La Tribune

Pôle Emploi prévoit une légère baisse du chômage en 2011

Copyright Reuters
Copyright Reuters
latribune.fr  |   -  277  mots
Le nombre de chômeurs pourrait baisser cette année avec 55.000 inscrits à Pôle Emploi en moins. Les créations d'emplois, elles, ralentiraient légèrement en 2011 pour repartir à la hausse l'année d'après.

Le service public de l'emploi publie des prévisions relativement optimistes ce mardi : 55.000 chômeurs de catégrorie A en moins en 2011 et jusqu'à 71.000 en 2012. L'an dernier, le nombre de demandeurs d'emploi avait au contraire progressé avec 77.000 personnes supplémentaires inscrites malgré un recul du taux de chômage au dernier trimestre.  Et, en prenant en compte l'activité à temps partiel ou réduit, il y aurait 75.000 chômeurs en moins en 2011 et 109.000 l'année d'après.

En février, les chiffres indiquaient déjà une légère reprise du marché de l'emploi : il y avait en France un peu plus de 2,7 millions de demandeurs d'emplois de catégorie A indemnisés par Pôle Emploi. Ils étaient plus de 4 millions toutes catégories confondues. Sur un an, le taux de chômage était en baisse de 1,7%. 

Le rythme des créations d'emploi, quant à lui, risque de ralentir cette année par rapport à 2010. Ainsi, 110.000 nouveaux postes devraient être créés en 2011 soit 10.000 de moins que l'année dernière. En 2012, ces créations de postes pourraient reprendre leur croissance avec 134.000 nouveaux emplois espérés.

L'intérim aurait été le principal facteur de créations d'emploi l'an passé, selon le directeur des statistiques de Pôle Emploi, Bernard Ernst. "Nous faisons l'hypothèse qu'en 2011 la contribution de l'intérim aux créations nettes d'emplois sera moindre", a-t-il indiqué en conférence de presse.

Pour établir ces estimations, les statisticiens de Pôle Emploi tablent sur une prévision de croissance de prévision du PIB de 1,7% pour la première année et de 1,8% pour la seconde. En 2010, cette croissance du produit intérieur brut s'est établie à 1,5%.

Réagir

Commentaires

Soprano  a écrit le 06/04/2011 à 7:31 :

Baisse du chomage ou nombre de radié en augmentation ?

frédéric100  a écrit le 06/04/2011 à 7:24 :

Ils sont payés ces incompétents... ou il fut les mettre de l'autre coté ...Puis , ils seront radiés...

La tribune, un journal de qualité comme le votre... éviter de fréquenter et de parapher ces incompétents.

Bonne journée

pascual  a écrit le 05/04/2011 à 14:09 :

Pôle Emploi prévoit une légère baisse du chômage en 2011; réelle ou virtuelle?

Patrickb  a écrit le 05/04/2011 à 12:56 :

Pôle-Emploi, c'est un bande de rigolos qui jouent avec les chiffres pour faire croire à leur utilité !!! Cela dit, avec l'approche des élections présidentielles, on peut s'attendre à ce que d'autres farceurs nous disent que tout va très bien madame la marquise :-)

LicenciementAgogo  a écrit le 05/04/2011 à 11:45 :

2010

SOLVAY : Abbott Labs va supprimer 3.000 emplois dans le monde

2011
Un nouveau plan social visant à supprimer 201 emplois au siège d'Abbott France à Rungis (Val-de-Marne)
"C'est l'ensemble de la division +Primary Care+ (médicaments de ville : infectiologie, cardiovasculaire)

pathinder  a écrit le 05/04/2011 à 10:39 :

Enfin un espoir pour l'emploi, mais il reste quand même + de 4 millions de chômeurs alors comment faire façe une telle masse de gens, les amener en stages mais au bout du compte il retourne au chômage, le chômage est un vrai problème que l'on doit régler rapidement mais comment faire, si il y à l'intérim qui est une sourçe intérrissable d'emploi.

logique  a écrit le 05/04/2011 à 9:19 :

donc moins de créations d'emploi mais moins de chomeurs aussi ???

c'est pas le nombre de radiations qui va surtout augmenter ?

candide  a répondu le 05/04/2011 à 11:28:

Tout à fait logique, comme aux États-Unis le chiffre du chômage baisse, car il ya plus de personnes qui sortent des statistiques qu'il y en a qui deviennent chômeurs.
Mais la grosse différence c'est que les personnes qui sortent des statistiques, n'ont plus rien pour vivre et viennent grossir le nombre de gens qui sont nourris aux bons alimentaires (qui se monte à 43 millions à ce jour) et qui fait grossir chaque jour une bombe sociale.