La Tribune

Comment la géographie du vote épouse (presque) la carte de la France économique

Copyright AFP
Copyright AFP
Sylvain Rolland et Marina Torre  |   -  1203  mots
Comment se traduisent les disparités du tissu économique local dans l'isoloir ? Comment les habitants des bastions industriels, de la France rurale ou des grandes villes où dominent les services, ont-ils voté ? Éléments de réponses avec ce tour de France des votes au premier tour de l'élection présidentielle.

A part le Gard, seul département où Marine Le Pen arrive en tête au premier tour, l'élection du 22 avril fait ressortir deux visages de la France. D'un côté, l'Est de la France ainsi qu'un axe partant du Cotentin jusqu'à l'Alsace, exception faite de la région parisienne, est favorable à Nicolas Sarkozy. De l'autre, une France "rose", qui place François Hollande devant son rival. Le candidat socialiste se classe premier dans 56 départements métropolitains, soit plus de deux fois plus que Ségolène Royal en 2007 quand 23 départements avaient placé en tête la candidate socialiste au premier tour. Nicolas Sarkozy, de son côté, sort vainqueur dans 39 départements. Autrement dit, une bonne trentaine de départements ont basculé. Mais derrière ces généralités se cachent d'importantes disparités selon le tissu économique local comme le montre la répartition des votes selon les régions. Selon la carte du chômage établie par l'Insee d'après des données du troisième trimestre 2011, certains zones ayant massivement voté pour Marine Le Pen sont aussi celles qui connaissent les taux de demandeurs d'emploi les plus élevés.
 

Le vote FN accentué dans les terres industrielles

Si, en 2007, Nicolas Sarkozy avait su capter une partie du vote "populaire", victime du déclin de l'industrie, la crise et les fermetures successives de sites industriels ont changé la donne en 2012. Ainsi, le FN consolide ses positions dans les localitéssinistrées. Ce mouvement est surtout flagrant dans le Nord et l'Est. Dans les départements du Pas-de-Calais, de l'Aisne et des Ardennes, Marine Le Pen arrive ainsi deuxième derrière François Hollande.  Outre le bastion FN de Hénin-Beaumont, dans le Pas-de-Calais, d'autres zones dans le Nord ont massivement voté en faveur de la candidate du parti d'extrême droite.

En Picardie, qui comptait 10,7% de chômeurs en mars 2012, selon l'Insee, elle réalise l'un de ses meilleurs score avec 25% des voix. Même tendance dans l'Oise (25,1%), le département des "Conti", ces employés de l'usine Continental de Clairoix, qui, pour protester contre la fermeture de la ligne de production, s'en étaient pris à la préfecture de Compiègne le 21 avril 2009.

28,15% pour Marine Le Pen à Gandrange

La candidate frontiste se place également deuxième en Alsace, derrière Nicolas Sarkozy. Si Nicolas Sarkozy est arrivé en tête dans le département de la Moselle, il a perdu des points dans cette zone fortement touchée par la crise. La Lorraine est d'ailleurs la septième région la plus touchée par le chômage avec 9,8% de demandeurs d'emploi en mars 2012.  A Gandrange, où l'usine ArcelorMittal a fermé en 2009 malgré les promesses de sauvetage de Nicolas Sarkozy, la percée de la candidate frontiste est spectaculaire. Avec 28,15% des voix, elle se classe en deuxième position et réalise plusieurs performances : elle fait beaucoup mieux que son père en 2007 (16,18%), double Nicolas Sarkozy (19% contre 25,5 en 2007) et talonne François Hollande (29,69%). 

A cinq kilomètres de là, à Florange, où ArcelorMittal a mis en sommeil en octobre 2011 le dernier haut-fourneau lorrain encore en activité, la tendance est la même. François Hollande termine en tête avec 32,30% des voix, tandis que Marine Le Pen gagne 10 points par rapport à 2007 (25,69%) et distance Nicolas Sarkozy (19,01%).

Enfin, à Fessenheim, où François Hollande a promis de fermer la centrale nucléaire, Nicolas Sarkozy (33,55% des voix) et Marine Le Pen (24,85%) devancent sans surprise et très largement le candidat socialiste (12,48%).

 

Les ruraux plébiscitent Marine Le Pen et Nicolas Sarkozy

Bretagne mise à part, les ruraux sourient toujours à la droite et l'extrême droite. Même si beaucoup sont déçus du sarkozisme, comme le souligne une étude sur les intentions de vote des agriculteurs, peu ont confiance en la gauche pour résoudre leurs problèmes. Comme auprès des ouvriers, Marine Le Pen progresse en milieu rural, ce qui lui permet de gagner du terrain dans des régions de gauche, comme en Midi-Pyrénées ou en Poitou-Charentes.

En Charente-Maritime, la candidate de l'extrême droite dépasse les 30% dans de petites communes rurales du sud du département. Cette poussée en milieu rural se retrouve ailleurs, par exemple dans la région Centre. Et c'est aussi le cas dans le Sud-Ouest. Si la zone est largement dominée par une vague rose, la situation commune par commune est beaucoup plus contrastée. Dans le Lot-et-Garonne, par exemple, où dominent productions céréalières, produits frais et élevage, Marine Le Pen arrive régulièrement en deuxième, voire en première position.

Dans le Sud-Est, Nicolas Sarkozy arrive en tête, mais là encore, de petites communes rurales font exception. L'ancrage du Front National y est traditionnellement fort, mais Marine Le Pen y enregistre des scores beaucoup plus élevés que son père. Une trentaine de municipalités du Var, par exemple, l'ont également placée en tête. Avec 24,8% des voix dans le département, elle sort en deuxième position derrière Nicolas Sarkozy 34,8%. Même tendance dans le Vaucluse, où les électeurs de Cavaillon ont voté à 31,4% en faveur de la candidate frontiste (en 2007, le candidat FN s'y était classé troisième au premier tour).

La situation est beaucoup plus contrastée  dans les Bouches-du-Rhônes, où des communes plaçant Jean-Luc Mélenchon en tête voisinent avec d'autres qui privilégient Marine Le Pen, Nicolas Sarkozy ou François Hollande. Les zones au Nord du département, plutôt rurales, ont préféré les candidats de droite, voire d'extrême-droite.

La France des villes et des services plus favorable à Hollande

Côté villes, François Hollande se place en tête dans une majorité de grandes agglomérations. Celles-ci, dominées par les services, n'ont pourtant pas été épargnées par la crise et subissent en particulier des problèmes de logement.

Paris, Marseille, Strasbourg, Reims mais aussi le Havre basculent à gauche. A l'exception de la capitale, ces villes connaissent aussi une percée du Front National où la candidate arrive troisième avec plus de 11% des voix à chaque fois. Cette montée est particulièrement notable à Marseille où les électeurs sont 21,22% à avoir choisi Marine Le Pen. Son père avait obtenu 13,43% dans la cité Phocéenne en 2007. A noter également pour Marseille : seules 4.181 voix y séparent les deux concurrents du second tour.

Le match se révèle encore plus serré à Lyon où Nicolas Sarkozy ne devance François Hollande que de 682 voix. Nicolas Sarkozy conserve par ailleurs certains de ses bastions comme Nice et Toulon, mais avec un score moins élevé qu'en 2007. Le président-candidat passe ainsi de 41,83% des voix en 2007 à34,65% dans la première et perd près de 6 points de pourcentage dans la seconde. Dans les deux villes, Marine Le Pen se classe deuxième avec plus de 23% des voix.

Enfin, dernier fait notable: à Lyon comme à Paris, Marine Le Pen ne se place qu'en cinquième position derrière Jean-Luc Mélenchon et François Bayrou. De même, à Lille, Rennes, Nantes, Bordeaux, Toulouse, et Montpellier, qui restent acquis au PS, la candidate du FN enregistre des scores inférieurs qu'au niveau national.

Réagir

Commentaires

jak2pad  a écrit le 25/04/2012 à 16:15 :

Il suffit de jeter un coup d'oeil rapide à la carte "rose":
les départements où cette couleur domine, ce sont les trois départements d'Ile de France que tout le monde connaît, et les DOM-TOM.
Ce sont ceux qui ont tout à gagner à l'élection de M.Hollande, connaissant l'irrésistible pulsion de la gauche à distribuer l'argent qui n'est pas à elle. Logique, non ?

mimosa  a répondu le 25/04/2012 à 17:33:

et la Bretagne serait elle aussi mise dans votre "sac" ? Paris pourtant priviligiée vote Hollande....

vercaud  a écrit le 24/04/2012 à 16:16 :

Il semblerait que les intentions de vote Mélenchon aient été fortement polluées par les bobos qui se retrouvaient bien dans ce discours ubuesque. De la même façon beaucoup de cadres Sup dans les villes auraient voté FN plutôt que Bayrou par allergie au Sarkozysme et à l'homme du vide égocentrique.
Que vont ils faire au deuxième tour ?
Beaucoup se jouera sur ces reports citadins.

mimosa  a écrit le 24/04/2012 à 11:50 :

pas vraiment d'accord ! beaucoup de région pourtant pas épargnées par le chômage votent sarko : la droite par tradition ex : l'alsace ou la savoie très bonapartiste depuis son rattachement à la France en 1860 ......

EIFFEL  a répondu le 24/04/2012 à 12:45:

L'Alsace a mis MLP en deuxième position avant Hollande et le Haut-Rhin durement touché par le chômage a voté à près de 24% pour Marine.

InfoElec  a écrit le 24/04/2012 à 11:00 :

INFORMATION IMPORTANTE - On a oublié aussi toutes les personnes qui ont votés avec leur bulletin blanc de Marine LEPEN reçu chez eux par courrier, couleur différente des autres candidats qui avait un bulletin de couleur papier blanc/jaunâtre recyclable, ces bulletins ont été invalidés lors du dépouillement, car non conforme. Il fallait utiliser les bulletins présents sur les tables dans les bureaux de votes qui avaient tous la couleur papier blanc/jaunâtre recyclable.
Le seul bulletin parfaitement blanc reçu dans les courriers des votants était celui de Marine LEPEN. Qui a inséré et envoyé ce bulletins parfaitement blanc dans l'enveloppe destinée aux votants sachant que certains votants s'en serviraient pour le mettre dans l'enveloppe pour leur vote ?
Subtile, à qui profite le crime...

moutarde  a répondu le 24/04/2012 à 12:15:

Je ne prends jamais de bulletin au bureau de vote car , nous recevons bien ceux ci chez nous !je n'ai pas fait attention à la couleur :comme vous le dites ,il y a probleme si tel est le cas (mauvaise couleur )

corsica  a écrit le 24/04/2012 à 10:47 :

votre analyse est completement bidon ca fait que 30 ans que vous mentez le vote fn correspond a l'implantation ethnique

EIFFEL  a répondu le 24/04/2012 à 11:43:

En effet, c'est la crise identitaire qui qui révoltent les français, et ce sont dans les anciens bassins d'emplois que l'on retrouve le plus de chômeurs d'origine étrangère.

cdg  a écrit le 24/04/2012 à 10:27 :

Un oubli dans ces graphiques
Les territoires ruraux sont surtout des endroit ou la majorite de la population est agee.
et les vieux votent massivement Sarkozy

C est meme la seule categorie qui lui soit restee fidele!

OBJECTIF  a répondu le 24/04/2012 à 11:03:

Réponse à cdg.
Oui et un président de la république doit avoir le soutien des plus jeunes.

mimosa  a répondu le 24/04/2012 à 11:48:

y'a presque plus d'agriculteur dans les campagnes qui dans le sud sont envahis de citadins retraités très à l'aise voire rentiers ; ceux là croient voter pour
leur portefeuille.... les autres ruraux votent le pen !!!!!!!!!!!

Rémi  a écrit le 24/04/2012 à 3:30 :

Et si tout simplement vous faisiez la carte des "chances pour la france"? C'est facile, plus il y en a, plus il y a de vote le pen!!! A mais oui, les statistiques ethniques sont interdites...

Ben  a répondu le 25/04/2012 à 9:16:

Mais si les statistiques ethniques sont interdites, comment avez-vous pu parvenir à la brillante analyse que vous formulez ? Qu'est-ce que la carte des "chances pour la France" au fait ?

EIFFEL  a répondu le 25/04/2012 à 9:41:

La carte des chances pour la France sont à mon avis, les zones géographiques où les électeurs ont compris que la mondialisation à outrance était un péril pour les citoyens. Un solde des flux migratoires nul est la seule issue au chômage. On voit bien que les pays qui ont appliqué l'inverse, tel l'Espagne qui a régularisé des millions de sans-papiers ont aujourd'hui un chômage massif dramatique. L'espagne a un cômage de 25% qui compromet toute sortie de crise.

Julien  a écrit le 24/04/2012 à 1:04 :

Le socialisme est à l'Ouest... ils savent même pas trouver le nord... on nous la joue hibernatus, comme si le passé c'était un progrès. Les 30 glorieuses, c'est la droite ou c'est la gauche? Voyez les 4zamis... tous socialistes. L'avantage de MLP c'est qu'elle casse le socialisme, c'est devenu un mouvement incontournable. Sauf si NS ne veut pas être réélu, la population française en fera les frais. Ne voyez-vous pas que les pays catholiques sont des pays de forts chômage, cf l'Europe du Sud. Nous avons un problème de mentalité plus que grave. Depuis St Augustin on parle de la cité de dieu, l'homme est libre de disposer de son existence, St Just et le bonheur exit, St Michel protecteur de la France, notre dernier rampart? Nous en sommes au totalitarisme... Toqueville exit, Montesquieu exit... la France est morte, vive la rance qui sent la saumure!

Persée  a répondu le 24/04/2012 à 8:40:

Sur le plan éco, Le Pen est la plus socialiste des trois gros candidats, ouvrez son programme et vous aurez des surprises. De toute façon, il n'y a aucun candidat socialiste à cette élection parce que ça voudrait dire s'attaquer aux privilèges des fonctionnaires (donc au bastion du PS) mais aussi à ceux des médecins, retraités, pharmaciens, notaires, agriculteurs (bastion UMP). L'Italie de Monti est en train de mettre en place quelque chose qui se rapproche du "vrai libéralisme" et la profession qu'on entend le plus hurler n'est pas dans le public mais il s'agit des .... chauffeurs de taxi, qui ne veulent surtout pas une dérégulation du secteur ce qui permettrait à n'importe qui avec un permis de conduire de devenir chauffeur. Donc plus de concurrence. Et moins de bénéfices indus.

toto 30 ans  a répondu le 24/04/2012 à 9:30:

On a quoi comme privilège d'être fonctionnaire ? d'être payé 100e au dessus du smic et d'avoir le salaire gelé depuis 2007 ? D'être en sous effectif ? D'avoir la garantie de l'emploie et de pouvoir prendre un poste au nord quand un poste au sud est supprimé (ou l'inverse) avec toutes les conséquences familiales que ça engendre ? A vous lire tout le monde est "privilégié" sauf vous. Pauvre Monsieur ! Faites attention, un ulcère à l'estomac est vite arrivé. Sinon, dans votre vie ça va ?

jak2pad  a répondu le 25/04/2012 à 16:10:

je regrette qu'en cette période dure que nous vivons, et où la garantie de l'emploi est vraiment très importante, il y ait toujours des gens pour dire la même chose:
dès qu'apparaît le mot de fonctionnaire, quelqu'un monte au créneau pour rappeler :
1) les "sous-effectifs", 2) les salaires. J'ai été fonctionnaire moi-même, et cette histoire de sous-effectifs, c'est de la blague. Quant aux salaires, certains le gagnent vraiment, alors que d'autres.... ( j'arrête là pour ne pas vous déchaîner).

Saint-Just  a écrit le 23/04/2012 à 19:53 :

On appréciera l'usage de la couleur brune pour qualifier le vote en faveur de Marine Le Pen. On en mesure aujourd'hui l'efficacité!

polo  a répondu le 23/04/2012 à 23:56:

la propagnde continue --- ils n'ont rien compris ...