Colbert 2.0, l'arme anti-délocalisation d'Arnaud Montebourg

 |   |  591  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : <small>DR</small>)
Ce logiciel d'"auto-diagnostic" en ligne, qui doit permettre à une entreprise de mesurer son "potentiel de relocalisation" en répondant à une série de questions relativement simples, est l'élément le plus original de la boîte à outils présentée pour développer la relocalisation industrielle.

Depuis quatre ans, 107 entreprises ont relocalisé une activité industrielle en France, selon une étude du cabinet Sémaphores. D'ici à 2017, l'objectif fixé par le Ministère du Redressement productif est de voir 1.000 nouvelles relocalisations ou nouvelles implantations sur notre territoire.  "C'est le moment d'appuyer sur l'accélérateur", considère Arnaud Montebourg.

Le ministère y croit et a donc présenté aujourd'hui un plan de soutien à la relocalisation qui compte quatre instruments. Ces outils sont principalement destinés aux PME, qui n'ont pas forcément les moyens de mandater des consultants pour étudier les stratégies toutes les stratégies possibles. L'Etat entend "apporter une aide concrète aux entreprises qui souhaitent relocaliser, qui ont relocalisé ou qui vont relocaliser", a expliqué Arnaud Montebourg lors d'une rencontre sur ce thème au Ministère de l'Economie.

Le logiciel "Colbert 2.0" accessible au plus tard le 9 juillet

L'instrument le plus innovant, c'est le logiciel mis au point par deux universitaires parisiens, El Mouhoub Mouhoud et Xavier Ragot, à la demande du ministre. Baptisé "Colbert 2.0"-  un clin d'?il sans équivoque aux principes économiques élaboré par le contrôleur général des Finances de Louis XIV - ce logiciel est décrit comme un outil « d'auto-diagnostic » qui permettra à un chef d'entreprise de faire une simulation pour évaluer les avantages dont il pourrait bénéficier en produisant en France.

L'outil sera accessible en ligne à toute entreprise, librement et gratuitement. Après avoir répondu à une série de questions quantitatives et qualitatives pendant trois quarts d'heures, le logiciel rendra ses conclusions et présentera les avantages à retirer d'une relocalisation ainsi que des aides dont pourrait bénéficier l'entreprise dans cette démarche. Il sera disponible début juillet, sur une plate-forme dédiée. "La dead-line est fixée au 9 juillet 2013, le temps de régler quelques modalités techniques", indique-t-on dans l'entourage d'Arnaud Montebourg.

50 millions d'euros pour "revitaliser" des sites fermés

Autre instrument dégainé ce 14 juin : une enveloppe budgétaire de 50 millions d'euros d'euros venant du fonds alloué à la revitalisation des sites industriels fermés. Des aides à la réindustrialisations, dans une enveloppe de 160 millions d'euros, pourront également être "de plus en plus utilisées". La Banque publique d'investissement devra aussi être "un accélérateur" de financement.

Un interlocuteur dédié dans chaque région

Une "cellule relocalisation" verra aussi  le jour au sein du ministère du Redressement productif. Au total, un représentant de chacune des 22 régions françaises y sera rattaché. Ces hommes et ces femmes seront l'interlocuteur unique de toutes les PME d'une région. Ils devront faciliter les démarches administratives. Ils seront chapeautés par un conseiller du ministre, Christophe Bejach, le fondateur de la compagnie aérienne "L'avion".

Recensement des "avantages compétitifs" des territoires

Enfin, une base de données sera librement accessible aux entrepreneurs identifiant les "avantages compétitifs" de différents territoires. Un chef d'entreprise qui cherche à relocaliser tout ou partie de son activité pourra la consulter pour se diriger rapidement vers les zones qui correspondent à ses besoins.

Ces quatre instruments viendront en complément d'autres avantages rappelés par le ministère, à savoir une énergie bon marché, des infrastructures de qualité, un système de soutien à l'innovation performant sans oublier les nombreuses aides et subventions. Pas sûr que cela suffise à convaincre les chefs d'entreprises de renoncer aux attraits des pays étrangers où le coût de la main d'oeuvre est faible.

LIRE AUSSI :

>> Délocalisations-relocalisations : et si Arnaud Montebourg se trompait de combat ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/07/2013 à 11:38 :
Très étonné par les commentaires très négatifs, aucunement constructifs voire à visée destructrice de ce forum. Un outil est mis à disposition ; il est destiné à apporter de l'information et de l'aide aux entreprises, dont beaucoup se plaignent de la complexité des textes, de l'organisation, des aides. Ca n'a aucun sens de le critiquer sur son existence : à la rigueur sur son ergonomie, la justesse des ses informations, mais son existence même ... Messieurs les forumeurs, vous devriez réfléchir un peu avant de vous discréditer dans commentaires d'une partialité nullissime.
a écrit le 13/07/2013 à 11:01 :
qu en il ont utilisse l ordinateur les patrons ont... pour faire des economies ont travailles a flue tendu;;;; c est a dire 0 sstok resultat beaucoup de client perdue et dentreprisse en fallitte.. car ont n avais pas les stoks sufissant pour les fournir DONC ATENTION QUE CE LOGICIEL NE FASSE PAS PLUS DE DEGAT ????
a écrit le 19/06/2013 à 10:50 :
On se croirait chez Casto
a écrit le 16/06/2013 à 14:52 :
Ah, la boite a outils de Mr Bricolage !
a écrit le 16/06/2013 à 10:18 :
la demarche reste risible; c'est deja dur pour une entreprise de savoir ' au cas par cas' ou c'est possible de se localiser, mais la, un logiciel omniscient, ca laisse sans voix! un peu comme les gens qui font du datamining sans rien y comprendre et en achetant un logiciel miracle a base d'intelligence artificielle qui saura tt ce que l'entreprise ne sait pas encore...... foutaise, donc... ( inutile de demander si les gens qui font ca ont des bases en controle de couts, si?)
a écrit le 16/06/2013 à 10:15 :
le nom du logiciel en dit long sur pq il est urgent de ne pas revenir !!
a écrit le 15/06/2013 à 10:37 :
Colbert 2.0, il est fort dommageable que des ingénieurs et des politiques au plus haut niveau de l état aient choisi ce personnage qui a écrit le code noir sous le règne esclavagiste de la France pour lui donner le nom d un logiciel permettant de relocaliser nos entreprises. Une telle impasse est proprement scandaleuse.
Réponse de le 15/06/2013 à 11:58 :
Laure, vous oubliez bien des choses: 1) le code en question visait à protéger les personnes concernées, à la manière de l'époque bien sûr, avec emphase sur la religion chrétienne. Cela ne vaut pas abolition, mais était un progrès par rapport à ce qui pouvait se passer ailleurs. 2) Ne jugez pas les siècles passés à l'aune des conceptions actuelles; l?esclavagisme et le servage ont été pendant des siècles le mode économique d?exploitation dans l'agriculture. 3) Dernier point : n'en faites pas une affaire personnelle, nous sommes tous descendants d'esclaves ou de serfs, car de l'empire romain au moyen age en Métropole et encore au début du 20e siècle en Europe de l'Est (y compris la Russie), c'était ainsi. Si vous voulez critiquer Colbert, trouvez mieux, son âpreté au gain pas exemple.
Réponse de le 16/06/2013 à 0:38 :
bravo à Sceptik, mais en revanche l'âpreté au gain a aussi du bon, voire du très bon : à force de haïr l'argent on hait ceux qui en ont ou ceux qui peuvent en "faire" !
pourquoi opposer les gens apte à faire de l'argent, on aura besoin d'eux pour reconstruire ce pays !!!!!
a écrit le 15/06/2013 à 10:10 :
Oui, je ré-localise demain sous certaines conditions : réduction des charges sociales, simplification du code du travail, élimination des 35 heures, réduction drastique de la bureaucratie de l'état vis-à-vis des entreprises, réduction de l'IS à 20%... ce sont les mêmes conditions que j'ai en Angleterre, je ne demande rien d'autre. Vous ne me croyez pas ? jetez un oeil donc : http://www.hmrc.gov.uk/rates/taxes-ni.htm
a écrit le 15/06/2013 à 9:43 :
"....trois semaines après l'effondrement d'un immeuble d'ateliers textiles à Dacca, le 24 avril 2013, qui a fait plus de 1.1127 morts parmi les ouvriers... (La Presse)

Génial ! Le plan social express ! 1.127 ouvriers dégagés d'un coup ! Pour pas un rond !
Ca c'est libéral !
a écrit le 15/06/2013 à 9:28 :
Un nouveau joujou pour Arnaud le bobo pour faire le kéké dans les medias.
a écrit le 15/06/2013 à 8:29 :
107 entreprises ont relocalisé depuis 4 ans d'après l'article, mais combien y a-t-il eu de nouvelles implantations? car l'objectif d'Arnaud Montebourg de 1000 relocalisations ou nouvelles implantations d'ici 2017, mélangeant allégrement les 2 concepts, me semble ambigu et de nature à tromper les esprits.
a écrit le 15/06/2013 à 5:47 :
Pour se délocaliser pas besoin de logiciel...la lucidité économique et la logique suffisent ...!
a écrit le 14/06/2013 à 23:34 :
un nouveau Socrate SNCF ? A moins que ce soit une copie de la gestion automatisée des soldes des militaires . Appel d' offre ouverte à qui ?
a écrit le 14/06/2013 à 23:32 :
Pour avoir traité des dossiers de délocalisations, je doute un peu des arguments de M. le Ministre.Garder ou mettre de la production en France hors haute technologie et luxe n'a de sens que marginalement et pour répondre aux urgences. La France est un enfer: charges sociales élevées, tracasserie de l'URSSAF, taxe professionnelle (pardon, je voulais dire Contribution machin...), IS élevé avec réintégrations stupides (voir ce qui a été inventé sur les frais financiers par l'actuel gouvernement), négociations obligatoires pour ci ou ça, CE et délégués avec heures perdues à informer des élus qui n'y comprennent pas grand chose, bilan social, RTT, rapport sur l'égalité des sexes, on n'imagine pas les scories absurdes de la législation. Délocaliser impose d'autres contraintes (logistique, fret, douanes, délais) mais au moins on est plus emm... par tout ça et en général IS = zéro. Le bonheur mérite bien l'effort...
a écrit le 14/06/2013 à 23:18 :
Cela fait toujours de l'emploi pour quelque pimpins qui font la maintenance du serveur.
a écrit le 14/06/2013 à 20:19 :
Encore une initiative de ce gouvernement minable qui fera plouf !
a écrit le 14/06/2013 à 19:45 :
C'est beau de vouloir encourager les entreprises à relocaliser, mais il faut aussi encourager les français à vouloir créer des entreprises. L'aversion à la réussite, le manque de coopération de certaines administration, la défiance de certaines communes envers les projets industriels sont de gros freins à la croissance économique pourtant rarement évoqués.
a écrit le 14/06/2013 à 19:30 :
Oui, bon, pourquoi pas, avant de critiquer j'irai voir ce machin en ligne. Mais ça me parait un peu bisounours sur les bords, de croire qu'un industriel qui veut relocaliser ne dispose pas des moyens de se payer une étude en bonne et due forme... ça serait déjà un mauvais signal!
a écrit le 14/06/2013 à 19:26 :
Merci Monsieur Montebourg, avec ça vous allez relancer la croissance!
a écrit le 14/06/2013 à 19:24 :
On a beaucoup entendu parler des avantages de la délocalisation dans des pays exotiques, essentiellement main d'?uvre pas chère, législation du travail laxiste ou inexistante, fiscalité faible etc...
Mais on parle moins des inconvénients, la distance, d'où frais de voyage fréquents, frais de transport élevés, moindre réactivité... Et on parle encore moins des malfaçons, de la nécessité de verser des bakchichs à tout les petits ou gros potentats locaux, du racket, des vols de brevets, des contrefaçons, sans oublier les procès que peuvent intenter des concurrents locaux sous les prétextes les plus fallacieux, procès que l'on est à peu près certains de perdre...
Une fois que l'on a fait le compte, sachant que la main d'?uvre et la fiscalité ne constituent pas nécessairement le plus gros des dépenses, on s'aperçoit que la délocalisation n'est pas toujours la meilleure solution.
A moins bien sûr que ce soit un choix idéologique : ne pas s'encombrer avec de la main d'oeuvre, des syndicats etc, ce n'est jamais dit ouvertement, mais cela existe. Et c'est même très fréquent, c'est également un moyen de mettre les bâtons dans les roues d'un gouvernement dont on ne partage pas les options.
Bref, M. Montebourg n'est pas au bout de ses peines, même avec son superbe logiciel.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :