Impôts : les niches fiscales "inefficaces" que le gouvernement va... épargner

 |   |  351  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La réduction d'impôt sur l'emploi à domicile ainsi que celle sur les pensions de retraites, des "niches" fiscales et sociales, jugées inefficaces par l'Inspection générale des finances, devraient être exclues du coup de rabot a indiqué ce lundi Valérie Pécresse, la porte-parole du gouvernement.

L'Inspection générale des finances les trouve "inefficaces", elles ne le sont pas aux yeux du gouvernement. Les "niches" fiscales sur l'emploi à domicile et les abattements de 10% sur le montant des pensions et des retraites devraient être préservées a indiqué la porte-parole du gouvernement.

Dans le plan d'austérité visant à réduire le déficit public français, de nombreuses réductions d'impôts ont été supprimées, pas celles-ci. Expliquant qu'il "était pas si facile de supprimer des niches fiscales", Valérie Pécresse a défendu ce lundi sur I-télé des réductions censées préserver la "cohésion sociale" car elles constitueraient un "ciment social pour le pays".

Coût surdimensionné

"Cette niche fiscale sur les emplois à domicile, derrière, il y a des centaines de milliers d'emplois. Nous ne la supprimerons pas", a-t-elle ainsi justifié. Pour l'IGF, le coût des réductions d'impôts pour l'emploi de personnes à domicile - six milliards d'euros par an - est surdimensionné par rapport au gain attendu. Cette niche, créée pour tenter de lutter contre le travail non déclaré, profiterait surtout à 10% des Français les plus riches qui encaissent 67%du montant de cette réduction, selon le rapport dont des copies ont filtré dans la presse.

L'Inspection générale des finances dénonçait également l'abattement de 10% sur le montant des pensions et des retraites pour le calcul de l'impôt sur le revenu qui coûte 4,3 milliards par an. Sur ce point, la ministre du Budget a voulu rassurer retraités et pensionnés: pas question de remettre en cause cet abattement. "Je crois qu'il faut faire très attention, ne pas donner le sentiment là encore dans ce budget qu'on touche à des catégories qui sont plus fragiles", a expliqué la porte-parole du gouvernement.

Enfin, les abattements sur les investissements en Corse et en Outre-Mer, eux aussi dans la ligne de mire de l'IGF, ont été eux aussi défendus par Valérie Pécresse. Il faut "aider ces régions et nous continuerons de les aider", a-t-elle déclaré.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/09/2011 à 9:28 :
La notion d'inefficacité est toute relative et chacun l'apprécie à sa façon. Les personnes engagées grace à la niche sur les emplois à domicile ont sans doute une opinion plus positive. En parlant de niche, pourquoi ne fait-on jamais état de la niche sur les dons ? Elle doit coûter assez cher. Personnellement je suis contre les niches, toutes les niches. Il faudra trouver un autre moyen plus efficace pour financer certaines actions.
a écrit le 03/09/2011 à 9:15 :
Parlons retraite: la vérité ou ceux qui nous drigent n'y connaissent rien et son mal informés. EN PREMIER les retraités voient régilièrement leur pouvoir d'achat baisser les réévaluations étant inférieures à l'inflation..depuis 2004 = +4,6% ...depuis 2006=+2,7%.à comparer avec une inflation respective de 9,9% et de 6,2% soit respectivement une perte de pouvoir d'achat respectifs de 5,3% et 3,5%. ENSUITE retraité vous devez la mutuelle santé est 100% à votre charge alors que pour le salariè elle est déduite du salaire imoposable. Une mutuelle perso pour des remboursements surtout lunettes et dents très inférieurs à celle de l'entreprise c'est 80/100 euros/mois NON DEDUITS DES REVENUS. D'ailleurs plus grave avec les nouvelles regles de retraite celles-ci vont baisser...Et POUR TERMINER ces 10 % correspondent à des frais dits professionnels, principalement repas, transport. Pour les repas toutes les entreprises ont soit un resto d'entreprise a des prix canon car financés en grande partie par le CE..Donc pour la plupart des gens il n'y a aucun cout supplémentaire dus au travail. Pour le transport seules les personnes vivant hors des grandes villes. Toutes les grandes villes offrent un réseau de transport en commun dense, ce qui concerne la moitié de la population qui reçoit une indemnité transport quicouvre ces frais. Ceux qui utilisent la voiture font un choix de confort perso, à la fois polluant et couteux pour la collectivités.Sans compter tous ceux qui ont une voiture de fonction ou utilisent le véhicule de l'entreprise. ALORS CES 10% NE SONT PAS UNE "NICHE" ( quelle idée de l'appeler niche qui est en général réservée aux riches) QUE POUR LES RETRAITES. Oui il faut revoir notre systeme fiscal mais pas à la façon SArkosy sur pulsion au coup par coup. L'important c'est un systeme global équitable et pas chercher des fonds sans reflexion, ni cohérence

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :