Prêt à taux zéro : Pinel promet deux fois plus de bénéficiaires en 2016

 |   |  414  mots
Par ailleurs, le prêt à taux zéro dans l'ancien sous conditions de travaux, actuellement réservé à 6.000 communes rurales, sera élargi à l'ensemble du territoire.
Par ailleurs, le prêt à taux zéro dans l'ancien sous conditions de travaux, actuellement réservé à 6.000 communes rurales, sera élargi à l'ensemble du territoire. (Crédits : © Philippe Wojazer / Reuters)
La ministre du logement prévoit de distribuer 120.000 prêts à taux zéro l'année prochaine. Ces derniers permettront de financer jusqu'à 40% de l'achat d'un logement neuf, contre 18 à 26% actuellement.

Le ministère du Logement veut "faciliter l'accès à la propriété". Il doit confirmer lundi 9 novembre que le prêt à taux zéro permettra désormais de financer jusqu'à 40% de l'achat d'un logement neuf, contre 18 à 26% aujourd'hui.

Annoncé fin octobre par le président de la République, cet élargissement des critères d'octroi va permettre à deux fois plus de familles de bénéficier du PTZ, avec un objectif de 120.000 prêts distribués dès l'an prochain, contre 60 à 70.000 en 2015, a-t-on appris auprès de l'entourage de la ministre du Logement Sylvia Pinel.

Allongement de la durée du prêt

De nouveaux plafonds de revenus ont été fixés : pour être éligible au PTZ, un couple avec deux enfants pourra désormais gagner jusqu'à 74.000 euros annuels en zone A, la plus "tendue" (Paris et Côte d'Azur notamment), contre 72.000 euros à l'heure actuelle, et 48.000 euros, contre 44.000 euros aujourd'hui, en zone C, la plus "détendue" (communes rurales).

     | Lire Détails sur le zonage A/B/C

Pour un célibataire, les revenus annuels ne devront pas dépasser 37.000 euros contre 36.000 aujourd'hui en zone A, 24.000 euros contre 22.000 à l'heure actuelle, en zone C.

Le nouveau PTZ donnera la possibilité aux ménages de commencer à rembourser ce prêt au bout de 5, 10 ou 15 ans selon leurs revenus et il permettra en outre d'allonger la durée du prêt si nécessaire, sur 20 ans minimum, pour réduire le montant de leurs mensualités de remboursement, selon l'entourage de la ministre.

Prêt à taux zéro dans l'ancien élargi dans l'ensemble du territoire

De son côté, le prêt à taux zéro dans l'ancien sous conditions de travaux, actuellement réservé à 6.000 communes rurales, sera élargi à l'ensemble du territoire. Pour y être éligibles, les opérations d'acquisition devront, comme aujourd'hui, comporter 25% de travaux.

En parallèle, les conditions d'éligibilité au Prêt Accession Sociale (PAS), garanti par l'Etat, seront harmonisées sur celles de ce nouveau prêt à taux zéro, pour plus de simplicité.

Ces mesures qui doivent permettre de créer au moins 50.000 emplois, entreront en vigueur en janvier 2016 pour une durée de deux ans. Elles auront un impact sur les finances publiques à partir de 2017 et leur coût sera financé dans le projet de loi de finances pour 2017. Le détail de ces mesures sera présenté par la ministre du Logement Sylvia Pinel et le secrétaire d'Etat au Budget Christian Eckert, lundi en fin de matinée.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/11/2015 à 20:10 :
Le problème ,'a jamais été le prêt à taux zéro. Supprimez les normes 2012 (conseillez les seulement) et la construction reprendra. Aujourd'hui faire construire coûte 20% de plus pour un gain jamais amorti. Quels sont les intérêts de ces normes face à l'amélioration des isolation faites depuis 2005? Pourquoi toujours imposer trop empêchant à ceux qui veulent accéder à la propriété de le faire?
a écrit le 09/11/2015 à 18:28 :
encore faut-il que les banques prêtent....
a écrit le 09/11/2015 à 16:29 :
Faire baisser les prix de 25-40% sera beaucoup plus efficace pour relancer et aider a l'accession. C'est plus avantageux de ne pas avoir a payer 40% en differe que l'inverse..... meme a taux 0%.
a écrit le 09/11/2015 à 16:05 :
Une carotte pour ceux qui ne peuvent pas être propriétaire, grâce a cela on essaie augmenter la demande pour éviter la dégringolade des prix et donc a plus de gens de pouvoirs se loger! C'est une arnaque! Sans compter le coût pour le contribuable!
a écrit le 09/11/2015 à 16:02 :
L'immobilier n'est déjà plus un investissement, c'est un boulet fiscal. Les subventions payés par nous même, les contribuables, aux rentiers via les PTZ et APL, servent aussi à appâter les acheteurs. Une fois assez de naïfs pris au piège, le déluge de taxes va se déverser sur ces pauvres âmes.
Déjà actuellement les investisseurs fuient l'immobilier: rentabilités négatives et moins-values énormes garanties! L'état a même été accusé de brader ses biens immobiliers... Bref tout les professionnels fuient l'immobilier. Ne vous y trompez pas.

Le chômage, la précarisation croissante des emplois, la pression démographique énorme (papyboom de 30 ans qui ne fait que commencer), BâleIII, fuite des rares jeunes qualifiés à l'étranger (ils étaient pre-destinés à acheter les biens Immo que les vieux libèrent)...
La pente sera descendante pour les proprios pour de longues années à venir.

Allez voir l'indice de tension immobilière de votre région! Par exemple à Paris, il y avait 5 acheteurs par vendeur il y a moins de trois ans, et désormais il n'y a plus qu'un acheteur par vendeur!
Ça c'est Paris, là où l'immobilier se porte le mieux, selon la légende, parce que la moyenne française, c'est 0,3 à 0,4 acheteurs par vendeur... C'est à dire qu'il y a presque 3 vendeurs par acheteur en France! Vous avez bien lu. Dans ce contexte, il n'y a même plus de "prix du marché" qui tienne. Seuls les plus désespérés vendent (parfois) à condition qu'ils baissent les prix suffisamment (et rapidement!)
a écrit le 09/11/2015 à 13:24 :
Le changement c'est pour quand ??

On resort une vieille mesure qui coûtent une fortune
L'imagination des socialos est édifiante

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :