("à part qu'on baisse mes impôts"), d'accuser quelqu'un qui appelle à une amélioration d'être "dans sa bulle avec des oeillères". D'ailleurs, la bulle, pour info, j'appelle à ce qu'elle éclate.
Réponse de le 24/05/2016 à 15:20 :
@alatar : Ou m avez vu dire que je trouvais normal que les prix augmentent? Vous êtes un vrai desinformateur avec oeilleres comme dire que les prix ont augmente de 400% ..Un propriétaire intelligent est un propriétaire qui encadre lui même le loyer pour cibler des locataires solvables et "heureux" . A 900 euros pour 25 m2 même pour du haut de gamme bien entretenu vous devriez avoir plus de retenu . Sachez que pendant la durée du bail je n augmente jamais le loyer ..sauf locataire à problèmes et croyez moi je suis pas le seul . Vous faites encore une erreur : le souhait des gens n est pas de vivre dans les centres ville ( oui pour les djeuns) mais de vivre " à la campagne" , lisez les études à ce sujet . Dernier point : vous êtes dans le conflit intergenerationnel en pensant que la hausse des prix est voulue ..et bien non! Les prix ont toujours augmenté sauf pendant les guerres ..les prix ne s observent pas sur 10 ans mais sur des périodes beaucoup plus longues .En province les prix se sont presque " normalisés" si on tient compte des nouvelles normes depuis 2005 ( rt2005 et rt2012..logements mieux isolés que votre studio n est pas?) et compte tenu d une fiscalité punitive , PV , csg .
Réponse de le 25/05/2016 à 9:13 :
@malcomprenant
"Ou m avez vu dire que je trouvais normal que les prix augmentent?"
Effectivement, votre position est plutôt claire : vous affirmez (on appelle ça du lip service) que "oh la la c'est pas bien que les prix soient aussi hauts), tout en étant radicalement opposé à la moindre mesure qui pourrait les pousser à revenir à un niveau raisonnable.

"Vous êtes un vrai desinformateur avec oeilleres comme dire que les prix ont augmente de 400%"
Effectivement, mea culpa, ils n'ont augmenté que de 272% en moyenne comme vous le dites. Et inutile de me citer des moyennes nationales (qui sont elles aussi probablement aux alentours de +100% tout de même) qui mettent dans le même sac les métropoles et nos campagnes dépeuplées.

"..Un propriétaire intelligent est un propriétaire qui encadre lui même le loyer pour cibler des locataires solvables et "heureux"
Comme le prouvent les loyers qui ont plus que doublé et ont atteint des niveaux indécents dans ma région.

"A 900 euros pour 25 m2 même pour du haut de gamme bien entretenu vous devriez avoir plus de retenu ."
Ce qui est inquiétant, c'est que je pratique ces loyers (pour rappelons le du meublé très bien équipé avec extras, bien situé, en très bon état, bien entretenu et avec des factures énergétiques ridicules car bien isolé) ou le fait que vu l'état du marché, j'ai un boulevard pour le faire, tout en voyant tout un tas de locataires qui trouvent que mon appartement offre un bon rapport qualité/prix par rapport aux autres sur le marché?

"Sachez que pendant la durée du bail je n augmente jamais le loyer ..sauf locataire à problèmes et croyez moi je suis pas le seul ."
Personnellement, malgré vos jugements à l'emporte-pièce, j'ai prévu de le baisser en cours de bail pour fidéliser un bon locataire.

"Vous faites encore une erreur : le souhait des gens n est pas de vivre dans les centres ville ( oui pour les djeuns) mais de vivre " à la campagne" , lisez les études à ce sujet ."
C'est bien ce que je dis : les moins de 35 ans, notamment les couches éduquées, se sont urbanisées et ne rêvent pas, pour la plupart, d'une maison à la campagne (ou bien à la rigueur pour leur retraite). Ils savent que pour leurs 40 années de vie professionnelle restante, ils doivent et souhaitent habiter en ville. Si vous voulez passer cette génération de moins de 35 ans diplômés par pertes et profits, allez-y, mais ça aura certains impacts sur l'Economie du pays.

"En province les prix se sont presque " normalisés" si on tient compte des nouvelles normes depuis 2005"
Effectivement, en mélangeant les choux et les carottes (arrière-pays dépeuplé et métropoles vivantes), les prix se sont en moyenne "normalisés" : on trouve des maisons qui ne coûtent rien dans les hameaux et villages qui se dépeuplent, et les prix et loyers en ville (là où il y a du boulot, des perspectives de carrière) ont atteint des niveaux indécents qui font que les primo-accédants sans aide parentale sont devenus une rareté. "En moyenne", les prix sont donc "normalisés". Mais c'est là qu'on voit que de même que l'entretien est corrélé à la tension et non aux prix, les prix sont corrélés à la tension eux aussi, et non à la "fiscalité" ou autre bouc émissaire facile (comme le prouve le cas de l'IDF, avec des impôts locaux parmi les plus faibles de France et les prix les plus hauts de France, notamment dans les villes où les impôts locaux sont, justement, les plus faibles).
Réponse de le 25/05/2016 à 11:20 :
@alatar: desinformation encore! Oui il existe des mesures simples pour faire baisser les prix mais désolé il n y aura aucune baisse sur Paris . Je vais ressasser de nouveau : 1) décentralisation =pipo! et 2 ) la moitié de l immigration annuelle s installe à Paris . Je ressasse aussi en vous affirmant que ce n est pas en taxant et surtaxant qu on fera baisser les prix avec comme exemple les PV et j affirme que le passage de l abattement de 15 ans a 30 ans est une anerie qui a participé à l augmentation des prix . Mais expliquez moi une fois pour toute , vous qui vénérez tant les prix en allemagne , refusez un copier / coller de la fiscalité immobilière allemande ?
Réponse de le 25/05/2016 à 13:00 :
@malcomprenant
1) "décentralisation =pipo!"
Non, la décentralisation est une excellente solution. Il en faut bien plus en France. Mais la décentralisation, ce n'est pas demander à une génération d'aller vivre dans l'arrière-pays en lui disant que les entreprises suivront. C'est l'inverse : déplacer les Ministères et les Entreprises Publiques, et une bonne partie de l'Administration en Province pour y dynamiser des métropoles, et pousser aussi les entreprises à s'y installer. Et là, une fois de plus, le principal levier est fiscal : taxation plus grande des entreprises dans la Région IDF, réduction d'autant de la taxation des entreprises dans les Régions que l'on souhaite dynamiser. Mais si vous affirmez que, même dans notre pays hyper-centralisé, le prix d'un studio atteint 150 000€ à Bordeaux (9ème ville du pays), c'est qu'il y a un problème de prix qui va au delà de Paris et de la centralisation.

"2 ) la moitié de l immigration annuelle s installe à Paris ."
C'est effectivement un autre grand problème : chaque Région devrait accueillir une part de l'immigration proportionnelle à sa part dans la population déjà en place (IDF = environ 20% de la population Française, donc elle devrait accueillir au maximum 20% de l'immigration).

"Je ressasse aussi en vous affirmant que ce n est pas en taxant et surtaxant qu on fera baisser les prix"
Et je ressasse en vous affirmant qu'aucune corrélation ne peut être établie entre fiscalité et prix immo, ou si c'est le cas, une corrélation inverse : dans les zones du pays où les impôts locaux sont les plus bas, l'immobilier est le plus cher.
Mais préconiser un abaissement de la fiscalité immo pose un certain nombre de problèmes :

1) Apparemment, tous les Français investissent déjà le moindre centime qu'ils ont dans l'immobilier. Ils considèrent déjà cet investissement comme plus rentable, moins risqué et plus intéressant que tous les autres investissements possibles. Vous préconisez de baisser les impôts sur l'immobilier, augmentant ainsi sa rentabilité et son attractivité face à tous les autres investissements. J'admire votre théorie économique selon laquelle plus un produit devient prisé, plus son prix baisse. Et aussi votre affirmation selon laquelle rendre cet investissement encore plus rentable et attractif ne va pas attirer encore plus le moindre centime des "investisseurs", au détriment des investissements dans les entreprises et le reste de l'Economie du pays.

2) AUCUN des cadeaux fiscaux faits jusqu'à aujourd'hui ne s'est traduit par une baisse des prix. Les APL se sont traduites par une hausse de loyers égale, avec des agents qui ont intégré l'argument des APL dans leur discours commercial. La défiscalisation des intérêts immo s'est traduite par une hausse de prix équivalente, avec des agents immo qui expliquent à l'acheteur que "en fait vous payez [prix affiché moins cadeaux fiscaux], puisque cette somme est déductible de vos impôts". C'est systématique.

3) Baisser les impôts sur l'immobilier? Quelle excellente idée! Et en contrepartie de cette baisse des recettes fiscales, on fait quoi? Suppression de Services Publics? Augmentation des impôts sur les autres investissements, qui sont déjà considérés comme mille fois moins intéressants que l'investissement immo? Augmentation des impôts sur d'autres pans de l'Economie, comme par exemple ces losers qui travaillent pour vivre (si selon vous on peut se permettre d'augmenter le coût du travail), même si c'est sans doute une solution viable pour vous, vu que pour vous le monde du travail semble n'être qu'un lointain souvenir plutôt qu'une préoccupation du quotidien.
Réponse de le 25/05/2016 à 14:49 :
@alatar : Quand j écrits décentralisation =pipo on se rejoint ..rien absolument rien n a été fait depuis des decennies . Sur la fiscalité nous ne serons jamais d accord : dabord parceque la fiscalité immobiliere est de loin et la encore ce n est pas contestable la plus lourde du monde ..c est un constat ...Je rappelle que la fiscalité immobilière est 60 milliards de recettes pour 40 milliards de dépenses dont 22 milliards d APL . Oui @alatar les gens qui ont acheté avant 2008 se sont enrichis du fait de l augmentation importante des prix , s ils vendent ....! , surtout en RP mais croire qu en surtaxant via les PV uniquement sur les residences secondaires va faire baisser les prix est une anerie . Perso je suis proprietaire d un studio a bordeaux , donc patrimoine = 1 studio à bordeaux . Ce studio a augmenté de 60% en l espace de 10 ans : mon capital = toujours 1 studio à bordeaux par rapport à y a 10 ans . Mon locataire me demande de lui vendre et bien cela est impossible puisque dans ce cas mon capital = 1 studio moins 15 à 20% . Si les PV etaient identiques à allemagne aucun problème pour lui vendre .
Réponse de le 25/05/2016 à 17:31 :
"la fiscalité immobiliere est de loin et la encore ce n est pas contestable la plus lourde du monde ..c est un constat ...Je rappelle que la fiscalité immobilière est 60 milliards de recettes pour 40 milliards de dépenses dont 22 milliards d APL ."
La politique de l'immo cher et sous perfusion coûte bien plus cher que cela au pays : il faut prendre en compte les coûts économiques : coût du travail accru par les prix/loyers immo (les salariés demandent plus pour se loger, refusent des postes, etc...), salariés toujours plus éloignés de leur travail donc temps de trajet allongés et productivité moindre, démotivation chez les plus résignés ("mes parents ont acheté un appartement dans Paris avec un salaire d'ouvrier, pour notre génération même la Grande Couronne semble hors de prix malgré nos salaires de cadres"). Globalement, ça coûte une fortune au pays.

Et je note que vous ne répondez pas sur le fait que l'immobilier est d'ores et déjà l' "investissement" le plus plébiscité par les Français, qui négligent totalement les autres, et que vous préconisez de baisser sa taxation pour le rendre encore plus attractif (et d'ailleurs, vous n'avez pas non plus répondu sur comment financer cet énième cadeau fiscal au secteur immo, on va donc supposer que vous êtes favorable à des hausses des impôts des non-possédants).

"les gens qui ont acheté avant 2008 se sont enrichis du fait de l augmentation importante des prix , s ils vendent ....! , surtout en RP mais croire qu en surtaxant via les PV uniquement sur les residences secondaires va faire baisser les prix est une anerie ."
Je ne préconise pas que cette taxation mais aussi une taxation annuelle à 3% du prix du marché en remplacement de l'actuelle taxe foncière actuelle. On va voir pendant combien de temps le "prix du marché" sera aussi élevé.

"Perso je suis proprietaire d un studio a bordeaux , donc patrimoine = 1 studio à bordeaux . Ce studio a augmenté de 60% en l espace de 10 ans : mon capital = toujours 1 studio à bordeaux par rapport à y a 10 ans . Mon locataire me demande de lui vendre et bien cela est impossible puisque dans ce cas mon capital = 1 studio moins 15 à 20% ."
Le point clé : l'évolution du prix : votre studio, acheté 93 000€ il y a 10 ans, vaut maintenant 150 000€. En plus de loyers de 500€/mois (6000€/an) (mais le loyer est justifié et semble cohérent), vous vous êtes enrichi, par la seule bulle immobilière, de 67 000€ sur 10 ans, soit 6700€/an, pour le seul mérite de posséder un studio. Supposons une taxation des plus-values de 30% (hypothèse très large) : vous vous êtes enrichi d'environ 47 000€ sur 10 ans, soit 4700€/an, une fois de plus pour le seul mérite d'avoir acheté un appartement au bon moment et de l'avoir revendu. La taxation des plus-values est juste : les plus-values immo sont le cas le plus flagrant d'enrichissement sans cause.
Et même vous, en tant que propriétaire d'un studio, avez intérêt à une chute massive des prix : vous ferez une moins-value sur la revente de votre studio (si les prix baissent à ce point) mais malgré ça vous pourrez investir dans un trois chambres en centre ville, chose impossible en revendant et rachetant aux prix actuels.
Réponse de le 25/05/2016 à 18:52 :
@alatar : je me suis enrichi de 67 000 euros moins 30 % de PV soit en gros de 37 000 euros en 10 ans si je vends pour laisser mon argent sur mon compte bancaire ..d accord avec vous mais comme toute personne vendeuse , je vends pour acheter au moins equivalent et donc perdant de 20 000 euros !! Donc vous n arrivez pas à comprendre que dans ce cas je vends pas et même si je baisse le prix je suis toujours perdant . Je ne m oppose absulement pas aux PV contrairement à ce que vous ecrivez mais les rendre plus justes â savoir par ex ramener toutes les PV sur 15 ans y compris résidences principales ..J attends toujours qu on m explique en quoi une PV sur résidence principale est plus juste qu une PV sur résidence secondaire .
Réponse de le 26/05/2016 à 9:08 :
@malcomprenant
"je me suis enrichi de 67 000 euros moins 30 % de PV soit en gros de 37 000 euros en 10 ans"
Refaites le calcul : 67 000 - 30% = 47 000€ environ, pas 37 000.

"si je vends pour laisser mon argent sur mon compte bancaire ..d accord avec vous mais comme toute personne vendeuse , je vends pour acheter au moins equivalent et donc perdant de 20 000 euros !! Donc vous n arrivez pas à comprendre que dans ce cas je vends pas et même si je baisse le prix je suis toujours perdant ."
Du coup, vous n'êtes pas lésé par la hausse indécente des prix de l'immo, pas par les impôts. Faites le calcul :
- Vous avez acheté votre studio 93 000€ et un trois chambres équivalent à l'époque au même endroit valait disons 300 000€. Augmentation des prix de 60% : vous vendez votre studio 150 000€, et le trois chambres est monté à 480 000€. Il vous faut allonger 330 000€ supplémentaires en plus de la vente de votre studio.
- Si les prix étaient restés stables, vente de votre studio à 93 000€, achat trois chambres à 300 000€, il aurait fallu rajouter 207 000€.
- Si les prix avaient été divisés par deux (2006 était déjà un point haut), vous auriez revendu à 47 000€, le trois chambres serait descendu à 150 000€, vous auriez pu l'acquérir pour la vente de votre studio, plus 103 000€. En gros, malgré une grosse moins-value, vous auriez pu vous agrandir pour moins cher. Trop de propriétaires sont obsédés par un "hausse" de la "valeur" de leur "bien", alors qu'en fait eux aussi ont intérêt à une baisse.

"Je ne m oppose absulement pas aux PV contrairement à ce que vous ecrivez mais les rendre plus justes â savoir par ex ramener toutes les PV sur 15 ans y compris résidences principales ..J attends toujours qu on m explique en quoi une PV sur résidence principale est plus juste qu une PV sur résidence secondaire ."
Effectivement, il y a là un problème : il faudrait plutôt que l'intégralité des plus-values soient saisies par l'Etat (ou simplement que leur réalisation soit interdite et le prix ramené de force lors de la vente à son niveau normal, pour lutter contre les hausses injustifiées), résidence principale comme secondaire. C'est de l'enrichissement sans cause, souvent dû essentiellement à des investissements de la Collectivité dans le quartier (transport, infrastructures, ...), donc il est normal que le bénéfice revienne à la collectivité si bénéfice il doit y avoir. Les seules plus-values acceptables sont le montant des travaux d'amélioration réalisés, sur avec un amortissement appliqué. Tout le reste relève d'enrichissement par spéculation et rétention foncière.
Avant de me traiter de Socialiste, pensez-y cinq secondes et demandez-vous ce que pensent les vrais libéraux d'un enrichissement par détention (rétention?) totalement passive d'un appartement qui est supérieur à celui d'une vie de travail.
Réponse de le 26/05/2016 à 9:52 :
@alatar ; dejà vous faîtes une erreur ! Si mon locataire veut le studio , sans PV je suis prêt à le ceder même en baissant le prix et je ne rachète pas un appartement de 3 pièces pour louer ! Alors je vais vous dire ce que je fais dans la réalite car le cas c est déjà présente 1) je le garde , ne me presse pas pour le relouer au depart du locataire..500e contrairement à tout ce qu on peut lire n est pas 500e dans la poche du tentier mais 250 maximum compte de ma teanche d imposition 30% et je ne benefie pas comme vous de 50 % d abattement 2) donation à un de mes 2 enfant ..he bien oui c est pas juste et je vous entends déjà dite qu il faut supprimer les abattements ( 100 000 euros/ 15 ans ) pour les donations ..d accord mais même à 25 % de frais mon choix entre vendre à mon locataire en perdant 20 000 euros si je rachète ou donner à mes enfants est vite fait . Ne croyez pas mon cas unique ..je persiste à dire que les PV tres lourdes uniquement sur résidences secondaires ont étè un facteur agravant sur le blocage du marché , ne parlons pas du marché des résidences de vacances qui s est effondré ..on en reparlera dans quelques annees . Pour finir @alatar oui je suis un liberal si je dis qu il faut revoir totalement le statut du bailleur , statut type LMP avec cotisations retraite etc ..non je suis moins liberal que vous car je suis le maintien des APL et PTZ pour les jeunes et n allez pas encore dire que c est pour voir les loyers augmenter ..je prefère sourire et vous dire que moi je ne loue pas 25 m2 900 euros comme vous et refuse toute personne avec APL qui ne couvre de toute facon qu une partie du loyer .
Réponse de le 26/05/2016 à 10:14 :
excusrz fotes aurtograf ..pas facile corriger sur smartphone
Réponse de le 26/05/2016 à 13:11 :
@malcomprenant
"dejà vous faîtes une erreur ! Si mon locataire veut le studio , sans PV je suis prêt à le ceder même en baissant le prix et je ne rachète pas un appartement de 3 pièces pour louer !"
Si vous ne souhaitez pas vendre au sommet de prix annuel parce qu'à cause du méchant Etat confiscateur vous ne gagnerez que 47 000€ (tombés du ciel sans rien avoir fait pour) au lieu de 67 000€ (et je ne compte pas les loyers perçus, juste la plus-value après impôts), c'est un autre sujet.

"je le garde , ne me presse pas pour le relouer au depart du locataire.."
Apparemment vous pouvez vous le permette, ce n'est pas le cas de la plupart d'entre nous.

"500e contrairement à tout ce qu on peut lire n est pas 500e dans la poche du tentier mais 250 maximum compte de ma teanche d imposition 30% et je ne benefie pas comme vous de 50 % d abattement"
Vous en êtes toujours à considérer que "mes" 50% d'abattement sont un régime spécial? Je vais vous réexpliquer : le régime Micro-BIC (qui offre ces 50% d'abattement) est le régime PAR DEFAUT du meublé. Il se fait en 2 cases sur la feuille d'impôts, sans documents supplémentaires à fournir. Et il est appliqué PAR DEFAUT à tous les bailleurs qui perçoivent moins de 32 400€ de loyers cumulés par an. Pour vous donner une idée, puisque le monde du travail et son quotidien semblent être une chose lointaine sans importance pour vous, 32 400€ nets/an c'est le salaire d'un ingénieur, qui récompense son travail. Tant qu'on n'atteint pas ce niveau (déjà énorme pour des revenus de la rente), on bénéficie de mon "fantastique exceptionnel réservé seulement à moi" abattement de 50% inhérent au régime Micro-BIC. Si vous refusez de poser 3 meubles et louer en meublé pour en bénéficier vous aussi, c'est un autre problème. Ou bien c'est que vous percevez bien plus de 32 400€ de loyers chaque année.


".je persiste à dire que les PV tres lourdes uniquement sur résidences secondaires ont étè un facteur agravant sur le blocage du marché"
Comme vous le dites par lapsus, le problème dans ce pays est que les Plus-Values sont très lourdes, pas que les Taxes sur les Plus-Values sont "lourdes". En revanche, il faudrait effectivement mettre sur un pied d'égalité la fiscalité des PV de résidences principales et secondaires, mais en alignant par le haut, pas en allant au moins-disant.

"ne parlons pas du marché des résidences de vacances qui s est effondré"
Ca pourrait avoir quelque chose à voir avec le fait que les prix ont tellement augmenté que bien évidemment qu'il n'y a d'ores et déjà plus que les riches et autres héritiers qui peuvent acquérir leur résidence principale, alors bien évidemment, les moins de 35 ans et autres actifs sans patrimoine, déjà exclus du marché pour leur résidence principale, ont d'autant plus déserté le marché des résidences de vacances. Une autre conséquence néfaste de la politique de l'immobilier cher.

"Pour finir @alatar oui je suis un liberal si je dis qu il faut revoir totalement
le statut du bailleur , statut type LMP avec cotisations retraite etc .."
Au delà de certains montants, ça me semble tout à fait raisonnable et justifié.

"non je suis moins liberal que vous car je suis le maintien des APL et PTZ pour les jeunes et n allez pas encore dire que c est pour voir les loyers augmenter .."
Pour vous non, mais c'est l'effet que ça a sur le marché.

"moi je ne loue pas 25 m2 900 euros comme vous"
Une fois de plus, vous ne déplorez pas l'état du marché. Et, contrairement à vous, je suis personnellement TRÈS favorable à tous les dispositifs d'encadrement des loyers et de régulation agressive des prix. Vous êtes contre. Dont acte.
Réponse de le 26/05/2016 à 14:21 :
@alatar : vous êtes tout le temps dans la caricature ! Oui je peux me permettre d attendre ( 6 mois voir plus) avant de relouer pour 250 euros par mois car je suis un bailleur "type" ; ex cadre salarié retraité et donc non rentier . Ma démarche était differente il y a une quinzaine d annees et je relouais beaucoup plus vite car le fiscalité ( CSG IR) , les garanties ( 2 mois de loyer) étaient beaucoup plus favorables aux propriétaires . Caricature encore quand vous ramenez l augmentation des prix sur le seul levier du foncier : je vous invite à voir n importe quel constructeur de maisons individuelles et demandez lui leur leur prix de 2000 et si la tendance est à la baisse . Caricarure encore quand vous parlez des residences de vacances qui ne se vendent pas à cause des prix trop éléves . Les résidence de vacances ce n est pas sainte maxime arcachon ou méribel !! Dans beaucoup de regions l immobilier de vacances s est effondré du fait d une fiscalité punitive .Je vous invite à vous rendre dans une agence immobiliere par exemple de moyenne montagne , ils vont diront rentabilité negative ! Caricature encore quand vous parlez d encadrement des loyers : les dispositifs existent depuis plus d une decennie ! Ils appellent pinel scellier besson encadré etc ..
Réponse de le 27/05/2016 à 8:58 :
"Caricature encore quand vous ramenez l augmentation des prix sur le seul levier du foncier : je vous invite à voir n importe quel constructeur de maisons individuelles et demandez lui leur leur prix de 2000 et si la tendance est à la baisse ."
Le coût de la construction, c'est un consensus, est estimé à 2000€/m² à Paris (l'endroit où ce coût est le plus cher). Il n'a pas beaucoup augmenté et ne joue qu'un rôle anecdotique dans les prix de l'immo, en zone tendue du moins. Donc oui, c'est avant tout l'emplacement qui fait le prix.
De plus, le coût de la construction n'affecte aucunement l'ancien, qui constitue l'immense majorité des ventes.

"Caricarure encore quand vous parlez des residences de vacances qui ne se vendent pas à cause des prix trop éléves . "
Je n'ai pas parlé du prix des résidences de vacances, qui effectivement ont pu baisser en zones non tendues. Je parlais du prix de l'immo "résidence principale" là où il y a du boulot. C'est lointain pour vous, mais je vais vous évoquer les préoccupations de tous ces gens nés après 1980 : quand votre résidence principale vous coûte un rein, vous ne regardez même plus les résidences de vacances, qui sont un rêve d'une époque révolue où on pouvait acheter son domicile sans se ruiner totalement et envisager ce second achat.

"Les résidence de vacances ce n est pas sainte maxime arcachon ou méribel !! Dans beaucoup de regions l immobilier de vacances s est effondré du fait d une fiscalité punitive ."
Du coup, vous voyez, vous admettez vous aussi que le levier fiscal est très efficace pour réguler les prix immo. Je savais que vous alliez y arriver. Fiscalité punitive = baisse des prix. Et vous, vous préconisez une baisse de la fiscalité pour permettre une hausse supplémentaire des prix.

"Caricature encore quand vous parlez d encadrement des loyers : les dispositifs existent depuis plus d une decennie ! Ils appellent pinel scellier besson encadré etc .."
Bien sûr, tous ces foyers qui payent un loyer abusif vont être heureux d'apprendre qu'en fait l'encadrement existe déjà. Pour info, les dispositifs que vous évoquez concernent quelques constructions neuves et les limites sur le loyer sont limitées dans le temps. Donc leur nombre est anecdotique.
Réponse de le 27/05/2016 à 19:49 :
@alatar :Croire que les prix du neuf n a pas d impact sur l ancien est faux ! N importe qui compare à l achat .Mais je me demande si vous faites expres de désinformer : j ai passé mon temps à vous expliquer que ce n est pas en taxant lourdement des residences secondaires et en exonerant totalement les resudences principales qu on va faire baisser les prix . Un impot juste contrairement à ce que dit mr Valls n est pas un impôt payé par les riches ..Mais vous êtes comme la majorité des français favorable à plus d impôts que vous ne payez pas .J estime injuste et bloquant le marche que mr @alatar soit taxé de PV pour son studio s il vend alors que le proprietaire d une maison dans la vallee de chevreuse peut faire 200 voir beaucoup plus de PV s il vend . Ou m avez vous dire que je souhaitais moins de PV pour faire augmenter les prix ??? mettons cela sur le compte de la canicule .
Réponse de le 30/05/2016 à 9:00 :
"j ai passé mon temps à vous expliquer que ce n est pas en taxant lourdement des residences secondaires et en exonerant totalement les resudences principales qu on va faire baisser les prix ."
Et, deux messages plus bas : "les prix des résidences secondaires et maisons de vacances se sont effondrés pour cause de fiscalité punitive".

"Un impot juste contrairement à ce que dit mr Valls n est pas un impôt payé par les riches .."
Manque de chance pour vous, la majorité des recettes fiscales provient de la TVA, impôt payé en majorité par les pauvres (qui dépensent l'intégralité de leur revenu et n'épargnent rien). Et pour information, si, un impôt plus juste est un impôt progressif qui sera payé par tout le monde mais en majorité par les plus riches. Pour information, pendant la période qu'on appelait "les Trente Glorieuses", la tranche supérieure de l'Impôt sur le Revenu était de 91% et personne ne hurlait au "matraquage fiscal". Idem aux Etats-Unis, célèbre dictature socialiste : entre 1929 et 1988, la tranche supérieure de l'IR n'y est jamais descendue au dessous de 70%, et souvent au dessus de 80 voire 90%.

"J estime injuste et bloquant le marche que mr @alatar soit taxé de PV pour son studio s il vend alors que le proprietaire d une maison dans la vallee de chevreuse peut faire 200 voir beaucoup plus de PV s il vend . "
Relisez mes posts, je vous ai répondu que j'était plutôt favorable à un alignement (à taux élevé supérieur à 95%, moins travaux amortis) des Taxes sur les PV de l'intégralité de l'immo, principal comme secondaire.

"Ou m avez vous dire que je souhaitais moins de PV pour faire augmenter les prix ??? mettons cela sur le compte de la canicule ."
Du coup vous n'êtes pas pour une baisse de la taxe sur les PV mais sur un alignement (au plus haut) des résidences principales et secondaires? Du coup on est d'accord.
Réponse de le 30/05/2016 à 9:40 :
@alatar : oui un impôt est juste non pas parcequ il est payé par les riches mais 1)parcequ il est productif 2) parcequ il est progressif 3) parcequ il ne crée pas des inégalites ..2 exemple : PV exonérées pour residence principale, ISF( que je paye pas) mais qui est surement l impôt le plus injuste puisque ne tenant pas compte des membres du foyer fiscal ..il suffit d être non mariés pour ne pas payer cet impôt et nous avons eu un exemple au plus haut sommet de l etat .Vous vous trompez ! La fiscalité ne repond pas aux looby des vieux mais comme toujours en politique elle repond " aux sondages " quand on est au pouvoir .Mr Valls est le meilleur exemple pour l ISF qu il considérait comme improductif en 2011 sauf qu aujourd hui le bon peuple est majoritairement pour le maintien de cet impôt et donc a changé d avis . Ni Mrs Macron ni juppé pour la même raison ne le supprimeront et ne n oseront mettre en place PV sur residences principales . Alors merci de pas interpreter mes propos : je ne m oppsose pas aux PV mais toute la fiscalité immobilière immobilere est à revoir de fond en comble pour assainir le marché ; PV diminuees sur residences secondaires conformes à ce qyi se pratique dans le teste de l europe et non eo eration residence principale , statut du bailleur à revoir , taxes foncières , ISF si vous le souhaitez plus large mais progressif tenant compte du quotient familial ..Bref j affirme que cette fiscalité totalement lourde et injuste n a fait que bloquer le marche ( ce n est pas la seule raison !) et merci une derniere fois de pas interpreter ; je souhaite comme vous une baisse des prix.
Réponse de le 03/06/2016 à 9:11 :
"toute la fiscalité immobilière immobilere est à revoir de fond en comble pour assainir le marché ; PV diminuees sur residences secondaires conformes à ce qyi se pratique dans le teste de l europe et non eo eration residence principale , statut du bailleur à revoir , taxes foncières , ISF si vous le souhaitez plus large mais progressif tenant compte du quotient familial ..Bref j affirme que cette fiscalité totalement lourde et injuste n a fait que bloquer le marche ( ce n est pas la seule raison !) et merci une derniere fois de pas interpreter ; je souhaite comme vous une baisse des prix."
En résumé, vous affirmez que la fiscalité fait le prix et l'attractivité. Regardons une carte de France : vous avez raison : plus la fiscalité est faible, plus les prix sont élevés.
Ensuite, pour l'attractivité : les Français investissent déjà tout leur argent dans la pierre comme si aucun autre investissement n'existait sur la planète. Ils considèrent donc que la fiscalité de l'immo est suffisamment attractive pour ne même pas aller regarder si autre chose existe.
Et donc, en toute logique, vous préconisez de baisser à nouveau la fiscalité de la pierre, déjà considérée comme très attractive par les clients (et en faisant financer ça par une hausse d'impôts pour ces losers de salariés).
Et vous imaginez une seconde qu'en rendant l'investissement encore plus rentable et moins taxé, ça va attirer moins de monde et faire baisser les prix? Intéressant.


Et une fois de plus, l'effondrement du marché des résidences secondaires, ce n'est pas à cause de la vilaine fiscalité sur les résidences secondaires. C'est juste que la génération née après 1980 est trop occupée à mettre quatre fois plus d'argent que la génération précédente pour obtenir le même logement qu'elle (inutile de me citer des moyennes nationales qui incluent la Creuse et la Lozère, les acheteurs de résidences secondaires sont en écrasante majorité des citadins qui vivent en bassin d'emploi), donc elle est trop occupée à essayer de gagner cet argent (deviez quoi : les salaires n'ont pas pris 272%, eux), et une fois acquis leur habitation principale, sont bien trop endettés pour ne serait-ce que regarder des maisons de vacances.
Je vous le concède, il y a aussi un changement de mentalités qui ajoute encore à cette désertion du marché de la maison de vacances : pour les jeunes générations, c'est synonyme de "partir tout le temps au même endroit", alors que le prix des voyages internationaux est devenu ridicule.
Réponse de le 03/06/2016 à 9:12 :
"toute la fiscalité immobilière immobilere est à revoir de fond en comble pour assainir le marché ; PV diminuees sur residences secondaires conformes à ce qyi se pratique dans le teste de l europe et non eo eration residence principale , statut du bailleur à revoir , taxes foncières , ISF si vous le souhaitez plus large mais progressif tenant compte du quotient familial ..Bref j affirme que cette fiscalité totalement lourde et injuste n a fait que bloquer le marche ( ce n est pas la seule raison !) et merci une derniere fois de pas interpreter ; je souhaite comme vous une baisse des prix."
En résumé, vous affirmez que la fiscalité fait le prix et l'attractivité. Regardons une carte de France : vous avez raison : plus la fiscalité est faible, plus les prix sont élevés.
Ensuite, pour l'attractivité : les Français investissent déjà tout leur argent dans la pierre comme si aucun autre investissement n'existait sur la planète. Ils considèrent donc que la fiscalité de l'immo est suffisamment attractive pour ne même pas aller regarder si autre chose existe.
Et donc, en toute logique, vous préconisez de baisser à nouveau la fiscalité de la pierre, déjà considérée comme très attractive par les clients (et en faisant financer ça par une hausse d'impôts pour ces losers de salariés).
Et vous imaginez une seconde qu'en rendant l'investissement encore plus rentable et moins taxé, ça va attirer moins de monde et faire baisser les prix? Intéressant.


Et une fois de plus, l'effondrement du marché des résidences secondaires, ce n'est pas à cause de la vilaine fiscalité sur les résidences secondaires. C'est juste que la génération née après 1980 est trop occupée à mettre quatre fois plus d'argent que la génération précédente pour obtenir le même logement qu'elle (inutile de me citer des moyennes nationales qui incluent la Creuse et la Lozère, les acheteurs de résidences secondaires sont en écrasante majorité des citadins qui vivent en bassin d'emploi), donc elle est trop occupée à essayer de gagner cet argent (deviez quoi : les salaires n'ont pas pris 272%, eux), et une fois acquis leur habitation principale, sont bien trop endettés pour ne serait-ce que regarder des maisons de vacances.
Je vous le concède, il y a aussi un changement de mentalités qui ajoute encore à cette désertion du marché de la maison de vacances : pour les jeunes générations, c'est synonyme de "partir tout le temps au même endroit", alors que le prix des voyages internationaux est devenu ridicule.
a écrit le 21/05/2016 à 21:28 :
Et 7,5cm ??
a écrit le 21/05/2016 à 14:36 :
A part l'immobilier, ou placer son argent avec des taux a 0% ?
Réponse de le 23/05/2016 à 8:14 :
Actions,.....
a écrit le 21/05/2016 à 14:02 :
C'est inévitable un marché trop protégé par la manne publique , ce qui a eu pour conséquence les prix maintenus à la hausse et une création monétaire par les banques
qui crée un vide , "un trou noir "
a écrit le 21/05/2016 à 8:33 :
ca fait qques temps qu'on le sait
cela dit l'immobilier residentiel est surevalue de 30% et y a pas de correction a cause du QE !
Réponse de le 22/05/2016 à 8:27 :
Est ce dire que ca chutera avec la remontée des taux?
a écrit le 21/05/2016 à 1:29 :
encore des gens que nous engraissons pour rien !!!
a écrit le 20/05/2016 à 23:07 :
Le boom des scpi, OPCI, SIIC est assez dangereux.

Les détenteurs de pierre papier avaient pris un gros bouillon dans les années 90 ils risquent de reprendre le même!
a écrit le 20/05/2016 à 23:02 :
La finance est folle et ça continue ! Et si on taxait dégressivement ces investissement a cours termes ? plus on les garde dans le temps moins on paye de taxes !
Réponse de le 21/05/2016 à 10:00 :
Plus simple avec les taxes: un pourcentage de la valeur de marche par an. C'est exactement la degresisvite de ces taxes dans le temps la cause.
a écrit le 20/05/2016 à 19:21 :
7.5% de vacance, c'est pas non plus la catastrophe...si on avait 7.5% de chômage on serait même très content!
Réponse de le 20/05/2016 à 23:06 :
et 7.5% de croissance?
Réponse de le 21/05/2016 à 9:56 :
et 7,5 % de flat tax !! Le paradis sur terre...
Réponse de le 21/05/2016 à 11:50 :
et 7.5% de socialistes!
Réponse de le 21/05/2016 à 13:01 :
@gérard C'est pas encore le grand soir pour les 100/100 libéraux qui veulent mettre le monde à leurs bottes, tu peux rêver
Réponse de le 08/08/2016 à 19:02 :
7.5% de vacance le problème c'est qu'il n'y a pas de turn over, vous restez des années sans nouveau locataire...le chiffre est amené à grossir au fur et à mesure des faillites.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :